Métro Montréal n°2013-03-08 week-end
Métro Montréal n°2013-03-08 week-end
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2013-03-08 de week-end

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (237 x 291) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 14,4 Mo

  • Dans ce numéro : Québec et Ottawa en désaccord sur le futur pont Champlain.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
Alice Taglioni et Patrick Bruel jouent les rôles principaux dans Paris-Manhattan, premier film de Sophie Lellouche : « Travailler avec eux m’a beaucoup aidée, ils m’ont beaucoup entourée, on a travaillé ensemble, ils étaient vraiment à mes côtés pour faire le film que je voulais. Ils étaient enthousiastes comme si eux-mêmes participaient à leur premier film ! » affirme la réalisatrice, pour qui c’était « un rêve » que de travailler avec les deux comédiens./COLLABORATION SPÉCIALE Par amour pour Woody Cinéma. Avec son premier film, Paris- Manhattan, Sophie Lellouche a réalisé son rêve de jeune fille : rencontrer Woody Allen. JESSICA ÉMOND-FERRAT j.emond-ferrat@journalmetro.com Au début de Paris-Manhattan, le personnage principal, Alice (Alice Taglioni), raconte comment elle est tombée amoureuse de l’univers de Woody Allen après avoir vu, adolescente, son film Hannah and Her Sisters. Ce point de départ est assez autobiographique, admet Sophie Lellouche. « Un de mes rêves, c’était d’être amie avec Woody Allen, révèle-t-elle. Et je me disais que si je pouvais lui parler, lui raconter ma vie, lui demander des conseils, il m’aiderait et il serait un bon guide pour moi. » C’est ce que fait Alice – une pharmacienne célibataire qui a plus ou moins renoncé à l’amour après que l’homme de ses rêves lui eut préféré sa sœur – grâce à un poster sur son mur, qui répond à ses interrogations par l’intermédiaire de répliques tirées de ses films. Pour Sophie Lellouche, l’aval de Woody Allen et sa participation au film étaient des conditions sine qua non à la production de celui-ci. « Je ne suis pas vraiment réalisatrice, en ce sens que je sors de nulle part, je n’ai jamais fait de film avant, d’école de cinéma ; Paris-Manhattan vient À double tranchant « Le cinéma est thérapeutique dans la mesure où on peut ensuite passer à la réalité. Il ne faut pas oublier de sortir de la salle et d’agir. » Sophie Lellouche, dont le personnage d’Alice guérit les clients de sa pharmacie en leur prêtant des DVD, mais est elle-même incapable de se sortir de l’univers de Woody Allen. vraiment d’un désir très profond, d’un rêve. Et j’ai eu l’immense chance que Woody Allen accepte de participer à ce rêve. » Outre l’apparition dans le film du cinéaste new-yorkais – qui aide Alice et le personnage joué par Patrick Bruel à faire éclore l’histoire d’amour qu’ils n’arrivent pas à s’autoriser à vivre ensemble –, son influence se fait sentir à plusieurs égards, que ce soit dans la trame sonore, qui mêle vieux jazz et opéra, ou dans le regard quasi amoureux que pose la caméra de Lellouche sur la Ville lumière. « Je suis parisienne et j’adore cette ville ; je n’ai pas un regard de touriste, et je voulais montrer ce que j’aime, explique-t-elle. Les quartiers, la pharmacie, des endroits de Paris où je passe souvent, que j’avais envie de filmer. Non pas la tour Eiffel, mais des endroits qu’on connaît moins quand on est touriste, comme Woody Allen le fait quand il filme Manhattan. » L’influence d’Allen, Sophie Lellouche en est bien consciente, mais elle rappelle que son univers n’est pas complètement en phase avec celui du réalisateur d’Annie Hall : « C’est pour ça que ça ne pouvait être qu’un premier film, ajoute-t-elle. Il fallait voir comment j’allais pouvoir me dégager de toutes mes influences et arriver à être moimême une réalisatrice, alors que quand j’ai écrit le film, je n’étais pas une réalisatrice, mais simplement une amoureuse du cinéma et de Woody Allen en particulier. Le cheminement de ce film, c’était de devenir moi-même. » Et c’est d’ailleurs aussi ce que, raconte l’histoire d’amour entre Alice Taglioni et Patrick Bruel – un homme charmant et cynique qui n’a jamais vu un film de Woody Allen et qui ne correspond pas du tout à son « idéal » d’homme. « C’est une métaphore du métier de réalisateur, en fait, lance Sophie Lellouche. Alice veut reproduire les modèles de sa sœur, de sa mère, de son père. Sauf que, dans son histoire avec Victor, le personnage de Patrick Bruel, il n’y en a pas, de modèle ; elle ne sait pas où elle va. Et la vraie créativité, pour moi, c’est quand il n’y a pas de modèle, quand on n’est pas dans la reproduction. » Infos Paris-Manhattan En salle dès aujourd’hui PRÉSENTÉ PAR : 27 WWW.SUPERSTAR-LEFILM.COM FAITES L'EXPÉRIENCE DE LA MIGRATION LA PLUS INCROYABLE DU MONDE… ET DE LA QUÊTE D'UN HOMME POUR EN PERCER LES MYSTÈRES. EN AJOUTANT 5$ À VOTRE BILLET DE CINÉMA IMAX TELUS, VOUS AVEZ ACCÈS À TOUTES LES EXPOSITIONS EN COURS, INCLUANT MUSIK. Valide du 15 février au 10 mars 2013. Applicable à l’achat d’un billet à prix régulier. Ne s’applique pas aux réservations de groupes. Ne peut être jumelée à aucune autre offre ou promotion. Non monnayable, non remboursable. 30 ACTIVITÉS EXCLUSIVES POUR LA RELÂCHE ACHETEZ VOS BILLETS EN LIGNE DÈS MAINTENANT DU RÉALISATEUR DE QUAND J’ÉTAIS CHANTEUR LE NOUVEAU FILM DE XAVIER GIANNOLI COMPÉTITION OFFICIELLE MOSTRA DE VENISE SÉLECTION OFFICIELLE FESTIVAL CINÉMANIA SUPERSTAR ET SI ÇA VOUS ARRIVAIT ★★★★ « C’est drôle, féroce, inquiétant. Avec en prime, une Cécile de France très juste. » Journal du dimanche ★★★★ « Superstar est l’une des plus belles productions que l’année nous ait données à voir. » Le Monde ★★★★ « Un revigorant et édifiant thriller existentiel. » Marianne AVEC KAD MERAD ET CÉCILE DE FRANCE DÈS AUJOURD’HUI ! 514 847-2206 Pourquoi moi ? CONSULTEZ LES GUIDES-HORAIRES DES CINÉMAS National Science Foundation



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :