Métro Belgique n°4394 9 déc 2021
Métro Belgique n°4394 9 déc 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4394 de 9 déc 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,5 Mo

  • Dans ce numéro : la 3e dose de vaccin efficace contre Omicron.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 NEWS JEUDI 9/12/2021 metrotime.be à ZAKIA KHATTABI  : « Nous sommes condamnés à être déçus de COP en COP » À l’occasion de la journée mondiale du Climat, Metro a rencontré Zakia Khattabi (Ecolo), Ministre de tutelle au fédéral. L’occasion de dresser le bilan des avancements en la matière sur l’année écoulée. Plus d’un an après son entrée en fonction en tant que Ministre du Climat et de l’Environnement, Zakia Khattabi voit dans la gouvernance climatique l’une des avancées les plus essentielles de la Vivaldi. « C’est la fondation d’une politique climatique crédible. Tous les leviers fédéraux sont maintenant mobilisés dans l’objectif de décarbonation. On sort enfin d’une approche en silos, d’une politique climatique au doigt mouillé », insiste l’écologiste. « L’urgence aujourd’hui est d’adopter une approche intégrée du pilotage de nos politiques publiques, à la fois sur le plan national et international. » C’est ce qui a manqué à la COP26 ? « J’ai la conviction qu’on est condamnés à être déçus de COP en COP si on ne discute pas collectivement, en amont, d’un changement de paradigme économique pour aller vers un modèle résilient. Et si l’on ne définit pas collectivement comment concilier la nécessaire réduction des émissions et le développement des pays émergents. L’enjeu du climat se pose en conséquence de choix définis en amont et qu’on ne remet pas encore en question. Ils ne sont pas débattus dans d’autres cénacles (au FMI, à l’OMC, etc.) Nous devons être radicaux  : aller à la racine de ce changement climatique et ne plus agir avec des rustines pour le contrer. Les leviers activés au fédéral sont ceux qui doivent être activés à l’international si on veut atteindre nos résultats et faire en sorte que la transition soit juste. » La Belgique peut-elle jouer un rôle pour porter une telle gouvernance climatique à l’international ? « On a un rôle à jouer au sein de l’UE. C’est difficile, ça l’est déjà en Belgique. L’organisation des compétences en Belgique fait que la majorité de celles qui ont impact sur le climat sont dans les mains de mes collègues  : la fiscalité, l’économie, l’énergie, la mobilité… L’enjeu d’une politique intégrée n’est pas perçu à sa juste valeur dans le débat public  : l’enjeu climatique est transversal, on ne peut plus continuer à travailler en silos. On ne peut pas continuer à polluer Editeur  : n.v. Mass Transit Media Rue Royale 100, 1000 Bruxelles metro@metromedia.be Directeur Opérationnel  : Werner Sluys wsluys@metromedia.be Central desk  : Tél. (02) 227 93 43 Advertising (pub et jobs)  : Tél. (02) 227 93 44 advertise@metromedia.be et gaspiller comme on le fait, mais tout en se donnant des objectifs ambitieux. Ça n’a pas de sens. On fonce droit dans le mur. Il faut un changement profond des mentalités. » Vous n’avez pas la main sur les dossiers fonctionnels. Au risque de caricaturer, vous définissez des objectifs, aux autres de les concrétiser ? « Comme Ministre du Climat, j’ai des objectifs de moyens pour atteindre l’objectif collectif que le fédéral s’est donné [réduire de 55% les émissions de gaz à effet de serre pour 2030,ndlr]. J’ai mis sur la table un pilotage inédit de la politique climatique. C’est une garantie de résultats, puisque chacun, dans sa sphère de compétences, est responsable de cet objectif. Chacun de mes collègues a une feuille de route avec des objectifs à atteindre. » Des objectifs ont déjà été fixés par le passé sans avoir été atteints. Le dernier rapport de l’OCDE montre que la Belgique n’est pas sur la trajectoire pour tenir son objectif de réductions de gaz à effet de serre. « C’est pour ça que je parlais d’une politique au doigt mouillé. On se donnait des objectifs sans se donner les moyens de les atteindre. Ici, le pilotage de la politique climatique est lié à des objectifs très précis. Il s’accompagne de feuilles de routes et de mesures déjà sur la table. Il dispose aussi d’un calendrier et d’évaluations en interne tous les six mois. Il y aura aussi une démocratisation du débat  : un état d’avancement sera sur la table du parlement chaque année. » Pouvez-vous dès lors vous engager à ce que, d’ici la fin de législature, la Belgique soit sur les rails pour atteindre ses objectifs ? « L’accord de majorité est clair  : il dit que le gouvernement fédéral prendra, dans sa sphère de compétences, des mesures qui permettront de réduire de 55% les émissions à l’horizon 2030. Aujourd’hui, sur base de ce qu’il y a sur la table, la trajectoire, pour autant qu’on la tienne, a pour objectif d’atteindre ces Metro’s content room : Janne Vandevelde (news director NL), Maïté Hamouchi (news director FR), Clément Dormal, Thomas Wallemacq, Marie Bruyaux, Silke Vandenbroeck, Camille Van Puymbroeck, Quentin Soenens, Nina van den Broek, Lien Delabie Lay-out  : Afrodite Trevlopoulos (Art Director), Sarah Tilley, Elise Buntinx Content director  : Stefan Van Reeth Production  : Tél. (02) 227 93 87 Distribution  : Tél. (02) 227 93 85 distri @ metromedia.be -55% à l’échelle des leviers fédéraux. Techniquement, c’est possible. » Comment articuler une transition juste, un changement de paradigme économique dans une période de relance post-covid ? « Cette relance est une opportunité pour autant que les moyens soient orientés vers les bons choix  : ceux de la transition, pas ceux du passé. Par exemple, dans le cadre du plan de relance fédéral  : avec mon collègue Dermagne [ministre de l’Economie, PS], j’ai mis sur la table un projet autour de l’économie circulaire. C’est à nous, politiques, de poser des choix qui vont dans ce senslà. Sur la question climatique, on se cache parfois derrière des arguments techniques ou scientifiques alors qu’il s’agit de choix éminemment politiques. » « L’image de la Belgique au niveau international n’a pas été écornée » Vous pensez à un dossier spécifique ? « Oui, celui de la durabilité de notre fiscalité. Avec mon collègue Vincent Van Peteghem [CD&V], nous travaillons sur la décarbonation des subsides fédéraux, la sortie des subsides aux fossiles. C’est un choix assumé. » C’est une question de volonté politique ? « Oui, absolument. On sait aujourd’hui que c’est pour un mieux et pour éviter des situations dramatiques. On a tous encore en tête les images de la Wallonie en juillet. Aujourd’hui, l’inaction climatique est un non-sens. Un non-sens écologique mais économique aussi. En juillet, le GIEC nous a de nouveau alertés sur l’urgence de la situation. Mais il dit aussi qu’il y a encore une fenêtre d’opportunité. C’est encore possible, dit-il, mais il faut arrêter d’avoir pour seul horizon le PIB. Il faut analyser la prospérité Marketing  : Tél. (02) 227 93 81 metromarketing @ metromedia.be Le contenu marqué de ce logo ne relève pas de la responsabilité de la rédaction. Metro a été créé en collaboration avec Belga, AP, AFP Relaxnews. Les droits des photos appartiennent à Belga, AP et AFP sauf indications explicites Ph. Hatim Kaghat d’un état à l’aune d’autres indicateurs, comme celui de la santé. On ne peut pas utiliser les indicateurs d’un monde industrialisé pour un monde décarbonisé. C’est pourquoi j’ai demandé au Bureau fédéral du Plan et à la BNB d’intégrer l’enjeu du climat dans leurs analyses. Ce sont des changements structurels profonds. C’est n’est pas sexy mais c’est ce qui permet de gagner en efficacité. » Comment s’assurer que cette transition n’impacte pas les publics déjà précarisés ? « On sait aujourd’hui que l’inaction, ce sont d’abord les publics déjà précarisés qui la payent et qui en sont les premières victimes. C’est en leur nom que la transition est nécessaire. À côté de ça, il faut une attention particulière. Le fédéral a acté comme principe que tous les fruits d’une fiscalité environnementale doivent être utilisés pour accompagner les familles et les entreprises dans le cadre de la transition. C’est aussi accompagner les travailleurs dans leur reconversion. Améliorer l’efficacité énergétique de nos bâtiments… Tout l’enjeu est d’avoir une approche globale qui mobilise l’ensemble des politiques, en ce compris en termes budgétaires. » Pour revenir à la COP  : l’absence d’accord belge a aussi engendré son lot de déceptions. Avec du recul, comment analysez-vous cela ? « C’est certain que je regrette l’absence d’accord. C’est une déception mais il ne pouvait en être autrement  : nous étions déjà à la COP quand le gouvernement flamand venait de décider de sa feuille de route. On pouvait difficilement commencer à négocier puisqu’il fallait d’abord analyser ce qu’il y avait sur la table. Ce n’était donc pas le constat d’un échec sur l’accord, mais le constat d’un échec d’accord pendant la COP. Je veux un accord qui soit juste et équitable pour tout le monde. Depuis la COP, on poursuit les travaux et les négociations. Ceci étant, l’image de la Belgique au niveau international n’a pas été écornée, dans la mesure où, en tant que membre de l’UE, elle a soutenu la rehausse de l’ambition européenne. » Oriane Renette E.r.  : Olivier De Raeymaeker, Rue Royale 100, 1000 Bruxelles Tirage Metro  : 210.000 ex Emportez Metro à votre travail ou à la maison, mais ne l’abandonnez surtout pas sur la voie publique. www.metrotime.be
metrotime.be JEUDI 9/12/2021 NEWS 3 Un vaccin adapté à Omicron est attendu « d’ici mars » BRUXELLES Un vaccin Pfizer/BioNTech adapté au variant Omicron est attendu « d’ici mars », ont déclaré hier les laboratoires. Selon les études réalisées par les deux entreprises, « le vaccin est toujours efficace contre la Covid-19, également contre le variant Omicron, s’il a été administré trois fois », mais ce variant n’est « probablement pas suffisamment neutralisé après deux doses ». « Une troisième dose fournit un niveau d’anticorps neutralisants contre Omicron similaire à celui observé après deux doses » pour les autres variants, ont-ils ajouté. « Bien que deux doses du vaccin puissent encore offrir une protection contre la maladie grave causée par la souche Omicron, il est clair, d’après ces données préliminaires, que la protection est améliorée avec une troisième dose de notre vaccin », a résumé Albert Bourla, président et directeur général de Pfizer. « Nous allons poursuivre le développement d’un vaccin La vaccination forcée est « inacceptable » GENÈVE L’obligation vaccinale se doit de toujours respecter les droits humains et la vaccination forcée n’est jamais acceptable, a mis en garde la Haute commissaire aux droits de l’homme de l’Onu. « L’obligation vaccinale doit se soumettre aux principes de légalité, de nécessité, de proportionnalité et de non-discrimination », a souligné Mme Bachelet. Face à la 5 e vague d’infections de coronavirus qui déferle sur l’Europe, en particulier notamment parce que le taux de vaccination n’est pas assez élevé, l’Autriche par exemple a décidé de rendre la vaccination obligatoire pour tous à partir du 1er février. En revanche, l’Organisation mondiale de la santé a insisté sur le fait qu’il doit s’agir là d’un « recours de dernier ressort absolu » en raison des implications éthiques et pratiques. ◀ Belga/D. Waem spécifique au variant Omicron et espérons le rendre disponible d’ici mars au cas où une adaptation serait nécessaire », ont indiqué les laboratoires ; PAS PLUS DE CAS GRAVES QUE DELTA Le variant Omicron considéré comme « hautement transmissible par l’OMS », a été détecté pour la première fois fin novembre en Afrique du Sud, et a rapidement été identifié dans de nombreux pays. Son Comparer les promos ? Inutile, nous le faisons pour vous. Et si besoin est, nous adaptons nos prix. Ainsi, vous profitez toujours des meilleurs prix. Ola Magnum Double Chocolate 4 x 88 ml Surgelés Réaction promo concurrent 8,37  € /L 2,94  € Valable jusqu’au 12/12/2021 inclus. Les prix peuvent être encore plus bas en magasin. apparition a provoqué un vent de panique, notamment en Europe, déjà en proie à une massive cinquième vague de cas de Covid-19 provoqués par le variant Delta. Mais il ne semble pas accroître la sévérité des symptômes, selon les dernières données publiées par l’OMS. Il est « quasiment certain » qu’Omicron ne cause pas de cas plus graves que Delta, a ainsi déclaré Anthony Fauci, conseiller de la Maison- Blanche. ◀ Lipton I< Ice Tea pétillant en canette 33 cl Réaction promo concurrent 1,96  € /L 0,653  € Prix valable à l’achat de 16 canettes. Vaccination simultanée contre la grippe et la Covid-19 à Bruxelles BRUXELLES Le vaccin contre la grippe peut être administré simultanément au vaccin contre la Covid-19 dans un des cinq centres de vaccination bruxellois, a annoncé la Commission communautaire commune. Pour se faire vacciner en même temps contre les deux virus, les Bruxellois doivent apporter leur propre vaccin contre la grippe au centre de vaccination. Il faudra alors se rendre chez le pharmacien pour se procurer, sans ordonnance médicale, le vaccin. Les groupes à risque définis par le Conseil Supérieur de la Santé et l’Inami bénéficieront au moment de l’achat d’un large remboursement du vaccin. Le vaccin contre la Covid-19 sera alors administré dans le bras droit et le vaccin contre la grippe dans le bras gauche. ◀ EN BREF ▶ Le droit passerelle de crise sera d’application pour les travailleurs indépendants contraints de cesser leur activité afin de garder leur enfant la semaine du 20 décembre, a annoncé le ministre des Indépendants, David Clarinval. ▶ Les trains directs « Côte- Express » circuleront à nouveau l’été prochain en direction du littoral, mais sans réservation, a indiqué la SNCB, après évaluation de ce service mis en place l’été dernier. Notre savoir-faire se déguste avec sagesse ▶ Les syndicats policiers estiment que le budget proposé demeure insuffisant, suite à une rencontre, hier, avec la ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden. Une nouvelle réunion est prévue mardi prochain. ▶ La STIB et RATP Dev ont annoncé hier l’inauguration, à Bruxelles, du premier service de bus touristiques Hop on Hop off 100% électriques. colruyt Le prix, Le prix, st nous. Cent nous./Champagne Comtesse de C Gramont brut 75 cl Notre prix était déjà le plus a bas 13,32  € /L 9,9 ! 9,99  € meilleurs prix



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :