Métro Belgique n°4389 30 nov 2021
Métro Belgique n°4389 30 nov 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4389 de 30 nov 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 3,2 Mo

  • Dans ce numéro : l'inflation s'emballe, les patrons inquiets.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 CULTURE MARDI 30/11/2021 metrotime.be ‘THE HAND OF GOD’  : LE RÉALISATEUR PAOLO SORRENTINO PARLE DE SA JEUNESSE, SA FAMILLE ET MARADONA « Il faut vouloir persévérer dans la vie » Avec son style baroque et son humour exagéré, le réalisateur italien Paolo Sorrentino (‘La Grande Bellezza’, ‘Youth’) n’est pas pour tout le monde. Mais il y a de grandes chances qu’avec ‘The Hand of God’(‘La main de Dieu’) il touche un public beaucoup plus large, sans que son approche soit plus commerciale. Au contraire même, car c’est peut-être son film le plus intime et, certainement, le plus personnel. ‘The Hand of God’est un film chaleureux, mais il montre aussi une période sombre de votre vie. Certaines choses étaient-elles trop douloureuses pour les évoquer ? Paolo Sorrentino  : « Beaucoup de choses, même. Ou elles étaient en vrai encore plus pénibles que ce que je montre dans le film. Je les ai alors supprimées ou atténuées, pour que le film ne soit pas trop terrible ou déprimant. Et peut-être aussi pour que cela reste intéressant. Je devais trouver un équilibre entre mon histoire personnelle et un film qui puisse parler à tout le monde. » ‘The Hand of God’parle d’un garçon plutôt timide qui trouve le courage de poursuivre son rêve. Vous rappelez-vous quand vous avez trouvé ce courage ? REVIEWS THE HAND OF GOD (LA MAIN DE DIEU) Après des spectacles exubérants mais détachés tels ‘La Grande Bellezza’, ‘Loro’et ‘Youth’, le réalisateur italien scrute le fond de son âme dans ‘The Hand of God’. Et il y trouve le garçon qu’il était à 17 ans, sécurisé par une famille chaleureuse dans le Naples des années 1980. Il ne s’agit pas d’une vraie autobiographie, car Sorrentino y ajoute comme d’habitude une bonne dose d’imagination. Le personnage principal ici s’appelle Fabietto et rêve de deux choses  : le football (personnifié par le génial Diego Maradona) et le sexe (personnifié par la sensuelle tante Patrizia). Mais la tragédie n’est pas loin. ‘The Hand of God’révèle un côté nuancé et étonnamment émouvant de la personnalité de Sorrentino. Associé parfois à une hystérie humoristique et dramatique, à l’italienne. (rn) Ph. D.R. ●●●○○ « Dans le film, vous avez la scène où Fabietto part avec son frère assister à un entraînement du club de Naples. Il voit Maradona s’exercer aux coups francs, et les ballons volent les uns après les autres dans la lucarne. Et le frère de Fabietto dit  : ‘Ce qui rend Maradona si exceptionnel, ce n’est pas son immense talent, mais son incroyable ténacité. Cette scène est un bon résumé. Il faut vouloir persévérer. » Le film est aussi un beau portrait de famille. Est-il vrai que votre mère adorait faire des blagues aux gens ? « C’était son passe-temps préféré, oui. En général, il s’agissait de choses futiles, mais parfois elle voyait plus grand. Ces exemples, je les ai mis dans le film aussi. C’était pour ma mère une manière de passer le temps. Le film se passe il y a 40 SABAYA Plus une guerre dure, plus on découvre d’atrocités. Ce documentaire attire l’attention sur les milliers de femmes et de filles de la communauté yézidi enlevées et utilisées comme ‘sabaya’ou esclaves sexuelles par l’EI. Depuis leur défaite, les sympathisants de l’EI sont rassemblés dans d’immenses camps comme à al-Hol dans le nord de la Syrie, mais les sabaya vivent toujours parmi eux. Heureusement, il y a des gens comme Mahmoud et son équipe, qui tentent de retrouver et de libérer les victimes. ‘Sabaya’suit Mahmoud de très près, à la fois lors de ses opérations de sauvetage nocturnes risquées et chez lui, où les femmes traumatisées trouvent refuge. Le film donne peu d’explications et laisse parler la caméra. Mais cela suffit pour marquer profondément. Dans les salles à partir du 8 décembre. (rn) Ph. D.R. ●●●●○ Ph. D.R. ans, et à l’époque il n’y avait pas d’internet ou 500 chaînes à la télé. » Avez-vous une meilleure compréhension de vous-même après vous être penché si longtemps sur votre propre vie ? MADRES PARALELAS Après le grandiose ‘Douleur et Gloire’, largement autobiographique, le maestro espagnol retrouve Pénélope Cruz dans un nouveau mélodrame coloré, où vont se mélanger secrets du présent et du passé. Dans une maternité madrilène, Janis (Cruz) et Ana (Milena Smit) accouchent le même jour. La première est plutôt sereine, la seconde, mineure, est angoissée. Malgré leurs différences d’âge et de classe, leur rencontre va mener à une amitié inattendue, et une découverte troublante va les unir beaucoup plus profondément qu’elles ne le pensaient… Le mystère qui les unit sert de prétexte à Almodovar pour explorer les relations humaines, l’identité, ou le rapport de l’Espagne à son douloureux passé. Le scénario est parfois déroutant, mais le cinéma de Pedroreste vibrant et émouvant. (em) ●●●○○ Ph. El Deseo/Iglesias Mas Ph. Dérives MOVIES I 4 « Pas encore. Cela viendra peut-être ? (rires) Il y a toujours de l’espoir, n’est-ce pas ? C’est de ça aussi que parle le film. Même au fond du trou, cela peut aller mieux demain. » Ruben Nollet @rubennollet IN A SILENT WAY Comment faire un film sur un groupe… quand on n’a pas eu l’autorisation d’utiliser leur musique ? C’est la question à laquelle le cinéaste belge Gwen Breës a été confronté. « Such a Shame », « It’s My Life » … Dans les années 80, les mélodies new-wave du groupe Talk Talk les propulsèrent vers le succès. Ensuite, le virage expérimental de Mark Hollis, le leader, sur les albums suivants, a ravi les érudits, mais fut pour leur maison de disques un ‘suicide commercial’. Pris entre impératifs commerciaux et liberté artistique, Talk Talk s’est évaporé. Trente ans plus tard, Breës part sur les traces du groupe, et de son inaccessible leader surdoué, dans un documentaire ingénieux sur le rapport à la musique et à la création. Appréciable même quand on ne connaît pas leurs chansons. (em) ●●●○○
INFO SNCB M #MoveSafe Ensemble, pour voyager en toute sécurité. sncb.be Voyagez avec un titre de transport valable ce -, Gardez vos distances dans les gares et sur les quais Achetez votre ticket en ligne via notre appou sur sncb.be Optimisez nos services au client. La SNCB recherche un advisor process excellence. sncb.be/jobs En route. Vers mieux. Masque obligatoire dans les gares, sur les quais et dans les trains



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :