Métro Belgique n°4303 26 mar 2021
Métro Belgique n°4303 26 mar 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4303 de 26 mar 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : en route pour Tokyo.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 ON THE ROAD VENDREDI 26/3/2021 metrotime.be ROLLS-ROYCE GHOST Bienvenue dans un autre monde… Ceci n’est pas un essai comme les autres. Car il est difficile de classer la Ghost parmi les voitures, le mot étant bien trop réducteur pour la définir. C’est dans un tout autre univers qu’on pénètre en s’installant à bord. Ce que vous avez sous les yeux est la seconde génération de la Ghost, que l’on définira comme la « petite » Rolls, avec beaucoup de guillemets, puisqu’elle mesure tout de même 5,5 m de long. Et encore, on parle de la version courte. Mais dans la hiérarchie de la marque, elle se situe tout de même sous la Phantom, limousine absolue de la marque. Et la différence entre les deux n’est pas qu’affaire de dimensions. Car si la Phantom est destinée aux riches clients qui confient le volant à un chauffeur qualifié, la Ghost est celle que l’on a envie de conduire. Car ce qu’elle transmet au volant est absolument inimitable, inégalé, même par ceux qui tentent d’approcher ce niveau raffinement, Bentley ou Mercedes-Maybach en tête, sans jamais réussir. Conduire une Rolls-Royce Ghost, c’est comme être se déplacer sur nuage. Tout n’y est que douceur et volupté. Chaque commande, du volant au clignoteur, est d’une délicatesse infinie, et lorsqu’on enfonce le pied droit pour solliciter les 570 chevaux du V12 de 6,75 litres, ce dernier les délivre, ô combien. Photos D.R. LUXE MODERNE « À L’ANCIENNE » La Ghost peut abattre le 0 à 100 km/h en moins de 5 secondes mais… la voiture a un art tout particulier d’offrir sa puissance. Jamais il n’y a la moindre brutalité dans les accélérations ou les reprises. Il y a seulement de l’élégance. On est emmené comme si un vent puissant nous poussait dans le dos. C’est une sensation subtile, absolument unique, dont il faut faire l’expérience pour véritablement comprendre. Mais plus que par des sensations de conduite, c’est le luxe que l’inconscient collectif associe à Rolls-Royce. Et là aussi, tout est unique. Précisons d’abord que contrairement à l’image de « voiture pour vieil aristo » qu’on peut avoir, la marque a considérablement modernisé son approche de l’intérieur. Les boiseries à l’ancienne sont toujours disponibles, mais on peut préférer des choses vraiment contemporaines, comme des inserts mêlant bois précieux et incrustations de LED. Et quoi qu’il en soit, le souci du détail des artisans qui réalisent tout à la main, jusqu’à l’obsession laisse toujours pantois. Enfin, ce qui fait la différence entre une Rolls-Royce et une autre, c’est la conception même de l’idée du luxe. Ici, pas d’omniprésence de technologie tapageuse, pas d’écrans ostensiblement disposés partout dans l’habitacle. Ils sont là, mais dissimulés si on n’a pas besoin d’eux. La technologie est discrète, comme le meilleur majordome. La classe, ce n’est pas agiter sa dernière smart watch sous le nez des autres, mais cacher une montre suisse sous une manche de chemise. Devinez ce que fait la Ghost... Laurent Zilli - EN QUELQUES CHIFFRES MoteurV12, essence, turbo, 6.750 cm3 ; 570ch - 850Nm Transmission... aux 4 roues. Boîteauto 8 rapports L/l/h5.546/2.148/1.571 mm Poids à vide 2.490 kg Volume du coffre. 507 l Réservoir N.C. 0 à 100 km/h.. 4,8 sec Vitesse maxi250 km/h Conso mixte..15,2 l/100 km CO 2... 347 g/km Prix.. +/- 350.000 INCONVÉNIENTS Tarif inaccessible au commun des mortels Choix cornélien  : au volant ou à l’arrière ? Pas facile à garer… Non disponible avec attache remorque (sic) AVANTAGES Raffinement incomparable Subtilité des sensations de conduite Approche contemporaine du luxe à l’ancienne Paradoxalement pleine de simplicité
Le jeu du moment  : Monster Hunter Rise Monster Hunter Rise débarque ce 26 mars en exclusivité (temporaire) sur Nintendo Switch. Tient-on déjà le hit de ce printemps ? Monster Hunter Rise se déroule dans une région inspirée du Japon féodal. Dans la peau d’un chasseur, vous devez explorer des écosystèmes très variés et combattre des créatures toujours plus redoutables. Comme dans les épisodes précédents, il faut utiliser différents éléments récoltés et ramassés pour fabriquer de nombreuses armes, équipements et armures épiques. Avant de se lancer dans l’aventure, vous devez d’abord créer son personnage, mais aussi ses deux charmants compagnons à quatre pattes, votre Chumsky et votre Palico. L’éditeur de personnage est extrêmement complet et il est facilement possible de passer plus d’une heure à créer son équipe de départ. MAGNIFIQUE SUR SWITCH Après ces formalités, il est temps d’enfin plonger dans Monster Hunter Rise. Un premier constat s’impose rapidement  : le jeu est tout simplement sublime sur Switch. Que ce soit sur la télé ou en mode portable, les graphismes sont vraiment impressionnants pour la petite console de Nintendo qui, rappelons-le, est sortie il y a quatre ans déjà. Deuxième constat  : on ne s’improvise pas chasseur de monstres en un claquement de doigts. Durant Ph. D.R. les premières heures de jeu, les tutoriels s’enchaînent pour apprendre toutes les subtilités du jeu. Car oui, Monster Hunter Rise est un jeu d’une grande richesse mais aussi d’une grande complexité. COMPLEXE ET EXIGEANT Ne pensez pas qu’il suffit de s’approcher d’un monstre, de lui donner deux coups d’épée et que le tour est joué. Non, les combats dans Monster Hunter sont longs et difficiles. Pouvant durer plusieurs dizaines de minutes, ils demandent de la préparation et ils reposent sur de nombreuses mécaniques à apprendre et à maîtriser. Si les habitués de Monster Hunter, et notamment de Monster Hunter World, n’auront aucun mal à prendre le jeu en main, cela risque d’être une autre paire de manches pour les novices. Ils devront faire preuve de patience et s’accrocher. Mais clairement cela en vaut la peine, tant Monster Hunter Rise est... d’une richesse incroyable. TESTEZ LA DÉMO Une chose est sûre  : si vous avez aimé Monster Hunter World, vous allez adorer Monster Hunter Rise. La recette reste la même mais quelques nouveautés intéressantes ont fait leur apparition. En plus d’introduire une nouvelle région et de nouveaux monstres, le jeu de Capcom présente des nouvelles possibilités dans son gameplay. C’est le cas du Filoptère qui permet de se projeter dans les airs et d’effectuer des manœuvres aériennes. Seul ou encore mieux en coop, Monster Hunter Rise réserve des dizaines, voire des centaines, d’heures de jeu. Est-ce que le jeu est fait pour vous ? Le meilleur moyen de vous faire votre propre idée avant de passer à la caisse est de télécharger la démo gratuite disponible sur l’eShop de la Switch. Thomas Wallemacq Square Enix a présenté « Life is Strange  : True Colors » qui sortira le 10 septembre prochain. Ce nouvel opus développé par le studio Deck Nine Games, déjà à l’origine du spin-off « Life is Strange  : Before the Storm », réserve pas mal de nouveautés et quelques surprises, notamment l’abandon du format épisodique. Les joueurs n metrotime.be VENDREDI 26/3/2021 CULTURE 11 Cauchemar en montagne avec Mundaun Mundaun avait tout du petit projet atypique et charmant. C’est le premier jeu de Hidden Fields, un studio suisse fondé par Michel Ziegler, développeur et illustrateur. C’est d’ailleurs le seul et unique membre de ce studio. Il travaille depuis sept ans sur le développement de ce projet très personnel. La principale particularité de Mundaun est d’avoir été entièrement dessiné à la main. Le joueur incarne Curdin, un jeune homme qui retourne pour la première fois depuis des années dans les Alpes suisses où il a grandi. Du début à la fin, le jeu est empreint du folklore alpin et des souvenirs de son créateur. Mais tout n’est pas parfait, loin de là. Mundaun pèche notamment par sa maniabilité et sa réalisation. Au final, ce n’est ni jeu d’horreur, ni un bon jeu d’énigmes. C’est un simulateur de marche atypique, plutôt moyen, mais malgré tout très attachant. ◀ Ph. Mundaun GAMES L’AGENDA DES SORTIES 30 avril New Pokémon Snap (Switch) 7 mai Resident Evil Village (PlayStation, Xbox, PC) 21 mai Deathloop (PS5, PC) 11 juin Ratchet & Clank  : Rift Apart (PS5) Un nouveau Life is Strange pour la rentrée Ph. Square Enix L’année 2021 réserve de nombreux retards mais aussi quelques belles surprises auxquelles on ne s’attendait pas forcément, notamment un nouvel opus de la saga Life is Strange. Nintendo va à nouveau collaborer avec l’Américain Niantic, éditeur du célèbre jeu pour smartphones « Pokémon GO ». Le fabricant de jeux japonais va développer avec son partenaire deux jeux pour smartphones en réalité augmentée. Comme dans « Pokémon GO », les personnages du jeu prendront vie dans le monde réel via l’objectif de votre smartphone. La collaboration entre Nintendo et Niantic commencera dès cette année avec la sortie d’un jeu basé sur l’univers incarneront Alex Chen, une jeune femme un peu perdue qui va perdre son frère auquel elle était très proche. Le jeu abordera les thèmes de l’amitié, de la famille, du deuil ou encore la problématique de l’appartenance. Bref, l’émotion devrait à nouveau être au rendez-vous. Pour le reste, « Life is Strange  : True Colors » semble reprendre les éléments qui ont fait le succès de cette franchise et la bande-son occupera une place toujours aussi importante. Retrouvez le trailer et toutes les infos sur bit.ly/gamesmetro Deux nouveaux jeux inspirés du phénomène « Pokémon GO » Ph. Nintendo de Pikmin et ses ravissants petits personnages colorés. ◀



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :