Métro Belgique n°4382 18 nov 2021
Métro Belgique n°4382 18 nov 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4382 de 18 nov 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,3 Mo

  • Dans ce numéro : le comité de concertation serre la vis concernant la lutte contre le covid-19.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
 ; - 0)4 4P ›- ig.r.m.rVe'e1,', ,t11 0.4e. ;.1., 3'..r./., 1 hema.com à 11, ijoili tous les verres Picardie par exemple verre Picardie 90 ml 0.75 Toutes les combinaisons sont possibles. L’article le moins cher est gratuit. Non cumulable avec d’autres promotions. jeu de cartes 54 photos différentes ar I= 4..:,.e." 3+1 gratuit bougies d’ambiance parfumées parfum bergamote, rose ou bois de santal, 18 unités f 5.50 Sous réserve de modifications de prix, de fabrication et de délai de livraison. Offres valables du 17 au 23 novembre 2021 sauf mention contraire et dans la limite des stocks disponibles. Les prix indiqués sont des prix de vente conseillés, taxe recupel comprise. Pour toutes les offres combinées sur ces pages, les articles les moins chers sont gratuits ou à moitié prix, selon l’offre proposée. Les offres combinées sont uniquement valables pour le même type d’articles. Les promotions ne sont pas cumulables entre elles ou avec d’autres offres en cours ou articles démarqués. Les articles ne sont pas tous disponibles dans les petits magasins HEMA. Les disponibilités peuvent varier par produit et par magasin. HEMA fait son maximum pour garantir le plus longtemps possible les prix labellisés « toujours », mais ne peut exclure d’éventuelles modifications de prix ou de modèle. Sous réserve de modifications de prix. Images non contractuelles. HEMA ne peut être tenu responsable d’éventuelles erreurs typographiques ou graphiques. Pour la liste de nos magasins, consultez hema.com. Éditeur responsable  : HEMA Belge bvba, Chaussée d’Alsemberg 757, 1180 Bruxelles. Ne pas jeter sur la voie publique. HEMA 2021 I ; I RM11111 0111 I 1111 L ru r - r cadeaux photo personnalisés Des cadeaux avec vos photos pour la Saint-Nicolas. Tous les cadeaux et délais de livraison sur hema.com/photo livre photo de poche à partir de 19 photos pour un joyeux noël à partir de 5.50 mélange papier puzzle en bois 15 20 9.50 12 pièces V étoile de noël en velours divers modèles et tailles, Ø 70 cm 6.50 bougeoir en céramique fait main, 6,5 x 7 x 15,3 cm 6.50 mug avec votre photo Frais de traitement compris.
metrotime.be JEUDI 18/11/2021 CULTURE 15 Puff Daddy, where is Mummy ? Si vous cherchez le top 50 de rap nineties sur Youtube, vous n’y trouverez que deux femmes. C’est différent aujourd’hui ? Pas vraiment, explique Bettina Ghio, docteure en littérature aujourd’hui professeure de lycée, qui publie un deuxième livre au sujet du rap, en anglant cette fois sur les rappeuses. Près de 400 pages d’histoires de femmes qui, depuis le début des années 80, ont pris le mic pour livrer leur vérité. Mais si les mentalités évoluent, elles restent toujours largement invisibilisées. Vous affirmez que seulement 5% des albums de rap sont signés par des rappeuses. Si peu ? « Oui, et c’est la raison de mon livre. Je suis Argentine et je suis venue en France pour faire un doctorat en littérature française. Ma thèse portait sur la littérature dans le rap. J’ai d’abord écrit un premier livre sur le rap en général (‘Sans fautes de frappe’,ndlr). C’est en décortiquant le rap français depuis ses débuts dans les années 90 que j’ai été interpellée d’une part par l’invisibilisation des femmes et, d’autre part, par le discours très peu nuancé des médias sur la misogynie dans le rap. Ils parlent de ça en boucle, sans même demander l’avis des rappeuses. Les médias et les maisons de disques ont mis du temps à prendre le rap au sérieux. Et les rappeuses, elles, ne sont toujours pas prises au sérieux. » Vous affirmez que l’industrie du rap aurait volontairement et stratégiquement invisibilisé les rappeuses. « Les grandes maisons de disques ont toujours pensé et pensent encore qu’une femme dans le rap cela ne peut pas les enrichir car cela ne va pas cartonner. Le problème, c’est que lorsqu’ils signent avec une rappeuse, ils ne lui donnent pas les moyens pour le marketing, les tournées, etc. Et après, ils disent ‘vous voyez, cela ne marche pas’. » Vous dites également que les rappeuses sont dénaturées par les majors. « Pour l’industrie du disque, il faut que la rappeuse soit raccord avec l’image traditionnelle de la femme dans la société. Je ne vais pas vous faire un dessin. On va lui demander de se faire belle, de mettre des hauts talons sur la cover, de ne pas être trop trash dans ses paroles… Cela déconcerte et démotive énormément de rappeuses. C’est toujours le cas aujourd’hui, rien Photo D.R. n’a changé à ce niveau-là. C’est vraiment dommage car les rappeuses pionnières comme les plus récentes ont autant de talent que les hommes. Elles doivent juste, comme d’habitude dans notre société et quasi dans tous les genres musicaux, que ce soit la musique classique, le rock ou le jazz, travailler deux fois plus que les hommes pour être reconnues. Après, il y a aussi les rappeuses qui arrêtent une fois qu’elles ont des enfants, ce que ne font pas la plupart des rappeurs. » Le comble, c’est que c’est bien grâce à trois femmes que le rap a été popularisé en France… « Oui, grâce à l’émission H.I-.P.H.O.P. sur TF1, qui passait le dimanche après-midi. Une émission familiale, lancée en 1986, et que tout le monde regardait, c’était incroyable ! Suprême NTM, Assasin, MC Solar sont des jeunes qui ont connu le rap grâce à cette émission et qui sont passés ensuite dedans. Sophie Bramly était photographe et avait photographié le hip-hop à New-York dans les années 80. Elle est revenue avec des centaines de photos qu’elle a exposées en France. Elle a réellement ramené la culture du rap en France. Avec Laurence Touitou, son amie qui était avec elle à New-York, elles vont avoir l’idée de cette émission dont on retiendra surtout l’image de Sydney, premier présentateur noir à la TV française. Pourtant, ce dernier était là avant tout grâce à ces deux femmes, ainsi qu’à une troisième, Marie-France Brière, responsable des programmations de TF1, qui va lancer l’émission contre l’avis de sa direction qui n’a pas du tout compris que le Hip-Hop et le rap étaient un véritable phénomène. » On pourrait imaginer que cela a bien évolué ces dernières années… « Dans les années 90, une poignée de femmes ont été signées par les majors dont Diam’s en 2002. Après, plus aucune rappeuse n’a été signée jusqu’en 2017. On ne peut pas dire que cela a bien évolué, non. Or, c’est très important qu’il y ait des rappeuses car c’est aujourd’hui la musique la plus vendue en France et celle qui représente le plus la langue française à l’étranger. J’ai quand même l’impression que la société a un peu évolué depuis #metoo. Ce n’est pas pour rien que trois rappeuses ont été signées en 2017. Espérons que cela dure. Ce qui est nouveau et peut-être positif pour les rappeuses c’est que le microcosme du rap a créé ses propres labels. Par exemple, La Gal, une rappeuse suisse, a fait sa carrière de manière indépendante. Et quoi qu’on puisse en penser, les très nombreuses rappeuses que j’ai interrogées me disent que les rappeurs respectent les rappeuses qui en veulent. Et certains ont leur propre maison de disques. » La rappeuse Chilla affirme d’ailleurs que la misogynie des internautes est bien plus agressive que celle des rappeurs. « Les rappeuses sont extrêmement harcelées sur les réseaux sociaux, cela m’a beaucoup interpellée. Elles se font menacer de viol, insulter… À Shay - Ph. Facebook tel point qu’elles sont souvent découragées. Les rappeurs reçoivent aussi des insultes mais en général cela tourne autour de ‘va t’acheter un cerveau’. Une rappeuse, quoi qu’elle fasse, elle se fait harceler  : pas assez féminine ? Une gouine, un garçon manqué, qui mériterait d’être violé. Elle assume son côté féminin, voire sexy ? On la traite de pute, de chienne, qui mérite… de se faire violer. C’est sans fin, il n’y a pas d’issue à moins de changer réellement les mentalités des garçons. Mais c’est un phénomène qui touche toutes les femmes  : journalistes, écrivaines, artistes, toutes celles qui l’ouvrent en fait. » Finalement, les femmes dans le rap défendent pratiquement toutes la cause féminine. « Logique car elles parlent de leur quotidien, chacune à leur manière  : ce que ressent une femme noire ou beur dans les quartiers, une femme qui subit des violences conjugales, qui se retrouve enceinte à 16 ans, seule, parce que le père n’assume pas et que ses parents la chassent, le harcèlement sexuel, de rue… Elles BOOKS irmii4e1 sont les premières à parler de tout cela de manière aussi directe et surtout elles mettent sur la table des sujets que les rappeurs ne portent pas. Elles sont là, elles ont du talent, elles ont des choses à dire et elles sont comme toujours invisibilisées. Il faut que notre société patriarcale évolue et cela passe par raconter l’histoire de ces rappeuses, comme je le fais dans mon livre. » Y a-t-il une rappeuse belge que vous suivez de près ? « Shay a une posture intéressante. Elle présente une image qui n’a pas très bien marché en France mais qui est pourtant très puissante aux States  : le rap de Bitch. Elle occupe vraiment la place avec son corps, elle assume à fond sa féminité et ses formes et elle n’a pas peur de montrer qu’elle n’a pas besoin des hommes pour être heureuse et pour gagner sa vie. En France, on a encore du mal avec cela. Et en France, j’aime beaucoup Billie Brelok, une franco-péruvienne qui mélange le français et l’espagnol et aborde des thématiques politiques, culturelles et féminines. » Lucie Hage



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :