Métro Montréal n°2014-12-12 week-end
Métro Montréal n°2014-12-12 week-end
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2014-12-12 de week-end

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (256 x 291) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 12,9 Mo

  • Dans ce numéro : l'Uqam a besoin de 20 millions de dollars pour boucler son budget.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
métr lit t 0._. s L journalmetro.com Week-end 12-14 décembre 2014 L’ajout de nouvelles places en garderie compromis c ** { # La réforme du financement des CPE aurait forcé les établissements à mettre leurs projets de développement sur la glace./YVES PROVENCHER/MÉTRO Un service de la SAQ transféré à Montréal Des syndicats du personnel de la Société des alcools (SAQ) à Québec craignent que tous les services administratifs de la SAQ soient rapatriés à Montréal. Neuf employés viennent de perdre leur emploi en raison de la fermeture du service de la comptabilité à Québec. Trois de ces postes ont été transférés à Montréal. La SAQ évoque un souci de « saine gestion » et « d’efficacité dans le travail ». Le Syndicat des employés de magasins et de bureaux (SEMB- SAQ) et le Syndicat du personnel technique et professionnel (SPTP-SAQ) s’attardent maintenant aux rumeurs persistantes Mission sociale « La SAQ a [...]une mission sociale qui inclut le maintien d’emplois de qualité à travers la province, y compris dans la capitale nationale. » Alexandre Joly, président du SEMB-SAQ disant que le centre de relation clientèle et le centre de distribution pourraient aussi être transférés à Montréal. « Ça aurait pour effet que les restaurateurs de Québec et du reste de la province seraient desservis à partir de Montréal. Ce serait aberrant », a estimé Alexandre Joly, président du SEMB-SAQ. Les syndiqués demandent que la SAQ s’engage à rejeter une telle centralisation. Le responsable des communications à la SAQ, Renaud Dugas, a pour sa part assuré que ce n’était « pas dans les plans » de centraliser. Le SEMB et le SPTP ont lancé une pétition, qui a recueilli plus de 3 000 signatures, pour que les trois postes ne soient pas transférés à Montréal. Elle doit être déposée à l’Assemblée nationale sous peu. ROXANE LÉOUZON Éducation. Cinquantedeux projets devant permettre la création de 2 500 places en garderie à Montréal risquent de mourir de leur belle mort, a dénoncé hier l’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE). E1 L’AQCPE était de passage à Montréal dans le cadre de sa Tournée des promesses brisées, entamée il y a presque deux semaines et qui doit parcourir le Québec. C’est la réforme du financement des installations des CPE, annoncée à la mi-novembre par la ministre Francine Charbonneau, qui aurait forcé les établissements à mettre leurs projets sur la glace. Les CPE devront désormais financer à 50% les projets d’agrandissement ou d’ajout de bâtiments visant à accueillir plus d’enfants, alors qu’ils étaient auparavant payés par les fonds publics. « Le gouvernement sait bien que les CPE ne possèdent pas les fonds nécessaires, a déploré André Marcotte, président du Regroupement des CPE de l’Île-de-Montréal. MTQ ROXANE LÉOUZON roxane.leouzon@journalmetro.com La CAQ constate un dépassement des coûts Pour les neuf premiers mois de 2014, la Coalition avenir Québec (CAQ) a relevé que le ministère des Transports du Québec (MTQ) a accordé 123 « extras » sur des contrats à des entrepreneurs, pour un total de 96,2 M$. Le chef de la CAQ, François Legault, a réclamé des modifications pour faire en sorte que tout extra qui dépasse 10% de la valeur du contrat soit rendu public, avec une justification écrite. LA PRESSE CANADIENNE Mobilisation Pour protester contre la hausse de la tarification et le frein au développement des places en garderies, l’Association québécoise des centres de la petite enfance appelle les citoyens à se rassembler pour le Noël des promesses brisées : , devant les bureaux montréalais des députés libéraux Geoffrey Kelley, David Heurtel, Jacques Daoust et Gerry Sklanouvos à renouveler l’expérience tous les lundis de 16 h à 18 h à compter du 5 janvier. Ce sont des projets qui avaient été acceptés par le ministère de la Famille sur la base de leur qualité et de leur faisabilité, dont plusieurs étaient déjà allés en appels d’offres et avaient déjà fait l’objet d’un investissement, qui sont présentement bloqués. » Selon les dirigeantes de CPE qui étaient présentes à la conférence de presse, ces nouvelles places seraient nécessaires pour répondre à des besoins criants. « Ça fait depuis 2009 qu’on travaille à développer une troisième installation », a raconté Lise Bélisle, directrice générale du CPE Populaire Saint-Michel. En collaboration avec des La Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) pourra consulter les documents qu’elle réclamait aux pharmacies de la bannière Pharmaprix et à la société pharmaceutique Sandoz dans le cadre de son enquête sur de possibles ristournes qui auraient été offertes à des pharmaciens. La Cour suprême du Canada a rejeté les demandes d’autorisation d’appel avec dépens dans ce dossier, hier, ce qui a pour effet de maintenir un jugement rendu par la Cour d’appel du Québec. La Régie demandait à Pharmaprix (Shoppers Drug Mart au Canada anglais), aux pharmaceutiques Sandoz et 04 organismes communautaires, M me Bélisle voulait ouvrir un établissement offrant la garde à temps partiel et intégrant des enfants à besoins particuliers. Tout ça pour répondre aux besoins du milieu défavorisé, multiethnique à 80% et qui compte de nombreuses familles monoparentales. « On a travaillé plus de 2 000 heures sur le projet, on était sur le point de signer une entente, et c’est cette journée-là qu’est tombé le fameux 50% », s’estelle désolée. Une histoire semblable a été racontée par Johanne Parent, directrice générale du CPE Sainte-Justine, qui a longuement cherché un lieu où se poser et accueillir des enfants avec des difficultés marquées, après avoir été évincé des murs du centre hospitalier. Elle se heurte aujourd’hui à des demandes financières difficiles à surmonter, alors que plus de 2 000 enfants du quartier se trouvent sur sa liste d’attente. « Colère, incompréhension, déception, ce sont quelquesuns des sentiments que je vis en pensant au réseau des CPE et à son avenir », a déclaré M me Parent. Les députées Carole Poirier, du Parti québécois, et Françoise David, de Québec solidaire, étaient présentes auprès de l’AQCPE pour dénoncer la « remise en question d’un pan du modèle québécois » et affirmer leur volonté de défendre les CPE. Santé. La RAMQ pourra poursuivre son enquête 17 #.. La RAMQ cherche à déterminer si des pharmaciens auraient eu des faveurs de fabricants de médicaments./ARCHIVES MÉTRO Sanis ainsi qu’à certains de leurs dirigeants de lui fournir des documents dans le cadre d’une enquête visant à déterminer si des pharmaciens de cette bannière avaient reçu des avantages de grossistes ou de fabricants de médicaments. LA PRESSE CANADIENNE
AUTOUR DU CHARME COLLE'- ! N AI}TOh.."` IaIVER 2014 suuatCho NOUVELLE BOUTIQUE, RUE SAINTE-CATHERINE (COIN DE LA MONTAGNE), OUVERTURE SAMEDI 13 DECEMBRE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :