Métro Belgique n°4392 6 déc 2021
Métro Belgique n°4392 6 déc 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4392 de 6 déc 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : Lumajang, un village de cendres.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 im ON THE ROAD LUNDI 6/12/2021 1 metrotime.be HONDA CB500F-R-X La Sainte Trinité Si l’on ne s’y attarde pas, les évolutions 2022 des Honda CB500F, CB500R et CB500X risquent bien de passer inaperçues. Pourtant, ces modifications – pour la plupart minimes mais ciblées – tapent dans le mille et améliorent encore l’agrément de conduite. Depuis 2013, le succès des CB500 ne s’est jamais démenti et quelque 106.000 unités (48% de F, 34% de X et 18% de R) ont trouvé acquéreur en Europe. Des propriétaires qui souhaitent passer d’une voiture ou du transport public à une moto, des motards débutants qui désirent monter en cylindrée ou, peutêtre plus étonnant, des motards qui, au contraire, descendent de catégorie. Si l’on regarde par le détail, certaines différences se marquent. Surtout avec laX, dont 75% des propriétaires sont des motards expérimentés, parmi lesquels 15% signent même leur retour sur un 2RM. La R attire les plus jeunes, avec 60% de propriétaires âgés de moins de 34 ans, et 15% de femmes. Enfin, la F séduit beaucoup les nouveaux motards, puisque c’est le cas de 45% de ses acheteurs. Et 19% des propriétaires de CB500F sont des femmes. DU NEUF Alors, quoi de neuf pour ce millésime 2022 ? Eh bien pas mal de petites retouches et quelques évolutions plus notables, comme cette fourche inversée Showa SFF-BP de 41 mm de diamètre héritée de la série supérieure. Une mise à niveau censée profiter, à la fois, aux performances et au confort de conduite. Cette montée en gamme se double de l’adoption de nouvelles jantes plus légères à branches en Y ainsi que d’un nouveau système de freinage plus acéré. Le monoamortisseur adopte un nouveau réglage d’amortissement pour ne pas être en reste face à la mise à jour de la fourche. Les garde-boues avant sont également revus. Le phare avant se veut désormais plus puissant et sur la F et laX, les clignotants restent allumés lorsque la moto est en mouvement. YAMAHA R7 À l’école de la piste Entre les radicales R1 ou R6 Race et les gentilles R125 ou R3, il manquait un maillon dans la gamme sportive de Yamaha. La R7 vient prendre la dernière place disponible dans cette turbulente famille des « R » en la complétant à bon escient. Cette dernière venue vise, en effet, à rendre la piste plus accessible à de nouvelles générations de pilotes. Et le passage du roadster MT-07 à la sportive R7, ou l’adaptation de la route à la piste, a été réalisé par Yamaha de façon simple et classique mais néanmoins soignée et bien pensée. Telle qu’elle est, la R7 remplit parfaitement sa mission d’entrée en matière pour ceux qui voudraient s’initier aux joies de la piste sans se ruiner ni se faire peur aux guidons de machines de cylindrée supérieure. Bien positionnée en termes de gabarit, de poids et de puissance, abordable au niveau financier, elle correspond peut-être, en effet, à une demande du marché. Extrêmement facile d’emploi, vive et légère à la conduite, valorisante aux regards, la R7 se distingue par des suspensions bien mises au point qui offrent une réelle polyvalence entre un usage routier et un entraînement sur A2 Le bicylindre qui anime les F-R et X délivre toujours « pile poil » les 35 kW autorisés pour les détenteurs du permis A2. Toutefois, pour 2022, les paramétrages du système d’alimentation par injection PGM-FI ont été revus afin d’améliorer à la fois la sensation de couple et le caractère d’une manière générale. Globalement, la ligne de couple se révèle assez plate. C’est un peu normal, une moto A2 ne va pas vous mettre un gros coup de pied aux fesses à la remise des gaz. Toutefois, s’il ne se montre pas des plus expressifs, ce bloc brille par son efficacité. On peut le laisser redescendre jusque 2.000 tours avant qu’il ne se mette à hoqueter et, entre 6.000 et 8.000 tours, il offrira vraiment tout ce qu’il a dans le bide. Le tout avec une bande-son plutôt sympathique. Attention néanmoins au rapport engagé avant d’attaquer un dépassement, la 6 e servant plutôt d’overdrive. CONCLUSION Difficile de ne pas les aimer, ces Honda CB500. Leur maniabilité et la souplesse du moteur continuent de faire merveille. La puissance de freinage, nettement améliorée, constitue l’avancée la plus significative et la plus appréciable, même si la nouvelle fourche apporte, elle aussi, sa pierre à l’édifice. Au niveau du design, après quelques évolutions, les derniers modèles se montraient déjà très aboutis. Cette fois, Honda ajoute deux coloris plutôt sympathiques pour la F et la X et qui apportent un peu de fun à cette gamme. Des critiques quand EN QUELQUES CHIFFRES Moteur Bicylindre, 471 cc Transmission. Chaîne Puissance. 48 ch Prix 6.699 € (F), 7.299 € (R) & 7.199 € (X) PRO Freinage plus efficace Comportement sain Esthétiquement valorisantes INCONVÉNIENTS Levier d'embrayage non réglable Tableau de bord vieillissant Bloc peu expressif même ? Oui, bien sûr. Vu l’excellente présentation générale, on aimerait voir les deux leviers réglables et un tableau de bord un peu plus moderne. Quelques kilos en moins permettraient également aux CB de mieux s’aligner sur la concurrence. Reste ensuite à savoir laquelle choisir… circuit. Elle sera disponible dès novembre en deux coloris, noir ou bleu à 9.299 € , et se verra rejointe un mois plus tard par une version « 60 e anniversaire » à 9.699 € reprenant la jolie livrée blanche et rouge des machines officielles de la marque en compétition. Deux packs seront également proposés  : le pack Style, avec le quickshifter, des grippe-genoux, un écran fumé, une protection du levier de frein et un support de plaque allégé. Et le pack Adrenaline, proposant une ligne Akrapovic, le quickshifter, l’écran fumé, le capot de selle passager et divers patins de protection en cas de chute. Les prix de ces deux packs ne sont pas encore connus. La R7 sera disponible également en version 35 kW. Rubrique coordonnée par Moto 80 TextesL. Cortvrindt/B. Dorsimont Photos Honda/J. Godin www.moto80.be
COMMENCEZ VOTRE NOUVELLE SEMAINE DE TRAVAIL AVEC AMBITION METROTIME.BE/START START Améliorer le bien-être des employés sur leur lieu de travail tout en dopant leur efficacité grâce à la sieste  : c’est l’idée portée par deux jeunes Bruxellois. Avec WeNap, Paolo et Anthony installent des cocons de repos 100% belges dans les entreprises. Vous avez souvent eu l’envie de piquer un petit somme au travail ? C’est désormais possible grâce au concept porté par deux jeunes entrepreneurs belges. Avec leur startup WeNap, Anthony Koljaj et Paolo Capizzi installent des cocons de repos dans les entreprises, hôpitaux et universités belges pour permettre aux travailleurs de faire des micro-siestes à n’importe quel moment de leur journée. TROIS BELGES SUR CINQ STRESSÉS AU TRAVAIL « Nous sommes partis d’un constat tout aussi simple qu’alarmant  : plus de 60% des travailleurs belges sont stressés ou fatigués sur leur lieu de travail et plus de 90% des Belges ont déjà souffert de troubles du sommeil. Cette situation n’a d’ailleurs fait que s’aggraver avec la crise sanitaire que nous traversons. Avec WeNap, nous voulons replacer le bien-être des travailleurs comme une priorité, tout en aidant les entreprises à atteindre leurs objectifs opérationnels » explique Paolo, cofondateur de la start-up. Promouvoir le bien-être au travail, dont le besoin a été accentué avec la crise Covid-19, cela peut se faire par le biais de la sieste au bureau. L’idée semble saugrenue ? Les bienfaits de la micro-sieste (10 à 30 minutes) ont pourtant été démontrés scientifiquement  : amélioration de la productivité, diminution du stress, réduction du risque de burnout, meilleure réactivité, créativité et implication… C’est donc une solution winwin, soulignent les fondateurs de WeNap  : en plus d’améliorer le bien-être des FeatureS 24elef ti4Ity (Ke-11.16.5 1,44:1,1er. Errtapti » Leo bieleil çoniir4 eleterha tenni travailleurs, la micro-sieste permettrait également d’améliorer la productivité et les résultats des entreprises. DES COCONS 100% BELGES Pour ce faire, WeNap a créé des boîtes à sieste en partenariat avec PureLab, un bureau de design industriel bruxellois. Ces cocons sont 100% made in Belgium, assemblés à Anderlecht. Écoresponsables, ils offrent une position de repos dite « zéro gravité », permettant une récupération optimale, un soulagement total du dos. Isolés du bruit et de la lumière, les travailleurs peuvent donc se reposer pleinement dans ces CETTE SEMAINE DANS METRO START LE GUIDE CARRIÈRE DE METRO 10 Le télétravail reste peu encadré 11 Les travailleurs pas assez formés Ph. WeNap Des cocons à sieste pour booster la productivité dans les entreprises belges cocons tout confort, apaisés par des musiques de relaxation. Accompagnée par l’incubateur bruxellois Start Lab ICHEC, la jeune pousse belge a déjà séduit ses premiers clients. « Nous envisageons aussi d’élargir notre offre en proposant des webinaires sur le bien-être ou visant à sensibiliser les managers et leurs équipes aux bienfaits de la micro-sieste. Nous restons convaincus que l’installation de cocons de repos reste pertinente pour les entreprises ou dans des lieux tels que les hôpitaux où le personnel travaille à flux tendu depuis plus d’un an et demi maintenant » nous précise Anthony. ◀



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :