Métro Belgique n°4382 18 nov 2021
Métro Belgique n°4382 18 nov 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4382 de 18 nov 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,3 Mo

  • Dans ce numéro : le comité de concertation serre la vis concernant la lutte contre le covid-19.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 NEWS JEUDI 18/11/2021 metrotime.be II Les Belges moins frileux à prendre leurs congés BRUXELLES Les Belges ont pris plus de congés lors des neuf premiers mois de cette année qu’en 2020. C’est que révèle une enquête du prestataire de services Partena Professional publiée hier. Les Belges placent toutefois encore leurs jours avec plus de parcimonie qu’avant la crise sanitaire. PLUS DE JOURS DE CONGÉ PRIS Au cours de ces neuf premiers mois de l’année, les employées et employés ont utilisé en moyenne 19,5 jours de congé (légaux, extralégaux, récupération, etc.). C’est plus que l’année dernière (18,9) mais moins qu’en 2019 (20,1). Plus spécifiquement, 15,8 jours de congé légaux ont déjà été utilisés, contre 15,2 l’an dernier à la même période et 16,2 en 2019. Concrètement, cela signifie que les Belges devront encore prendre 4,2 jours de congé légaux en moyenne d’ici le 31 décembre. Les 20 jours de Belga/A. Gekiere congé légaux doivent en effet être impérativement pris pendant l’année 2021. LA FRILOSITÉ S’EN EST ALLÉE EN ÉTÉ « La frilosité observée en 2020 s’est poursuivie au premier trimestre 2021, avant de se calmer à partir d’avril et de vraiment disparaître progressivement à partir de juillet », a analysé Wim Demey de Partena Professional, à partir de l’étude réalisée sur un échantillon de 5.872 Belges disposant d’un contrat à durée indéterminée de 2019 à septembre 2021. « Les évolutions de la pandémie et de la vaccination ont sans doute joué un rôle, entraînant une réelle volonté des travailleurs et travailleuses de s’évader après une année et demie très difficile. » ◀ BRUXELLES L’ASBL « L’Affaire climat » a déposé une requête contre la Belgique sur sa politique climatique. Rien n’a changé, selon l’organisme depuis sa condamnation. L’association entend demander à la cour d’appel d’imposer à l’État et aux Régions de réduire de 65% les émissions de GES (gaz à effet de serre) d’ici 2030, un pas que le tribunal n’avait pas franchi. UN PAS EN AVANT Le tribunal de première instance de Bruxelles a donné raison à L’Affaire climat et aux 58.000 citoyens plaignants, le 17 juin dernier, en établissant  : « les parties défenderesses, dans la poursuite de leur politique climatique, portent atteinte aux droits fondamentaux des parties demanderesses […] en s’abstenant de prendre toutes les mesures nécessaires pour prévenir des effets d’un changement climatique attentatoire à la vie et à la vie privée des parties demanderesses ». Il a La Stib demande un permis d’urbanisme pour le tram 10 BRUXELLES La Stib déposera la demande de permis d’urbanisme du futur tram 10 à Neder-Over-Heembeek d’ici la fin de la semaine. Cette nouvelle ligne, longue de cinq kilomètres et demi, devrait permettre de désenclaver plusieurs quartiers et offrir une meilleure connexion entre le nord et le sud de la Région, a annoncé la société de transports publics bruxelloise hier. L’équipe en charge du projet est composée de la Ville de Bruxelles, Bruxelles Mobilité, Bruxelles Environnement, la Stib, mais aussi de commerçants, d’entreprises et de résidents locaux qui ont été invités à formuler commentaires et suggestions sur le projet au cours d’un processus de 18 mois. Les aménagements de la place du Zavelput sont notamment le résultat d’ateliers participatifs et d’une enquête en ligne, selon le CEO de la Stib, Brieuc de Meeûs. Le service public en charge du développement urbanistique de la région bruxelloise, Urban Brussels, va maintenant analyser en profondeur la demande de Belga/A. Gekiere Belga/H. Kaghat La Belgique et sa politique climatique à nouveau au tribunal permis d’urbanisme et fixer la date de l’enquête publique. Les premiers travaux liés aux impétrants, comme l’eau, sont prévus pour le printemps 2022. La pose des premières voies de tram est programmée pour l’automne prochain. La nouvelle ligne devrait être inaugurée en 2024. ◀ ainsi estimé que les autorités gouvernementales belges portent une atteinte grave aux droits fondamentaux des citoyens en n’agissant pas efficacement face au réchauffement climatique, comme elles devraient pourtant le faire en vertu de leurs engagements sur la scène mondiale. PAS DE MESURES CONCRÈTES Toutefois, le tribunal a rejeté leur demande d’imposer à l’État et aux Régions une mesure et un rythme de réduction des émissions de GES, affirmant que cela n’incombait pas au pouvoir judiciaire mais relevait du pouvoir d’appréciation des organes législatif et exécutif. « Oui, le climat a sa place en justice, parce que la protection des droits subjectifs et personnels des citoyens sont au cœur du contentieux climatique. Aucun citoyen ne doit subir les dommages causés par manque de prudence de quelqu’un d’autre. C’est indéniablement du ressort de la justice », a exposé a expliqué hier M e Carole Billiet, avocate des plaignants. ◀ FWB  : le régime d’allocations d’études simplifié et élargi Belga/E. Lalmand BRUXELLES Le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a approuvé hier un projet de décret qui simplifie le cadre réglementaire pour l’attribution d’allocations d’études, tout en élargissant le nombre de bénéficiaires. Amendée, modifiée et complétée à plusieurs reprises par des arrêtés et circulaires ces dernières années, la procédure pour l’attribution de bourses en FWB était, de l’aveu général, devenue un vrai labyrinthe administratif. Le nouveau décret clarifie et simplifie dès lors cette réglementation tout en augmentant le nombre potentiels de bénéficiaires, notamment pour faire face aux conséquences de la crise pandémique qui a plombé les revenus de nombreuses familles. ◀
1 Cl metrotime.be JEUDI 18/11/2021 NEWS 5 La répression continue au Soudan KHARTOUM Les forces de sécurité soudanaises ont lancé hier des gaz lacrymogènes sur les milliers de manifestants, qui sont contre le coup d’État. Sur le plan politique, aucune solution n’a encore vu le jour. Depuis le putsch du 25 octobre, les militants ont appris à mobiliser via SMS plutôt que sur les réseaux sociaux. Mais depuis hier à la mi-journée, ils ne peuvent même plus s’écrire sur leurs téléphones ou s’appeler. RÉPRESSION TOUJOURS PLUS FORTE Des témoins ont fait état de « blessés » tandis que des journalistes de l’AFP ont vu des manifestants s’effondrer après avoir inhalé du gaz lacrymogène. Selon un syndicat de médecins pro-démocratie, les forces de sécurité, qui ont tué 24 personnes et blessé des centaines d’autres, sont même allées jusqu’à arrêter médecins et blessés dans des hôpitaux de la capitale. AUCUNE SOLUTION POLITIQUE Sur le plan politique, les militaires tardent à nommer les nouvelles autorités qu’ils EN BREF ▶ Le Premier ministre britannique Boris Johnson a reconnu hier une erreur au Parlement, après deux semaines de scandale de lobbying. Mais il reproche les attaques constantes de l’opposition sur la corruption. ▶ En Italie, la police a arrêté une jeune femme, soupçonnée d’appartenir à l’État islamique (EI), l’organisation islamiste et d’avoir des liens avec l’auteur de l’attentat en novembre 2020 à Vienne en Autriche. ▶ La nouvelle procureure de Paris Laure Beccuau a annoncé hier l’ouverture d’une enquête après avoir reçu des plaintes de personnes relatant avoir été droguées à leur insu dans des bars et discothèques en France. promettaient depuis des jours de façon « imminente ». Alors qu’aucune solution politique ne semble en vue après le coup de force qui a mis à l’arrêt une transition battant de l’aile depuis des mois, Washington a dépêché une émissaire. Molly Phee, vice-secrétaire d’État pour les Affaires africaines, a fait ces derniers jours la navette entre civils – comme le Premier ministre Abdallah Hamdok toujours en résidence surveillée – et militaires, notamment le général Burhane, pour tenter de relancer la transition démocratique au Soudan, sorti en 2019 d’une dictature militaire quasi continue depuis l’indépendance en 1956. « PAS DE RETOUR EN ARRIÈRE » POUR LE CHEF DE L’ARMÉE Mais le chef de l’armée semble ne pas envisager de retour en arrière  : il s’est récemment renommé à la tête Comparer les promos ? Inutile, nous le faisons pour vous. Et si besoin est, nous adaptons nos prix. Ainsi, vous profitez toujours des meilleurs prix. Qualité de chez nous Saucisse de campagne (hachis de porc) Boucherie Ph. AFP * + caution. Valable jusqu’au 20/11/2021 inclus. de la plus haute institution de la transition, le Conseil de souveraineté. Et a reconduit tous ses membres militaires ou pro-armée, remplaçant uniquement quatre membres partisans d’un pouvoir entièrement civil par d’autres civils, apolitiques. LES MANIFESTANTS RÉSISTENT « Non au pouvoir militaire » et « Le peuple a choisi les civils », ont répondu hier dans la rue les manifestants, qui conspuent le général Burhane, accusé d’être un partisan de l’ancien régime, une alliance entre militaires et islamistes au pouvoir durant 30 ans. À l’aube ce jour-là, le général Burhane a fait arrêter la quasi-totalité des dirigeants civils avec lesquels il partageait le pouvoir et dissous toutes les institutions. S’il a depuis fait libérer quatre ministres, il a dans le même temps emprisonné d’autres figures civiles, faisant même rayer de la déclaration constitutionnelle née de la révolte anti-dictature de 2019 toute mention du bloc pro-civil des Forces de la liberté et du changement (FLC). ◀ Réaction promo Leffe Réaction promo bière d’abbaye M concurrent concurrent blonde 6,6% vol 2,29  € /L 8 x 33 cl 4,81  € /kg 6,05*  € Les prix peuvent être encore plus bas en magasin. Une bière brassée avec savoir se déguste avec sagesse Dreft Everyday Care Régulier 32 doses 1,76 L Un attentat planifié depuis longtemps LONDRES L’auteur présumé de l’explosion dans un taxi de Liverpool (nord de l’Angleterre) avait préparé son attaque depuis « au moins » sept mois, a indiqué hier la police britannique. Les achats des composants de l’engin explosif que transportait Emad Al Swealmeen « ont été réalisés au moins » depuis qu’il avait loué un logement en avril, selon la police antiterroriste. L’homme de 32 ans, le passager du taxi a été tué par la déflagration, survenue peu avant 11h (locales et GMT) devant un hôpital pour femmes, au moment où le Royaume-Uni commémorait les victimes des guerres lors du « Dimanche du Souvenir ». Pour la police, il s’agit d’un acte terroriste, même si selon les médias britanniques, aucun motif idéologique n’a été pour l’instant identifié. ◀ AFP/P. Ellis COlnie Le prix, Le prix, c’est nous. c'est nous. Réaction promo concurrent 0,15  € /dose 4,72  € /meilleurs prix



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :