Métro Belgique n°4396 13 déc 2021
Métro Belgique n°4396 13 déc 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4396 de 13 déc 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 3,6 Mo

  • Dans ce numéro : Verstappen sacré au bout du suspense.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 NEWS LUNDI 13/12/2021 metrotime.be u AFP/D. Leal Assange victime d’un AVC Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a souffert d’un « micro-AVC » en prison, fin octobre, a affirmé sa fiancée Stella Moris. Mme Moris a déclaré que cela s’était produit le 27 octobre, au premier jour de l’examen d’un appel des États- Unis contre le refus d’extrader le fondateur de WikiLeaks, que Washington veut juger pour une fuite massive de documents. « Il doit être libéré. Maintenant », a tweeté Mme Moris samedi soir. Belga/N. Maeterlinck Explosion mortelle en Sicile PALERME Trois personnes sont décédées et six étaient portées disparues, après une explosion ayant touché des immeubles en Sicile. Trois personnes sont mortes et six étaient portées disparues après une explosion qui a touché plusieurs immeubles dans la ville de Ravanusa, en Sicile, selon un bilan révisé hier par les autorités locales. DEUX FEMMES RETROUVÉES VIVANTES Les sauveteurs et leurs chiens renifleurs étaient, hier, toujours à la recherche des personnes disparues après cette catastrophe survenue samedi soir (19H30 GMT) dans le sud de l’île italienne en mer Méditerranée. Deux femmes ont été retrouvées vivantes sous les décombres par les secours, aidés par des chiens de détection. Leur tâche est cependant rendue ardue par l’amoncellement de gravats, gigantesque selon les images télévisées, avec aux alentours des immeubles calcinés et endommagés. « QUATRE IMMEUBLES CONCERNÉS » Le nombre de bâtiments effondrés ou touchés n’était pas encore déterminé hier matin. Les premiers rapports citaient un immeuble d’appartements, mais selon le site internet de l’unité régionale de protection civile de Sicile « quatre immeubles sont concernés ». « Tout est extrêmement difficile car les bâtiments se sont effondrés les uns sur les autres et les décombres se chevauchent », a expliqué le chef des pompiers de la province d’Agrigente, Giuseppe Merendino. « Nous devons chercher des espaces entre les décombres pour récupérer les disparus », a-t-il déclaré. Une « énorme onde de choc » a été ressentie à 100 mètres, a précisé Salvatore Cocina, chef de l’unité de protection civile de Sicile. Une fuite de gaz pourrait AFP/V. del Fuoco Washington envoie une émissaire en Ukraine et Russie WAHINGTON La secrétaire d’État américaine adjointe chargée de l’Europe, Karen Donfried, se rendra en Ukraine et en Russie la semaine prochaine pour des discussions sur l’escalade militaire à la frontière entre les deux pays, où Moscou masse des troupes, a annoncé le département d’État. Elle va « insister sur la possibilité de réaliser des progrès diplomatiques pour mettre fin au conflit dans le Donbass », dans l’est de l’Ukraine, « en mettant en œuvre les accords de Minsk », a dit la diplomatie américaine. Ces accords conclus en 2015 pour mettre fin à la guerre qui a éclaté un an plus tôt dans cette région ukrainienne entre les forces de Kiev et des séparatistes pros russes n’ont jamais été vraiment respectés. Les États- Unis, l’Otan, les Européens et l’Ukraine accusent depuis quelques semaines la Russie de masser des troupes en vue d’éventuellement envahir le pays voisin, ce que le Kremlin dément. Le président américain, Joe Biden, s’est entretenu mardi avec son homologue russe, Vladimir Poutine, et a menacé Moscou de sanctions sans précédent en cas d’agression contre Kiev. Malgré des tensions extrêmes, les deux dirigeants avaient décidé de charger leurs équipes de Belga/N. Maeterlinck réunions de suivi pour voir si une désescalade diplomatique était possible. La visite de Karen Donfried sera donc la première étape de ce processus diplomatique. ◀ Un atterrissage réussi La Belgo-Britannique Zara Rutherford, qui réalise actuellement un tour du monde en solitaire en avion de sport, est arrivée en Corée du Sud. Si elle le boucle, la jeune femme de 19 ans deviendra la plus jeune femme pilote à avoir effectué le tour du globe dans cet engin. Pour pouvoir atterrir dans ce pays d’Asie, elle a reçu l’aide d’un pilote de la compagnie aérienne néerlandaise KLM « compatissant » au-dessus de la mer du Japon. être à l’origine du sinistre. « Du gaz s’est probablement accumulé dans une cavité. Cette poche de gaz a pu ensuite trouver un élément déclencheur accidentel  : une voiture, un ascenseur, une application électrique », a commenté Giuseppe Merendino. ◀ Près de 6.000 déplacés suite aux pluies diluviennes AFP/J. Nascimento BRASILIA Plus de 5.600 personnes ont été évacuées et une cinquantaine de municipalités ont été placées en situation d’urgence en raison de fortes pluies et d’inondations dans les États brésiliens de Bahia (Nord-Est) et de Minas Gerais (Sud-Est), ont indiqué les autorités. Les régions les plus touchées se trouvent au sud de Bahia, où quelque 3.740 personnes ont été déplacées et plus de 70.000 sont touchées, après une semaine de pluies torrentielles qui ont inondé des maisons, fait déborder des rivières, coupé des routes et détruit des ponts. Les rebelles tigréens ont repris la ville de Lalibela AFP/S. Kolli NAIROBI Les rebelles tigréens ont repris hier le contrôle de Lalibela, ville du nord de l’Ethiopie qui abrite un site classé au patrimoine mondial de l’Unesco, 11 jours après que le gouvernement éthiopien a annoncé s’en être emparé, ont indiqué des habitants. Plus tôt dans la journée, un communiqué de la direction militaire du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) a annoncé que ses combattants avaient « mené des contre-offensives globales » en plusieurs points dans la région de l’Amhara. Les forces pro-gouvernementales et rebelles du TPLF s’affrontent depuis plus d’un an dans le nord de l’Éthiopie. ◀ ◀
Nous sommes en décembre et la date officielle du début du blocus n’est pas encore arrivée. Pourtant, beaucoup d’étudiants doivent déjà fournir énormément de travail étant donné les travaux de groupe, les remises de travaux individuels ainsi que les examens hors session. C’est ce qu’on appelle le pré-blocus. Une étape inévitable mais qui met les étudiants sous pression. Marie, 20 ans, étudiante en communication, nous raconte son état d’esprit à dix jours du blocus  : « J’ai l’impression de vivre une session avant même de commencer le blocus. En une semaine, j’ai 3 ou 4 travaux à remettre, 3 examens hors session. Beaucoup ressentent énormément de pression en voyant les deadlines s’ajouter les unes après les autres sans en voir le bout. Quand, enfin, c’est derrière nous, on entre en blocus avec une charge mentale qui a déjà été très pesante ». LES MODALITÉS D’EXAMEN EN CAUSE Le pré-blocus concerne tous.tes les étudiant.e.s de Belgique francophone. Personne ne semble y échapper mais le stress est ressenti autrement en fonction des régions. Les étudiant.e.s liégeois sont déjà très stressé.e.s en ce début de mois de décembre. Contrairement aux étudiant.e.s bruxellois qui gèrent encore relativement la pression. Les différents modes de fonctionnement des écoles et universités peuvent en être l’explication. À chaque professeur, sa méthode. Marie déplore que la majorité des enseignants privilégient la remise d’un travail et un examen en session comme modalité d’examen. Résultat  : les sessions ne sont pas forcément allégées et la charge de travail est beaucoup plus importante. Pour Florine, 22 ans, master en traduction, c’est le même constat  : « Nous metro sommes à la fin du quadrimestre, les deadlines s’accumulent et les profs rajoutent parfois de la matière en dernière minute, c’est beaucoup de pression en peu de temps ». PLUS GRANDE CHARGE DE TRAVAIL DEPUIS LA COVID ? La Covid semble avoir changé la donne. Les étudiants ont dû se réhabituer à un rythme plus soutenu. En effet, Dorian, étudiant à l’ULB en droit international et privé estime que « les étudiants n’étaient plus habitués à aller en cours ni à suivre les cours de manière assidue. Le rythme est bien plus intensif. Il faut encore un temps d’adaptation ». Certains étudiants ont heureusement trouvé leur technique. C’est le cas de Charline, étudiante en première année en histoire de l’art et archéologie (ULB). Elle a déjà eu certains examens hors session qui se sont bien déroulés. Cela lui a permis de gagner en confiance. Elle apprend à gérer son stress de manière positive. Elle a pu guindailler tout en avançant dans ses cours durant le quadrimestre. Elle file un petit conseil pour les prochains blocus  : se dire « étudier 1h », ce n’est pas bon. Il faut se dire « je fais ce chapitre aujourd’hui » « Compter en quantité de matières et pas en heure prestées semble la clé ! Lydia et Laury Le plaisir de lire à portée de main Ph. Pixabay kotP ! Roete. metrotime.be LUNDI 13/12/2021 En collaboration avec STUDY 7 Les étudiants épuisés avant même le début du blocus ? EN BREF, QU’EST-CE QU’EN PENSE LA COMMUNAUTÉ KOTPLANET SUR INSTAGRAM ET FACEBOOK ? 539 étudiant.e.s en pré-blocus ont été interrogés sur Facebook et le résultat est unanime  : 91% des étudiant.e.s sont stressés par les deadlines avant blocus. 299 d’entre eux sentent la panique monter doucement et 117 étudiants se sentent submergés par la quantité de travail à fournir avant le blocus. Sur Instagram, les résultats sont un peu différents. 240 étudiants ont répondu aux questions de Kotplanet. La covid semble avoir affecté ces étudiant.e.s. En effet, 76% estiment que « c’est pire depuis la covid ». La majorité d’entre eux ont peur d’être épuisés avant même que le blocus ait commencé (86%). Dans les displays 4X PAR SEMAINE Lundi - Mardi - Jeudi - Vendredi 7j/7 sur Metrotime.be



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :