Métro Belgique n°4392 6 déc 2021
Métro Belgique n°4392 6 déc 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4392 de 6 déc 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : Lumajang, un village de cendres.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
INFO DE LA STIB Des rétroviseurs-caméras pour des bus encore plus sûrs La STIB teste depuis peu un nouveau dispositif pour ses bus, en collaboration avec l’institut Vias  : des rétroviseurs-caméras. Cette technologie, déjà bien rodée sur les camions, fait pour l’instant figure de prototype auprès des transports publics. Meilleure visibilité quelle que soit la météo, confort de conduite, suppression des angles morts… Cette technologie présente de nombreux avantages, pour des bus encore plus sûrs ! Des rétroviseurs-caméras, c’est quoi en fait ? Il s’agit tout simplement de caméras qui remplacent les rétroviseurs, à la place des rétroviseurs classiques à miroir. Des écrans sont présents de part et d’autre du chauffeur dans le poste de conduite, lui permettant d’avoir une vue autour de son bus. Ce dispositif présente de nombreux avantages, tout d’abord au niveau de la sécurité routière. Comme le souligne Gaëtan Deckers, Safety & Risk Manager au département Bus de la STIB  : « C’est une fierté de pouvoir présenter ce prototype et d’avoir pu collaborer avec Vias pour aller encore plus loin en matière de sécurité routière, pour les voyageurs, le personnel de la STIB et pour tous les usagers de la voie publique. La sécurité dans les rues de Bruxelles est Métiers à la loupe une priorité et cette technologie peut nous aider à toujours plus nous rapprocher de l’objectif ‘zéro’en matière d’accidents. » Quels sont les avantages par rapport à des rétroviseurs classiques ? Grâce à ces rétroviseurs-caméras, les angles morts sont presque totalement supprimés, ce qui représente un avantage considérable pour les véhicules de grande taille… comme les bus ! « Dans un environnement urbain avec un trafic très dense et de nombreux usagers vulnérables, il est de la plus haute importance de réduire autant que possible les angles morts des bus. En plus, ces caméras permettent de garder une bonne visibilité, même en cas de détérioration des conditions météorologiques », explique Jean-François Gaillet, directeur du Département Innovation et Technologies à l’institut Vias. En effet, ces caméras permettent d’avoir une vue nette, quelles que soient les conditions météo, grâce à une adaptation automatique et rapide de la luminosité. Et pour les chauffeurs ? Pour reprendre les termes d’un chauffeur de longue date, « ça change la donne ! ». Grâce à ce dispositif, les chauffeurs ont littéralement une paire d’yeux en plus. La vision Responsable maintenance engineering au département technique du métro, Hilario a un parcours impressionnant. Son métier ? Le suivi stratégique et la maintenance des métros. Il nous en dit plus… Au niveau de la maintenance du métro, il y a les responsables opérationnels, qui coordonnent les équipes techniques, et aussi des responsables techniques et en ingénierie, chargés de la planification des tâches. En gros, on a des métros, qui sont livrés avec des modes d’emploi. Notre travail est de traduire ces modes d’emploi en procédures opérationnelles, en roulements, etc. pour faire en sorte que les équipes techniques puissent faire leur travail. Peux-tu nous en dire plus sur ton parcours ? Après une formation en ingénieur civil mécanicien à l’UCL, j’ai eu l’occasion de faire plein de choses  : j’ai travaillé dans la coopération au développement au Mozambique, j’ai ensuite travaillé à l’université, dans le secteur pharmaceutique, associatif… et finalement, après 6 ans, à la STIB ! J’avais envie d’un travail qui allie le côté technique et humain, ce que j’ai vraiment pu trouver à la STIB. Il y a une grande diversité dans les profils, ce qui rend le travail super intéressant. De plus, j’ai l’occasion de travailler pour une entreprise qui a une réelle mission  : elle offre un service pour la population, avec une vocation environnementale, le tout en ayant un encrage local. Étant à Bruxelles depuis 20 ans, je suis heureux de pouvoir contribuer à la vie en ville. Comment es-tu arrivé à la STIB ? J’ai eu la chance de tomber par hasard sur l’offre d’emploi, car il m’a été demandé de la diffuser à travers le réseau alumni de l’université. J’ai joué fair-play et l’ai tout de même diffusée… et j’ai été sélectionné ! Je suis donc arrivé à la STIB en octobre 2015 comme chef de projet, avant d’évoluer dans mon poste actuel. Durant ces années, j’ai pu travailler au niveau organisationnel, mais aussi sur le terrain. Cette expérience est un réel atout pour apporter aux équipes techniques ce dont elles ont besoin au quotidien. De quoi ont besoin les équipes techniques pour l’entretien des métros ? Tout d’abord de procédures. est plus nette, les écrans sont plus proches et il est donc plus confortable de vérifier ses rétroviseurs. De plus, il n’est plus nécessaire de régler les rétroviseurs à chaque changement de chauffeur. Ajoutons également que ces rétroviseurs-caméras sont nettement plus petits que des rétroviseurs classiques, ce qui réduit le risque de casse. Quand est-ce que l’on pourra le voir sur le réseau ? Les rétroviseurs-caméras ont été placés sur un bus articulé électrique de la marque Solaris de la STIB. Il « Je voulais un métier qui soit à la fois technique et humain, et c’est ce que j’ai trouvé à la STIB » devrait être homologué d’ici la fin de cette année, après quoi il pourra circuler sur la ligne 64, ce qui permettra de tester ce système dans de nombreuses nouvelles conditions. Si les tests s’avèrent satisfaisants, la STIB pourra alors envisager d’acquérir ce système pour ses nouveaux bus à l’avenir. Pour ne plus rater aucune actu de la STIB, suivez-la sur Facebook (STIB), Instagram (@STIBMIVB), Twitter (@STIBMIVB) ou abonnez-vous à la newsletter de la STIB sur www.stib.brussels. Prénom  : Hilario Nom  : Saenz Palomeque Fonction  : Responsable Maintenance Engineering Métro Age  : 34 ans A la STIB depuis  : 2015 Domicile  : Forest C’est un peu comme avec une voiture, qui doit aller au contrôle technique après 100.000 km. C’est pareil avec les métros. Après un certain délai – défini en temps ou en nombre de kilomètres – les métros doivent passer certains entretiens  : changer telle ou telle pièce, reprofiler les roues, nettoyer les dessous de caisse, etc. Il faut également que l’on puisse tracer toutes ces actions, pour savoir ce qui a été fait à quel véhicule et à quel moment. Il faut donc encoder tout cela, chose pour laquelle des logiciels spécifiques sont nécessaires. Il y a aussi la gestion humaine  : il faut que le travail soit faisable, éviter par exemple que tous les entretiens tombent au même moment. Il faut combien de personnes pour organiser tout cela ? Au total, mon équipe compte une quinzaine de personnes, avec des tâches bien spécifiques  : formation technique, outils logiciels, lien avec le service des achats pour commander le matériel nécessaire, suivi qualité, suivi des indicateurs de performance… Il y a aussi de nouvelles procédures à créer avec l’arrivée des nouvelles rames M7, qui sont des nouveaux véhicules, à la pointe de la technologie. C’est vraiment passionnant ! ◀
metrotime.be LUNDI 6/12/2021 BD 13 Les Sisters Tome 16 Bamboo Édition - Cazenove & William - www.bamboo.fr c4l'J CISCAP GE MANGER LINE CECimeNrAvec pes CaiSS DE GRÉAlcuitzeS SaZ ep ines CUE cer imerrAee Au 1 00.A. aze-elE Geecti ezIGc.4e, À CHAQ46"'FF/, dloaS Geai ete GAP DE meeezane -rAgthvg o6eimevr AVE Pes 626Aloadle5 A441‘,",te 44'797 136v Vo yevefart » LE MOWE Sdif BiEN 6 ce cimevr 65r cames-1 ; ee. WFP, aereie te4.4(4,4f NOUVEAU TOME 16 DISPONIBLE AU RAYON BD BAMBOO ÉDITION



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :