Métro Montréal n°2013-03-08 week-end
Métro Montréal n°2013-03-08 week-end
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2013-03-08 de week-end

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (237 x 291) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 14,4 Mo

  • Dans ce numéro : Québec et Ottawa en désaccord sur le futur pont Champlain.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
CHANSON ET VARIÉTÉS Susie Arioli 9 mars Les Cowboys Fringants 6 juin Peter Peter Hôtel Morphée 4 avril journalmetro.com Week-end 8-10 mars 2013 Dans Stoker, le père d’India (Mia Wasikowska, à droite) meurt dans un accident et un oncle mystérieux dont elle ignorait l’existence s’installe avec elle et sa mère (Nicole Kidman, à gauche). India commence bientôt à se méfier de l’homme (interprété par Matthew Goode), qui l’attire du même souffle./20TH CENTURY FOX SCÈNE 1425 GlennMiller Orchestra 14 mars We Are Wolves 12 mars Cœur de pirate 17 mai RÉSERVEZ DÈS MAINTENANT 450 667-2040 Nouveau départ Cinéma. Le réalisateur de Oldboy, Park Chan-wook, dirige Nicole Kidman et Mia Wasikowska dans le drame d’horreur Stoker, qui marque ses débuts aux États-Unis. Damien Robitaille 15 mai Hollywood Undead 25 mars Pierre Lapointe 21 décembre SALLEANDREMATHIEU.COM NED EHRBAR Metro World News Le cinéaste sud-coréen Park Chan-wook est reconnu pour son cinéma étranger « de genre », particulièrement pour sa « trilogie de la vengeance » qui comprend Sympathy For Mr. Vengeance, Sympathy for Lady Vengeance et son œuvre phare, Oldboy, dont on se souvient pour sa bataille au marteau dans un corridor et pour la scène où le personnage principal avale une pieuvre vivante. Park fait peut-être un début tardif aux États-Unis, mais il le fait à sa manière : Stoker, qui met en vedette Mia Wasikowska, Matthew Goode et Nicole Kidman, est un thriller gothique stylisé avec au menu des secrets de famille, du sexe et des meurtres en série. Qu’est-ce qui vous a poussé à vouloir réaliser un film aux États-Unis ? Ça m’a pris 10 ans pour faire mon film précédent, Thirst, de l’idée embryonnaire à la fin du montage. Après celuilà, j’avais fait tous les films que je souhaitais. J’avais besoin d’un tournant dans ma carrière. Je cherchais un bon scénario, et le timing a été bon. Il semble que le scénario, bien qu’il n’ait pas été écrit par vous, ait plusieurs points communs avec votre œuvre... Il y a plusieurs manières de lier cela à ce que j’ai fait avant – mais quand j’ai lu l’histoire pour la première fois, j’ai remarqué que les personnages étaient différents de ce que j’avais fait avant. Ils ne s’embarrassent pas de dilemmes éthiques, alors que mes précédents personnages étaient faits de dilemmes. Dans Stoker, les gens ne semblent avoir aucun problème de culpabilité. Alors qu’en fait, ils sont simplement meilleurs pour Montréal Carte blanche à Barbeau- Lavalette et à Proulx-Cloutier Slam, gumboots, chansons, projection d’un court métrage : les artistes touche-à-tout Anaïs Barbeau-Lavalette et Émile Proulx-Cloutier ont concocté un spectacle éclectique qui sera présenté en avril à la Cinquième salle de la Place des Arts. Pour l’événement, intitulé Vous êtes libres – Cabaret multi, les complices disent avoir choisi de réunir « des coups de cœur et de se bâtir un cabaret vivant, sans contrainte Public plus large les cacher. 32 « Je voulais faire un film élégant et esthétique que les filles de l’âge d’India, le personnage principal, apprécieraient. » Park Chan-wook, connu pour ses films généralement plus violents que Stoker Comment compareriez-vous le travail aux États-Unis à celui en Corée du Sud ? La présence du studio est plus forte ici. Il y a beaucoup d’échange d’idées et d’opinions. J’ai dû expliquer pourquoi je voulais certaines choses d’une certaine manière. Je n’étais pas habitué à une telle quantité d’opinions, mais au final, ç’a été très productif. Il y a peu de violence dans Stoker. Était-ce en réaction à votre réputation de faire des films violents – qui, il faut le souligner, ne font pas non plus dans la violence très graphique ? Ce n’était pas une réaction de ma part. Ce qui a attisé mon intérêt pour ce scénario, c’est le fait que ma fille a le même âge que la protagoniste. Je voulais faire un film que les filles de l’âge d’India [le personnage principal] voudraient venir voir. Quelque chose de trop dégoûtant ne fonctionnerait donc pas. Je voulais faire un film élégant et esthétique que les jeunes filles apprécieraient. Infos Stoker En salle dès le 15 mars de thème et sans MC », après que la Place des Arts leur eut donné carte blanche. Émile Proulx-Cloutier interprétera des chansons de son premier album à venir, et Anaïs Barbeau-Lavalette offrira un court métrage réalisé avec la complicité d’André Turpin, précise-t-on dans le communiqué de l’événement. Le couple engagé sera entouré de plusieurs créateurs, dont la slammeuse Marjolaine Beauchamp, le monologuiste Fabien Cloutier, la troupe de gumboots Bourrask et un batteurvioloncelliste qui joue des deux instruments en même temps, Étienne Ratthé. Les représentations auront lieu les 4, 5 et 6 avril. Les billets, au coût de 20 $, sont actuellement en vente. LA PRESSE CANADIENNE
Pour connaître les matières acceptées dans votre bac de récupération, contactez votre municipalité. En récupérant des boîtes de conserve, nous créons des électroménagers. Récupérer c’est recréer. RECREER.CA



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :