Métro Montréal n°2013-02-15 week-end
Métro Montréal n°2013-02-15 week-end
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2013-02-15 de week-end

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (237 x 291) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 18,5 Mo

  • Dans ce numéro : Nicolo Milioto, prochain témoin de la commission.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Tribune MARIE GRÉGOIRE MEMBRE DU CLUB DES EX À RDI Les yeux brillants journalmetro.com Week-end 15-17 février 2013 Un écureuil grignote un morceau de maïs par un après-midi ensoleillé, à Salina, au Kansas./TOM DORSEY DÉMÉNAGE À COMPTER DU 18 FÉVRIER 2013 Nouvelle adresse : 1100, boul. René-Lévesque Ouest 24 e étage. Montréal (Québec) H3B 4X9 MÉTRO BONAVENTURE LE COMPLOT Pauline Marois a décidé de remettre la question nationale à l’avant-plan de son discours politique. Son offensive a débuté par un voyage difficile en Écosse. Devant ses militants, le week-end dernier, elle a développé un nouvel argumentaire pour convaincre les Québécois d’adhérer à son projet. On a également appris que le Conseil des ministres planchait sur sa stratégie de gouvernance souverainiste. Or, l’appui à la souveraineté s’est déjà mieux porté. Les derniers sondages placent cette option à 37% d’appuis, en baisse de six points depuis un an. Il est clair que les membres du Parti québécois ont besoin de raviver la flamme. Encore plus quand on sait que seuls 30% des gens rêvent d’un référendum dans les cinq prochaines années. Cela dit, ça ne justifie pas de sortir des épouvantails, et encore moins de faire allusion à de grands complots. Go west, young man ! Bernard Drainville interprète la réforme de l’assuranceemploi comme un grand complot contre le Québec. Selon lui, les nouvelles politiques du gouvernement conservateur visent à vider les régions du Québec de ses travailleurs pour aller exploiter les sables bitumineux de l’Alberta. On peut être d’accord ou pas avec le projet de la ministre fédérale Finley, mais il ne faut pas exagérer : on est loin du périmètre de 100 km. Si M me Marois veut tenter de mobiliser les gens autour du projet de la souveraineté, elle ne doit pas le faire en cassant du sucre sur le dos du fédéral. Ça demeure le cas même s’il est vrai que le gouvernement fédéral mérite régulièrement les Courrier des lecteurs Chantage culturel Souveraineté Si M me Marois veut tenter de mobiliser les gens autour du projet de la souveraineté, elle ne doit pas le faire en cassant du sucre sur le dos du fédéral. critiques des élus québécois. On ne construit pas un pays avec des arguments essentiellement négatifs. S’il veut réussir, le PQ doit être à même de développer un argumentaire qui puisse à la fois satisfaire les nationalistes modérés, les pressés, les logiques et les émotifs. Il lui faut inventer une culture de l’addition. Or, on est loin de cet objectif. L’attitude du président du parti, Raymond Archambault, témoigne d’un malaise profond. En excluant toute forme de dialogue avec Québec solidaire de Françoise David et Option nationale de Jean-Martin Je me fiche de l’état de la chanson au Québec. C’est plutôt l’état de la musique qui me préoccupe. Quand je vois qu’un Forum sur la chanson québécoise est organisé par le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), je me dis que le postulat de départ est erroné et que tout ce qui s’ensuivra sera par conséquent loin de la réalité. Qui plus est, beaucoup ont tendance à sauter tout de suite de la chanson québécoise à la chanson francophone, comme si les deux ne faisaient qu’un. Distorsion des mots. Distorsion du sens. Réduire la musique aux mots et à la langue est une grave erreur. La musique mérite mieux que ça. Les artistes et les musiciens ont le devoir d’être libres, d’explorer la matière comme ils le veulent. Si Malajube ne veut pas mettre la voix à l’avantplan dans ses chansons, c’est son affaire. Si un artiste désire s’exprimer dans une langue inventée ou qui n’est pas sa langue maternelle, pourquoi pas ? La musique est un joyeux foutoir où tout est permis. Personnellement, au fil des années, j’ai composé de la musique avec des chanteurs, des rappeurs, des vocalistes de tous les horizons. Plusieurs langues et accents se sont côtoyés dans mes productions, allant de l’espagnol au créole, du patois au français et de l’anglais à l’arabe. Et ce n’est pas fini. Le Québec d’aujourd’hui est multiple et, même s’il ne l’était pas, ça ne changerait rien à la musique, car celle-ci défie les frontières et les langues. Tenter de culpabiliser les artistes parce qu’ils veulent chanter dans une langue plutôt qu’une autre est bien pernicieux. De plus, il existe déjà de sérieux incitatifs pour chanter en français au Québec, par le biais de quotas radio et télé ainsi que de subventions. Le Québec n’a pas besoin d’une mise au point sur le plan des mots. Ce dont il a besoin, c’est une sérieuse mise au point musicale afin de s’inscrire durablement dans le panorama mondial. En fait, ça se passe déjà, mais on dirait qu’un certain establishment ferme les oreilles et vit dans un passé idéalisé. POIRIER, MUSICIEN, DJ ET PRODUCTEUR Un buffet à volonté ? Vu la difficulté que plusieurs Québécois éprouvent à consulter leur médecin de famille (pour ceux qui ont réussi à s’en trouver un !), certains tentent de soigner leurs maux avec des médicaments qu’on peut trouver sur les tablettes des pharmacies. Aussant, le Parti québécois se comporte comme s’il était le seul propriétaire de l’idée de souveraineté. L’histoire nous enseigne pourtant que le meilleur résultat en ce sens a été obtenu en 1995, alors que le camp du oui regroupait justement une coalition de trois formations politiques. Si la nouvelle stratégie du Parti québécois repose sur la dénonciation de présumés complots contre le Québec, elle risque fort de ne pas aller très loin. Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles de Métro. Volume : 12 Numéro : 318 À Montréal, Métro est publié par Médias Transcontinental S.E.N.C. 625, avenue du Président-Kennedy, bureau 700, Montréal H3A 1K2 Tél. : 514 286-1066 Téléc. : 514 286-9310 Imprimé par Transmag Distribué par Messageries de presse Benjamin Éditeur : Daniel Barbeau Éditeur adjoint : Yves Bédard Contrôleur : Bernard Roy Rédacteur en chef : Eric Aussant Directrice générale des ventes : Mélanie Labelle Directrices de l’information : Jennifer Guthrie (jour), Rachelle McDuff (soir) Directrice du marketing : Laure Barnouin Directrice des ventes locales : Carole Dallaire Directrice des ventes nationales et spécialisées : Martine Ménard Directrice de la distribution : Danielle Tessier Chef de pupitre : Baptiste Barbe Équipe de rédaction Actualité en soirée : Maxime Huard, Andréanne Chevalier, Josie Desmarais Journaliste-pupitreur Monde : Charles-Eric Blais-Poulin Vous avez une opinion à nous faire parvenir ? opinions@journalmetro.com Vous voulez annoncer dans nos pages ? publicite@journalmetro.com Vous avez une nouvelle à nous faire parvenir ? info@journalmetro.com Exclusif sur le web La Semaine de mode de New York en huit faits saillants 12 Le rideau tombe sur la Semaine de mode de New York, où étaient présentées les collections automnehiver 2013-2014 de marques bien connues. Voici ce que j’en ai retenu. LE BLOGUE TENDANCES ETC. PAR JESSICA DOSTIE Saisir ce code pour obtenir l’article ! On les appelle médicaments en vente libre (MVL) dans le jargon des pharmaciens. Les MVL sont très efficaces pour soigner plusieurs problèmes de santé mineurs. Cependant, ce n’est pas parce qu’aucune ordonnance n’est nécessaire pour obtenir ces produits qu’il fut se servir comme dans un buffet chinois ! Contrairement à la croyance populaire, MVL n’est pas synonyme d’inoffensif. Par exemple, l’acétaminophène, commercialisé sous le nom de Tylenol, le médicament inoffensif par excellence dans la tête de plusieurs, est la cause de plus de 2 600 hospitalisations et de près de 500 décès chaque année aux États-Unis. Encore pire, on estime qu’une hospitalisation sur cinq est reliée aux MVL. De plus, les MVL peuvent avoir des interactions avec les autres médicaments qu’une personne prend, c’est-à-dire diminuer leur efficacité ou même les rendre toxiques. Ce risque est particulièrement préoccupant chez les personnes âgées. D’une part, celles-ci sont plus sensibles aux effets indésirables des médicaments et, d’autre part, elles sont les plus grandes consommatrices à la fois de MVL et de médicaments sous ordonnance. D’ailleurs, on a estimé qu’en 2000 au Québec, près d’une personne âgée de 65 ans et plus sur 3 prenait au moins 5 médicaments prescrits. Or, le risque d’interactions augmente proportionnellement au nombre de médicaments consommés. Bref, on peut déjà imaginer le casse-tête pour les pharmaciens qui essaient de coordonner toute cette médication pour prévenir des problèmes potentiels chez les patients. Pire encore, plusieurs consomment des MVL sans en informer leur professionnel de la santé. Le pharmacien n’a donc pas toutes les informations nécessaires pour analyser le dossier de ses patients. Cette situation peut mettre la santé de ces derniers en péril ! Un geste simple peut vous aider à prévenir des événements indésirables reliés à votre médication. Gardez toujours avec vous une liste des médicaments que vous prenez, particulièrement les médicaments achetés sans ordonnance et les produits naturels, car votre médecin et votre pharmacien ignorent trop souvent que vous en prenez. Une fois que c’est fait, il vous suffira de garder cette liste à jour et de la présenter à votre pharmacien lorsque vous aurez affaire à lui (demande de conseil, prise d’un nouveau médicament) et toutes les fois où vous rencontrerez un médecin avec ou sans rendez-vous. En présentant votre liste de médicaments complète, vous deviendrez sans aucun doute un de leurs patients-vedettes ! MARTIN GUAY-GAGNON, ÉTUDIANT AU DOCTORAT EN PHARMACIE
Tribune LES JUSTICIERS MASQUÉS MARC-ANTOINE AUDETTE ET SÉBASTIEN TRUDEL, HUMORISTES Vous avez réservé vos cinq derniers voyages en ligne. Le placement en ligne pourrait être votre prochaine destination. RBC Placements en Direct MC Effectuez vos achats de placements en ligne. rbc.com/objectifs À la Saint-Valentin, il y a toujours des amis rabatjoie pour dire qu’il s’agit d’une fête commerciale quétaine et un peu arnaqueuse envers les couples, toujours prêts à faire des folies, question de raviver la flamme. Ce sont d’ailleurs habituellement ces amis qui sont d’éternels célibataires, qu’on écoute chiâler du 10 au 16 février, en sachant très bien qu’ils pleurent secrètement en se bourrant de chocolat et en écoutant un film de Meg Ryan le soir de la fête des amoureux. Il y aussi ceux et celles qui convainquent leur conjoint que cette « horrible fête commerciale » est une plaie et qu’il ne faut pas s’y abaisser. Honnêtement, on dirait que c’est un peu pour s’en vanter, comme s’ils étaient au-dessus de ça ! N’y aurait-il pas un peu de paresse là-dedans ? « Pas besoin de cette journée-là pour que ma blonde sache que je l’aime : je le lui dis tous les jours ! » OK, bon point. Alors, pourquoi ne Le meilleur service à la clientèle pour la cinquième année consécutive. 1 MC RBC Placements en Direct Inc.* et la Banque Royale du Canada sont des entités juridiques distinctes et affi liées. RBC Placements en Direct Inc. ne fournit pas de conseils en placement et ne fait pas de recommandations concernant l’achat ou la vente de titres. Les investisseurs sont responsables de leurs décisions de placement. RBC Placements en Direct est un nom commercial utilisé par RBC Placements en Direct Inc. * Membre – Fonds canadien de protection des épargnants./MC Marque(s) de commerce de la Banque Royale du Canada. RBC et Banque Royale sont des marques déposées de la Banque Royale du Canada. Utilisation sous licence. Banque Royale du Canada, 2013. Tous droits réservés. 1 RBC Placements en Direct a été classée première par Dalbar Inc. en 2007, 2008, 2009, 2010 et 2011. Le classement du prix annuel des meilleurs prestataires de services de courtage en direct de Dalbar est établi selon des évaluations effectuées tout au long de l’année civile afi n de mesurer la qualité du rendement d’uneentreprisequantàsaconnaissancedesproduits,àsonprofessionnalismeetàsacapacitéd’offrirunserviceàvaleurajoutée. BOUDER SON PLAISIR ? PAS QUESTION ! Dynamite Si vous êtes célibataire et avez un peu le cœur écorché, dites-vous qu’aller dans les bars ou les clubs durant les trois prochains jours, c’est comme pêcher à la dynamite ! pas célébrer l’être aimé une fois de plus dans ce cas ? C’est si compliqué, une belle petite soirée de couple de plus dans le mois ? Après tout, puisque vous êtes le romantique du siècle, une petite attention spéciale ne devrait pas être si forçante ! Bon, on se moque un peu de nos amis Plateaugrano ici. Par contre, il y en d’autres dans notre entourage pour qui la Saint- Valentin est justement un drame annuel ! Certains qui ne savent jamais quoi acheter et paniquent dans les magasins, d’autres qui ont tellement peur de passer la soirée en solo qu’ils sont prêts à sortir avec n’importe qui quelques jours avant (même parfois à abaisser leurs critères) pour être sûrs d’avoir un souper VENDREDI 15 FÉVRIER de 11h à 18 h SAMEDI 16 FÉVRIER de 8 h à 14 h en tête à tête ! Avouons que ce n’est pas mieux... Si chercher un cadeau pour votre douce moitié vous donne des ulcères, le problème n’est peut-être pas la journée de Cupidon, mais bien votre gestion personnelle du stress ! Entendons-nous... Si vous tremblez à l’idée de devoir choisir un bijou et du chocolat, il y a peu de chance que vous soyez désamorceur des bombes pour le compte de l’escouade tactique ! Quant à ceux et à celles, éternels célibataires, qui veulent passer la soirée couchés en boule sous les couvertes, lumières éteintes, c’est votre choix, bien entendu ! Mais... Qu’estce qui vous dit que vous ne manquez pas quelque 13 chose ? De toute façon, si vous êtes célibataire et avez un peu le cœur écorché, dites-vous qu’aller dans les bars ou les clubs durant les trois prochains jours, c’est comme pêcher à la dynamite ! Ben oui, faut bien qu’il y ait des avantages à être célibataire ! Allez, amusez-vous bien, petits libidineux... Et surtout, ne boudez pas votre plaisir. Bonne Saint-Valentin ! Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles de Métro. Sur le web justiciers.com Suivez les Justiciers masqués du lundi au vendredi sur journalmetro.com facebook.com/JusticiersMasques @justiciers



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :