Métro Belgique n°4390 2 déc 2021
Métro Belgique n°4390 2 déc 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4390 de 2 déc 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : un deuxième cas du variant Omicron détecté en Belgique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 BRUXELLES JEUDI 2/12/2021 metrotime.be Des colocs multiculturelles et solidaires Ouvrir sa colocation à de nouveaux horizons, c’est ce que propose le programme « CALM ». Lancé par l’ASBL Signa, « Comme à la maison » permet à des réfugiés d’intégrer une colocation bruxelloise. « C’est vraiment très enrichissant pour nous. On est super contents, on s’entend tous très bien », nous explique Olivia, dont la colocation s’est agrandie en août avec l’arrivée de Tewen. « On avait tous des profils très similaires [jeunes travailleurs, 25-26 ans] et Tewen nous apporte beaucoup de fraîcheur. Surtout, elle met notre culture en perspective et nous apprend plein de choses. Comme nous, je pense, lui apportons beaucoup d’autres choses. » Originaire d’Erythrée, Tewen, jeune aspirante aide-soignante de 21 ans, est arrivée en Belgique en 2019. Elle a vécu seule pendant un an mais cela ne lui a pas plu. Ce qu’elle désirait, c’était de vivre avec d’autres personnes et par la même occasion, d’améliorer son niveau de français. C’est via un de ses amis, luimême dans une colocation CALM, qu’elle a entendu parler du projet. Quant aux jeunes Bruxellois, qui se connaissaient depuis plusieurs années, c’est Nina, l’une des colocataires, qui avait eu vent du projet CALM. « On en a beaucoup discuté entre nous. Ça nous a permis de faire une vraie introspection sur notre propre coloc », retrace Olivia. « Une fois que l’on était bien alignés, on a contacté l’ASBL. Ils nous ont trouvé un ‘match’avec Tewen  : nos envies et nos modes de fonctionnement se conciliaient très bien. » Tewen et ses futurs colocataires se sont rencontrés pour la première fois un mois avant d’emménager dans leur nouvelle maison. « On était un peu timides au début, mais on a rapidement créé des liens ! Petit à petit, on a construit quelque chose. » Cela fait maintenant cinq mois que Tewen, Eve-Anne, Benoît, Olivia, Fernando et Nina habitent dans cette maison conviviale située à Woluwé Saint Lambert. « Ça se passe très bien parce que Tewen a une super capacité d’adaptation. Aujourd’hui, elle prend vraiment sa place dans la coloc, tant au niveau social que dans le partage des tâches », constate Olivia. « On prend souvent des repas ensemble, on a des soirées jeux, des moments papote dans le salon, des sorties en ville… On fait pas mal de choses ensemble. Elle s’est parfaitement intégrée là-dedans, tout en y apportant sa patte. » Permettre la création de liens entre les primo-arrivants et les Bruxellois, c’est tout l’objectif de l’ASBL Singa, nous explique Lionel Defraigne, le responsable du programme CALM auprès de l’association. Pour ce faire, l’ASBL travaille sur plusieurs axes, dont la cohabitation. ENGAGEMENT CITOYEN « Il y a un gros besoin de logement pour les personnes réfugiées », pointe Lionel. « C’est un très gros enjeu car cela permet à ceux qui commencent leur vie à Bruxelles de faire des pas de géant sur la connaissance de la culture, sur la pratique de la langue… » Pour Olivia et ses colocs, s’engager avec CALM c’était l’opportunité de vivre un véritable échange culturel. Surtout, c’était être en cohérence avec leurs convictions. « C’était une belle opportunité militante pour l’inclusion des personnes réfugiées en Belgique. Dans la coloc, on avait tous envie de s’engager dans ce mouvement citoyen-là », nous raconte la jeune femme. « C’est une manière simple et concrète d’agir à son niveau, en tant que citoyen, Ph. D.R. sur l’intégration des réfugiés », complète Lionel. « Ces collocations ne sont pas extraordinaires, mais elles vont apporter un plus par rapport à une coloc traditionnelle, puisque les personnes viennent de milieux très différents et vont s’enrichir mutuellement. Mais ça reste une coloc égalitaire et chacun paie son loyer. » Dans les displays 4X PAR SEMAINE Lundi - Mardi - Jeudi - Vendredi 7j/7 sur Metrotime.be UNE COLOC « COMME LES AUTRES » Une coloc CALM est donc une coloc comme les autres, si ce n’est que Singa agit comme un intermédiaire  : l’association fait « matcher » les profils de personnes réfugiées et des colocs, en fonction de leurs habitudes, leurs règles de vie, leur culture de co-living… Passée la rencontre, l’ASBL assure un suivi pendant six mois. « C’est notre travail de vérifier que tout le monde se sente bien dans la coloc et que le loyer soit payé », précise Lionel. Tout au long du processus Singa soutient également la personne réfugiée dans toutes leurs démarches administratives. « Comme on ne doit pas s’occuper de ce qui est papier ou gestion de loyer, ça nous a permis de créer une relation complètement horizontale dès le départ avec Tewen », souligne Olivia. « C’est la vie à la maison de tous les jours, comme pour tout le monde. » PROJET EN EXPANSION Le projet CALM rencontre un beau succès à Bruxelles  : 9 colocs créées en 2019, 16 en 2020 et pas moins de 30 cette année. Au total, plus de 50 colocations multiculturelles ont été lancées en trois ans. « On sent qu’il y a encore du potentiel », nous glisse Lionel. « Chez Signa, on est convaincus qu’il y a des centaines de colocs comme celle d’Olivia  : des gens très chouettes, attentifs à cette question de l’intégration des réfugiés et qui ont envie de sortir de leur bulle. Mettre une chambre qui se libère à la disposition d’une personne réfugiée, c’est l’aider à débuter sa vie en Belgique. » « Il faut foncer dans ce projet sans prérequis, sans idées préconçues. Ça nous apporte beaucoup plus que ce que l’on ne croit au départ », conclut Olivia. « Ça n’a rien à voir avec de la charité ou du bénévolat. Il n’y a pas de hiérarchie aidant-aidé. C’est une autre forme d’engagement citoyen. Pour moi, c’est la plus facile et la plus agréable et celle qui apporte le plus. » Oriane Renette
metrotime.be JEUDI 2/12/2021 BRUXELLES 11 Sept activités à réaliser à Bruxelles cet hiver Avec les jours qui raccourcissent et l’arrivée du froid, vous n’avez peut-être qu’une seule envie  : vous poser sous un plaid bien chaud et regarder une série depuis votre canapé. L’hiver est pourtant une super saison pour profiter de Bruxelles. Voici sept activités qui devraient vous occuper, et parfois vous réchauffer, dans les semaines à venir. PROFITER DE LA VILLE SOUS SON MANTEAU ENNEIGÉ Lorsque la neige commence à tomber sur notre capitale, Bruxelles se transforme en une toute nouvelle ville qui ne demande qu’à être découverte. Dès que les premiers flocons recouvriront la ville, enfilez donc vos vêtements les plus chauds pour simplement flâner dans les rues de la capitale. La Grand-Place est par exemple plus belle que jamais lorsqu’elle est recouverte d’un manteau de neige. Du Cinquantenaire à l’Atomium, vous serez surpris de redécouvrir plusieurs des plus lieux bruxellois les plus mythiques sous un nouveau jour. BOIRE UN VIN CHAUD AUX PLAISIRS D’HIVER Après une année d’absence en raison de la pandémie, les Plaisirs d’Hiver effectuent leur grand retour jusqu’au 2 janvier ! S’il faut toujours respecter certaines mesures sur place, cela ne doit pas vous empêcher de vous retrouver en famille ou avec des amis autour des 225 chalets en bois qui composent le marché de Noël. Les plus motivés poursuivront leur chemin jusqu’au Bois de La Cambre (du 3 décembre au 9 janvier) où de multiples activités sont prévues  : patinoire, des manèges, des pistes de curling… Il y a également encore un village « Aprèsski » sur la place de La Monnaie avec notamment des pistes de luge synthétiques, un village de créateurs dans la galerie Anspach, une fresque en trompe-l’œil présentant la jonction ferroviaire Nord/Midi, une installation lumineuse, l’œuvre Mécaniques Discursives mêlant techniques de gravure et projections à la nuit tombée sur le boulevard Anspach… Vous l’aurez compris, les Plaisirs d’Hiver sont un excellent moyen de déambuler en ville lors des froides soirées hivernales. À noter que d’autres marchés de Noël seront organisés dans les villes de la Région bruxelloise cet hiver. S’INSTRUIRE DANS UN DES NOMBREUX LIEUX CULTURELS BRUXELLOIS Saviez-vous qu’on dénombre pas moins de 80 musées sur le territoire de la Région de Bruxelles- Capitale ? Si certains sont des grands classiques (Beaux-Arts, Magritte, MIM), d’autres sont plus surprenants et sauront probablement titiller votre curiosité. Avez-vous déjà mis les pieds au Musée de l’érotisme et de la mythologie ? Ou dans celui abritant la garde-robe du Manneken-Pis ? Peu importe votre profil, l’offre de musées bruxellois est énorme et variée. Profitez donc des froides journées d’hiver pour vous réchauffer dans ces lieux culturels qui ne demandent qu’à être découverts. SE RÉFUGIER DANS UN ESTAMINET Si la culture, ce n’est pas vraiment votre truc, mais que vous voulez tout de même échapper au froid, pourquoi ne pas vous réfugier dans un des estaminets de la capitale ? Les estaminets sont ces tavernes ou ces auberges dans lesquels il est possible de déguster des bières ou des plats typiques. De quoi replonger un peu plus dans la vie bruxelloise d’il y a plusieurs dizaines d’années. Les gourmands qui n’ont qu’une petite faim n’auront, de leur côté, aucun mal à trouver un établissement Belga/K. Tribouillard AFP/J. Thys dans lequel il est possible de déguster une délicieuse gaufre. SE RESSOURCER OU SE DÉFOULER DANS DES LIEUX INSOLITES Escape room, lancer de haches, karaoké… Il existe de nombreux endroits insolites dans lesquels il est possible de se divertir à Bruxelles. Depuis peu, notre capitale accueille également des spas à bière, ces lieux de détente dans lesquels vous vous baignez littéralement dans de la bière. Une activité idéale à réaliser en hiver, la température des bains étant d’environ 38 oC. Comble du bonheur, vous pourrez déguster un bon breuvage alors que vous barbotez dans le houblon ! ÉCOUTER UN CONCERT DE NOËL Qui dit hiver dit aussi Noël. Si, le 18 décembre, nous ne serons techniquement pas encore en hiver, rien de tel qu’un concert de Noël pour vous émerveiller durant cette période si conviviale. Venez donc écouter le concert donné par les Chœurs d’enfants et de jeunes de la Monnaie le samedi 18 décembre. Ce jour-là à 17h, une centaine de jeunes chanteurs et chanteuses donneront vie à une série de tableaux de Noël traditionnels et populaires durant une petite heure. ASSISTER À UNE PIÈCE SUR NOËL On reste sur le thème de Noël avec la pièce « Le Noël de M. Scrooge » jouée du 18 au 31 décembre au théâtre Royal du Parc. Ce spectacle pour les fêtes vous plongera dans le Londres du 19 e siècle. D’après l’œuvre de Charles Dickens, vous suivrez les voyages du vieux Scrooge dans son passé et dans son futur en espérant lui ouvrir les yeux et le cœur sur son égoïsme. (cd)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :