Métro Montréal n°2013-03-07 jeudi
Métro Montréal n°2013-03-07 jeudi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2013-03-07 de jeudi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (237 x 291) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 14,7 Mo

  • Dans ce numéro : Québec inflexible sur l'aide sociale.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
Tribune HASSAN SERRAJI CHRONIQUEUR ET BLOGUEUR Bébé en danger En mars 2002, j’ai foulé pour la première fois le sol montréalais. Il faisait un froid de canard ! Pourtant, j’avais entendu parler des affres de l’hiver québécois, toute une épreuve pour un nouvel arrivant. Hélas, je me croyais prêt. Et pour cause : sur mon autre planète, j’avais passé une grande partie de ma vie dans un patelin perché à presque 1000 m au-dessus du niveau de la mer. Alors, les températures sous zéro et la neige, j’en avais l’expérience. Je me disais qu’avec la qualité de vie au Québec l’hiver serait vivable. À l’école primaire, on s’organisait en duos pour allumer un chauffage au bois de fortune afin d’élever la température de la classe. Il fallait nous voir, accroupis à même le sol, souffler dans les tiges des stylos Bic pour attiser le feu avant l’entrée du maître et des élèves. Je connaissais aussi les tempêtes de neige, qui causaient des fermetures Un orang-outan de Bornéo âgé d’un mois s’agrippe à sa mère Miri. Le zoo de Singapour est reconnu pour garder cette espèce menacée dans un environnement social qui lui est adapté et pour éduquer le public sur l’importance de sa sauvegarde./WONG MAYE-E/AP MON PAYS, C’EST L’HIVER d’école salvatrices. On bricolait alors des luges artisanales à base de tige de sabra, un cactus de notre région ! Sans skis, ni bottes, ni autre équipement de circonstance, on faisait joyeusement des glissades improvisées dans les descentes montagneuses du Moyen-Atlas marocain. Fort de mon vécu hivernal, je croyais avoir bien préparé mon immigration. J’avais acheté un manteau d’hiver, qui s’est avéré une quelconque veste printanière à ma descente d’avion. Après une course dans les corridors de Dorval entre bagages, police de frontière et immigration, j’ai été giflé rageusement par une masse invisible de froid pur dès que j’ai mis les pieds au-delà du portail de l’aéroport. Dans la voiture de mon hôte, le chauffage crachait à plein régime. Entre le bruit de la radio, le chauffage et le spectacle lunaire de la portion de l’autoroute 520 Courrier des lecteurs Je te salue, Chavez ! Toujours égal à lui-même, notre premier ministre, le très honorable Stephen Harper, sort de son mutisme comme une marmotte annonçant un long hiver sombre. Sans tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler et sans faire preuve de la moindre compassion et du moindre respect pour les Vénézuéliens, il déclare qu’après la mort de Chavez « le Venezuela sera en mesure de se créer un avenir meilleur et plus prometteur ». La mort de Chavez, c’est la perte d’un leader pour les Vénézuéliens, pour les partisans du modèle socialiste et aussi pour les peuples sans porte-voix. Toutefois, le ventre qui a mis au monde l’homme au légendaire béret rouge peut donner plusieurs Chavez. Il est vrai qu’économiquement le Venezuela de Chavez n’était pas tout rose, mais le leader était un homme aux belles initiatives, près de son peuple. Mieux encore, il était l’antagoniste belligérant de la démocratie occidentale hypocrite. En 2011, le Venezuela se classait mondialement, selon le PIB, en 35 e position, et sur le continent de l’Amérique latine, en 5 e position. Le pays de Chavez laissait derrière lui Froid Le matin, du salon de mon hôte, je voyais le ciel azur et le soleil qui brillait. Un leurre ! Une fois dehors, comme on dit en bon québécois, « sacrifice qu’il faisait frette ». qui relie la A-40, j’étais horrifié et plié en deux pour frotter mes genoux gelés. Ici, mon expérience hivernale de naguère ne m’a été d’aucune utilité. J’ai découvert à mes dépens l’écart abyssal entre un -4 o C et les autres -15 oC. Avec mes soi-disant habits d’hiver, j’ai passé un premier mois horrible. Le matin, du salon de mon hôte, je voyais le ciel azur et le soleil qui brillait. Un leurre ! Une fois dehors, comme on dit en bon québécois, « sacrifice qu’il faisait frette ». Je n’en revenais pas ! Les gens marchaient dans la rue ; moi, je courais carrément entre la maison et l’arrêt de bus. Ce furent des moments intenses et moult États comme la Suisse, l’Autriche et la Norvège. Cher premier ministre, s’abstenir de blesser est suffisant comme indice de bonne conduite. HOUARI WELDMARAVAL, ANJOU Un très gros bateau Cette lettre répond à une autre intitulée « Discriminé au Québec » et publiée dans cette page hier. hallucinants. Quatre hivers plus tard, je me suis surpris en train de creuser fièrement la neige pour dégoter une place de stationnement en face de chez moi. À temps pour ne pas rater le début d’une partie des Canadiens. Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles de Métro. Le décès du président vénézuélien Hugo Chavez a été annoncé mardi./JUAN KARITA/AP Plus sur le web Suivez Hassan Serraji sur Twitter : @HassanSerraji Lisez aussi son blogue sur notre site journalmetro.com. Votre commentaire évoquant vos difficultés de recherche d’emploi m’interpelle. Lorsqu’on interroge nos étudiants quant aux organisations pour lesquelles ils aimeraient travailler, celles des secteurs public et parapublic ressortent parmi les préférées, année après année. Le hic, c’est que trop souvent ces organisations ont des processus de recrutement désuets et inutilement complexes. Le sentiment général des candidats est Volume : 13 Numéro : 5 À Montréal, Métro est publié par Médias Transcontinental S.E.N.C. 1100, boul. René-Lévesque Ouest, 24e étage, Montréal H3B 4X9 Tél. : 514 286-1066 Téléc. : 514 286-9310 Imprimé par Transmag Distribué par Messageries de presse Benjamin Éditeur : Daniel Barbeau Éditeur adjoint : Yves Bédard Contrôleur : Bernard Roy Rédacteur en chef : Eric Aussant Directrice générale des ventes : Mélanie Labelle Directrices de l’information : Jennifer Guthrie (jour), Rachelle McDuff (soir) Directrice du marketing : Laure Barnouin Directrice des ventes locales : Carole Dallaire Directrice des ventes nationales et spécialisées : Martine Ménard Directrice de la distribution : Danielle Tessier Chef de pupitre : Baptiste Barbe Équipe de rédaction Actualité en soirée : Maxime Huard, Andréanne Chevalier, Josie Desmarais Journaliste-pupitreur Monde : Sébastien Tanguay Vous avez une opinion à nous faire parvenir ? opinions@journalmetro.com Vous voulez annoncer dans nos pages ? publicite@journalmetro.com Vous avez une nouvelle à nous faire parvenir ? info@journalmetro.com Exclusif sur le web 21 Hugo Chavez empoisonné par ses « ennemis historiques » ? Nicolas Maduro, le viceprésident qui a annoncé la nouvelle du décès de Hugo Chavez, a montré du doigt les États-Unis, qui auraient provoqué le cancer dont souffrait le président. LE BLOGUE UN OEIL SUR LE MONDE PAR PIERRE EMMANUEL Saisir ce code pour obtenir l’article ! d’être en présence d’une machine désincarnée, d’une lourdeur bureaucratique incroyable. Votre exemple, sur la non-reconnaissance de vos diplômes de l’Université de Moncton par divers organismes gouvernementaux, illustre malheureusement cet état de fait. Alors que dans la plupart des organisations du secteur privé les processus de recrutement s’échelonnent sur une moyenne de quatre à six semaines, on parle parfois de plus de quatre à six mois pour des postes similaires dans le secteur public. Lors d’une récente discussion que j’ai eue avec un haut fonctionnaire responsable du recrutement, celui-ci a reconnu ces lacunes et m’a assuré que des mesures concrètes étaient envisagées. Dans une économie moderne, où les organisations sont en compétition pour attirer et conserver les meilleurs talents, il est tout simplement inconcevable que de telles contraintes existent encore, en 2013. Cela étant dit, je ne suis pas prêt à affirmer qu’il s’agit de discrimination. Ni du résultat de malversations politiques interprovinciales. Nous sommes plutôt en présence d’un très gros bateau, dont la proue est au XXI e siècle et la poupe au XXe. BENOIT DESGROSEILLERS, DIRECTEUR GÉNÉRAL, CENTRE DE GESTION DE CARRIÈRE ESG UQAM



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :