Métro Montréal n°2013-02-18 lundi
Métro Montréal n°2013-02-18 lundi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2013-02-18 de lundi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (237 x 291) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 9,7 Mo

  • Dans ce numéro : John Baird fait la leçon aux États-Unis.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
journalmetro.com lundi 18 février 2013 Dure, dure, la vie de vétéran américain Chronique. Il se fait appeler « The Shooter ». C’est un héros. Anonyme. Il a tué Oussama ben Laden, l’homme le plus haï des États-Unis. Il tire aujourd’hui le diable par la queue. Le « tireur », qui cache son identité pour des raisons de sécurité, dit n’avoir aucune protection sociale. Il n’a bien sûr pas touché un sou des 25 millions de dollars promis par Washington à quiconque aurait la tête de l’ex-leader d’Al-Qaïda. Ses déboires sont étalés dans un long reportage publié dans le magazine Esquire. La vie du « Shooter », 35 ans, ressemble à celle de bon nombre d’anciens combattants américains. Ils représentent moins de 1% de la population, mais le quart des sans-abri. Une vingtaine d’entre eux se suicident chaque jour. Ils ne sont pas enterrés avec tous les honneurs militaires comme ce fut le cas la semaine dernière pour Chris Kyle, le plus grand tireur d’élite de l’armée américaine, descendu par un « frère d’armes » dans un stand de tir au Texas. Les soldats tombant en Afghanistan (237 en 2012) sont désormais moins nombreux que ceux qui s’enlèvent la vie (349 l’an dernier). Cette statistique du Pentagone, l’armée américaine n’aime pas la commenter. Plus de deux millions d’Américains ont combattu en Afghanistan et en Irak depuis 2001. Des milliers sont revenus meurtris dans leur chair ou dans leur esprit. Au moins 20% des soldats de retour de ces deux pays souffrent de syndromes post-traumatiques. La guerre continue dans leur tête. Leur séjour sur les fronts irakien et afghan a été trop long. Souvent une quinzaine de mois. À l’époque du Viêtnam, les « boys », qui étaient conscrits, partaient un an, puis rentraient définitivement. Leur réinsertion est un défi de tous les jours. Il y aurait au moins 100 000 vétérans dans les prisons. Bon nombre ont des antécédents judiciaires. Il y a quelques années, ils n’auraient jamais été admis. Mais les difficultés de recrutement sont grandes. Le Pentagone ferme les yeux. Le taux de chômage des vétérans dépasse 10%. Walmart s’est engagée à embaucher 100 000 d’entre eux au cours des cinq prochaines années. Sans être des laissés-pour-compte, les vétérans restent les grands « oubliés » de la société américaine. Tous sont revenus sans confettis et défilés en leur honneur. Les bourbiers irakiens et afghans ont éclaboussé leur image avec leurs multiples scandales. « The Shooter » ne veut pas être encensé. Il aimerait juste bénéficier d’une retraite à vie. Il lui fallait pour cela 20 ans de service. Il a quitté l’armée 36 mois trop tôt et a reçu cette réponse : « Merci pour vos 16 années. Allez vous faire foutre. » Les anciens combattants américains représentent moins de 1% de la population, mais le quart des sans-abri./GETTY Le « prisonnier X » fera l’objet d’une enquête Benyamin Nétanyahou a subi plusieurs critiques sur silence de son administration concernant la mort nébuleuse d’un prisonnier australien./GETTY Kosovo SOUS LA LOUPE Antoine Char Journaliste et professeur à l’UQAM Anniversaire d’indépendance Les Kosovars ont célébré hier le cinquième anniversaire de la déclaration d’indépendance avec un défilé dans les rues de la capitale, Pristina. Des policiers et des membres d’unités armées spéciales se trouvaient dans le cortège – une première Anonymat Sans être des laissés-pour-compte, les vétérans restent les grands « oubliés » de la société américaine. Tous sont revenus sans confettis et défilés en leur honneur. depuis la fin de la guerre de 1998-1999 avec la Serbie. Des véhicules blindés ont roulé aux côtés de pompiers et de policiers qui portaient des masques afin de dissimuler leur identité. Les forces policières, entraînées par l’OTAN, comptent environ 2 500 agents et souhaitent former une armée, mais certains membres de l’alliance s’y opposent puisqu’ils ne reconnaissent pas le Kosovo. AP Ce Kosovar fêtait hier l’anniversaire du Kosovo./VISAR KRYEZIU/AP Appel à la réserve « Permettez aux forces de sécurité de travailler paisiblement afin que nous puissions continuer à vivre dans la sécurité. » Benyamin Nétanyahou, premier ministre israélien Israël a finalement cédé aux pressions internationales et ouvrira une enquête parlementaire sur la mort nébuleuse d’un prisonnier d’origine australienne qui se serait enlevé la vie dans une prison à sécurité maximale. La commission des Affaires étrangères et de la Défense du Parlement « a décidé de lancer une enquête exhaustive sur tous les aspects de l’affaire du prisonnier retrouvé mort dans sa cellule en décembre 2010 », a annoncé hier un porte-parole. L’enquête sera menée par la sous-commission pour le Renseignement, sous l’autorité de la commission des Affaires étrangères et de la Défense. Israël a peu commenté l’affaire. Selon les médias australiens, l’homme identifié comme Ben Zygier, un Australien qui a émigré en Israël, travaillait pour les services secrets israéliens – Chuck Hagel Le vote du Sénat ira de l’avant Le candidat de Barack Obama pour le poste de secrétaire à la Défense des États-Unis n’est pas apte à aller au Pentagone, selon ses détracteurs, mais les sénateurs républicains devraient mettre fin à leur obstruction et tenir le Mossad – au moment de son décès, qui remonte à décembre 2010. Il aurait été emprisonné pour des infractions non précisées en matière de sécurité. Ses gardiens le surnommaient le « prisonnier X ». Dans ses premiers commentaires entourant ce dossier, un vote sur la nomination de Chuck Hagel, a déclaré hier un de ses plus farouches opposants. Selon John McCain, sénateur républicain et ancien candidat à la présidence, Chuck Hagel n’est « pas qualifié » pour le poste, mais le vote au Sénat devrait aller de l’avant puisque le candidat a bénéficié d’un délai raisonnable pour répondre aux questions. ASSOCIATED PRESS 14 Benyamin Nétanyahou a soutenu qu’il faisait « totalement confiance » aux services de sécurité et au système judiciaire israéliens. Il a précisé que la liberté d’expression était importante, mais que l’État hébreu faisait face à d’importantes menaces et qu’il devait donc taire certaines informations. « Nous ne sommes pas comme les autres pays, a lancé le premier ministre aux membres de son cabinet. Nous sommes plus menacés et, par conséquent, nous devons nous assurer du bon fonctionnement de nos forces de sécurité. » ASSOCIATED PRESS Maison-Blanche Création d’un visa La Maison-Blanche fait circuler l’ébauche d’un projet de loi sur l’immigration qui entraînerait la création d’un visa pour les immigrants illégaux américains et leur permettrait d’obtenir un statut de résident permanent dans un délai de huit ans. ASSOCIATED PRESS
Tribune BENOIT LEFEBVRE HUMORISTE La Saint-Valentin est terminée. Le lendemain, nombre de célibataires ont dû se dire : « OK. L’année prochaine, je serai matché ! » La cruise est à on. Mais la cruise a changé. Vous vous souvenez de Cruising Bar ? Cruising Bar, les jeunes, c’est une vieille comédie avec Michel Côté… Michel Côté, c’est le gars qui jouait le père de Louis-José Houde dans De père en flic. Dans Cruising Bar, disais-je donc, Michel Côté jouait quatre personnages différents qui sortent un soir cruiser dans les bars. Le titre était assez bien choisi merci. Y a des titres comme ça qui parlent d’eux-mêmes, comme Titanic et Touche-moi la @$*&@. L’équivalent, en 2013, serait un film joué par Marc- André Grondin, Cruising Web. Il jouerait quatre personnages qui cruisent de chez eux sur l’internet. Un sur Facebook, un sur Réseau Contact, un sur un site de L’homme contre la montagne À Morgins, en Suisse, un skieur affronte la neige et la montagne, il montre ses talents au cours d’une compétition ouverte à tous./MAXIME SCHMID/AP CRUISING WEB Pratique C’est pratique de cruiser sur le web. Ça ne coûte pas cher, ça se fait en pyjama et surtout, on est beaucoup plus courageux qu’en personne. rencontre plus olé olé, puis un autre perdu sur MSN. Ce film serait une horreur ! Mais ça aurait du sens. Je sais que la mode, les mœurs, les valeurs, les coutumes, c’est cyclique. Je ne pense pas qu’en Occident la cruise en personne, la chasse en chair, en os et en tequila, va disparaître à jamais. Mais pour l’instant, il y a vraiment un creux. Les proprios de bars doivent le sentir. C’est pratique de cruiser sur le web. Ça ne coûte pas cher, ça se fait en pyjama et, surtout, on est beaucoup plus courageux qu’en personne. Il y a des choses qu’on se communique en Courrier des lecteurs Oui, Saint- Laurent est malade ! Je viens de tomber par hasard sur la chronique de Marc-André Carignan « Saint-Laurent est malade », publiée le 31 janvier dernier dans Métro. Ayant possédé un commerce jusqu’à très récemment sur ledit boulevard, j’ai lu avec grand intérêt l’analyse de M. Carignan. À mon grand étonnement, la principale cause de la dégradation du boulevard Saint-Laurent n’est pas mentionnée ! Ce n’est pas le manque de verdure, mais bien le manque de clients qui est responsable des dommages sur Saint-Laurent. Il est de notoriété publique que la plupart des commerces situés sur les grandes artères, comme Saint-Laurent, Mont-Royal et Saint-Denis, ne peuvent survivre uniquement avec une clientèle locale. Les loyers boostés par la spéculation immobilière des dernières années, combinés avec des taxes municipales exorbitantes, font que les commerces ont besoin d’un apport extérieur maximal pour survivre. La dégradation actuelle de Saint-Laurent est le résultat direct des tapant sur des touches qu’on ne se dirait pas dans le creux de l’oreille dans un bar entre deux tounes de Lady Gaga. Certaines filles ne diraient JAMAIS des cochonneries en vrai dans un bar, mais sur le web, ça sort. Les cornes sortent, la démone se lâche, et les insinuations se font nombreuses et sans retenue. Je pense que c’est à cause de l’émoticône de clin d’œil. Ouais, tout passe avec un clin d’œil. Une émoticône après une phrase cochonne sur Facebook, c’est vraiment plus taquin et moins con que quelqu’un qui te fait un gros clin d’œil live aux deux phrases. Y a plein de talent et d’expérience qui vont se perdre. Je me sens comme un ancien, un vieux d’une tribu qui a chassé le zèbre à la lance, qui voit les plus jeunes capturer des zèbres de leur salon en tapant sur un clavier. En passant, le vieux a suivi la vague et a posé sa lance quand la cruise a déménagé sur le web. Tsé, yé pas plus fou qu’un autre, le gars. Mais je pourrai dire à mes p’tits enfants : « Moi, j’ai connu ça, aller vers une parfaite inconnue, lui adresser la parole sans rien savoir sur elle. Rien ! Et je ne pouvais pas aller voir son profil Facebook par la suite ! Le néant total ! Ça commençait par une odeur, un parfum ; après, un prénom, une profession. Le reste, ça venait comme ça venait. On apprenait à se connaître au compte-gouttes. » Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles de Métro. Des boutiques fermées sur le boulevard Saint-Laurent/ARCHIVES MÉTRO politiques implantées par l’administration Ferrandez dans l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal. En décourageant ouvertement, par toutes sortes de moyens, des clients potentiels de magasiner sur le Plateau, Luc Ferrandez est en train d’asphyxier la vie commerciale de tout un secteur de la ville. Soyons réalistes, ce n’est pas en BIXI que la population vieillissante des banlieues va se déplacer pour encourager les commerçants du Plateau. Si on leur fait savoir qu’ils ne sont pas les bienvenus, ne soyons pas surpris du résultat. Il ne faut pas chercher midi à quatorze heures : la suppression d’un grand nombre d’espaces de stationnement, Volume : 12 Numéro : 319 À Montréal, Métro est publié par Médias Transcontinental S.E.N.C. 1100, boul. René-Lévesque Ouest, 24e étage, Montréal H3B 4X9 Tél. : 514 286-1066 Téléc. : 514 286-9310 Imprimé par Transmag Distribué par Messageries de presse Benjamin Éditeur : Daniel Barbeau Éditeur adjoint : Yves Bédard Contrôleur : Bernard Roy Rédacteur en chef : Eric Aussant Directrice générale des ventes : Mélanie Labelle Directrices de l’information : Jennifer Guthrie (jour), Rachelle McDuff (soir) Directrice du marketing : Laure Barnouin Directrice des ventes locales : Carole Dallaire Directrice des ventes nationales et spécialisées : Martine Ménard Directrice de la distribution : Danielle Tessier Chef de pupitre : Baptiste Barbe Équipe de rédaction Actualité en soirée : Maxime Huard, Andréanne Chevalier, Josie Desmarais Journaliste-pupitreur Monde : Charles-Eric Blais-Poulin Vous avez une opinion à nous faire parvenir ? opinions@journalmetro.com Vous voulez annoncer dans nos pages ? publicite@journalmetro.com Vous avez une nouvelle à nous faire parvenir ? info@journalmetro.com Exclusif sur le web 15 Pour passer l’hiver en musique Tuques, foulards, mitaines, la tête bien enfouie au fond des capuchons de nos manteaux, voilà à quoi nous ressemblons de décembre à mars. En plus de cet attirail, chacun y va de son p’tit secret pour se mettre du baume au cœur. Métro vous propose quelques titres hivernaux à ajouter à votre playlist pour vous aider à apprécier les températures négatives. LA LISTE DU LUNDI Saisir ce code pour obtenir l’article ! les tarifs exagérés des parcomètres et les mesures d’atténuation de la circulation expliquent en grande partie la diminution de la clientèle rue Saint-Laurent. ARPAD KISS, MONTRÉAL Y avoir pensé avant… Depuis plusieurs semaines, nous entendons parler des écoles montréalaises qui ont dû fermer leurs portes à cause de la présence de moisissures. Le gouvernement et les commissions scolaires qui gèrent ces écoles auraient dû être au courant depuis longtemps que, selon l’âge des établissements, les classes avaient besoin d’une cure de rajeunissement. Maintenant que le mal est fait, ça coûte 1 G$ pour faire les travaux nécessaires. Y avoir pensé avant, il n’y aurait pas eu ces problèmes, les élèves seraient dans leurs écoles et il n’y aurait pas ce déficit. VERONICA VALERA, MONTRÉAL L’actualité vous fait réagir ? Écrivez-nous ! opinions@ journalmetro.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :