Métro Montréal n°2015-03-06 week-end
Métro Montréal n°2015-03-06 week-end
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-03-06 de week-end

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (256 x 291) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 18,5 Mo

  • Dans ce numéro : le directeur général du Centre hospitalier de l'Université de Montréal claque la porte.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
journalmetro.com Week-end 6-8 mars 2015 14 « Le propre de la science-fiction, c’est de s’interroger sur l’avenir » Cinéma. Hugh Jackman joue un impitoyable ingénieur dans Chappie, le nouveau film du réalisateur sud-africain Neill Blomkamp. Il s’est entretenu avec Métro. jérôme vermelin journalmetro.com Dans Real Steel, vous boxiez avec un robot. Dans Chappie, vous faites carrément la guerre avec des robots. Vous êtes accro ou quoi ? Non, non, non ! (rires) C’est une pure coïncidence. À vrai dire, je ne suis pas un grand fan de science-fiction en tant que spectateur. Mais les films de Neill Blomkamp sont différents, d’après moi. Quand j’ai vu District 9, ça m’a surpris à plus d’un titre. Le destin des personnages, le réalisme des scènes d’action... Lorsque j’ai su que ç’avait été fait avec un tout petit budget, je n’en suis pas revenu. Le truc, c’est que ce mec vient de l’univers des effets spéciaux, mais qu’il est aussi vrai un scénariste. Au départ, le monde qu’il montre à l’écran existe dans sa tête. D’ailleurs, Neilla conçu la réplique miniature du robot que mon personnage crée dans le film... et cette réplique trône désormais sur mon bureau ! C’est vous qui avez fait des démarches pour le rencontrer ? 
 J’étais sur le tournage de X- Men : Days of Future Past, dont le producteur, Simon Kinberg, travaillait en parallèle sur Chappie. Il m’a dit que Neill voulait absolument me parler de son prochain film. On s’est rencontrés, et il m’a raconté l’histoire de ce robot. Et figurez-vous que j’ai été ému. Le propre de la sciencefiction, c’est de nous amener à nous interroger sur l’avenir, mais aussi de nous parler du présent. Dans le film, il est question de la capacité de l’être humain de créer une véritable intelligence artificielle, mais aussi de transférer l’intelligence humaine dans une machine. Neill pense que c’est improbable... moi, en tout cas, je suis prêt ! Réflexion « Et si les robots étaient plus intelligents que nous ? Et s’ils étaient plus aptes à résoudre les conflits ? Ou à préserver l’environnement ? Dans un domaine comme dans l’autre, l’être humain n’est guère convaincant ces jours-ci, non ? » Hugh Jackman Vous imaginez votre propre conscience transférée dans une machine ? Je trouve ça très excitant. Je crois que si j’étais sur mon lit de mort et qu’on me proposait de survivre ainsi, j’y réfléchirais sérieusement. Et vite. Pas vous ? L’idée du film, c’est d’aborder ces évolutions avec un esprit ouvert, à une époque où on multiplie les mises en garde. Et si les robots étaient plus intelligents que nous ? Et s’ils étaient plus aptes à résoudre les conflits ? Ou à préserver l’environnement ? Dans un Hugh Jackman en ingénieur dans le film de science-fiction Chappie, de Neill Blomkamp./sony pictures domaine comme dans l’autre, l’être humain n’est guère convaincant ces jours-ci, non ? Avec vos rôles dans Prisoners ou Les Misérables, avez-vous la sensation d’avoir décollé l’étiquette de héros de science-fiction qui vous collait à la peau à cause de Wolverine ? Vous savez, le cinéma ne représente que 50% de mon travail. Je fais du théâtre, de la comédie musicale, j’ai même monté mon one man show dans lequel je joue la comédie et je danse. Sans parler de la présentation de cérémonies comme les Oscars. Mais c’est vrai. À l’époque de X-Men 3, en 2006, je me suis rendu compte que je prenais le risque d’être enfermé dans ce genre de rôles. La beauté du métier d’acteur, c’est de pouvoir varier les plaisirs. Par chance, j’ai trouvé des films qui permettent désormais aux gens de m’apprécier dans des univers différents. Et paradoxalement, les films de la saga X-Men n’ont jamais été aussi bons. Je n’ai pas à me plaindre, sincèrement. Infos Chappie En salle dès aujourd’hui
Vivre sur pause Cinéma. Faire le deuil d’un enfant : c’est ce cauchemar que doivent affronter Sébastien Ricard et Fanny Mallette dans le film Chorus, de François Delisle. martin gignac info@journalmetro.com La première scène de Chorus glace le sang. En une succession de longs plans rapprochés, un prisonnier avoue un crime. Il y a une décennie, c’est lui qui a fait disparaître un gamin de huit ans, au grand désespoir de ses parents, maintenant séparés, qui, depuis, survivaient dans l’incertitude. De cette tragédie familiale d’une tristesse infinie, qui n’est pas si éloignée de Trois temps après la mort d’Anna et The Disappearance of Eleanor Rigby, le cinéaste François Delisle a décidé de ne pas éclipser totalement l’espoir et la lumière. « L’idée, c’était de parler de la réconciliation, de la consolation Film d’animation Sébastien Ricard et Fanny Mallette dans Chorus/funfilm aussi, raconte en entrevue le réalisateur, qui est aussi scénariste, producteur, directeur de la photographie et monteur sur ce projet. Des valeurs tout à fait ringardes dans notre société, mais auxquelles j’accorde une grande importance. » Faisant écho à son film précédent, Le météore, qui explorait des thèmes similaires avec ces mêmes soubresauts de poésie furtive et de résilience salvatrice, ce nouveau long métrage tourné en noir et blanc, qui s’est fait remarquer à Sundance et à Berlin, est centré sur les personnages. Ce sont eux qui arrivent à renaître de leurs cendres en Drame sachant finalement ce qui est arrivé à la chair de leur chair. « Ça leur permet de sortir de l’espèce de hiatus où ils étaient enfermés depuis 10 ans », admet Sébastien Ricard, qui a interrompu ses répétitions théâtrales de Richard III pour venir nous parler du père qu’il interprète. Leur désarroi est montré avec sobriété, ce qui tombait dans les cordes de la figure maternelle qu’incarne Fanny Mallette. « Il fallait en donner juste assez, sans grossir les traits, sans m’épancher et sans que ça devienne larmoyant. Ça me permettait de tester mes limites. » Cinéma – Sorties de la semaine (1) Chef-d’œuvre (2) Remarquable (3) Très bon (4) Bon (5) Moyen (6) Médiocre (7) Minable Mediafilm.ca Drame d’horreur Deuil Apprendre à perdre ? 15 Cette question est au cœur même de Chorus et elle hante le spectateur longtemps après le générique. « Vivre, c’est apprendre à perdre tous les jours, toutes les minutes, toutes les secondes, rappelle François Delisle. Apprendre à faire le deuil, et pas seulement le deuil de personnes qui sont mortes. On doit aussi faire le deuil de certaines idées. À partir de ces deuils-là, on se construit une personne et une personnalité. Et on peut aller plus loin que les idées qu’on avait au départ. C’est ce qui fait la richesse de la vie. La mort et la vie, ce sont les deux facettes de la même médaille. » m. gignac « Une oeuvre fine,musicale, solennelle et pénétrante. » Martin Bilodeau, MÉDIAFILM « Atteint des sommets esthétiques sublimes, voire transcendantaux. » INDIEWIRE « Extrêmement émouvant. » Stéphane Leclair, C’EST PAS TROP TÔT Infos Chorus En salle dès aujourd’hui DÈS AUJOURD’HUI ! 514 847-2206 VERSION ORIGINALE FRANÇAISE AVEC CONSULTEZ LES GUIDES- HORAIRES DES CINÉMAS SOUS-TITRES ANGLAIS Metro_6mars_6th_Chorus.indd 1 2015-03-04 12:03 PM VOUS INVITENT À GAGNER L’UN DES 75 LAISSEZ-PASSER DOUBLES POUR LA PREMIÈRE DU FILM EN VERSION ORIGINALE ANGLAISE « A GRIPPING AND TENSE THRILLER... JACK O’CONNELL IS OUTSTANDING » HHHH Empire Song of the Sea (3) Irlande Réalisé par Tomm Moore C’est quoi ? Hantés par la mort de leur mère et l’absence de leur père, un frère et une sœur quittent Dublin pour entreprendre un périlleux voyage en mer, afin de retrouver le foyer de leur enfance. C’est comment ? Poursuivant sur la lancée de l’admirable Brandon et le secret de Kells, Moore nous propose un autre beau film d’animation traditionnelle inspiré de légendes celtes. Poétique et féerique, mais aussi complexe et sombre, le film comblera les jeunes, qui y trouveront une alternative aux œuvres de Disney/Pixar, avec plus de maturité. Bref, un enchantement. Pur et simple. Chorus (3) Canada Réalisé par François Delisle Mettant en vedette Fanny Mallette, Sébastien Ricard C’est quoi ? Un Québécois exilé au Mexique et son ex-épouse se retrouvent à la suite de la découverte du corps de leur enfant, disparu 10 ans plus tôt. C’est comment ? Par sa liberté formelle et narrative, Le météore semble avoir affranchi Delisle des contraintes qui empêchaient son cinéma de fiction d’éclore pleinement. C’est du moins le sentiment qui s’impose à la vue de Chorus, une œuvre fine, musicale, solennelle, en marge des grands courants et défendue par d’excellents interprètes. A Girl Walks Home Alone at Night (4) États-Unis Réalisé par Ana Lily Amirpour Mettant en vedette Sheila Vand, Arash Marandi, Marshall Manesh C’est quoi ? Un jardinier fait la connaissance d’une vampire vêtue d’un tchador qui, chaque nuit, nettoie la ville de ses éléments les plus douteux. C’est comment ? Si le film de vampires est un genre plus que formaté, l’Iranienne Ana Lily Amirpour lui réinsuffle énergie et audace avec ce drame stylisé à l’intrigue ténue mais au climat onirique planant, qui fait de son héroïne une figure de la lutte contre le patriarcat. L’influence des David Lynch, Jim Jarmush et consorts se fait sentir. O FFICIAL O FFICIAL SELEC SELEC TION TION TORONTO TORONTO FILM FILM FESTIVAL FESTIVAL O FFICIAL O FFICIAL S ELECS TION ELEC TION T ELLURIDE T ELLURIDE FILM FILM FESTIVAL FESTIVAL « A STUNNINGLY WELL-CRAFTED SURVIVAL THRILLER » HHHH Daily Telegraph « HOLDS YOU IN A VICE-LIKE GRIP THROUGHOUT » UN FILM DE HHHH The Guardian « VISCERAL AND DARING » This is London MERCREDI LE 11 MARS 19 H 30 AU CINEPLEX FORUM POUR PARTICIPER, COMPLÉTEZ LE FORMULAIRE SUR LA PAGE CONCOURS EN VISITANT : REMSTARFILMS.COM Les gagnants seront avisés par courriel. Une seule participation par personne. Règlement disponible sur demande. Tirage le 9 mars. Valeur total des prix : 1 500 $. AU CINÉMA DÈS LE 13 MARS REMSTARFILMS O FFICIAL O FFICIAL S ELECS TION ELEC TION BEAUNE BEAUNE FILM FILM FESTIVAL FESTIVAL O FFICIAL O FFICIAL S ELECS TION ELEC TION KARLOVY KARLOVY VARY VARY FILM FILM FESTIVAL FESTIVAL O FFICIAL O FFICIAL S ELECS TION ELEC TION DURBAN DURBAN FILM FILM FESTIVAL FESTIVAL



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :