Métro Montréal n°2013-02-13 mercredi
Métro Montréal n°2013-02-13 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2013-02-13 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Médias Transcontinental S.E.N.C.

  • Format : (237 x 291) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 10 Mo

  • Dans ce numéro : Les États-Unis sont plus forts selon Obama.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Garderies privées Marois interpellée La Coalition des garderies privées non subventionnées du Québec (CGPNSQ) a manifesté hier midi devant les bureaux mont réalais de la première ministre, Pauline Marois. Le groupe juge que les places à 7 $ représentent une compétition déloyale pour les garderies privées. La Coalition sou haite que Québec crée des places à 7 $ dans celles offertes par les garderies privées non subventionnées. MÉTRO Hydro-Québec Surplus coûteux Le bilan d’Hydro-Québec sera alourdi par des surplus d’électricité jusqu’en 2020, a déclaré hier le président-directeur général Thierry Vandal. Les surplus antici pés s’élèvent à 21,4 mil liards de kWh, ce qui engendrera une perte de 1,5 G$. M. Vandal a attribué cette situation à l’obligation, pour la société d’État, d’acheter la production d’entreprises privées locales ou du secteur manufacturier. PC Vous avez réservé vos cinq derniers voyages en ligne. Le placement en ligne pourrait être votre prochaine destination. RBC Placements en Direct MC Effectuez vos achats de placements en ligne. rbc.com/objectifs journalmetro.com mercredi 13 février 2013 La Ronde blâmée pour la mort d’un de ses employés Montréal. C’est la gestion déficiente de l’accès aux zones de danger sous les manèges de La Ronde qui a causé la mort d’un plombier l’été dernier, conclut la Commission de la santé et de la sécurité au travail (CSST). CAMILLE LAURIN-DESJARDINS camille.laurin-desjardins @journalmetro.com Le 6 juillet dernier, Hubert Fortin est frappé mortellement à la tête par un train du manège Le Vampire. Dans son rapport rendu public hier, la CSST estime que le travailleur se serait retrouvé dans une zone de danger où il n’aurait pas dû être à cause d’une assignation de tâche mal comprise. Les plombiers employés par La Ronde n’ont pas l’habitude de travailler dans les enceintes des manèges. Habituellement, Cette photo tirée du rapport de la CSST indique le lieu exact où se trouvait l’employé lorsque le train du manège Le Vampire l’a heurté./COLLABORATION SPÉCIALE leur tâche quotidienne se fait à l’intérieur des bâtiments. Pourtant, lorsqu’il est rentré au travail, le 6 juillet, Hubert Fortin a reçu l’indication d’un de ses collègues qu’une pompe Le meilleur service à la clientèle pour la cinquième année consécutive. 1 MC RBC Placements en Direct Inc.* et la Banque Royale du Canada sont des entités juridiques distinctes et affi liées. RBC Placements en Direct Inc. ne fournit pas de conseils en placement et ne fait pas de recommandations concernant l’achat ou la vente de titres. Les investisseurs sont responsables de leurs décisions de placement. RBC Placements en Direct est un nom commercial utilisé par RBC Placements en Direct Inc. * Membre – Fonds canadien de protection des épargnants./MC Marque(s) de commerce de la Banque Royale du Canada. RBC et Banque Royale sont des marques déposées de la Banque Royale du Canada. Utilisation sous licence. Banque Royale du Canada, 2013. Tous droits réservés. 1 RBC Placements en Direct a été classée première par Dalbar Inc. en 2007, 2008, 2009, 2010 et 2011. Le classement du prix annuel des meilleurs prestataires de services de courtage en direct de Dalbar est établi selon des évaluations effectuées tout au long de l’année civile afi n de mesurer la qualité du rendement d’uneentreprisequantàsaconnaissancedesproduits,àsonprofessionnalismeetàsacapacitéd’offrirunserviceàvaleurajoutée. de vidange devait être changée dans la fosse du manège Le Vertigo, situé près du Vampire. Comme il ne connaît pas bien le terrain, le plombier se rend au mauvais manège, Haro sur le prix élevé du transport collectif MATHIAS MARCHAL mathias.marchal@journalmetro.com Une quarantaine de groupes communautaires seront représentés aujourd’hui dans le rassemblement de l’hôtel de ville qui vise à dénoncer le coût trop élevé du transport en commun pour les plus pauvres. « Un aller-retour à 6 $, c’est une grosse dépense quand tu reçois l’aide sociale et qu’il te reste moins de 100 $ pour finir le mois une fois que tu as payé ton loyer », illustre Jean Lalande, coordonnateur du Comité des droits sociaux du Sud-Ouest de Montréal. Il souligne que ce type de tarif empêche plusieurs personnes démunies de se déplacer pour recevoir des soins ou aller à des entretiens d’embauche. Ce n’est pas la première fois que ce genre de demande est adressée au gouvernement, mais rien jusqu’ici n’a été fait. « On veut une reconnaissance du problème et des efforts pour ne pas l’aggraver », ajoute M. Lalande. À la STM, on souligne que ce genre de mesure incombe au gouvernement. « Nous, à la STM, on n’a pas les budgets nécessaires », indique Odile Paradis, responsable des relations publiques. Elle souligne soit le Vampire. Pour accéder à la zone clôturée, un cadenas doit être débarré. Constatant que sa clé ne fonctionne pas, M. Fortin demande de l’aide à deux mécaniciens à proximité, qui lui ouvrent le cadenas, mais le préviennent qu’il ne peut pas se promener dans la zone de danger, car le parc d’attractions est ouvert. Quelques minutes plus tard, le manège Le Vampire est mis en service. M. Fortin, qui circule sous les rails, se fait frapper par le premier train du manège, qui roule à environ 80 km/h. Ce malheureux accident aurait pu être évité, constate la CSST. D’abord, le remplacement de la pompe de vidange aurait pu être fait après les heures d’ouverture. L’employé n’a pas été assez bien informé de la tâche à accomplir. « S’il s’était rendu au Vertigo, comme la zone qu’il aurait dû franchir pour se rendre à la fosse n’est pas considérée par l’employeur comme une zone de danger, il n’y aurait pas eu de possibilité qu’il se fasse happer par un manège », explique François Deschênes. Plusieurs groupes communautaires dénoncent la cherté du transport en commun pour les plus pauvres. Ils veulent que le Québec s’inspire de la France./ARCHIVES MÉTRO Le temps qu’il faut En 2012, il fallait travailler 18 minutes au salaire minimum pour se payer un billet de la STM. 2005, il suffisait de 10 minutes. que Montréal est la grande ville canadienne où il faut travailler le moins longtemps au salaire minimum pour acheter une CAM (7,6 heures à Montréal, 04 Sécurité compromise 15 000 $ Pour ce type d’infraction, l’amende émise par la CSST peut varier de 15 000 $ à 61 000 $. La CSST déplore qu’une seule clé puisse ouvrir toutes les clôtures qui limitent l’accès aux zones dangereuses et aux zones restreintes. Un constat d’infraction a été délivré à Parc Six Flags Montréal, propriétaire de La Ronde, qui aurait agi de façon à compromettre la sécurité des travailleurs, selon la CSST. De son côté, La Ronde se dit en désaccord avec les conclusions du rapport. « Même s’il avait été adéquatement formé sur les procédures en place et malgré un rappel direct tout juste avant la tragédie, notre collègue est entré de façon inexpliquée dans une zone de danger restreinte et verrouillée », a fait savoir le parc d’attractions par voie de communiqué. Le rapport du coroner sur l’incident devrait être déposé dans les prochaines semaines. contre 12,3 à Toronto). En France, plusieurs initiatives ont été mises en place. Depuis 2009, la Carte solidarité transport offre notamment 50% de réduction sur les billets à l’unité aux personnes vivant dans la précarité. Pour les titulaires de l’aide sociale, c’est la gratuité complète. La mesure n’a pas permis d’éviter la controverse à cause de son coût pour les contribuables. Selon certains élus de droite, elle renforce aussi une « culture d’assistanat ».
LES PORTE-PAROLE MD M&M’S TIRENT LEUR RÉVÉRENCE La démission de Rouge et Jaune sème la consternation parmi les fans. Les amateurs de chocolat au lait d’un bout à l’autre du pays déplorent le départ des personnalités-vedettes Rouge et Jaune de M&M’S, qui ont annoncé mardi leur décision d’accrocher leur enrobage coloré marqué du célèbre « M » et de quitter sans plus tarder la bande M&M’S pour éviter d’être mangés. « Après une soixantaine d’années de collaboration, la nouvelle nous a profondément secoués », a déclaré Mlle Brunette, commandante en chef du chocolat chez M&M’S, lorsque la lettre de démission de Rouge et Jaune est tombée aux mains des journalistes vendredi. « Mais j’attire votre attention sur le fait que tous les porteparole M&M’S sont confrontés au même problème jour après jour. Pour ma part, j’ai droit en prime aux sourires goguenards de ceux qui me croient nue ! », a-t-elle ajouté. La lettre de démission lourde de reproches est accessible sur Facebook (facebook.com/mmscanada) et Twitter (@mmscanada). Dans leur missive au ton corrosif laissant peu d’espoir de réconciliation, les anciens porte-parole de la marque évoquent leur crainte quotidienne d’être mangés comme principal motif de démission, allant jusqu’à reprocher aux Canadiens leur irrépressible amour du chocolat au lait. La plupart des fans des M&M’S ont manifesté une profonde déception. « Je les aimais, moi, Rouge et Jaune. Vous ne pouvez pas les remplacer. C’est clair que, sans eux, rien ne sera plus pareil », a regretté David Barrière, fan de M&M’S depuis toujours. D’autres ne cachent pas leur colère. « Alors, c’est comme ça que vous remerciez vos fans ? », a protesté Geneviève Beaurivage. D’autres encore restent perplexes. « Doit-on en conclure qu’ils embauchent ? Mon petit-fils cherche un emploi d’été », a lancé un homme répondant au nom de Bugsy. Les autres porte-parole de M&M’S n’ont pas répondu à nos appels. Le départ des mascottes Rouge et Jaune a ouvert la voie aux spéculations et on se demande aujourd’hui qui prendra le relais comme représentants de premier plan de la marque M&M’S. Quand on leur a demandé si la PUBLIREPORTAGE « Je les aimais, moi, Rouge et Jaune. Vous ne pouvez pas les remplacer. C’est clair que, sans eux, rien ne sera plus pareil ». David Barrière, fan de M&M’S depuis toujours société prévoyait promouvoir des employés actuels ou embaucher de l’extérieur, un relationniste de l’entreprise a répliqué : « Il faut comprendre que Rouge et Jaune ont fait preuve de beaucoup de créativité tout au long de leur carrière. Il sera très difficile de les remplacer, et je n’essaie pas d’être mielleux. » Les réactions sur Twitter mènent à des liens divulguant les images d’éventuelles nouvelles mascottes : Bordeaux et Écume de mer. Le relationniste a refusé de commenter ces fuites pour le moment. Depuis l’annonce, on a aperçu Rouge et Jaune vagabonder sans leur enrobage coloré orné du célèbre « M ». Peut-être n’ont-ils pas encore réalisé qu’ils sont nus. Quoi qu’il en soit, les anciennes mascottes M&M’S sont devenues au fil des ans de véritables stars, qui seront amèrement regrettées. Suivez tous les rebondissements de cette affaire sur Facebook (facebook.com/mmscanada) et Twitter (@mmscanada). MD Mars Canada Inc., 2013



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :