Métro Montréal n°2013-03-14 jeudi
Métro Montréal n°2013-03-14 jeudi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2013-03-14 de jeudi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (237 x 291) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 16,6 Mo

  • Dans ce numéro : François, premier pape d'Amérique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
journalmetro.com jeudi 14 mars 2013 Chefferie du PLC. Marc Garneau n’est plus dans la course Marc Garneau donne maintenant son appui à Justin Trudeau./SEAN KILPATRICK/LA PRESSE CANADIENNE Avec sa bosse des mathématiques, Marc Garneau a fait les calculs : il n’avait aucune chance de battre Justin Trudeau et de remporter la course au leadership du Parti libéral du Canada. Après lui avoir reproché son manque d’expérience et de substance, l’ex-astronaute a finalement décidé de se ranger derrière le grand favori. S’il donne son appui à M. Trudeau, M. Garneau ne semble regretter en rien les mots durs qu’il a eus à l’endroit de son adversaire. « Je crois que, même au sein d’un parti, on peut faire une course vigoureuse et se critiquer (...) », a-t-il insisté en point de presse, jugeant avoir mené la bataille de façon constructive. Sur Twitter, M. Trudeau a salué son nouveau supporteur après son annonce. « Merci Marc Garneau pour ton appui et ton incroyable service envers les Canadiens. Sondage M. Garneau avait en main un sondage téléphonique interne qui le mettait en deuxième place, a-t-il affirmé en point de presse. paraissait insurmontable, avec 72% d’appui parmi les personnes sondées. avec 15%, puis venaient Joyce Murray (7%) et Martha Hall Findlay (5%). compte des candidatures de Martin Cauchon, de David Bertschi, de Deborah Coyne et de Karen McCrimmon. Il nous reste beaucoup de travail, ensemble ! » a-t-il écrit. LA PRESSE CANADIENNE Un avocat de Magnotta se retire du dossier L’équipe juridique de Luka Rocco Magnotta (dessin) continuera les procédures judiciaires en se passant des services d’un avocat. Raphael Feldstein a annoncé hier qu’il ne s’occuperait plus de cette affaire après que la Couronne eut soulevé la possibilité d’un conflit d’intérêts. Les détails du conflit présumé, ainsi que d’autres preuves entendues lors des audiences préliminaires, sont sous le coup d’un interdit de publication. L’enquête se poursuit aujourd’hui./ATALANTE Pas de contrat sans Monsieur 3% Commission Charbonneau. Sous l’égide du maire Gérald Tremblay, si une compagnie voulait des contrats dans la métropole, elle devait absolument faire affaire avec l’argentier du parti Union Montréal, Bernard Trépanier. PHILIPPE-VINCENT FOISY info@journalmetro.com Dans son témoignage devant la Commission Charbonneau hier, un ex-employé de la firme de génie-conseil BPR, Charles Meunier, a expliqué « qu’il fallait travailler avec Bernard Trépanier pour avoir des contrats à Montréal ». Avant de lui parler, BPR s’est vu refuser la participation à un appel d’offres sous prétexte qu’elle était sous-qualifiée, ce que conteste M. Meunier. Après cet incident, son patron lui a fait comprendre qu’il devait contacter M. Trépanier. « À partir de ce moment, j’ai eu l’impression que BPR venait d’entrer dans le cercle. » M. Meunier devient l’entremetteur, ou « la boîte à malle », Le témoignage de Charles Meunier se poursuit aujourd’hui./WWW.CEIC.GOUV.QC.CA Façon de faire « Quand BPR remportait un contrat, il m’appelait pour me dire un montant. » Charles Meunier, ex-employé de la firme de génie-conseil BPR Les fausses factures de Génivar Pour Génivar, la fausse facturation afin de payer Union Montréal était un « phénomène fréquent », a expliqué un ex-viceprésident de la firme qui a conclu son témoignage hier devant la Commission Charbonneau. François Perreault a raconté que Génivar aurait remis entre 300 000 et 400 000 $ de 2004 à 2008 à Bernard Trépanier, l’exargentier du parti Union Montréal de l’ancien maire Gérald Tremblay, pour obtenir d’importants contrats de génie-conseil dans la métropole. La compagnie devait toutefois utiliser un stratagème complexe afin de lui remettre de l’argent comptant sans alerter les autorités. Une compagnie – comme un individu – ne peut légalement retirer d’importantes sommes d’argent de ses coffres et les faire « disparaitre ». Pour ce faire, Génivar émettait une facture au nom d’une compagnie « bidon » ou d’une « coquille vide » pour de faux travaux exécutés. qui donnera au moins à quatre reprises des enveloppes contenant de l’argent comptant, soit Dons aux partis politiques 0,495 M$ Le Parti libéral a reçu 396 000 $ des dirigeants de Génivar. Le Parti québécois en a reçu 99 000. Celle-ci, spécialisée dans ce type de stratagème, encaissait le chèque contre la fausse facture et remettait de l’argent comptant à Génivar, en s’octroyant une commission de 10 à 15%. Elle-même utilisait d’autres compagnies bidon pour « officialiser » ses dépenses. Par exemple, la firme Bidon inc. facture 57 000 $ à Génivar pour la « surveillance d’un chantier » au cours d’un contrat. Génivar acquitte le montant par chèque et reçoit 50 000 $ en argent comptant. Bidon inc. doit toutefois justifier sa dépense de 50 000 $. Elle usera de comptabilité créative en émettant des factures à d’autres coquilles vides. PHILIPPE-VINCENT FOISY chaque fois que BPR obtiendra un contrat avec la Ville. Nerveux, il a expliqué qu’il Obtention de contrats Zampino était le boss L’ex-bras droit de Gérald Tremblay, Frank Zampino, était le grand chef d’orchestre du système de collusion qui a sévi à la Ville de Montréal entre 2002 et 2008, a expliqué François Perreault. « Quand j’allais voir Bernard Trépanier pour lui demander une faveur, il me disait : je vais voir avec mon boss, a raconté M. Perreault. C’était clair pour moi que le boss, c’était M. Zampino. » M. Perreault a expliqué que les remises d’argent étaient « un irritant majeur » pour les firmes de génie, mais elles ont continué parce que c’était l’unique moyen d’obtenir des contrats. « Le système à Mont réal était exagéré, a-t-il dit. Ç’a 04 tentait de rencontrer M. Trépanier le plus rapidement possible pour se débarrasser de l’argent. Les rencontres, dignes de scènes de films, se faisaient dans sa voiture, dans son bureau ou dans celui de M. Trépanier. « Je lui disais : l’argent est sous le banc… Je ne le lui ai jamais remis en mains propres », a-t-il raconté. François Perreault/WWW.CEIC.GOUV.QC.CA atteint un sommet inégalé. » Il a aussi indiqué qu’en plus de donner 3% sur chaque gros contrat, toutes les compagnies faisaient des dons politiques municipaux et provinciaux. « C’était presque obligatoire de donner aux partis politiques. Les compagnies ne le faisaient pas de gaîté de cœur, elles y étaient obligées, a-t-il précisé, expliquant que la collusion était absente du ministère des Transports du Québec. Ne pas le faire aurait constitué un risque pour les affaires. » PHILIPPE-VINCENT FOISY
Une résilience qui défie la norme. Le serveur System x3650 M4 Express IBM. Les solutions d’affaires vitales nécessitent un serveur pouvant offrir des performances stables même quand la pression se fait sentir. Puissant et s’adaptant à vos besoins, le serveur System x3650 M4 Express MD IBM MD, équipé du processeur Intel MD Xeon MD le plus récent, possède une architecture résiliente conçue pour fonctionner à des températures aussi élevées que 40 °C pendant la totalité de ses heures d’exploitation 1. Cette capacité, qui permet d’économiser sur les coûts d’énergie et de refroidissement, n’est pas garantie pour les serveurs HP ProLiant DL380p G8 ou Dell PowerEdge R720 2. Ajoutez à cela l’expertise des partenaires commerciaux IBM et vous pourrez répondre aux demandes croissantes de votre infrastructure informatique. Un serveur résilient pour vos solutions d’affaires vitales. System x3650 M4 Express IBM 2 564 $ BladeCenter HS23 Express IBM 2 819 $ Numéro de produit : 7875-E4U Gamme de produits du processeur Intel Xeon E5 2600, comprenant jusqu’à 8 cœurs. Jusqu’à 256 Go à 1 333 MHz (avec des barrettes DIMM de 16 Go), 16 connecteurs DIMM – carte extraplate ECC avec mémoire enregistrée DDR3 à 1 333 ou 1 600 MHz. Carte d’extension CIOv en standard et logement de carte d’extension CFFh haut débit. Matrice virtuelle intégrée pour BladeCenter, contrôleur binodal Emulex BE3 à 10 Gb/1 Gb. Compatibilité avec disques durs SAS/SATA ou unités à circuits intégrés remplaçables à chaud. Compatibilité avec tous les boîtiers BladeCenter. Consultez le livre blanc En maintenant une température plus élevée dans son centre informatique, une entreprise peut réduire ses coûts sans nuire aux performances. ibm.com/systemes/ca/resilience Visitez le site mobile. Numéro de produit : 7915-EAU Jusqu’à 2 processeurs Intel Xeon série E5-2600 à 8 cœurs. Jusqu’à 768 Go via 24 connecteurs (UDIMM/RDIMM/LRDIMM/HCDIMM). Stockage interne SAS/SATA pouvant atteindre 16 To (modèle 2,5 po) ou 18 To (modèle 3,5 po). De 4 à 6 ports PCIe 3.0 ; 4 PCI-X ou 2 PCIe double largeur (pour unité de traitement graphique par soumission) en option. Conformité équivalente à NEBS 1/ETSI pour modules d’alimentation à courant alternatif et continu ; conformité aux normes 80 PLUS Platinum et ENERGY STAR (selon le modèle). 16 unités de disque dur 2,5 po, ou 6 unités de disque dur 3,5 po, ou 32 unités SSD 1,8 po. Modules d’alimentation, ventilateurs et unités de disque dur remplaçables à chaud. Storwize V3700 IBM 9 074 $ Numéro de produit : 2072-S2C Système de stockage sur disques d’entrée de gamme qui offre une grande souplesse de confi guration, avec jusqu’à 120 disques durs et unités à circuits intégrés (180 To). Interopérabilité complète, avec un vaste ensemble de solutions Microsoft MD et VMware prises en charge. Soutien multiprotocole (iSCSI, FC et FCoE) qui offre de la souplesse en matière de regroupement. Facilité d’utilisation avec interface graphique à pointage et cliquage semblable à celle des systèmes de stockage d’entreprise IBM. Virtualisation interne, fonction FlashCopy et allocation de ressources à la demande comprises sans frais supplémentaires. Fonction intégrée de migration des données permettant de transférer facilement des données d’unités de stockage plus anciennes vers le système V3700. Appelez le Concierge IBM pour qu’il vous mette en contact avec le partenaire commercial IBM approprié : 1 866 872-3902 (indiquez x3650m4). 1. S’applique aux modèles de serveur System x3750 M4, x3650 M4, x3630 M4, x3550 M4, x3530 M4 et x3300 M4 IBM équipés de processeurs de 95 watts ou moins. 2. Le système HP ProLiant DL380p G8 supporte des températures allant jusqu’à 35 °C (lien en anglais : http://www.storagenetworks.com/documents/manuals/dl380p-gen8-manual.pdf). Les systèmes Dell PowerEdge R720 et R720xd supportent des températures allant jusqu’à 40 °C pendant 10% des heures d’exploitation annuelles ou moins (lien en anglais : http://support.dell.com/support/edocs/systems/peR720/en/OM/r720omen.pdf). Le matériel IBM est fabriqué à partir de pièces neuves, ou à partir de pièces neuves et usagées en bon état. D’une manière ou d’une autre, les modalités de la garantie IBM s’appliquent. Pour obtenir un exemplaire de la garantie de produit applicable, allez à l’adresse ibm.com/servers/support/machine_warranties. IBM n’émet aucune déclaration ni garantie, expresse ou implicite, au sujet des produits ou des services tiers. IBM, le logo IBM, BladeCenter, FlashCopy, Express, Storwize et System x sont des marques de commerce ou des marques déposées d’International Business Machines Corporation, enregistrées dans un grand nombre de juridictions dans le monde, et utilisées sous licence par IBM Canada Ltée. Les autres noms de produit et de service peuvent être des marques de commerce d’IBM ou de tiers. Microsoft est une marque déposée de Microsoft Corporation aux États-Unis et (ou) dans d’autres pays. La liste à jour des marques de commerce IBM est publiée à l’adresse www.ibm.com/legal/copytrade.shtml. Intel, le logo Intel, Xeon et Intel Inside sont des marques déposées d’Intel Corporation aux États-Unis et (ou) dans d’autres pays. Tous les prix et les estimations d’économies possibles peuvent changer sans préavis et varier selon la confi guration. Ils sont basés sur les prix de vente au détail estimés par IBM, en date du 15 janvier 2013, et peuvent ne pas inclure le stockage, le disque dur, le système d’exploitation ou d’autres composants. Les prix offerts par les intermédiaires et les économies qui en découlent pour les utilisateurs peuvent varier. Les produits sont offerts selon leur disponibilité. Ce document a été élaboré pour les offres destinées au Canada. IBM pourrait ne pas offrir les produits, les fonctions ou les services décrits dans le présent document dans d’autres pays. Contactez votre représentant IBM ou un partenaire commercial IBM pour obtenir les prix les plus à jour dans votre pays. Copyright IBM Corporation, 2013. Copyright IBM Canada Ltée, 2013.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :