Métro Belgique n°4319 18 jun 2021
Métro Belgique n°4319 18 jun 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4319 de 18 jun 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 3,3 Mo

  • Dans ce numéro : les Diables qualifiés.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 ON THE ROAD VENDREDI 18/6/2021 metrotime.be HARLEY-DAVIDSON PAN AMERICA 1250 Le mythe se transforme Attention, voici sans doute la grande nouveauté de l’année. La Pan America, une machine à l’allure unique, un trail étonnant, débarque sur le marché tel un ovni. Et sa principale particularité se découvre sur ses flancs  : oui, c'est une Harley-Davidson ! Attention, voici sans doute la grande nouveauté de l’année. La Pan America, une machine à l’allure unique, un trail étonnant, débarque sur le marché tel un ovni. Et sa principale particularité se découvre sur ses flancs  : oui, c'est une Harley-Davidson ! Pour un premier jet dans un segment très compétitif et inconnu pour le constructeur américain, les gens de Harley-Davidson ont réussi leur pari de présenter un modèle original, déjà très homogène et pourvu de pas mal de qualités. Poids relativement contenu, bon équilibre général, position de conduite ample et détendue, confort d’ensemble, larges dotations électroniques à la fois pratiques d’emploi et sécuritaires, excellente stabilité et facilité d’usage en tout-terrain… sont au rayon de celles-ci pour une machine qui brille par son efficacité globale. Harley semble avoir bien étudié la question et place d’emblée la barre assez haut avec une excellente base qui ne demande d’ores et déjà plus tellement de modifications pour rivaliser avec les meilleurs éléments de la catégorie. TARIF ATTRACTIF Le freinage mériterait sans doute d’être revu, non parce qu’il ne fonctionne pas bien mais plutôt pour une question de perception au levier. Un YAMAHA TRACER 9 shifter serait grandement apprécié lui aussi, de même que l’amélioration de quelques détails de finitions çà et là. Un cardan pourrait, également, être le bienvenu même si une telle adaptation se révèlerait sans doute plus compliquée. Enfin, le moteur gagnerait peut-être à montrer un chouia de caractère en plus. Il est vrai que le dernier carat est souvent le plus difficile à obtenir et ces perfectionnements viendront seulement avec l’expérience. D'ici là, Harley n’est vraiment pas loin du centre de la cible et va certainement faire réfléchir plus d’un amateur de trail avec ses tarifs placés. En effet, la version de base s'affiche à 16.495 € « seulement » et le modèle Special le mieux équipé s’échange contre 18.495 € , voire 20.050 € « full option », sans qu’il soit donc nécessaire de passer par de longues listes d’options ou des packs prohibitifs. Si la Pan America 1250 « normale » se contente de suspensions entièrement réglables, la version Special se caractérise par l’adoption de suspensions électroniques semi-actives. Suivant la charge embarquée, le système de contrôle de chargement détecte le poids du conducteur, d'un passager et des bagages pour ajuster automatiquement la précharge arrière suivant un logiciel développé par Harley. À part ces suspensions Et s’il ne fallait en garder qu’une ? Déclinaison touristico-sportive de la MT-09, la Tracer 900 évolue dans la foulée du reste de la gamme MT de Yamaha. Outre sa dénomination, la nouvelle Tracer 9 améliore ses performances tout en adoptant un style plus sexy. Le bloc trois cylindres de la Tracer 9 se met, évidemment, en conformité avec la norme Euro 5. Mais surtout, il « prend » 42 cc (889 au lieu de 847), 5,5 Nm 1.500 tours plus bas (93 Nm à 7.000 tr/min au lieu de 87,5 à 8.500 tr/min) et 4 chevaux à un régime inchangé (119 ch à 10.000 tr/min au lieu de 115). La commande ride-by-wire a également été retravaillée et un gain de 9% est annoncé au niveau de la consommation, soit 5 l/100 km. Un solide boulot a aussi été effectué sur le châssis en aluminium, désormais plus léger et surtout 50% plus rigide latéralement et repositionné. Objectif de la manœuvre  : améliorer la stabilité à haute vitesse et avec chargement, le gros défaut de la Tracer 900 de première génération. Enfin, et cela ne passe pas inaperçu, la Tracer 9 adopte un style plus aguicheur. La nouvelle face avant plus moderne est nettement mieux réussie et l'éclairage LED généralisé apporte un jolie touche de modernité. L'assise se trouve désormais à 815 ou 825 mm f ; FICHE Bicylindre en V à 60° Par chaîne 1.252 cc 150 ch 16.495 € électroniques, les différences entre les deux versions concernent également un système de contrôle de la pression des pneus via l’affichage au tableau de bord (TPMS) ainsi que des valves coudées, une béquille centrale, un sabot moteur en alu, un amortisseur de direction, des protège-mains et poignées chauffantes, des crash-bars et un éclairage adaptatif (Daymaker). ADAPTATIVE RIDE HEIGHT Mais la Special propose surtout une option (à 600 € ) intéressante  : une hauteur de conduite adaptative (Adaptative Ride Height). Un première mondiale signée Harley- Davidson. Ce système de suspension révolutionnaire fait automatiquement passer la machine d'une position basse à l’arrêt à une hauteur de conduite optimale lorsque la moto se trouve en mouvement. La hauteur de la garde au sol varie ainsi de 2,5 cm à 5 cm (en fonction de la précharge arrière automatiquement sélectionnée, ce qui détermine la garde au sol du sol tandis que les repose-pieds et le guidon peuvent être repositionnés, offrant de la sorte 8 positions de conduite différentes. La protection face au vent est en hausse mais malgré une bulle relativement aisée à manipuler en roulant via une poignée à « pincer », la différence entre position haute et basse n'est que de 5 centimètres. Heureusement, ces détails lorsque la moto roule). En couplant ce dispositif à l’option de selle la plus basse, on arrive à des valeurs de hauteur d'assise d’à peine 800 mm, ce qui sera de nature à rendre la Pan American très accessible, même pour les personnes de petite taille. ◀ AVANTAGES Efficacité générale, moteur et partie-cycle Machine stable et rassurante Offre complète pour un prix très attractif INCONVÉNIENTS Freinage à peaufiner Absence de shifter Réglage de la bulle en hauteur peu pratique sont vite oubliés face à l'agrément que procure le bloc CP3. Déjà unanimement apprécié, celui-ci progresse encore en termes de performances et d’agrément. Avec un moteur si emballant et des prestations dynamiques parfaitement au rendez-vous, pour un budget raisonnable (11.799 € ) , s’il ne devait en rester qu’une… ◀ Rubrique coordonnée par Moto 80 Textes  : B. Dorsimont &L. Cortvrindt Photos  : Harley-Davidson & Yamaha www.moto80.be
metrotime.be 1 VENDREDI 18/6/2021 CULTURE G3 9 SDM DÉBARQUE DANS LE MONDE DU RAP AVEC « OCHO » « Ça me démangeait de sortir cet album » Après des années de travail dans l’ombre, SDM débarque finalement dans la cour des grands avec « Ocho ». Le rappeur français, qui a pu compter sur le soutien de Booba, fait preuve d’une maturité impressionnante pour livrer au public, qu’il attend toujours de rencontrer, son premier album, qui oscille entre hits et collaborations léchées. Sortir son premier album, c’est toujours un événement, mais on sent que vous êtes très calme. Comment expliquez-vous cette sérénité ? SDM  : « C’est un kiff total, mais d’une certaine manière, je le savais. On va plutôt dire que je suis rassuré, parce que j’étais conscient du travail que j’avais accompli. Travailler pour arriver à ses objectifs, cela fait partie des valeurs qui sont dans mon éducation et que l’on m’a inculquées. Quand j’ai eu envie de m’y mettre pour de vrai, ça a payé tout de suite. J’ai rencontré les bonnes personnes et voilà où j’en suis. Je suis super heureux de l’accueil du public. » Vous avez enregistré plus de 40 sons pour l’album, mais vous en avez gardé que 16. Ils sont devenus quoi ceux que vous n’avez pas repris et comment avez-vous choisi ces 16 titres-là ? « Certains sont allés à la corbeille, certains autres méritent plus de travail donc je les garde pour la suite. Je suis quelqu’un de très perfectionniste, exigeant et dur avec moi-même. Parfois on me dit qu’un titre pourrait être un gros hit, mais je le jette à la poubelle parce qu’il ne me convient pas. Certains sons étaient prêts depuis maintenant plus de deux ans, donc ça me démangeait de les sortir, surtout quand je voyais que certains doutaient de moi. » Vous démarrez l’album avec une intro qui vous permet de livrer très rapidement pas mal de choses sur vous, avec notamment une enfance difficile. C’était important de débuter en expliquant au public d’où vous venez ? « Bien sûr, je suis un artiste qui n’a pas encore pu rencontrer son public à cause de la Covid-19. Je n’ai pas encore fait beaucoup d’interviews, j’ai fait assez peu de concerts et on me connaît donc assez peu. Comme je n’ai pu jusqu’à présent m’adresser à eux que grâce à la musique, j’en ai profité pour livrer une part de mon histoire personnelle avec un son un peu plus profond, ça me tenait à cœur. Après je suis pressé d’aller à la rencontre de mon public, je suis excité comme un enfant. » Vous dites que vous devez votre talent à la rue. Vous en parlez notamment dans « Keur Nwar ». Qu’est-ce qu’elle vous a apporté et en quoi ça a influencé votre façon d’être un artiste ? « J’ai grandi sans mon papa. Donc l’homme que je suis aujourd’hui, mon caractère, je l’ai forgé moi-même, en étant dans la rue. Y a des trucs que ma mère ne pouvait pas nous apporter, et la rue a été là pour m’apprendre à devenir un bonhomme. Personne ne remplacera jamais une figure paternelle, mais on peut dire que j’y ai trouvé beaucoup de grands frères. Et maintenant j’essaie de rendre ce qui m’a été donné en étant présent dans la vie de ma cité, je garderai toujours un lien. » Avant d’exploser avec « Jack Fuego » et la signature chez 92i, vous expliquez dans « Yakalelo » que vous en aviez marre de ne pas être écouté. Est-ce que vous avez pensé à laisser tomber le rap pour vous consacrer à d’autres choses ? « J’ai réellement pensé une fois à tout laisser tomber. Mais mon entourage a été là pour moi et pour me redonner confiance en moi. Ils m’ont rassuré en me disant que j’avais vraiment du talent et qu’il ne fallait rien lâcher. Je n’ai jamais aimé travailler pour un Smic. Donc c’était soit la musique, soit être dans la rue, ça passait ou ça cassait. » Votre signature chez 92i vous a permis de rencontrer Booba. Quel rôle et quelle influence a-t-il eu sur votre carrière, et puis sur cet album ? « Booba, c’est avant toute chose un ami que je me suis fait au fil des mois et on se parle souvent de tout et de rien. Son rôle sur l’album, ça a été de m’aiguiller un petit peu sur le choix des chansons, de me faire quelques suggestions pour de légères modifications, un peu comme un directeur artistique. Il m’a aussi donné des conseils au niveau de la posture que je devais avoir avec les gens et avec SOUNDCHECK Ph. D.R. mon public, parce qu’on a des caractères assez similaires. Il m’a donné de l’assurance et m’a apporté son professionnalisme, pour résumer. Merci à lui ! » L’album s’intitule « Ocho ». Qu’est-ce que ça veut dire ? « ‘Ocho’, c’est un rappel à mon EN PROMO CHEZ LIDL  : FRAISES BELGES jusqu’Åau SAMEDI 1Ē9Ě/¤0đ6ė quartier  : 100-8 (ocho), ça fait 92 et c’est de là que je viens. J’en ai fait un gimmick parce que ça sonnait bien. C’est devenu un état d’esprit qui incarne le groupe. Si tu écoutes du SDM, tu es dans le gang. » Sébastien Paulus Fraises belges.§ Les stocks par magasin étant limités,¦ il est possible que certains artŵicles soient épuisés prématurément.§ Images sont indicatŵives.§ Sous réserve d’Åerreurs typographiques.§ É.§R.§ LIDL Belgium,¦ Guldensporenpark 9Ě0đ blok J,¦ 9Ě8ę2ē0đ Merelbeke.§ 1 KG -2 EUROS 6.99 EN QUELQUES LIGNES Pour un premier album, on peut dire que SDM n’a pas fait les choses à moitié. L’artiste semble d’une sérénité impressionnante, mais on comprend pourquoi quand on écoute la qualité de son rap. Le flow est bien présent, le texte est bon et la production est léchée, ce qui donne à l’auditeur un album très agréable à écouter. Reste à savoir ce que donnera le jeune Français sur scène, mais nul doute qu’il a toutes les qualités pour devenir un nom important de cet univers musical. ●●●●○ 4. 99



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :