Métro Montréal n°2013-02-22 week-end
Métro Montréal n°2013-02-22 week-end
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2013-02-22 de week-end

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (237 x 291) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 18,2 Mo

  • Dans ce numéro : il y aura du sompostage dans Saint-Michel.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Faites place au printemps ! 50% DE RABAIS * VÊTEMENTS CHAUSSURES ACCESSOIRES LITERIE ET LINGES DE MAISON Le lundi 25 février de 9 h à 21 h 3399, boul. Des Sources, Dollard-des-Ormeaux 875, boul. Curé-Labelle, Laval 1051, boul. Des Laurentides, Laval 1401, Chemin de Chambly, Ste 31 A, Longueuil Lundi - vendredi 9 h - 21h, samedi 9 h - 17h, dimanche 10 h - 17 h DEVENEZ MEMBRE DU CLUB *Les soldes excluent les bijoux, la marchandise neuve (étiquettes rouges), les livres et les produits indiquant articles ménagers journalmetro.com Week-end 22-24 février 2013 Pour des consultations publiques sur l’éducation supérieure Entrevue. Ce n’est pas en 48 heures que le système d’éducation supérieure sera réformé. Selon le professeur Norman Cornett, il faut le repenser de fond en comble en tenant des consultations publiques, de la même manière que cela a été fait pour les accommodements raisonnables. ANNABELLE BLAIS annabelle.blais@journalmetro.com À l’occasion du Sommet sur l’enseignement supérieur, Métro a demandé à ce professeur, qui s’est fait connaître pour ses méthodes peu conventionnelles, ce dont notre système avait besoin. M. Cornett pratique ce qu’il appelle la pédagogie radicale et cette méthode pourrait être un cœur de la réforme qu’il désire pour les universités. Par radicale, il entend le retour à la raison d’être de l’université. « Les universités doivent être des endroits de dialogue, de réflexion, de quiétude, de recueillement », dit-il. L’université occidentale doit revenir à ce qu’étaient la Sorbonne, Bologne et Oxford au Moyen-Âge, alors que les universités étaient des communautés. « Aujourd’hui, est-ce qu’on établit une communion entre les professeurs et les étudiants ? Le dénominateur commun des universités est que les étudiants sont seuls, isolés, aliénés », croit ce spécialiste des sciences des religions, Norman Cornett demande des consultations publiques qui permettraient à toute la population de partager ses opinions sur l’éducation supérieure./YVES PROVENCHER/MÉTRO Les profs d’université réclament un chantier sur l’accessibilité aux études Les professeurs d’université croient que le Sommet sur l’enseignement supérieur ne permettra pas de discuter en profondeur de l’accessibilité aux études post-secondaires. Ils réclament qu’un chantier de réflexion soit rapidement mis en place à la suite du sommet. « Ce qu’on veut, c’est qu’on réfléchisse de façon approfondie et rigoureuse », a affirmé hier le président de la Fédération québécoise des professeurs d’université (FQPPU), Max Roy. Il a salué l’initiative En profondeur « Plutôt qu’un pansement, il faut une opération à cœur ouvert de l’éducation. » Norman Cornett qui anime des rencontres sur la Commission Bouchard-Taylor. Depuis la Commission Parent en 1961-1965, qui a Propositions La FQPPU a formulé, hier, plusieurs propositions pour alimenter le débat sur l’accessibilité aux études post-secondaires. ou même des mesures conduit à la création des cégeps et du ministère de l’Éducation, il n’y a pas eu de vraie réforme, selon lui. Il demande donc des consultations publiques partout au Québec au cours desquelles toute la population serait invitée à partager son point de vue. « Le sommet du [25 et 26 février] pourrait jeter les balises d’une réforme, mais ce ne sera pas suffisant », précise-t-il. « Le printemps érable était beaucoup plus qu’une question monétaire, c’était un cri fiscales instaurées après l’obtention du diplôme mériteraient d’être envisagées, d’après les professeurs d’université. Ils suggèrent en outre de nationaliser le système de prêts et bourses. du gouvernement du Québec d’organiser un sommet, mais il juge que cet événement sera beaucoup trop court pour aborder tous les enjeux du système d’éducation post-secondaire. Le chantier de réflexion que demande la FQPPU doit être Pédagogie 06 Des méthodes particulières Ceux qui ont suivi un cours du professeur Cornett s’en souviennent. Il est un peu le John Keating de Dead Poet Society du Québec, avec des méthodes peu conventionnelles qui lui valent les éloges de ceux qui ont fréquenté ses classes. Au début du semestre, les étudiants prennent l’engagement suivant : ils obtiennent un A, mais doivent impérativement être présents à tous les cours. Aux bonnes réponses, le professeur Cornett préfère les réponses honnêtes. Plutôt que d’être orientés vers le contenu, ses cours ouvrent les esprits, croit Yves Jalbert, qui enseigne la philosophie au cégep et qui a suivi des séminaires de M. Cornett. ANNABELLE BLAIS du cœur collectif pour une société autre », dit celui qui s’est fait congédier de l’Université McGill en 2007 pour ses méthodes peu conventionnelles. Quant à la gratuité, il affirme que cette option doit faire partie des réflexions à considérer, mais il faut éviter l’approche qui serait de penser l’université uniquement sur la base des frais de scolarité. « Il faut une réforme de fond en comble, où l’argent n’est pas l’enjeu principal. L’argent ne résout pas tout », croit-il. Chose certaine, à ses yeux, les universités reçoivent des millions de dollars du gouvernement et elles doivent être redevables. organisé au sein d’un conseil des universités. Celui-ci doit être ressuscité, d’après M. Roy. Il permettrait, selon lui, d’obtenir une vision d’ensemble du réseau universitaire et de documenter l’état dans lequel il se trouve. La FQPPU, qui s’est prononcé contre une hausse des droits de scolarité, est en faveur d’une contribution « raisonnable » des étudiants au réseau universitaire. Selon son président, les études supérieures représentent un « investissement collectif ». MARIE-EVE SHAFFER
Pour la troisième année, Bell est fière d’être derrière MONTRÉAL EN LUMIÈRE, l’un des plus grands festivals d’hiver au monde. Venez visiter nos installations sur le site du festival.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :