Métro Montréal n°2015-03-06 week-end
Métro Montréal n°2015-03-06 week-end
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-03-06 de week-end

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (256 x 291) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 18,5 Mo

  • Dans ce numéro : le directeur général du Centre hospitalier de l'Université de Montréal claque la porte.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
6-8 MARS 2015 Ariane Moffatt/DENIS BEAUMONT/MÉTRO « POUR MOI, COMPOSER UN ALBUM EST UN GESTE DE CRÉATION QUI S’INSCRIT DANS UNE PÉRIODE DE TEMPS, ET LES CHANSONS SONT RELIÉES ENTRE ELLES. CHACUNE A SA RAISON D’ÊTRE À L’INTÉRIEUR DU TOUT. SUR SCÈNE, 22 H 22 POURRA SE TRADUIRE PAR UNE ESPÈCE DE BULLE, D’AMBIANCE QUI RESTEDU DÉBUT À LA FIN. » ARIANE MOFFATT, qui travaille présentement avec Marie Brassard à la mise en scène de son prochain spectacle Rêve éveillé Une pause de six mois, le temps de profiter des débuts de sa maternité, et puis un soir, à 22 h 22, Ariane Moffat a ressenti un irrésistible appel de la musique. Métro a discuté avec elle de son cinquième album, 22 h 22. JESSICA ÉMOND-FERRAT j.emond-ferrat@journalmetro.com Devenir maman, ça change une vie, et ça change la perception qu’on a de l’existence. Et quand on est une artiste, ça ne peut faire autrement que de laisser sa marque sur nos chansons. Parlez-en à Ariane Moffatt, dont le nouvel album, 22 h 22, est imprégné de la présence dans sa vie des jumeaux qu’elle et sa conjointe ont accueillis à l’été 2013, juste avant que la musicienne ne prenne une pause de six mois. « Avoir deux bébés, ça donne du jour au lendemain l’impression d’être vraiment loin de son métier et d’avoir plein de nouvelles choses à assimiler », fait-elle remarquer. Mais après quelques mois, l’artiste a pris l’habitude de passer quelques heures le matin dans son studio, près de chez elle, pour « réapprivoiser la création ». « La création et la musique sont venues me donner la possibilité d’avoir du temps pour moi, de sortir un peu de la bulle maternelle pour y revenir revigorée, fait-elle remarquer. Puis, en septembre dernier, j’ai commencé à partir avec mon baluchon de chansons au studio de Jean-Phi [Goncalves], mon acolyte pour cet album, et c’est devenu plus concret. »
11 L’influence de la présence des enfants d’Ariane dans sa vie s’est fait sentir dans sa méthode de travail (« Je ne pouvais plus me laisser porter et partir en studio à 23h, j’ai donc dû apprendre à faire beaucoup en peu de temps, à être efficace et organisée »), mais aussi dans ses textes (« De voir la vie se développer devant soi, inévitablement, ça fait penser qu’il y a une fin. En ayant des enfants, pour la première fois, j’ai regardé la mort sans la fuir, en essayant de la comprendre, de l’inviter dans la vie, et j’en parle dans mes chansons »), et dans ses mélodies. « Peut-être parce que je manquais de sommeil, la présence du rêve, de cet état entre le sommeil et l’éveil, se fait sentir tout au long de l’album, souligne-t-elle. C’est même new age par moments. » Cette sorte d’entre-deux s’est poursuivie jusque dans sa façon d’écrire, quasiment en association libre, dit-elle : « J’écrivais mots et musiques en même temps, je « pitchais » des mots qui me venaient sur ma mélodie, et je bâtissais autour de ça. C’était une façon de rester le plus près possible de l’inspiration du moment. » Et contrairement à son précédent album, MA, qu’elle avait produit pratiquement toute seule, Ariane a retrouvé son complice Jean-Phi Goncalves pour coréaliser 22 h 22, en plus de solliciter les services de François Lafontaine, claviériste de Karkwa et conjoint de Marie-Pierre Arthur, sa grande amie. Elle a également fait appel à Tristan Malavoy, qui avait travaillé avec elle aux textes de son livre i(ma)ges & réflexions, pour apporter un œil extérieur à ses mots. « Je m’ennuyais de mes amis, j’avais envie de travailler avec eux et de profiter de leur talent ! » lance la chanteuse en riant. Qualifiant de « travail de moine » les arrangements électros qui enrobent la plupart des chansons, bien que quelques pièces soient interprétées en version piano-voix, Ariane souligne avoir voulu créer quelque chose de minimaliste, mais aussi d’organique. « J’avais envie qu’on ressente de l’émotion, que ça ne soit pas trop froid. Quand je créais, je pensais à mes bébés, et ils étaient une source d’inspiration. Ça n’a pas été un processus douloureux, et Public Contact direct La dernière chanson de 22 h 22, Toute sa vie, s’achève sur un chœur réalisé avec des fans d’Ariane Moffatt. Une façon symbolique, pour elle, de rendre plus concret le contact entre elle et ses fans, qu’elle a voulu encore plus fort cette fois-ci. « Quand j’ai été juge à La Voix [à l’hiver 2013], j’étais tout le temps en contact avec le public au moyen des médias sociaux. Ça m’a donné envie, quand j’ai commencé l’album, d’impliquer les gens dès le départ, de les tenir au courant, dit-elle. Au lieu de faire un petit teaser une semaine avant le lancement, on tournait des petites capsules pour montrer comment ça se passait en studio. Je crois qu’il y a plus de gens qu’on pense qui s’intéressent au processus créatif. Alors quand tu intègres ça dans ta routine de création, ça peut être stimulant. » j.é.-f. même si certains sujets qui reviennent sont plus sombres, comme la mort, je vois tout ça d’une façon lumineuse, c’est pour ça qu’il y a une douceur, un côté pas trop tourmenté à l’ensemble. » Infos 22 h 22 En magasin dès mardi Lancement au Stereo Nightclub mardi à 17 h 30 Samedi 7 mars Kidd Kidd (G-Unit) @ Le Belmont CHRONIQUE vivre dans la nuit BAZ info@journalmetro.com C’est en 2012 que j’ai réalisé que j’étais un très grand fan de 50 Cent. Je ne le savais pas avant. Bien sûr que je connaissais le gars. Rappeur à succès de New York, il a sans contredit été le MC le plus influent du début des années 2000. Comme tout le monde, je connaissais ses gros hits (In Da Club, P.I.M.P., etc.) parce qu’ils jouaient partout « dans le temps ». Par contre, à mes yeux, 50 Cent n’était qu’un autre artiste hip-hop qui avait réussi à maîtriser le « radio airplay » américain. C’était avant d’être high avec 70 000 personnes au festival Coachella pour le concert de Dr. Dre, Eminem & Friends. Peut-être parce que mes sens étaient altérés et mon ouïe spécialement concentrée, le segment de 50 Cent m’a frappé en pleine face. Même si tu n’as jamais acheté d’album de 50 Cent, c’est certain que tu connais toutes les chansons de l’album Get Rich or Die Tryin’par cœur. Ce gars-là a fait beaucoup pour que le rap conquière la planète et joue dans les clubs un peu partout à travers le monde. Un génie du refrain avec un flow nonchalant unique. Aujourd’hui, 50 Cent a 39 ans. Il n’est plus le demidieu qu’il était, mais il est toujours un acteur important du paysage hip-hop américain. Cet été, il a décidé de ressusciter son groupe G-Unit. Je n’avais pas entendu parler d’eux depuis des siècles et je Kidd Kidd/collaboration spéciale Collaboration Ce jeune rappeur originaire de La Nouvelle-Orléans est toujours amer que sa collaboration avec Lil Wayne ait tourné au vinaigre au début des années 2000. ne peux pas dire que j’en étais spécialement malheureux. Malgré quelques succès commerciaux, je me sacre pas mal de l’œuvre de Lloyd Banks, Tony Yayo et Young Buck. Des rappeurs moyens ayant bénéficié du « shine » de 50 Cent. Le grand classique du rappeur à succès qui entraîne son crew avec lui dans son ascension. Leur « retour » est loin d’avoir marqué l’histoire, mais il m’a permis de découvrir leur nouveau membre, Kidd Kidd, que 50 Cent a pris sous son aile après que le jeune eut survécu à une fusillade en 2011. Aujourd’hui, Kidd Kidd est « backé » par la machine G-Unit (groupe et maison de disques), et sa carrière va bon train. Grâce à 50 Cent, l’époque Lil Wayne est bel et bien derrière lui. C’est que ce jeune rappeur originaire de La Nouvelle- Orléans est toujours amer que sa collaboration avec Lil Wayne ait tourné au vinaigre au début des années 2000. Je ne crois pas que Kidd entrera au panthéon du rap, mais ses qualités de MC sont indéniables, et il est probablement ce qui se fait de mieux chez G- Unit en ce moment. Autres suggestions Vendredi 6 mars. Millimetrik + Tracer Flare + The City Gates @ Casa Del Popolo Vendredi 6 mars. Klangkarussel @ Club Soda Vendredi 6 mars. Mark Sultan @ Divan Orange Vendredi 6 mars. Avalon Emerson @ Blue Dog Vendredi 6 mars. Ariel + Midnight Romeo + We Are Monroe @ La Vitriola Jeudi 12 mars. Our Book & The authors (Lancement) @ Casa Del Popolo RETROUVEZ LES AVENTURES DE STEF, SEB, ARNAUD ET BONGO CHAQUE LUNDI ET JEUDI DANS LE JOURNAL MÉTRO BD BONGO En collaboration avec



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :