Métro Belgique n°4315 4 jun 2021
Métro Belgique n°4315 4 jun 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4315 de 4 jun 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : deux jeux olympiques à 100%.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 FEELGOOD VENDREDI 4/6/2021 I metrotime.be Une mine radieuse grâce aux pierres semi-précieuses Eva Janosek propose une méthode de soin du visage et du corps basée sur la cristallo-thérapie. Selon les lithothérapeutes, les pierres ont chacune une énergie particulière qui agit sur les minéraux contenus dans nos cellules. Dès la réouverture des métiers de contact, Metro s’est empressé de tester pour vous un petit rééquilibrage énergétique à l’aide de caresses minérales personnalisées. Son centre de formation et de soins est installé dans un appartement lumineux et calme de la commune bruxelloise de Ganshoren. Une fois les chaussures retirées, Eva Janosek me propose une infusion aux fleurs. Elle m’énumère quelques noms de fleurs. Je choisis le bleuet. Deux minutes après, je reçois mon eau bouillante sur laquelle flottent des pistils bleutés entiers qui croquent légèrement sous la dent. Étrange. Mais pas désagréable ! « Vous avez choisi le bleuet car votre intuition sait que c’est cela qu’il vous faut. Le soin a en fait déjà commencé », m’annonce la thérapeute. UNE VISION HOLISTIQUE DU SOIN Avant d’entrer dans le vif du sujet, vous devez savoir qu’Eva est une véritable sorcière moderne. On pourrait même dire une « master sorcière » car elle est formée à de nombreuses thérapies douces et est maintenant elle-même formatrice. Elle a étudié plusieurs grandes philosophies, notamment asiatiques, mises au point pour rétablir l’équilibre et apporter de la sérénité dans le corps et le mental. Elle a étudié des thérapies très variées en Belgique, en France, au Vietnam ou encore en Inde où elle a appris par exemple la réflexologie plantaire, l’aromathérapie et les Fleurs de Bach, le Reiki, les soins aux cristaux, l’ayurveda ou encore la nutrition. Merlin l’Enchanteur s’il était vivant serait forcément jaloux… Les thérapies énergétiques sont pour elle la quintessence des différentes cultures, médecines et philosophies. Après avoir pratiqué dans les pagodes au Vietnam, elle intègre les thérapies énergétiques dans sa première passion, la bio-esthétique thérapeutique, et elle crée une nouvelle méthode avec tous ces savoirs qui se répondent et se renforcent entre eux. Elle l’a appelée la méthode TIÊN DAO. Et les pierres y ont un rôle de premier plan ! ESPRIT SAIN, CORPS SAIN, VISAGE DE BAMBIN La fatigue mentale ou physique se marque particulièrement sur le visage. Le but du soin est de paraître plus reposé et de se sentir plus équilibré au niveau énergétique. Forcément, cela a un impact sur l’aspect de votre visage. Eva paraît d’ailleurs avoir 30 ans. Mais son parcours nous fait comprendre qu’elle a forcément environ deux dizaines d’années de plus. Alors, forcément, quand on la voit, on y croit ! Le soin commence par une séance de réflexologie plantaire. Une vingtaine de minutes à enfoncer ses petits doigts de fées dans mes petits petons peu habitués. Si cela fait mal quand elle appuie sur tel ou tel point, c’est que l’organe ou la zone du corps associé au point en question a besoin d’un petit coup de pouce pour se désencrasser, se réveiller. Une fois les énergies du corps relancées, Eva Janosek se positionne à l’arrière de ma tête. Couchée sur le dos, mon visage entre ses mains, elle se met à effectuer des gestes doux et précis et à pratiquer des caresses à l’aide de petites pierres lisses. Ph. D.R. CRISTAL DE ROCHE, AMÉTHYSTE, QUARTZ ROSE Les pierres semi-précieuses sont nombreuses. Parmi les plus connues  : les quartz et les cristaux. La soladite, le sardonyx, la serpentine, l’aventurine, l’unakite… sont également utilisées par Eva pour vous donner une peau de pêche. Elle les choisit en fonction de chaque personne et en écoutant son intuition  : « Je sens énergétiquement les besoins de la personne pour équilibrer les Chakras, faire circuler le Chi donc l’énergie dans les méridiens », me confie-t-elle. Au-delà du rééquilibrage des énergies, le but de ce massage qui mélange le toucher des mains de la thérapeute et celui avec les pierres, est de décrisper les petits muscles du visage et d’augmenter le pouvoir de pénétration des principes actifs de la crème qu’elle va appliquer, au cœur du derme. Durant de longues et délicieuses minutes, Eva palpe mon visage, le caresse, fait glisser ses petits galets lisses et froids sur mon front, mes joues, mes pommettes, mon cou… Une sensation de plénitude m’envahit et tout mon corps se détend. Est-ce grâce aux bleuets ou au quartz rose ? Peut-être l’association des deux car rien n’est plus puissant que d’agir sur l’intérieur et l’enveloppe du corps en même temps. Une autre fois, je viendrai tester pour vous le Mandala humain ! Eva Janosek place des pierres de toutes sortes tout autour de votre corps allongé pour créer un « vortex d’énergie générateur de bien-être ». Mais chaque chose en son temps. En attendant, j’ai (presque) retrouvé un visage d’enfant… www.tiendao-coaching.com Lucie Hage
metrotime.be 1 VENDREDI 4/6/2021 ON THE ROAD Cl 9 SUZUKI ACROSS Un Plug-In hybride de chez Toyota Après le break Swace, un nouveau modèle vient enrichir un peu plus la gamme Suzuki. Et une fois encore, c’est un festival de premières. Le SUV Across est un petit évènement. Nous le disions récemment, ici même, à propos de la Swace  : Suzuki et Toyota sont désormais partenaires. Et les premiers résultats visibles de cette union sont des modèles du second, redessinés et portant le badge du premier. Même recette pour le Suzuki Across, qui n’est autre qu’un Toyota Rav4. Et l’évènement, c’est qu’en essayant le nouveau SUV Suzuki, nous faisons connaissance avec la toute première mécanique hybride rechargeable de Toyota. Esthétiquement, l’Across conserve à peu près tout du Rav4, à part la face avant. A part ça, on retrouve le profil d’armoire à glace du SUV Toyota. Avec ses dimensions garantes d’un espace intérieur très généreux. Plug-in oblige, les batteries plus grosses mangent 60 litres de coffre. Ce dernier conserve tout de même le très honnête volume de 520 litres. La planche de bord est rigoureusement identique. La seule différence avec un Rav4 « classique » étant le nouveau module, à côté de la commande de boîte, qui donne accès aux modes de conduite spécifiques à la technologie Plug-in. Enfin, côté équipement, l’Across fait passer la pilule d’un prix vraisemblablement élevé en se montrant assez charitable  : la finition est haut de gamme, avec un système multimédia connecté à écran tactile 9 », un autre écran entre les compteurs, et une longue liste d’aides à la conduite. Caméra 360°, aide active au maintien de voie, surveillance d’angle mort, cruise control intelligent… Tout est là pour une conduite semi-autonome sur autoroute.. SAVOIR-FAIRE MAISON Le système plug-in du Suzuki Across extrapole la mécanique hybride classique du Rav4. On retrouve ainsi le 4 cylindres essence 2.5 litres, et la boîte auto CVT. La différence est qu’on a ici deux moteurs électriques (un devant, un derrière, ceci est donc un 4x4), et des batteries de 18 kWh. De quoi revendiquer une autonomie moyenne WLTP de 75 km, voire près de 100 km en conduite exclusivement urbaine. Le record du moment ! Et encore une première au passage  : le système développe au total 306 ch, puissance encore jamais atteinte par une Suzuki ! Sur la route, on retrouve le comportement rassurant et rigoureux qu’on connait du Rav4, ainsi que son confort, uniquement troublé par des pneus assez bruyants sur certaines de nos autoroutes. Mais ce qui nous intéresse surtout, c’est l’efficacité énergétique. Et Ph. D.R là, chapeau bas. Premièrement, notre test montre que les 75 km promis en moyenne sont une réalité. Et surtout, lorsque les batteries sont vides et que le véhicule passe en mode hybride, le savoir-faire de Toyota prend toute sa mesure. En effet, ce grand bébé de près de 2 tonnes est toujours capable de se contenter d’à peine plus de 6 l/100 km en moyenne, y compris en ville. C’est tout simplement remarquable. Suzuki n’a pas encore annoncé le prix. Celui-ci devrait toutefois être très proche de celui du Toyota Rav4 Plug-in. Trop cher pour la clientèle habituelle de Suzuki ? Nous verrons mais les taxes seront un autre frein chez nous puisque la mise en circulation (TMC) en Wallonie et à Bruxelles atteint presque 2500 € alors qu’elle ne sera que de 45 € en Flandre. Laurent Zilli AVANTAGES Sens inné de l’économie Autonomie électrique généreuse Performances élevées Véhicule familial agréable INCONVÉNIENTS Face avant anonyme Pneus bruyants Coffre légèrement réduit Tarif (et taxes en Wallonie et à Bruxelles) EN QUELQUES CHIFFRES Moteur.. 4 cyl., essence, hybride plug-in, 2.487 cm3 ; 306ch-497Nm Transmission aux 4 roues Boîte auto CVT L/l/h...4.635/1.855/1.690 mm Poids à vide..1.910 kg Volume du coffre520-1.604 l Réservoir. 55 l 0 à 100 km/h.. 6,0 sec Vitesse maxi.180 km/h Autonomie électrique.75 km Conso mixte1,0 l/100 km CO 2.. 22 g/km Prix.+/- 55.000 €



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :