Métro Belgique n°4310 18 mai 2021
Métro Belgique n°4310 18 mai 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4310 de 18 mai 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,1 Mo

  • Dans ce numéro : la Belgique en route pour l'Euro.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
8 GREEN MARDI 18/5/2021 1 metrotime.be Ces alternatives durables qui révolutionnent les règles Adopter un mode de vie slow, cela passe aussi par nos culottes. Meilleures pour notre santé comme pour celle de la planète, petit tour d’horizon des protections périodiques écologiques. Sur une vie, toute personne dotée d’un utérus aura en moyenne près de 500 cycles menstruels. Elle utilisera environ 11.000 protections, et pour cela elle aura dépensé plus de 3.000 € *. À l’échelle mondiale, 1.450 serviettes hygiéniques sont jetées chaque seconde, soit 45 milliards par an. Les protections jetables, non recyclables, terminent le plus souvent à la poubelle. Elles se retrouvent parfois même dans les océans. Composée de plastique, une serviette hygiénique mettra 500 ans pour se dégrader. Et cela sans compter les emballages… Bref, les protections hygiéniques sont synonymes d’une quantité astronomique de déchets. De plus, il est clairement établi que les matériaux qui entrent dans leur composition sont chimiques, dans beaucoup de cas allergisants quand ils ne sont pas tout bonnement nocifs pour notre santé (pesticides, phtalate, hydrocarbures… des substances toxiques aux effets cancérogènes ou considérées comme perturbateurs endocriniens). Or, internes ou externes, des solutions respectueuses de l’environnement et de votre corps existent. Si leur prix à l’achat est plus élevé, l’investissement sera très vite rentabilisé. Bien entendu, les protections réutilisables demandent un minimum d’entretien. Mais elles font aussi disparaître toute une série de contraintes, ce qui rend le cycle bien plus agréable à vivre. Il ne tient qu’à vous de trouver l’option (ou la combinaison d’alternatives) qui vous conviendra le mieux, en fonction de votre corps, votre cycle, vos envies ou contraintes. LA CUP Conçue dans les années 1930, la coupe menstruelle, ou cup, n’a jamais eu autant de succès qu’aujourd’hui. Écologique, économique, pratique  : elle concentre des tas d’avantages. Fabriquée en silicone médical ou TPE, elle s’insère, pliée, directement dans le vagin et récolte le flux. On la retire après quelques heures pour la vider, la nettoyer et la remettre en place. Pour votre santé et pour la conserver plusieurs années, il, est essentiel de la stériliser régulièrement. Vous la trouverez sans difficulté en pharmacie et parapharmacie, dans les magasins bios et zéro-déchet et même dans certaines grandes surfaces. Le gros avantage  : la cup se déploie directement contre les parois vaginales. Elle ne bouge pas et se fait très vite oublier  : c’est donc l’allié idéal pour les séances de sport ou les baignades. La première utilisation peut ressembler à un casse-tête, alors prenez votre temps et faîtes quelques essais afin de trouver la méthode d’insertion qui vous convient le mieux. À noter  : si elle n’est pas contre-indiquée, gare à l’effet ventouse pour celles qui portent un stérilet. LA SERVIETTE RÉUTILISABLE Même principe qu’une serviette jetable, les déchets en moins. Les protègeslips et serviettes lavables et réutilisables sont apparus bien plus récemment sur le marché. Pour assurer confort et efficacité, ils sont composés de plusieurs couches de tissu  : la première plus douce pour assurer votre confort, la deuxième (et parfois troisième) pour garantir une absorption optimale, et la dernière pour l’imperméabilité. Fabriquées dans des matières naturelles, elles existent en plusieurs tailles, modèles (selon le flux) et coloris. Côté entretien, il suffit de rincer sa serviette (ou la laisser tremper) à l’eau froide après utilisation. Elle peut ensuite passer à la machine (30 o ou 40 o) ou être lavée à la main. Notre coup de cœur  : la marque franco-belge « La Bande A Anna » qui propose des serviettes réutilisables, composées à 80% de fibre de charbon de bambou et à 20% de PUL, tissu 100% imperméable. À la fois ultra-doux et ultra-absorbant ! En bonus  : une jolie pochette hermétique offerte dans chaque pack. Hyper pratique quand on n’est pas chez soi. LA CULOTTE DE RÈGLES, LA VRAIE Dernières arrivées sur le marché, les culottes menstruelles sont en plein boom. Contrairement aux idées reçues, elles sont aussi confortables qu’une culotte classique et elles ne ressemblent en rien à un lange ! En tissu, en dentelle ou en plumetis, taille haute ou taille basse  : il y en a pour tous les goûts et tous les flux. La culotte menstruelle, c’est une véritable révolution des règles puisqu’elle ne nécessite aucune autre protection. Comme la serviette réutilisable, elle se compose de plusieurs couches en différentes matières pour garantir confort et absorption tout en évitant les fuites. Et comme les serviettes, elles se rincent à l’eau froide avant de passer à la machine. Que ce soit pour les serviettes ou culottes, il existe plusieurs marques belges ou européennes qui veillent à proposer des produits labélisés, durables et éthiques (La Bande A Anna, la Renarde, Lilie dans les étoiles, Moodz…). ◀ Ph. La Bande A Anna Ph. instagram Moodz
1 metrotime.be MARDI 18/5/2021 ON THE ROAD 9 DFSK GLORY Ça y est, les Chinois sont là ! Les voitures chinoises, ce serpent de mer… On les annonce chez nous depuis longtemps, sans jamais vraiment les voir venir. Aujourd’hui, nous y sommes  : ceci est l’un des premiers modèles chinois importés en Belgique. Nous vous en parlions récemment, OneAutomotive, entreprise familiale anversoise spécialisée dans la distribution automobile depuis 45 ans, se lançait dans l’importation officielle. Nous vous promettions alors de vous proposer l’essai d’un des modèles importés  : voici le DFSK Glory. Un SUV familial 7 places livré d’office avec toutes les options. OK, ceci n’est pas vraiment la première voiture chinoise dont nous vous proposons un essai, puisque nous avons déjà parlé des MG, qui sont maintenant fabriqués en Chine. Grâce à cette première expérience positive, nous ne sommes donc pas véritablement surpris en découvrant que le DFSK tord le cou au cliché. Loin de l’image de « camelote chinoise », et derrière un design extérieur peut-être un peu trop passe-partout, le Glory « tient la route ». Car à l’intérieur, on trouve un look qui cadre avec les goûts européens, et surtout une qualité de finition loin d’être indigne, surtout vu les tarifs. Quant à l’équipement, il est en revanche bien à la chinoise. Du système multimédia à écran tactile 10 pouces aux caméras 360°, de l’intérieur en très bon « faux cuir » aux sièges électriques, de la clim automatique au cruise control, le Glory est fort bien doté. Admettons, tout n’est pas parfait. Nous avons par exemple trouvé que le système d’infodivertissement manquait un peu de raffinement et d’intuitivité. Pour être encore plus concurrentiel, le Glory mériterait aussi quelques aides à la conduite supplémentaires mais rassurez-vous, l’essentiel y est. BON PÈRE DE FAMILLE Digne de sa mission familiale, le DFSK Glory offre des places arrière spacieuses et plutôt douillettes. Impossible de connaître le volume exact du coffre, mais nous dirions près de 500 litres à vue de nez qu’on est en configuration 5 places. Forcément, si on utilise les Ph. D.R. deux sièges supplémentaires (en série), ce n’est plus le cas, mais la bonne nouvelle est que ces places d’appoint ne sont pas juste symboliques. Sous le capot, on trouve un moteur essence 1.5 litres de 145 chevaux, associé à une boîte auto-CVT. Côté performances, il ne faudra pas être exigeant. Le Glory est plutôt un sage véhicule que l’on conduire en bon père de famille. Le petit hic, c’est la consommation, jamais loin des 9 l/100 km, même en restant très calme. Mais l’importateur a la parade, puisque le Glory peut être équipé en option et au choix d’un système CNG ou LPG. De quoi bien tailler dans la facture carburant, en plus de réduire les émissions nocives. Maintenant, le prix  : 23.990 € , tout compris, sauf le CNG/LPG. Pour un SUV 7 places, très à l’aise avec les attentes européennes, c’est vraiment un très bon prix. Sauf qu’il y a chez nous depuis longtemps un rival, dont les tarifs sont au moins aussi canon, et qui propose un sentiment de qualité supérieure  : le SsangYong Korando. Mais il ne propose que 5 places. Laurent Zilli EN QUELQUES CHIFFRES Moteur...4 cylindres essence, turbo, 1.499 cm3 ; 145ch - 210Nm Transmission...aux roues avant Boîte auto CVT L/l/h... 4.680/1.845/1.715 mm Poids à vide. 1.585 kg Volume du coffre... N.C. Réservoir.60 l 0 à 100 km/h N.C. Vitesse maxi.190 km/h Conso mixte8,1 l/100 km CO2198 g/km Prix.23.990 € INCONVÉNIENTS Performances sages Détails de raffinement (système multimédia) Conso un peu élevée Moins concurrentiel qu’un SsangYong AVANTAGES m Habitacle spacieux et qualitatif Agrément, confort général Prix full option attractif Garantie totale de 5 ans, sans limitations de km



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :