Métro Belgique n°4365 14 oct 2021
Métro Belgique n°4365 14 oct 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4365 de 14 oct 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 3 Mo

  • Dans ce numéro : de la fiction à la réalité.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 NEWS JEUDI 14/10/2021 metrotime.be LE BAPTÊME ÉTUDIANT  : DE SES ORIGINES À AUJOURD’HUI « Les baptêmes sont mieux encadrés et contrôlés » BRUXELLES Alors que les baptêmes étudiants battent leur plein dans les universités et hautes écoles, nous avons voulu revenir en arrière pour savoir comment ce rite de passage a évolué depuis sa création jusqu’à aujourd’hui. LES ORIGINES Les premiers baptêmes étudiants remonteraient au 19 e siècle avec la création des cercles étudiants à Leuven. À cette époque, de nombreux vols étaient commis pendant la nuit dans l’université. Les étudiants ont alors décidé de créer des communautés, des « cercles » pour empêcher ces larcins et se protéger les uns les autres. Mais les cercles sont devenus la cible de traîtres. Les étudiants ont alors décidé de tester la loyauté des personnes voulant entrer dans le cercle en instaurant un rite de passage, composé d’épreuves. Au milieu du 19 e siècle, le nombre d’étudiants est limité aux « fils de bonne famille ». Les études leur fournissent un peu de répit avant leur carrière bourgeoise. Ce sont de T H E S O L V A Y I N S T I T U T E S A N D S C I E N C E & C O C K T A I L S P R E S E N T tete - "Exoplanets or the quest for life around another Sun" Book your tickets at Flagey.be Registration is mandatorY Registration is mandatory Lecture : Lecture : free free entrance entrance Combi Combi lecture+cocktail : 7 € lecturebocktail : 7 € Ticket is required Safe Covid Covid Safe Ticket is required Prof. Michaël Gillon (FNRS & Liege Gillon University) (FNRS Prof. & Michaël Liege University) 2021 Laureate of the Francqui Prize 2021 Laureate of the Francqui Prize M U S I C C R E A T I O N B Y B E N J A M I N G L O R I E U X E T AL. W I T H V I D E O A R T I S T K L A A S V E R P O E S T 24 OCT 2021 Flagey Studio 4 Doors open Doors open at17:30 17:30 Event starts at 18:30 Event starts 18:30 INFO AT SCIENCE AND COCKTAILS INFO AT SCIENCE AND COCKTAILS BRUSSELS BRUSSELS Lecture in english Simultaanverta ling Simultaanvertaling n naar het Nederlands het Nederlands Traduction simultanée Traduction simultanée en français français joyeux fêtards qui aiment les beuveries et vivent une vie de bohème. Les premiers débordements, déguisements et autres cortèges apparaissent à cette époque. Mais la Première Guerre mondiale va tout stopper. Ce n’est que vers 1925 que l’on connaît une timide résurgence du folklore estudiantin qui sera de nouveau arrêté par la Seconde Guerre mondiale. On ne parlait pas encore de baptême au sens où on l’entend aujourd’hui mais les régionales -des associations regroupant les étudiants de même origine géographique- existaient déjà. À l’époque, des journaux satiriques ont été créés ainsi que des manifestations traditionnelles. A Liège, une nouvelle fête baptisée la Saint-Torê a été créée en 1949. Mais dans les années 50, les étudiants s’intéressent davantage à la politique et au syndicalisme qu’au folklore. Dans les années 60 et 70, c’est le mouvement hippie qui a pris toute la place. L’ÉVOLUTION Ce n’est que dans les années 80, après l’essoufflement de l’activisme politique, que les étudiants, plus isolés du monde extérieur, recommencent à guindailler. Le nombre d’étudiants et surtout d’étudiantes augmente considérablement, notamment grâce aux conditions d’accès aux bourses qui se sont largement facilitées. Et les cercles reprennent vie. Depuis le début de sa création au 19 e siècle, le baptême étudiant a beaucoup évolué. Désormais, il consiste à intégrer les nouveaux élèves dans le cercle de leur faculté en leur faisant passer des épreuves sur plusieurs semaines. Durant ces épreuves, aussi physiques que psychologiques et qui sont tenues secrètes, les bleus doivent se soumettre aux anciens. Selon les organisateurs, ces épreuves sont destinées à créer des liens, à s’ouvrir davantage mais aussi à repousser ses limites et à apprendre l’humilité. Le baptême n’est pas obligatoire et peut être interrompu à tout moment. À l’issue du baptême, les nouveaux élèves sont intégrés et félicités par les anciens. Certains voient le baptême comme un rite de passage amusant, d’autres estiment qu’il s’agit d’épreuves dégradantes et humiliantes. Quentin Le Bussy, 41 ans, ancien comitard à l’ULiège, a présidé l’AGEL (Association générale des étudiants liégeois) en 2002. Quand on lui Belga/L. Dieffembacq demande comment il décrit l’évolution des baptêmes sur les 20 dernières années, il répond qu’il y a eu « une grande réflexion sur l’image projetée. Les fondamentaux sont respectés mais sur la forme, les baptêmes correspondent plus au monde actuel. Il y a toujours des comités plus folkloriques et d’autres plus bibitifs. Mais ce qui était toléré dans l’espace public il y a 20 ans ne l’est plus aujourd’hui. Les baptêmes sont mieux encadrés et contrôlés. C’est beaucoup moins risqué que quand moi je l’ai vécu. Je pense aussi que les étudiants qui organisent les baptêmes se rendent compte que s’il y a quelque chose qui foire, les conséquences peuvent être vraiment problématiques pour eux. » L’ancien comitard, qui intervient chaque année auprès de nombreux étudiants pour leur parler folklore mais aussi responsabilité individuelle, pointe deux aspects qui ont beaucoup changé ces dernières années. Tout d’abord le rapport à l’alcool  : « Ils ont 20 ans et se collent des ‘mines’évidemment, mais il y a une vigilance beaucoup plus importante pendant les activités sur ce qui est tolérable et ce qui ne l’est pas. » Le deuxième aspect est celui du consentement. « Faire son baptême, c’est participer à un jeu de rôle pour adultes qui dure six semaines. Les participants acceptent les règles du jeu ou pas. La notion de consentement, après #metoo notamment, est devenue centrale. L’aspect ‘retour safe’est aussi davantage pris en compte qu’à mon époque. Évidemment, il y a encore des incidents, certains dramatiques, mais on fait beaucoup plus attention que dans le temps. » LA CODIFICATION Des débordements et incidents plus ou moins graves ont en effet déjà eu lieu dans différentes écoles du pays. Pour les prévenir, les baptêmes sont désormais de plus en plus codifiés par les autorités académiques. La mort d’un étudiant en 2018 en Flandre a ému toute la Belgique. La fédération des établissements d’enseignement supérieur de la Fédération Wallonie-Bruxelles (ARES) a alors décidé de mieux encadrer les baptêmes. En février 2020, une charte a été mise en place dans toutes les hautes écoles et universités francophones. Cette charte interdit les traitements dégradants, attentats à la pudeur, propos racistes, alcool à profusion ou autres chants sexistes. La charte postule également en préambule l’obligation de laisser aux étudiants le libre choix de participer aux activités de baptêmes sans que cela n’impacte les études. Selon Quentin Le Bussy, faire son baptême n’est plus aujourd’hui une contrainte du point de vue scolaire. « Ça l’a été pendant des décennies en médecine vétérinaire. Aujourd’hui, tous les étudiants ont accès aux notes de cours. De mon temps, je devais parfois me cacher de certains profs parce que sinon, je savais que j’allais avoir des difficultés. L’arbitraire était tangible à cette époque. » La charte recommande aussi aux organisateurs de baptêmes de suivre des formations (prévention des risques en matière de santé physique et psychologique, juridiques et responsabilité personnelle, premiers secours). Les cercles qui ne respectent pas cette charte ne reçoivent plus leur agréation par les autorités académiques et risquent des sanctions. Bien que la plupart des écoles possédaient déjà leurs propres règles, cette nouvelle charte constitue donc un socle commun minimal à toutes les institutions d’enseignement supérieur. Marie Bruyaux
metrotime.be JEUDI 14/10/2021 NEWS 7 Stabiliser le marché du gaz est « très important » Ph. Pixabay MOSCOU Le président russe Vladimir Poutine a jugé hier « très important » de stabiliser le marché du gaz, dont il est l’acteur clé, en pleine crise des prix de l’énergie en Europe. Pour lui, le forum énergétique à Moscou devait permettre d’échanger sur la mise en place d’« un mécanisme à long terme de stabilisation du marché de l’énergie ce qui est très important dans la situation difficile actuelle ». Selon lui, les États européens, auxquels la Russie fournit un tiers de leurs besoins en gaz, ont commis « l’erreur » de se « reposer sur la main invisible du marché » en tablant sur des achats au comptant plutôt que de multiplier les contrats de long terme avec Moscou ces dernières années. Des critiques accusent la Russie de profiter de la situation pour faire pression pour décrocher davantage de contrats à long terme, à l’heure où l’Union européenne cherche à diversifier ses fournisseurs, et obtenir une mise en service rapide du nouveau gazoduc Nord Stream 2. ◀ Près de 30.000 emplois menacés chez Volkswagen FRANCFORT Herbert Diess, le patron de Volkswagen a mis en garde lors d’une réunion interne contre le risque de devoir supprimer jusqu’à 30.000 emplois pour maintenir la compétitivité dans la transition électrique. Il « a évoqué ses craintes pour l’avenir de l’entreprise » et la question des coûts trop élevés « comparé à la concurrence » lors d’une réunion du conseil de surveillance le 24 septembre, écrit le quotidien économique Handelsblatt. La réorganisation de Volkswagen devrait être évoquée le 12 novembre lors de la réunion de cette instance consacrée à un plan d’investissement pluriannuel. ◀ Les clés face aux hausses des prix d’énergie BRUXELLES La Commission européenne a dévoilé son éventail de solutions aux États européens pour répondre à la hausse des prix de l’électricité et du gaz. Les États membres ont les cartes en main pour aider les citoyens et les entreprises les plus précaires. La Commission européenne a présenté hier sa « boîte à outils » promise ces derniers jours pour guider les États dans leur réponse à la forte hausse des prix du gaz et de l’électricité. Ce sont bien les États qui ont les cartes en main pour réagir à court terme et soutenir les citoyens et entreprises vulnérables, a souligné la commissaire européenne compétente Kadri Simson. À moyen et long terme, la Commission entend cependant également réfléchir au niveau européen pour rendre le système énergétique plus « résilient » et mieux préparé AFP/J-F. Badias Et si besoin est, nous adaptons nos prix. Ainsi, vous profitez toujours des meilleurs prix. pur de porc aux fluctuations de prix. L’organe exécutif européen a demandé aux régulateurs européens de l’énergie (ACER) d’étudier les avantages et les inconvénients de l’organisation actuelle du marché de l’électricité, une étude dont des résultats préliminaires pourront déjà être discutés entre ministres des 27 à partir de la mi-novembre, et qui devrait aboutir pleinement en avril. QUELLES SOLUTIONS ? Une des pistes envisagées pour le moyen terme est de Comparer les promos ? Inutile, nous le faisons pour vous. Cava Recoda brut 75 cl Notre prix était déjà le plus bas 5,72  € /L 4,29  € Filet pur de porc Boucherie Qualité de chez nous Réaction promo concurrent Réaction promo Valable jusqu’au 18/10/2021 inclus. Une bière brassée avec savoir se déguste avec sagesse Les prix peuvent être encore plus bas en magasin. Notre savoir-faire se déguste avec sagesse Leffe bière d’abbaye Blonde 6,6% vol canette 50 cl lancer des passations conjointes de marchés entre États membres volontaires, pour constituer des stocks de gaz. La passation conjointe de marché est un outil utilisé régulièrement au niveau européen, par exemple quand il a été question d’acheter des tests rapides de détection de la Covid-19, du matériel de protection médicale ou encore des médicaments. FACILITER L’ACCÈS AUX STOCKS Tous les États membres n’ont pas de stockage de gaz sur leur territoire, et la facilité d’accès varie d’un endroit à l’autre, a observé Kadri Simson, la commissaire estonienne. Il faut « rendre plus facile l’accès aux stocks de gaz ». Cet élément, lié à la question de la sécurité d’approvisionnement à travers toute l’Union, fera l’objet d’une nouvelle proposition de la Commission avant la fin de l’année, entièrement dédiée au gaz. ◀ colruyt Le prix, c’est nous. Réaction promo concurrent 2,18  € /L 10,35  € /kg 1,09  € meilleurs prix



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :