Métro Montréal n°2013-02-26 mardi
Métro Montréal n°2013-02-26 mardi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2013-02-26 de mardi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (237 x 291) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 10,2 Mo

  • Dans ce numéro : la place des Nations mise sur la liste des sites menacés.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
+SANTÉ Cancer De l’astronomie à l’oncologie Des chercheurs anglais affiliés à l’Université Cambridge et à Cancer Research UK ont modifié un programme informatique utilisé pour identifier des galaxies éloignées afin de les aider à évaluer l’agressivité des tumeurs mammaires. À terme, cette méthode pourrait remplacer le processus d’observation au microscope, coûteux en temps. Le procédé a été testé sur plus de 2 000 échantillons, et les résultats indiquent qu’il est aussi efficace, en plus d’être plus rapide, peut-on lire dans le British Journal of Cancer. MÉTRO journalmetro.com mardi 26 février 2013 maillon à maillon Le génie et l’idiot Ce que les gens appellent souvent « parti pris » ou « préjugés » peuvent influencer la façon dont nous nous percevons./MÉTRO Psychologie. Nous portons tous des lunettes qui déforment notre vision des choses. LA VIE EN TRANCHES Camillo Zacchia Psychologue, Institut Douglas La plupart des gens appellent cela « parti pris » ou « préjugé », mais pour les psychologues, il s’agit de schémas et de croyances de base. Habituellement, nous considérons le parti pris comme quelque chose qui influe sur notre façon de voir les autres. Mais cela peut aussi influencer la façon dont nous nous voyons. Imaginons deux comptables de même compétence dans deux entreprises bien gérées. L’un d’eux se croit un génie, alors que l’autre se sent comme un imposteur. Qu’arriverait-il s’ils préparaient une feuille de calcul comportant une perte inexpliquée d’un million de dollars ? Eh bien, le génie pourrait dire à son patron paniqué de vérifier les chiffres qui lui ont été fournis. Il ne remettrait jamais en question son propre travail. La première chose que ferait l’imposteur serait de vérifier son travail, car il tente toujours de compenser pour ce qu’il perçoit comme des lacunes. Comment croyez-vous que le génie réagirait si on Les distorsions cognitives DONNEZ LECHAINON.ORG Ce sont les filtres qui déforment notre façon de voir les choses. Nos préjugés à l’égard des autres alimentent l’intolérance. Appliqués à nous-même, ils alimentent l’ego du « génie » et le syndrome de l’imposteur chez l’« idiot ». lui mettait sous le nez une erreur qu’il aurait commise ? Il dirait probablement : « Qui pourrait bien travailler, avec toutes ces interruptions ? », ou : « C’est une simple erreur que j’aurais décelée rapidement. » Autrement dit, son gros ego déforme ce qu’il voit. Son erreur est rapidement attribuée à des facteurs externes comme un logiciel désuet ou le fait d’être dérangé par des collègues. S’il ne peut trouver quelqu’un à blâmer, il diminuera l’importance de l’erreur. Il continuera à se croire brillant. Si le patron allait voir le comptable « imposteur » pour le prévenir qu’on lui avait donné les mauvais chiffres et lui disait « Nous avons corrigé notre erreur et tout s’équilibre. Beau travail ! Merci ! », comment réagirait le comptable ? 20 Il y a de grandes chances qu’il se remette tout de même en question. Il pourrait se dire « Je n’ai même pas vérifié les chiffres. Quel idiot ! » Ou alors : « C’était une simple feuille de calcul. Un âne pourrait le faire. » Autrement dit, l’individu qui a une faible estime de soi trouvera le moyen de se blâmer pour l’erreur d’autrui, ou diminuera l’importance de son bon travail. Il continuera de se croire idiot. Tous les préjugés se confirment d’eux-mêmes. Ce sont les filtres qui déforment notre façon de voir les choses. Nos préjugés à l’égard des autres alimentent l’intolérance. Appliqués à nous-même, ils alimentent l’ego du « génie » et le syndrome de l’imposteur chez l’« idiot ».
43,1% 25,9% 31,0% Comptabilité, finance et gestion des affaires Attestation d’études collégiales Programme ouvert à tous Début 13 mai 2013 Rencontres d’information 12, 19 et 26 mars à 10 h 2 et 9 avril à 10 h Inscription ou information 514 376-1620, poste 7388 Sondage. Pour ou contre la pharmacogénomique ? D’ici quelques années, la pharmacogénomique, une approche encore au stade de la recherche, permettra de prescrire des médicaments en fonction des gènes. Qu’en pensent les pharmaciens ? C’est ce qu’ont voulu savoir les chercheurs du Groupe d’action pour la pharmacothérapie personnalisée (GAPP) de l’Université de Montréal, selon ce que rapporte le journal Forum. Le GAPP a récemment sondé 284 pharmaciens québécois sur La priorité de notre équipe est la planification de votre santé ! Mexa vous offre sous un même toit : médical exercice nutritionnels pour une remise en forme optimale ! mexa.ca Venez assister à nos séances d’information gratuites et visiter nos locaux exceptionnels ! Montréal Mardi, le 5 mars 2013 à 12h et 18h 1029, rue Saint-Denis le sujet. Si plus de 95% d’entre eux n’hésiteraient pas à recommander des tests pharmacogénomiques à leurs patients, moins de 7% se disent capables d’en utiliser les résultats. Cela dit, les pharmaciens ne sont pas contre la pharmacogénomique : près de 97% des répondants veulent se mettre à jour dans le domaine (70% préférant l’internet comme mode de transmission des savoirs). Ils pourront bientôt le faire. Selon Simon de Denus, professeur Besoins de formation « Les pharmaciens aimeraient intégrer la pharmacogénomique à leur pratique, mais ils ne sont pas encore prêts à le faire. » Simon de Denus, auteur de l’étude agrégé à la Faculté de pharmacie de l’Université de Montréal, Rive-Sud (rencontre individuelle sur réservation) 2984, boul. Taschereau, bureau 402 6392 Vaudreuil-Dorion Mercredi, le 6 mars 2013 à 12h et 18h 395B, rue Joseph-Carrier 21 membre du GAPP et auteur principal de l’étude, une formation d’un crédit sera offerte en ligne par l’établissement d’enseignement à la fin de 2014. Les pharmaciens sont néanmoins inquiets, notamment au sujet de la confidentialité des données, de l’incidence psychologique des résultats des tests sur les patients et leur famille et de la possibilité que les tests établissent qu’aucun médicament n’est approprié pour le patient. MÉTRO



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :