Métro Belgique n°4386 25 nov 2021
Métro Belgique n°4386 25 nov 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4386 de 25 nov 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : happy thanksgiving.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
8 FEELGOOD JEUDI 25/11/2021 metrotime.be La psychodermatologie, une spécialité qui soigne la peau par l’écoute La peau peut être une véritable éponge, absorbant en continu toutes nos émotions. Colère, stress, anxiété, et peur, peuvent déclencher des poussées d’acné et de rosacée, voire accélérer l’apparition des rides, à notre insu -ou presque. La psychodermatologie tente aujourd’hui d’y remédier par l’écoute, l’échange, et la prévention. Une forme de médecine lente que pratique le Dr. Anny Cohen-Letessier, dermatologue, membre de la Société française de dermatologie. Qu’est-ce que la psychodermatologie ? « C’est une spécialité dans la spécialité qui peut faire l’objet d’un diplôme post universitaire ou simplement d’un mode d’exercice. Il s’agit de prendre en charge la globalité du patient et de ses troubles qui s’expriment par des problèmes de peau, et cela demande du temps et de l’écoute. Il faut toujours être attentif à ce qui se cache derrière le bouton. La peau, visuellement accessible, va parler. On connaît aujourd’hui l’impact du stress sur le déclenchement ou la révélation d’une maladie de peau, et la prise en charge psychologique au cours d’une consultation dermatologique est essentielle pour en comprendre l’origine. » Quels sont les problèmes et maladies de peau qui peuvent être la conséquence d’un trouble psychologique ? « Toutes les maladies de peau peuvent être aggravées par un stress psychologique -acné, eczéma, psoriasis et bien d’autres- par l’intermédiaire des neuromédiateurs qui assurent une connexion permanente entre peau et cerveau. » ) metro Est-ce que le stress peut aussi favoriser l’apparition des rides ? « Le stress est l’un des paramètres importants de l’exposome, à savoir les facteurs environnementaux comme l’alimentation, la pollution, le soleil, le tabac, l’alcool, ou encore la sédentarité. Nous n’avons pas l’âge de notre peau, ou la peau de notre âge. Il y a une horloge génétique qui nous est transmise par nos ascendants, mais il y a également ce que l’on fait de notre peau ou de notre vie. Il s’agit notamment des facteurs environnementaux qui vont modifier d’une certaine façon notre ADN. » Est-ce que cela signifie que certaines crèmes ne seront jamais efficaces sur une personne dont les problèmes de peau sont liés au stress ? « Dire que ces produits n’agiront jamais est un peu radical, mais ils agiront moins bien sur une peau stressée, c’est évident. Une étude récente confirme l’impression clinique que nous avons après des injections de botox par amélioration des expressions négatives et il est important de prendre en compte cette détente d’apparence pour qu’elle induise chez les personnes anxieuses une espèce de détente physique et psychologique. » L’eczéma apparaît souvent comme une maladie dont il est difficile de trouver l’origine. En quoi la psychodermatologie peut être une solution dans ce cas ? Le plaisir de lire à portée de main Ph. shironosov/Getty Images « On ne peut pas faire de cas général, car tout ne se règle malheureusement pas avec un coup de baguette magique, mais la psychodermatologie est une aide non négligeable dans cette prise en charge. Quand on essaie de toucher du doigt les facteurs essentiels qui peuvent être des facteurs déclenchants, les patients vont arriver à appréhender les choses autrement, et ça va les aider. C’est ça notre rôle. Le but est d’amener le patient à trouver les solutions en lui donnant quelques armes. C’est l’aspect’psy’qui prend le dessus pour permettre au patient de changer, de débloquer, ce qui peut être à l’origine de son problème de peau. Le but de la psychodermatologie est aussi d’anticiper par l’écoute les problèmes potentiels, et cela demande forcément du temps avec chaque patient. » Peut-on imaginer que la pandémie, qui a été très éprouvante sur le plan psychologique, va accentuer les problèmes et maladies de peau dans un avenir proche ? la Dans les displays 4X PAR SEMAINE Lundi - Mardi - Jeudi - Vendredi 7j/7 sur Metrotime.be « Oui, et c’est d’ailleurs déjà le cas. On a vu revenir des gens qui ont très mal vécu le confinement avec des poussées d’acné, de rosacée, et d’autres problèmes de peau. Il y a d’ailleurs des groupes de psychologues et de psychiatres qui ont été constitués pour prendre en charge l’impact de la pandémie. Il ne faut pas négliger ce qu’il s’est passé, et c’est quelque chose qui se voit beaucoup dans notre spécialité. Les patients étaient d’ailleurs pour beaucoup soulagés de pouvoir revenir physiquement au cabinet. Ceux qui s’expriment par la peau et qui ont mal vécu cette période ont développé des problèmes de peau, de façon très claire. Et la période est propice à cela, ne seraitce que parce que nous sommes soumis à un rythme de plus en plus effréné, une sorte d’accélération du temps. Humainement, c’est difficile à suivre, y compris pour les jeunes qui sont dans une espèce de tourbillon infernal, entre responsabilités professionnelles et familiales. Tous ces facteurs peuvent favoriser les problèmes de peau en tout genre. »
metrotime.be JEUDI 25/11/2021 CULTURE 9 Pokémon Perle/Diamant revient sur Nintendo Switch Remake du jeu sorti en 2007 sur Nintendo DS, Pokémon Perle Scintillante/Diamant Étincelant débarque sur Switch avec une recette connue mais aussi quelques belles nouveautés. Mine de rien la licence Pokémon a déjà bien fait son nid sur Switch. De Pokémon Let’s Go à Pokémon Épée/Bouclier en passant par New Pokémon Snap et Pokémon Donjon Mystère, pas mal de jeux aux styles différents sont déjà sortis sur la console hybride de Nintendo. Cet automne, c’est Pokémon Perle Scintillante/Diamant Étincelant qui s’aventure sur Switch. Comme souvent avec la franchise cet opus se décline en deux versions, aux différences relativement minimes. En effet, sur les 150 petits monstres à capturer, 21 sont exclusifs à chaque version. Pour le reste, elles sont identiques. UN STYLE CHIBI Pokémon Perle/Diamant n’est pas inconnu des joueurs les plus fidèles à la franchise. Il s’agit d’un remake du jeu sorti en 2007 sur Nintendo DS. L’amélioration graphique saute aux yeux (et heureusement d’ailleurs !). On y retrouve une direction artistique mignonne à souhait avec un style chibi (entendez par là des personnages « kawaii » avec des grosses têtes et des petits corps). On y retrouve un traitement assez proche de ce que Nintendo avait fait avec le remake The Legend of Zelda  : Link’s Awakening. Graphiquement, c’est donc très propre (encore plus sur la nouvelle Switch OLED !) avec des couleurs chatoyantes et des jolis effets, notamment au Ph. Nintendo niveau des reflets et des effets de lumière. YAU** YOUNG ACTIVE URBANS GAMES UNE RECETTE CONNUE MAIS AGRÉABLE Concernant la jouabilité, ce remake se rapproche de l’original. Le jeu est plus simple, un peu trop même. En effet, Nintendo a introduit le multiexp qui fait que toute votre équipe (même les Pokémon qui n’ont pas été utilisés) gagne des points d’expérience lors d’un combat. Résultat, votre team est rapidement très balèze et vous ne rencontrerez aucune grande difficulté sur votre chemin. Le scénario quant à lui n’est guère très original et le principe n’évolue guère  : on capture des Pokémon sauvages pour remplir son Pokédex et se créer une équipe du tonnerre pour affronter les champions de huit arènes différentes et obtenir leur badge. L’effet de surprise n’est plus là et la recette est archi connue. Néanmoins, la magie opère et il y a toujours quelque chose d’agréable et de réconfortant de se replonger dans un Pokémon. UNE BONNE DOSE DE NOSTALGIE Au rayon des nouveautés, on notera l’apparition après quelques heures de jeu des « Grands Souterrains ». Dans cet immense monde souterrain, vous trouverez des trésors, des fossiles de Pokémon et vous pourrez attraper des Pokémon rares mais difficiles à attraper. Loin d’être une révolution, Pokémon Perle Scintillante/Diamant Étincelant est un jeu mignon à souhait. Il procure une bonne dose de nostalgie et séduira les fans de la licence Pokémon. Une petite mise en bouche (d’une bonne trentaine d’heures quand même !) avant « Légendes Pokémon  : Arceus », le vrai nouveau Pokémon dont la sortie est prévue pour le 28 janvier 2022. Nous recherchons  : Un.e Account Manager Postule maintenant ! metromedia.be/jobs ●●●●○



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :