Métro Belgique n°4308 11 mai 2021
Métro Belgique n°4308 11 mai 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4308 de 11 mai 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 3,7 Mo

  • Dans ce numéro : un chantier colossal pour la future ligne du métro de Bruxelles.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 ON THE ROAD MARDI 11/5/2021 metrotime.be FORD MUSTANG MACH-E Transition en bonne voie Ford a choisi sa célèbre Mustang pour porter l’image de sa transition vers la mobilité électrique. Ce Mach-e n’est certes pas une Mustang traditionnelle. Mais il n’est pas non plus une « simple » voiture électrique, loin de là ! S’il semble difficile de prime abord de rapprocher un crossover comme le Mach-e de la Mustang, les designers sont parvenus à transcrire les codes esthétiques du modèle emblématique au nouveau venu avec un certain brio. Les feux avant effilés confèrent un « regard » perçant, un élément de design singeant la calandre dans le bouclier avant met le célèbre Mustang bien en évidence, et la triple griffe verticale lumineuse assurent la filiation de la partie arrière. L’empattement de 3 mètres permet aussi de libérer beaucoup de place à bord. De même, le coffre affiche une contenance de 402 litres, et un second compartiment de 81 litres segmentable et lavable à l’eau prend place sous le capot avant. Mais l’élément clé de cet habitacle, c’est évidemment le grand écran de 15,5 pouces qui fait office de poste de commande central pour l’ensemble des fonctions du véhicule. Les ingénieurs ont toutefois eu l’intelligence de conserver quelques commandes bien physiques au volant, et de commandes de climatisation qui restent apparentes au bas de l’écran en toutes circonstances. En outre, cet écran a été conçu tel un smartphone, avec des menus simples et ergonomiques et une présentation personnalisable selon les éléments que l’on souhaite afficher, ce qui le rend plutôt agréable et facile à utiliser. À cet écran s’ajoute un second bien plus modeste face au conducteur qui regroupe les informations nécessaires  : vitesse, navigation ou encore l’autonomie restante. EN QUELQUES CHIFFRES Ph. D.R. GRANDE AUTONOMIE ET CHARGE RAPIDE Cette autonomie varie de 400 à 610 km en fonction de la version retenue. La gamme s’articule autour de trois puissances et de deux capacités de batterie. L’offre la plus modeste débute à 269 ch avec une batterie de 76 kWh (68 kWh exploitables) et promet 440 km d’autonomie. La même puissance délivrée par 2 moteurs via les 4 roues motrices voit son autonomie réduite à 400 km. Vient ensuite la batterie de 99 kWh (88 kWh nets) proposée en roues arrière motrices pour assurer jusqu’à 610 km, ou avec une double motorisation et une transmission intégrale qui délivrent 351 ch. Dans les faits, avec cette dernière configuration, nous avons relevé une moyenne de 22 kWh/100km lors de notre essai en usage mixte. De quoi laisser présager de plus de 400 km bien réels avec la grosse batterie. Avec cette batterie, Ford autorise également des charges en courant continu à haute puissance, jusqu’à 150 kW. De quoi récupérer selon le constructeur 91 km toutes les 10 minutes de charge. Sur la route, on reconnait immédiatement la patte des ingénieurs Ford dans les réglages du châssis. La direction précise et assez communicative et la prise de roulis parfaitement maîtrisée rendent le crossover particulièrement stable en courbes. À partir de 48.000 € . Vincent Hayez Moteur.électrique (double) ; avant  : 258 kW/351 ch ; 580 Nm Transmission... aux 4 roues. Boîte. automatique L/l/h.4.713/1.881/1.625 mm Poids à vide. 2.182 kg Volume du coffre..402 + 8 l Batterie.. 99 kWh 0 à 100 km/h... 5,1 sec Vitesse maxi250 km/h Conso mixte. 16,3 l/100 km Autonomie.540 km Prix.54.950 € INCONVÉNIENTS Écran et menus pas toujours ergonomiques Tarifs costauds Sonorité amusante mais (forcément) artificielle Prise de charge uniquement à gauche AVANTAGES Style extérieur et espace à bord Excellent châssis Sensations de conduite Autonomie réelle
COMMENCEZ VOTRE NOUVELLE SEMAINE DE TRAVAIL AVEC AMBITION METROTIME.BE/START of," e e f épee., -.. é% I,. Ph. Unsplash 111111 ma 1 V, 4 bar.[...-, 4°, START:,'O wq eu" 1.11. ip à (p. "el.. Io -. ^. ew - * Si rien n’est fait pour répondre au défi digital, ce sont quelque 584.000 postes qui devraient rester vacants en 2030, ce qui représente « 95 milliards de prospérité », indiquait Agoria, la fédération de l’industrie technologique, il y a deux ans. De plus, la concurrence entre les entreprises est féroce. Il ne suffit pas de recruter des candidats, encore faut-il les garder. Devant ce manque criant de talents, elles sont obligées d’aller chercher ailleurs, à l’international. UN MANQUE CRIANT DE FEMMES C’est un des plus gros défis  : le manque criant de femmes dans ce secteur. Dans les années 50, les femmes représentaient 30 à 50% des effectifs dans le secteur informatique. Elles sont aujourd’hui entre 15 et 20%. Les femmes ont été en quelque sorte « exclues » du secteur de la « tech », plus souvent considéré comme masculin. Leur faible représentativité dans les professions STEM est un gigantesque  : Ir - eeet%1/4 kir -a 1 iteee..dge le:.1:e.i, tle.. manque à gagner en matière de croissance économique. Les préjugés restent forts lors des processus de recrutement. Mais la barrière des stéréotypes est en train de bouger. Le centre de formation BeCode vient par exemple de lancer une formation en code, soutenue par Microsoft, réservée aux femmes. Le ‘Club des Hackeuses’vise à former plus de femmes aux compétences numériques. DES INSCRIPTIONS EN HAUSSE Où sont ces profils STEM ? Le problème viendrait-il de l’enseignement ? On voit pourtant une augmentation des inscriptions dans les filières scientifiques. Entre 2014 et 2019, il y a eu une augmentation de près de 30% des inscriptions dans les filières STEM à l’UCLouvain. Mais ça ne suffit toujours pas. Car si les inscriptions grimpent, le nombre de diplômés a plutôt tendance à stagner. L’enseignement seul ne doit donc pas être pointé du doigt car les formations en entreprises ne courent pas les rues non plus. L’informatique et le codage, par exemple, sont boudés dans l’enseignement supérieur. Faudrait-il apprendre ces compétences, dès l’enfance, à l’école primaire ? Cette piste de solution est la plus souvent avancée pour envisager un meilleur avenir pour cette filière. CETTE SEMAINE DANS METRO START LE GUIDE CARRIÈRE DE METRO Entreprises recherchent profils STEM désespérément Les entreprises pleurent pour des profils STEM, c’est-à-dire issus des filières sciences, technologie, ingénierie ou mathématiques. Alors que le processus de digitalisation est bien en marche, ces talents manquent grandement à l’appel. 2 Les étonnants conseils de Jeff Bezos pour faire une bonne réunion 3 ▶ ELIA Cinq étincelles pour choisir l’IT chez Elia Le week-end, c’est sacré pour les travailleurs belges Plus de 10.700 agents immobiliers en Belgique, un record UN CENTRE DE RÉFÉRENCE Par ailleurs, un centre de références STEM a récemment été créé en Wallonie et Fédération Wallonie Bruxelles pour booster ces filières en pénurie grâce à une stratégie sur dix ans. Une Task-force STEM doit coordonner, orienter et développer les efforts d’orientation professionnelle, d’enseignement, de formation, de sensibilisation, d’encadrement et de vulgarisation. ◀ Les métiers STEM, c’est quoi ? L’acronyme STEM (en anglais) désigne quatre disciplines  : la science, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques. Ce sont des disciplines en pénurie. Il s’agit ici principalement de postes d’ingénieur, de technicien, de chercheur, d’analyste ou de programmeur. De nombreuses écoles en Belgique proposent une orientation STEM combinant les sciences exactes et la technologie. Les baccalauréats et les masters peuvent également désormais être complétés par des suppléments de mathématiques, de sciences exactes, de technologies ou de TIC.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :