Métro Montréal n°2013-03-06 mercredi
Métro Montréal n°2013-03-06 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2013-03-06 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (237 x 291) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 12,6 Mo

  • Dans ce numéro : Hugo Chavez est mort à l'âge de 58 ans.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
S&P/TSX 12 737,67 TSX Crois 1 110,29 Nasdaq 3 224,13 S&P 500 1 538,20 +0,24% + 1,20% +1,32% +0,85% Mines : Québec vise un revenu minimum SUZANNE. DANSEREAU @TC.TC Une nouvelle page d’histoire de la Bourse a été écrite hier à l’ouverture de la séance. Le vénérable indice Dow Jones des 30 valeurs industrielles les plus importantes touche un sommet historique, grâce à un gain de 1% ou 149 points à 14 277. L’indice de blue chips est poussé vers le haut par Disney, Home Depot, J&J, Pfizer et Verizon, qui enregistrent tous de nouveaux sommets en plusieurs années. Le précédent sommet du Dow Jones avait été enregistré le 11 octobre 2007, à 14 164, avant que les Bourses ne s’effondrent à cause de la crise financière. La dernière fois que l’indice a atteint un nouveau sommet, il s’est par la suite effondré de 54% au cours des deux années qui ont suivi. Les pertes occasionnées par la plus grave crise qu’a connue l’économie américaine depuis la grande dépression des années 1930 ont cependant été complètement effacées après quatre années haussières des Bourses. Cette remontée a été alimentée par la plus forte croissance Un prix plancher pour les minières ? La ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, parle plutôt d’un revenu minimum garanti que le gouvernement du Québec entend percevoir auprès des minières qui extraient des minerais du sous-sol québécois. Interrogée en marge du congrès de l’Association des prospecteurs et entrepreneurs miniers du Canada (PDAC), qui se déroule à Toronto, où elle a prononcé un discours devant un regroupement de minières francophones (établies surtout en Afrique de l’Ouest), M me Ouellet a indiqué que ce revenu minimum garanti représentait « une des formules » que le gouvernement Marois présentera durant le forum sur les redevances qui se tiendra à Montréal le 15 mars prochain. « Le forum sera l’occasion de discuter de plusieurs formules, dont celle-là », a dit la ministre. Cette dernière est toutefois demeurée vague sur la façon dont elle compte s’y prendre. Ainsi, on ne précise pas si cette redevance minimale sera établie sur le prix du métal vendu ou sur la valeur du minerai extrait du sol. Il est impossible de savoir comment sera calculée la valeur du minerai. Il n’y a pas de marché qui détermine la valeur du minerai de fer, par exemple, et les coûts de production varient selon les mines. C’est là une des questions les plus épineuses que doivent résoudre les fonctionnaires du ministère des Finances et ceux des Ressources naturelles, censés collaborer dans ce dossier. Cela explique aussi pourquoi le document de consultation devant être publié en vue du forum n’a toujours pas été publié. Le gouvernement l’avait promis pour le 1er mars, mais n’a pas respecté cet échéancier. Les minières l’attendent aujourd’hui, mais selon une source bien informée, il n’est pas prêt. Des incitatifs plutôt que des bâtons dans les roues Réagissant au concept de revenu minimum garanti, Dominique Dionne, présidente du conseil d’administration de l’Association minière du Québec, a indiqué que le milieu était on ne peut plus inquiet. Plusieurs intervenants de l’industrie comprennent que les minières devront payer dès qu’elles auront extrait du minerai du sol. Avant même de faire des bénéfices, d’avoir remboursé leurs investisseurs qui Le Dow Jones à un sommet historique La Bourse de New York hier, au moment où le Dow Jones passait les 14 000 points. AP des bénéfices des entreprises depuis les années 1990 et une intervention sans précédent de la Réserve fédérale américaine et des autres grandes banques centrales du monde pour relancer l’économie. LESAFFAIRES.COM ont pris des risques élevés pour faire aboutir un projet de 10, 15, voire 20 ans. « Cela risque d’être très pénalisant, surtout pour les petites minières », a déploré Dominique Dionne en entrevue à LesAffaires.com. Selon elle, « c’est le temps de donner des incitatifs au secteur minier, pas de lui mettre des bâtons dans les roues ». La ministre Ouellet a réitéré que son approche « hybride » consistera à taxer les sur-profits. Mais tandis que le Parti québécois, dans l’opposition, fixait le seuil du surprofit à un taux de rendement de 8%, il serait prêt à revoir ce seuil à la hausse, a-t-on appris. Il se serait rendu aux arguments de l’industrie, selon lesquels aucun projet ne se finance avec un taux de rendement si bas, vu le risque. Pour M me Dionne, le Québec risque d’être « un grand perdant » s’il pige trop dans les poches des minières. « Le gouvernement doit voir la contribution des minières dans son ensemble : on ne paie pas seulement des redevances au gouvernement, mais des salaires élevés aux employés, des redevances aux autochtones, des contrats aux fournisseurs », plaide-t-elle. À titre d’exemple, Mine Raglan a versé un montant total de 115 M$ aux Inuits du Nunavik depuis qu’elle est en exploitation. Le chiffre du jour 20% Le marché immobilier canadien serait surévalué de 20%, selon les estimations de l’agence de notation Fitch Ratings. La firme a fait cette déclaration hier, lors du dévoile ment de son nouvel outil d’évaluation des pertes pos sibles sur les hypothèques résidentielles en fonction de différents scénarios macroéconomiques. UN DOLLAR CANADIEN 0,9726 $US 0,7457 € Martha Stewart de retour devant les tribunaux Huit ans après avoir écoulé une peine d’emprisonnement pour avoir menti au sujet d’une transaction boursière, Martha Stewart était de retour devant la justice hier matin. Elle est au cœur d’un litige juridique opposant deux des plus importants détaillants américains, Macy’s et J.C. Penney, au sujet de la vente des produits qui portent son nom. UNE ONCE D’OR 1579,75 $US Gougoux quitte la direction de Publicis Canada et BCP Yves Gougoux a pris la décision de quitter la barre de Publicis Canada et de l’agence BCP. De surcroît, il a décidé de vendre sa participation de 30% dans Publicis Canada et celle de 100% dans BCP à Publicis Worldwide. Du coup, Publicis Canada et BCP appartiennent à part entière à Publicis Worldwide. 12 LE BARIL DE PÉTROLE 90,79 $US La ministre des Ressources naturelles du Québec, Martine Ouellet PHOTO : ARCHIVES MÉTRO L’EXPRESS ÉCONOMIQUE Desjardins acquiert l’exploitant de Disnat Le Mouvement Desjardins s’apprête à mettre la main sur Nexa Technologies, en liquidation aux États-Unis. L’entreprise exploite non seulement sa plateforme de courtage en ligne Disnat, mais aussi ses concurrentes Questrade, Tradefreedom, Scotia iTrade, TD Active Trader et Meridian.
Tribune RENÉ VÉZINA CHRONIQUEUR AU JOURNAL LES AFFAIRES ET ANIMATEUR DE L’ÉMISSION DÉFICIT ZÉRO NE PAS JOUER À LA BOURSE, MAIS Y INVESTIR Douglas, 48 ans, et son fils Thomas, qui en a 15, s’intéressent aux rudiments du marché boursier. Mais vous ne les entendrez jamais dire qu’ils vont « jouer à la bourse » dans l’émission Déficit Zéro diffusée ce soir. Non pas qu’il soit interdit de s’amuser lorsqu’on s’aventure dans l’univers des actions et des produits dérivés, mais ce n’est pas un jeu ni une loterie. Pour réussir, à moins d’un formidable coup de chance, il faut de l’information, du travail, de l’analyse et du jugement. Et même là, tout peut survenir. Le 19 octobre 1987, l’indice Dow Jones – qui rend compte de la valeur de 30 des plus importantes sociétés cotées à la Bourse de New York – a dégringolé de 22,6%, sa plus forte baisse historique en termes de pourcentage. Il allait récupérer dans les semaines suivantes. La descente aux enfers de 2008 et 2009, au cœur de la dernière récession, a été plus douloureuse et il a Bourse Les cœurs fragiles devraient s’abstenir, mais le potentiel de rendement est réel, tout comme le sont les risques de débâcle. fallu du temps pour remonter la côte. Les gens qui y avaient placé l’essentiel de leurs billes ont mal dormi pendant de longs mois. Sauf que… depuis quelques années, les taux d’intérêt versés sur les dépôts à la banque ou à la caisse, de même que ceux que consentent les émetteurs d’obligations, sont minuscules. On s’attend à ce que ces taux demeurent bas au moins jusqu’en 2014. Quiconque a planifié l’évolution de son REER ou de ses épargnes en imaginant un rendement « conservateur » de 5 ou 6% grâce à des placements sécuritaires accuse maintenant un manque à gagner. Il y a toujours le marché immobilier, mais la cavalcade des dernières années est en train de se calmer. Dans le milieu, on s’attend à ce que les prix se stabilisent, et même qu’ils régressent au cours des prochains mois. Ce Klondike achève, s’il n’est pas déjà terminé, à moins qu’on soit doué comme bricoleur et qu’on puisse rénover à peu de frais ce qui tombe en ruine. De là l’intérêt renouvelé pour les Bourses. Les cœurs fragiles devraient s’abstenir, mais le potentiel de rendement est réel, tout comme le sont les risques de débâcle. C’est ce qu’on appelle le couple risque/rendement. Davantage de risques, mais davantage de rendement si… malgré ses hauts et ses bas, l’attrait du marché boursier est fondé sur des statistiques réelles : par exemple, de janvier 1926 à décembre 2008 (au plus fort de la crise), la progression des actions des sociétés américaines a quand même été de 9,6% par année, comparativement à 5,7% pour les obligations gouvernementales. Douglas et Thomas vont faire leurs propres investigations, plus par curiosité intellectuelle, au départ, que par envie immédiate de plonger. Leurs recherches vont les conduire à rencontrer différents types d’investisseurs, certains plus analytiques, d’autres plus pressés, qui pensent chacun avoir la meilleure formule. Il leur reviendra de choisir la stratégie qui leur convient le mieux et ce sera instructif de suivre leurs discussions. Des deux, étonnamment, c’est le fils qui semble le plus pressé. Encore que, pour faire les bons choix, il leur faudra, comme investisseurs éventuels, suivre ce conseil éternel du philosophe grec Socrate : « Connais-toi toi-même. » Suggestions Voici des lectures sur les marchés boursiers : Déficit zéro 13 un maître à penser de nombreux gestionnaires : The Intelligent Investor Mooney : Investir à la bourse et s’enrichir La Bourse ou la vie La Bourse pour les nuls, édition québécoise Protégez-vous : Le guide pratique de l’investisseur René Vézina donne un coup de pouce à des gens aux prises avec des problèmes financiers : mercredi à 19 h 30 à Télé-Québec.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :