Métro Montréal n°2013-03-13 mercredi
Métro Montréal n°2013-03-13 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2013-03-13 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (237 x 291) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 13,5 Mo

  • Dans ce numéro : Québec s'attaque au financement municipal.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
journalmetro.com mercredi 13 mars 2013 L’émotion à son comble à l’audience de Magnotta Montréal. Le père de Jun Lin, l’étudiant chinois que Luka Rocco Magnotta est accusé d’avoir tué et démembré, a quitté la salle d’audience en larmes, hier, après avoir entendu des éléments de preuve à l’enquête préliminaire du présumé meurtrier. L’audience a commencé avec les témoignages de policiers qui ont travaillé sur cette sordide affaire. Lorsque le deuxième témoin a pris la parole, Daran Lin a été submergé par l’émotion et a quitté la salle en sanglots. Magnotta, qui est âgé de 30 ans, est accusé du meurtre prémédité de Jun Lin, un étudiant d’origine chinoise qui fréquentait l’Université Concordia. Magnotta aurait ensuite démembré son cadavre dans son appartement du quartier Côte-des-Neiges et aurait expédié par la poste des membres du corps de la victime. L’audience fait l’objet d’une ordonnance de non-publication sur la preuve présentée. LA PRESSE CANADIENNE Visiblement ébranlé, le père de Jun Lin, Daran Lin, a dû quitter la salle d’audiences lors des témoignages./RYAN REMIORZ/LA PRESSE CANADIENNE Richard Bain doit assurer sa défense d’ici le 3 avril Richard Henry Bain fait face à 16 chefs d’accusation, notamment de meurtre prémédité et de tentative de meurtre./ARCHIVES MÉTRO Projet de loi 14 Un maire anglophone prédit le « chaos » Le gouvernement péquiste risque de plonger le Québec dans le chaos s’il s’avise de retirer aux municipalités leur statut bilingue, a prévenu hier le maire de Côte-Saint- Luc, Anthony Housefather. Huis clos La requête rejetée Les membres du public et les médias ont finalement été autorisés à assister aux audiences de l’enquête préliminaire. En effet, la juge Lori-Renée Weitzman, de la Cour du Québec, a rejeté hier matin une requête de huis clos présentée la veille par l’avocat de Magnotta, Luc Leclair. Celui-ci alléguait que toute information qui filtrerait de la salle d’audience pourrait porter atteinte au droit de son client à subir un procès juste et équitable. L’avocat des médias, Mark Bantey, a expliqué à sa sortie du tribunal que la juge s’était rendue à ses arguments, selon lesquels les provisions du Code criminel entourant une ordonnance de non-publication étaient amplement suffisantes. Les avocats représentant la famille de Jun Lin et les procureurs de la Couronne avaient aussi exprimé lundi leur opposition à la requête de huis clos. LA PRESSE CANADIENNE Lors de la commission parlementaire étudiant le projet de loi 14 sur le français, les maires de banlieue ont rejeté la remise en question du statut bilingue dont jouissent plus de 80 municipalités. Même celles qui ne comptent plus qu’une minorité d’anglophones ne doivent pas perdre « leurs droits acquis », a dit M. Housefather, au nom de l’Association des municipalités de banlieue (AMB). LA PRESSE CANADIENNE Le juge Jean-Paul Braun, de la Cour du Québec, a donné trois semaines à Richard Henry Bain pour décider s’il se représentera lui-même ou s’il fera appel aux services d’un avocat. Bain, qui a perdu les services de l’avocate qui le défendait jusqu’à tout récemment parce qu’il n’est pas admissible à l’aide juridique, était très agité à l’ouverture de son enquête préliminaire, hier. Richard Henry Bain est l’auteur présumé de l’attentat qui a fait un mort et un blessé grave au Métropolis de Montréal le soir des élections générales au Anthony Housefather/JACQUES BOISSINOT/LA PRESSE CANADIENNE Fanatique Richard Bain, qui a été jugé apte à subir son procès, apparaît de plus en plus comme un anti-souverainiste fanatique. aux gestes très graves qui lui Québec, le 4 septembre dernier. Comme à chacune de ses présences en Cour, l’accusé âgé de 62 ans s’est plaint de ses conditions de détention et de son incapacité à obtenir ce dont il Tel-jeunes Passage au texto Les jeunes qui veulent communiquer avec Tel-jeunes pour ront désormais le faire par message texte. Tel-jeunes devient le premier organisme jeunesse au pays à ajouter les textos à ses modes d’intervention. Les jeunes pourront texter leurs questions au 514 600-1002. MÉTRO sont reprochés et ne semble avoir aucun remords. comme la victime d’un régime qu’il a qualifié, hier, de raciste et de nazi. a besoin pour préparer sa défense, dont un dictionnaire. Il s’est également plaint de sa difficulté à communiquer avec l’extérieur du centre de détention Rivière-des-Prairies. Avant Scandale du CUSM Jeremy Morris remis en liberté L’un des présumés acteurs du scandale financier du Centre universitaire de santé McGill (CUSM), Jeremy Morris, a été remis en liberté sous conditions et doit revenir en cour le 23 mai, a confirmé hier la procureure de la Couronne. 06 de quitter la salle, il s’est lancé dans une tirade contre le gouvernement Marois et en faveur de la partition de Montréal. Richard Bain a d’ailleurs trouvé un porte-parole qui s’est présenté comme étant lui aussi un partitionniste et qui a, lui aussi, refusé d’aborder la question des accusations auxquelles fait face Richard Bain. Le technicien de scène Denis Blanchette a péri dans l’attaque du Métropolis alors que son collègue, Dave Courage, a été grièvement blessé. Bain doit revenir en cour le 3 avril prochain. LA PRESSE CANADIENNE Le suspect de l’opération policière Projet Lauréat a comparu au Palais de justice de Montréal hier après-midi pour y faire face à diverses accusations de fraude. Jeremy Morris a été épinglé lundi par la Sûreté du Québec (SQ) à l’Aéroport international Pierre-Elliott- Trudeau, a confirmé hier l’Unité permanente anticorruption (UPAC). LA PRESSE CANADIENNE
Pas de congé parental pour les élus municipaux Travail. S’ils deviennent parents, les conseillers municipaux de la Ville de Montréal n’ont pas droit au congé parental. Ils doivent démissionner s’ils veulent s’en prévaloir. MARIE-EVE SHAFFER me.shaffer@journalmetro.com « Les élus ne sont pas des salariés. (…) Leur statut s’apparente à celui du travailleur indépendant », a expliqué hier le président du conseil municipal, Harout Chitilian, lors de la première réunion publique de la commission de la présidence. Celle-ci doit réfléchir à des mesures pour aider les conseillers municipaux à mieux concilier leurs obligations familiales et leur devoir d’élu. Une motion déposée au conseil municipal par la conseillère Elsie Lefebvre au mois de décembre lui en a donné le mandat. Actuellement, les élus municipaux ne peuvent pas s’absenter du conseil municipal pendant 90 jours consécutifs, sans quoi leur mandat prend fin, en vertu de la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités. Le conseil municipal peut toutefois accorder un délai supplémentaire de 30 jours. À Montréal, les élus Semaines de trois jours Des policiers manifestent Une cinquantaine de policiers de la Ville de Montréal ont manifesté hier matin en marge de la réunion de la commission de la présidence où il était question de la conciliation travail-famille des élus municipaux. Ils ont dénoncé la fin de leur horaire de trois jours et demi à partir du 24 mars prochain. « Ce retour en arrière est inacceptable et l’est encore plus aujourd’hui quand on apprend que les élus veulent pour eux ce qu’ils enlèvent aux policiers », a indiqué le Absurde « Je me rappelle d’une collègue qui était avec son bébé [au conseil municipal]. Le bébé était dans les bras de l’attaché politique, sans quoi l’élue était destituée de ses fonctions. C’est une absurdité totale. » Caroline Bourgeois, vice-présidente de la commission de la présidence qui ne se présentent pas à une séance du conseil municipal reçoivent en plus une amende de 100 $, d’après le règlement sur le traitement des membres du conseil. Des motifs sérieux peuvent cependant les dispenser de ces pénalités, comme un accouchement, la maladie d’un enfant ou un décès dans la famille immédiate. Plusieurs mesures ont été proposées lors de la réunion de travail de la commission de la présidence pour aider les élus, notamment d’abolir le système de pénalités, de reporter la tenue des conseils d’arrondissement après la semaine de relâche au mois de mars et de permettre aux élus de siéger par vidéoconférence. Marvin Rotrand, qui agit aussi à titre de vice-président de la commission de la présidence, s’est montré préoccupé par les assouplissements réclamés. Il a insisté sur le fait que « le premier devoir d’élu est d’être présent au conseil ». Caroline Bourgeois a répliqué qu’une élue peut être de retour au travail après la naissance d’un enfant sans siéger nécessairement au conseil municipal. Elle a dit éprouver président de la Fraternité des policiers de Montréal, Yves Francœur. Selon lui, l’horaire de trois jours et demi avait l’avantage de permettre l’affection de plus de policiers le soir, en plus de faciliter la conciliation travail-famille. Le Service de police de la Ville de Montréal a annoncé en décembre dernier son intention de mettre fin aux horaires de trois jours et demi. Les coûts supplémentaires engendrés par ceux-ci sont en cause. Le syndicat des policiers a déposé un grief pour contester la décision de la Ville de Montréal. Celui-ci sera entendu le 22 mars prochain. MARIE-ÈVE SHAFFER un malaise devant la menace de destitution d’une élue ayant à cœur son travail. Elsie Lefebvre, qui a assisté aux travaux de la commission, SOUTIEN- GORGE À PARTIR DE PYJAMA À PARTIR DE 4 99$ 9$ $ CULOTTE TE HOMME ET FEMME ME 99 À PARTIR DE ¢ 4 99 $ LE MORCEAU a entre autres suggéré qu’une halte-garderie soit aménagée dans l’hôtel de ville et qu’un soutien administratif soit accordé aux élues qui viennent de donner naissance à un enfant. Au terme de la séance de travail, le président de la commission, Harout Chitilian, s’est montré ouvert à inclure davantage la technologie dans le quotidien des élus municipaux. Il entend réfléchir à des services de proximité qui pourraient être offerts à l’hôtel de ville. PLACE MONTRÉAL TRUST SEULEMENT 1500, AVENUE McGILL COLLEGE, MONTRÉAL• 514 287-7666 ROBE DE CHAMBRE À PARTIR DE 99 5 99 $ « On a beaucoup de chemin à faire avant que notre règlement soit digne du 21 e siècle », a admis hier le président du conseil municipal, Harout Chitilian./YVES PROVENCHER/MÉTRO TOUT DOIT DISPARAÎTRE ! ADDITIONNEL SUR LE PRIX DE SOLDE JUSQU’AU 16 MARS À PARTIR DE50% LIQUIDATION TOTALE 07



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :