Métro Montréal n°2014-11-13 jeudi
Métro Montréal n°2014-11-13 jeudi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2014-11-13 de jeudi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (256 x 291) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 43,4 Mo

  • Dans ce numéro : le projet iBus opérationnel en 2016.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
Le festin journalmetro.com jeudi 13 novembre 2014 32 +BOUFFE Événement. L’entreprise montréalaise moitié-moitié propose une dégustation culinaire qui sort de l’ordinaire, en l’honneur des morts ! Audrey Lavoie audrey.lavoie@journalmetro.com Restaurant La fin du Café Sardine dans le Mile-End Le petit café de la rue Fairmount, couru pour ses beignes et son café (troisième vague), a fermé ses portes cette semaine. Il en va de même de l’Izakaya Iwashi, qui occupait les locaux en soirée. Les artisans derrière ces commerces s’affairent à ouvrir sous peu deux nouvelles adresses dans le Mile-End, selon le site Eater Montreal. À suivre ! métro La dégustation culinaire de moitié-moitié s’inscrit dans le cadre de la fête des Morts, qui proposait des activités tout au long du mois de novembre./Francisco Salazar Tania Jiménez/Salima Punjani Le 2 novembre, le Mexique, comme chaque année, célébrait le jour des Morts, ou le Día de Muertos, en espagnol. Tania Jiménez, la fondatrice de moitié-moitié, qui souhaite tisser des liens entre les cultures à travers la cuisine, convie les Montréalais à vivre l’expérience dans son ateliercuisine de la rue Casgrain, le samedi 22 novembre. « Pour nous [les Mexicains], la fête des Morts est une journée où la vie et la mort se confondent, dit-elle. C’est comme si on faisait un party pour les gens qu’on aime et qui sont décédés. » Les morts sont célébrés de plusieurs façons durant cette journée  : « On va au cimetière, on érige des autels – soit à la maison, soit directement sur les tombes. Sur ces autels, on dispose plusieurs éléments importants, notamment de la nourriture, explique M me Jiménez. L’idée, c’est d’inviter l’esprit de ses ancêtres à venir manger ce qu’ils aimaient. » La nourriture est donc au centre des célébrations aussi bien pour les morts que pour les vivants. Ceux-ci mangeront en effet les mêmes mets qu’ils auront déposés sur l’autel des défunts. Selon Tania Jiménez, une dégustation culinaire est donc la meilleure manière de découvrir la richesse de cette tradition, qui date de l’époque préhispanique. Pour ses convives, l’entrepreneure-cuisinière préparera un menu typique de la fête des Morts composé d’éléments salés, mais aussi de beaucoup de plats sucrés, des mets qu’elle disposera aussi sur les autels érigés pour l’occasion. « À la fête des Morts, on aime le sucré. On boit du chocolat chaud, Pour les recettes de Mme Bessette Jean-Talon, Atwater, Maisonneuve, Lachine et de Quartiers, découvrez vos Marchés Publics de Montréal ! Lieux d’approvisionnement par excellence pour vos produits frais et locaux, été comme hiver. Marchespublics-mtl.com
33 des morts 25 $ par personne Le traditionnel pan de muerto/Pascal Filion Au menu des morts Un autel érigé en l’honneur d’un défunt/Pascal Filion on mange du pan de muerto... c’est le côté plus réconfortant de l’affaire », analyse-t-elle. Loin d’être macabre ou triste, cette fête est des plus colorées et est une des plus importantes au Mexique, après Noël et la fête nationale. C’est cet esprit lumineux que souhaite transmettre l’entrepreneure, passionnée de bouffe, au cours de cette soirée du 22 novembre. « C’est un partage de notre culture, pour montrer comment nous, les Mexicains, nous célébrons les morts », souligne celle qui s’occupe du volet gastronomique de l’événement La fête des Morts, qui a tenu des activités (concerts, lectures, etc.) tout au long du mois de novembre. Plus qu’une simple dégustation culinaire, la soirée de moitié-moitié sera une immersion culturelle  : musique, autels et festin combleront les participants... et les morts ! Infos Quand ? Samedi 22 novembre, à 18 h Où ? 5333, av. Casgrain, studio 311 Combien ? 45 $ Pour réserver  : moitie-moitie.org Tania Jiménez cuisinera un menu typique du jour des Morts  : El pan de muerto. Il s’agit d’un pain brioché préparé exclusivement pour la fête des Morts. C’est un pain rond, qu’on décore d’une croix en pâte. Calabaza en tacha. Une courge (citrouille) confite dans du sucre de canne brute. Tamales. Les tamales sont cuisinés pour presque toutes les fêtes, et celle des Morts ne fait pas exception. Ce sont de petits gâteaux faits de farine de maïs, farcis de viande, de piments, de fromage, de cactus, etc., et cuits à la vapeur dans une feuille de bananier. Mole poblano. Une sauce de piments qui comprend une vingtaine d’ingrédients. Amarillito. Une sauce qui accompagne le poulet ou le porc et qui se mange avec du riz. Chocolate caliente. Le chocolat chaud est une boisson traditionnellement consommée durant la fête des Morts. Autres boissons associées à cette fête. Tisane d’hibiscus, vin... et tequila, bien sûr ! Pétition. Le Club des petits déjeuner veut amasser 100 000 signatures Statistique 1/7 Au Canada, 1 enfant sur 7 risque d’arriver à l’école sans avoir mangé. Le Club des petits déjeuners lance une campagne de mobilisation et dévoile un manifeste dans lequel il énonce ses engagements envers les enfants québécois. Le but  : recueillir 100 000 signatures. Sachant qu’un déjeuner coûte 1 $ à l’organisation, les partenaires de la campagne s’engagent à verser un montant équivalant au nombre de signatures amassées. Huit personnalités publiques porteront le message du Club, soit Laurent Paquin, Charles Hamelin, Marianne St-Gelais, Stéphane Richard, Alexandra Diaz, Benoît Gagnon, Sebastien Lefebvre (de Simple Plan) et Daniel Germain. La pétition circulera pendant cinq semaines avant d’être remise à l’Assemblée nationale. Le Club des petits déjeuners s’engage depuis 20 ans à ce que le plus grand nombre d’enfants possible aient accès à un petit déjeuner nutritif avant le début des classes. métro www.jesignepourlenfance.org Vin de la semaine Quails’Gate Chenin blanc 2013 Vallée de l’Okanagan, Canada, code SAQ 11262920, 20,25 $ Nous sommes habitués aux chenins de la Loire ou à ceux de l’Afrique du Sud, de plus en plus populaires, mais cette cuvée bien canadienne n’a rien à envier à ses homonymes des autres continents. Empruntant diverses personnalités à sa contrée d’origine, de vin sec à liquoreux en passant par le mousseux, le chenin demeure ici fidèle aux caractéristiques variétales du cépage. Sa bouche aux parfums de fruits blancs, de citron et de fleurs blanches nous laisse sur une longue finale teintée d’une chouette minéralité. Le complément parfait d’une partie d’huîtres, un délice également avec des pâtes aux fruits de mer. julie perreault, les connaisseurs SAQ SPINN



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :