Métro Montréal n°2013-02-21 jeudi
Métro Montréal n°2013-02-21 jeudi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2013-02-21 de jeudi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (237 x 291) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 15,0 Mo

  • Dans ce numéro : le maire Michael Applebaum conserve l'appui de Québec.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
journalmetro.com jeudi 21 février 2013 Le passé corrompu de Montréal « Chaque fois qu’on se lave, on sait d’avance qu’on se salira de nouveau, mais on se lave quand même. Pour que la politique conserve un minimum de décence, il faut qu’il s’opère périodiquement un nettoyage. Autrement, elle finit par se corrompre », écrivait le 20 octobre 1954 le directeur du quotidien Le Devoir, Gérard Filion. 1924 À l’époque, la vaste commission d’enquête Caron avait fait la lumière sur un système de corruption et de collusion qui existait depuis des décennies à Mont réal et dans lequel se compromettaient des policiers, des élus municipaux et des tenanciers de maisons de débauche. Au cours du dernier siè cle, des commissions d’en quête ont été périodique ment instaurées à Montréal pour mettre au jour des Enquête Coderre 3. À partir du XIX e siècle, la prostitution et les maisons de jeu ont été tolérées à Montréal, mais seulement dans le quartier du red light. « Au début du XX e siècle, il y a eu un mouvement de réformateurs montréalais qui s’est appelé le Comité des seize et qui a publicisé les problèmes du red light en insistant sur l’exploitation et la prolifération des maladies vénériennes, explique Mathieu Lapointe. Il a critiqué les autorités municipales, qui semblaient tolérer le red light. Ils ont accusé les conseillers municipaux, les juges et les policiers d’être corrompus. » En 1924, le vol d’un fourgon bancaire réalisé avec la complicité de policiers a été l’événement qui a convaincu tout le monde de la nécessité de tenir une commission d’enquête. Le juge Louis Coderre, qui a présidé cette commission, n’a pu que constater que rien n’avait Les élections « Le gouvernement du Québec se méfiait de l’enquête Coderre. Il avait beaucoup d’alliés dans le comité exécutif de Montréal. Il n’a pas voulu changer la date des élections pour qu’elles coïncident avec le dépôt du rapport Coderre. » Mathieu Lapointe, historien changé depuis l’enquête Cannon : les pots-de-vin étaient toujours une pratique courante et la police était toujours aussi corrompue. Le juge Coderre a remis comme il le devait son rapport au comité exécutif de Montréal, qui l’a rapidement tabletté. Aucun changement n’a été apporté avant le décès du président du comité exécutif. Le service de police a par la suite joui d’une plus grande autonomie. MARIE-EVE SHAFFER me.shaffer@journalmetro.com 4. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, l’industrie du vice a roulé à plein régime à Montréal. Devant la prolifération des maladies transmises sexuellement, l’armée a menacé d’empêcher ses soldats d’aller à Montréal. Le 2 février 1944, la municipalité a donc fermé toutes les maisons de débauche du red light. « Cet événement a démontré à la population que les autorités riaient d’elle, dit Mathieu Lapointe. D’autres bordels ont ouvert leurs portes par la suite, et les réformateurs disaient que, si les autorités voulaient vraiment les fermer, elles pouvaient le faire puisque ça avait été fait en 1944. » « Les policiers faisaient semblant de réprimer les maisons de jeu et de prostitution, ajoute-t-il. [Celles-ci] faisaient l’objet de perquisition régulièrement. Les procédures étaient mal faites, de sorte qu’on ne démantelait pas l’infrastructure de ces commerces et ils pouvaient continuer à rouler. » Une commission d’enquête a été demandée à deux reprises sur les liens qu’entretenaient la police, le crime organisé et le monde municipal affaires de favori tis me et de malversation. Le Centre d’histoire de Montréal (CHM) prépare d’ail leurs l’exposition Scandale ! Vice, crime et moralité à Montréal, qui sera présentée cet automne. Avec l’aide de l’his torien et chercheur invité de l’Institut d’études canadiennes de l’Uni versité McGill Mathieu Lapointe, qui collabore avec le musée montréalais, Métro revisite quelques-unes des grandes enquêtes qui ont secoué la métropole. Des pages et des pages 1000 L’acte d’accusation présenté par le Comité de moralité publique comptait 1000 pages et il visait 66 personnes qui faisaient l’objet de 4 800 accusations. Qui était Pax Plante ? Il s’est alors investi dans une campagne de « nettoyage » de Montréal pour éradiquer la corruption. « Il a constaté qu’on ne s’était pas attardé sérieusement à la répression de la prostitution et du jeu et qu’il y avait des accointances entre les tenanciers de bordel et les fonctionnaires », a expliqué Mathieu Lapointe. 1909 1. En avril 1909, le gouvernement du Québec lance une commission d’enquête sur l’administration municipale de Montréal. « C’est la première grande enquête du XX e siècle sur les problèmes de corruption et de favoritisme à Montréal », précise Mathieu Lapointe, du CHM. C’est un groupe de citoyens, qui comprenait notamment l’ancien maire de Montréal Hormidas Laporte et le sénateur Raoul Dandurand, qui a demandé cette enquête. Ils se plaignaient du patronage qui était pratiqué par le « gang des 23 » – des conseillers municipaux – lors de l’attribution de contrats de travaux publics et lorsqu’une promotion était accordée dans les services policiers. Ils dénonçaient également le fait que la 20 Enquête Cannon Dépositions 115 Le juge Lawrence John Cannon a entendu 115 dépositions et a reçu 548 éléments de preuve. police tolérait les salles de jeu et les maisons de débauche. Le juge Lawrence John Cannon rend public son rapport en septembre 1909. Dans celui-ci il décrit l’administration municipale comme étant « saturée de corruption provenant surtout de la plaie du patronage ». Pour remédier à la situation, il propose de réduire le nombre de conseillers municipaux et de créer un bureau de contrôle des commissaires, qui est, en quelque sorte, l’ancêtre du comité exécutif. Tous les élus blâmés, y compris le futur maire Médéric Martin, ne se représentent pas aux élections municipales de 1910 ou, s’ils sont candidats, ils sont défaits. 1950 Enquête Caron pour maintenir les maisons de jeu et les bordels en activité, mais elles ont été refusées. Ce n’est qu’en 1950 qu’une commission a été autorisée. La demande a été présentée par le Comité de moralité publique, dont les avocats étaient nuls autres que le futur maire Jean Drapeau et l’ancien directeur adjoint de l’escouade de la moralité, Pacifique « Pax » Plante. Pendant les quatre années qui ont suivi, la commission présidée par le juge François Caron, a entendu 373 témoins. Elle a été suspendue à plusieurs reprises en raison d’un Pax Plante et Jean Drapeau/COLLABORATION SPÉCIALE Il est entre autres connu pour avoir arrêté le roi de la pègre montréalaise, Harry Ship. - manque de financement et de poursuites judiciaires. Le juge Caron a déposé son rapport le 8 octobre 1954, à trois semaines des élections municipales. Des accusations ont par la suite été portées, et 20 personnes ont été déclarées coupables. Et Jean Drapeau a été porté au pouvoir une première fois. « Il a eu les coudées franches pour faire des réformes dans la police, explique M. Lapointe. Montréal est devenu plus clean. » - Le Devoir Il accusait les autorités policières et municipales de protéger le crime organisé et de maintenir les bordels et les maisons de jeu ouverts.
1912 Le maire douteux 2. Bien qu’il ait été accusé de malversation lors de la commission d’enquête Cannon, Médéric Martin est retourné à la politique en 1912 comme conseiller municipal. Mathieu Lapointe, historien 1977 Enquête Malouf 5. L’organisation des Jeux olympiques de Montréal devait coûter 310 M$, selon des estimations faites en 1972. Les coûts ont par la suite explosé. Le gouvernement de René Léves que a donc déci dé, en 1977, de mettre sur pied une commission d’enquête pour faire la lumière sur ces dépassements de coût. La présidence en a été confiée au juge Albert Malouf. « On a découvert que le chantier était hors de contrôle, raconte Mathieu Lapoin te. Il y a des entrepreneurs de la construction qui ont profité de l’absence de surveillance sur le chantier pour faire n’importe quoi. » Les fraudes, les vols, les actes de vandalisme et les détournements de matériaux ont été révélés au grand jour au cours de la commission, qui a duré plus de trois ans. Il Médéric Martin/COLLABORATION SPÉCIALE Puis, deux ans plus tard, il a brigué la mairie de Montréal et il a été élu. En accédant à la mairie, Médéric Martin a mis fin à l’alternance traditionnelle d’un maire francophone et d’un maire anglophone à la tête de Montréal. « Il y avait une rivalité entre l’est et l’ouest de la ville, ajoute l’historien. L’ouest était plus riche et était jugé plus favorisé par les milieux d’affaires. Des politiciens comme Martin jouaient sur cette réalité pour dire qu’il fallait donner leur dû aux entrepreneurs de l’est, ce qui donnait lieu à des protestations chez les entrepreneurs anglophones. » Pendant ses mandats à la mairie de Montréal, soit de 1914 à 1924, et ensuite de 1926 à 1928, le maire Martin a été soupçonné à plusieurs reprises de favoritisme et de corruption. Jean Drapeau/COLL. SPÉCIALE a même été démontré que le président du comité exécutif de Montréal, Gérard Nidding, s’était fait construire une maison aux frais des contribuables. En quelques mots 21 « Médéric Martin était un politicien populiste avec un bon sens de la répartie et de la rhétorique. » Des chiffres olympiques 310 M$ La tenue des Jeux olympiques devait coûter 310 M$, d’après les annonces faites en 1972. Quatre ans plus tard, le coût avait grimpé à 1,5 G$, et même jusqu’à 2 G$ en tenant compte des intérêts. L’architecte Roger Taillibert et le maire Jean Drapeau ont été blâmés pour leur mégalomanie. Ils ont fait preuve, selon le juge Malouf, « d’une incroyable incurie ». Le Parti libéral du Québec a aussi profité de ce chantier chaotique pour remplir sa caisse électorale grâce à deux firmes d’ingénierie. « Après cette commission, on ne pouvait plus avoir la même image de Drapeau, soit celle d’une intégrité parfaite, indique M. Lapointe. Il s’était fait flouer par ses proches. Il avait perdu le contrôle. C’est devenu le symbole de sa mégalomanie et de la mauvaise gestion de la ville. » PROJET DE TRANSFORMATION DU MARCHÉ SAINT-JACQUES DÈS LE 27 FÉVRIER, 19 h Centre Saint-Pierre 1212, rue Panet Métro Beaudry INFO : (514) 872-8510



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :