Métro Belgique n°4300 16 mar 2021
Métro Belgique n°4300 16 mar 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4300 de 16 mar 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : inquiétude autour du vaccin AstraZeneca.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 NEWS MARDI 16/3/2021 metrotime.be II AFP/T. Fabi L’homosexualité, un « péché » Le Vatican a réaffirmé hier la doctrine de l’Église catholique considérant l’homosexualité comme un « péché » et confirmé l’impossibilité pour les couples de même sexe de recevoir les sacrements du mariage, réservés à « l’union indissoluble entre un homme et une femme ». « Dieu n’arrête jamais de bénir chacun de ses fils (…). Mais il ne bénit pas ni peut bénir le péché », martèle la congrégation. AFP/F. Brown Manifestations en Syrie pour les dix ans de la « révolution » IDLEB Des milliers de personnes ont manifesté hier à Idleb, dernière grande région en Syrie contrôlée par des groupes rebelles et djihadistes. Ces protestations marquent le dixième anniversaire du début du soulèvement contre le régime du président Bachar al-Assad, qui s’est transformé en conflit dévastateur. La guerre en Syrie, qui entrait hier dans sa onzième année, a fait plus de 388.000 morts, déplacé et poussé à l’exil plus de 12 millions de personnes, selon l’Onu, causé des destructions massives et dévasté l’économie du pays. « Nous sommes venus renouveler notre engagement, comme nous l’avions fait en 2011 (…), à renverser le régime (du président) Bachar al- Assad », affirme Hanaa Dahnine, qui avait participé aux premières manifestations il y a dix ans. Les manifestants ont scandé des slogans phares du soulèvement populaire qui avait démarré le 15 mars 2011, dont « Liberté, liberté (…) la Syrie veut la liberté », « Dégage Bachar » ou encore « Le peuple veut la chute régime ». « NOUS CONTINUERONS NOTRE RÉVOLUTION » Certains ont brandi des portraits de victimes du conflit et d’autres le drapeau de la « révolution » adopté au début du soulèvement. « Nous continuerons notre révolution bénie même si elle doit durer 50 ans », martèle Hanaa. « Nous espérions faire tomber le régime dès le premier jour, mais il a utilisé toutes ses armes contre un peuple innocent pour réprimer la révolution », ajoute-telle. D’autres manifestations ont également eu lieu dans la ville frontalière d’Atmé, ainsi que dans des localités et villes contrôlées par les forces turques et leurs supplétifs syriens dans le nord d’Alep, comme Aazaz et Al-Bab. AFP/O. Haj Kadour Bien que les combats se soient quasiment arrêtés en Syrie à la faveur d’un cessezle-feu entré en vigueur il y a un an à Idleb, les plaies restent béantes et la paix lointaine. NOUVELLE ÉLECTION CET ÉTÉ « Dix années de crise syrienne ont infligé des souffrances et des douleurs humaines indicibles », a déclaré vendredi le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi. « Le monde n’a pas rempli Le chef de Podemos quitte le gouvernement fédéral MADRID Le chef du parti de gauche alternative Podemos et vice-président du gouvernement espagnol, Pablo Iglesias, a surpris hier en annonçant sa décision de quitter le gouvernement pour se présenter aux élections régionales à Madrid, dirigée par la droite. « Je vais me présenter aux élections du 4 mai dans la région de Madrid », a déclaré Pablo Iglesias. « J’ai transmis (au chef du gouvernement socialiste) PedroSanchez ma décision de quitter mon poste au sein du gouvernement quand commencera la campagne électorale », a-t-il ajouté. À la tête de Podemos depuis sa création en 2014, Pablo Iglesias, ancien professeur de sciences politiques, est depuis janvier 2020 l’un des quatre vice-présidents du premier gouvernement de coalition espagnol depuis la fin de la dictature franquiste. Composé des socialistes de PedroSanchez et de Podemos, ce gouvernement est fréquemment secoué par des tensions entre les deux formations. Le leader de Podemos affirme vouloir offrir une « candidature forte » pour faire face à l’avancée de l’extrême droite dans la capitale espagnole, jusqu’alors dirigée par la présidente conservatrice Isabel Diaz Ayuso, du Parti Populaire (PP). Cette dernière a annoncé la semaine dernière sa démission et la convocation de nouvelles élections. AFP/P. Blazquez Pour certains analystes, Mme Ayuso espère de la sorte débarquer les centristes de Ciudadanos, son partenaire de coalition, et nouer une alliance avec le parti d’extrême droite Vox. ◀ Elon Musk, « Technoking » Il faudra peut-être bientôt s’adresser à Elon Musk en l’appelant « sire »  : le fantasque patron de Tesla a été très officiellement proclamé hier « Technoking » (roi de la tech) par son entreprise. Son directeur financier Zach Kirkhorn s’est quant à lui vu décerner le titre de « Master of Coin » (maître de la monnaie), probablement en référence à l’achat récent par le fabricant de véhicules électriques de 1,5 milliard $ de la monnaie virtuelle bitcoin. ses obligations vis-à-vis des Syriens » et leur conflit est devenu « l’une des crises de déplacement les plus importantes des temps modernes ». Malgré la tragédie, Bachar al-Assad s’est maintenu au pouvoir et se prépare à une nouvelle élection présidentielle prévue cet été et qui lui semble acquise. Damas contrôle actuellement plus de 60% du territoire après avoir enchaîné les reconquêtes depuis 2015 à la faveur d’un soutien militaire russe indéfectible. ◀ TOBROUK Le Premier ministre libyen Abdelhamid Dbeibah, qui doit gérer la transition jusqu’aux élections prévues en décembre, a prêté serment hier plus d’un mois après sa désignation dans le cadre d’un processus politique parrainé par l’ONU pour sortir la Libye d’une décennie de chaos. La cérémonie s’est déroulée au siège provisoire du Parlement, installé en 2014 dans la ville portuaire de Tobrouk située à quelque 1.300 kilomètres à l’est de la capitale Tripoli. M. Dbeibah et ses ministres ont juré « de préserver l’unité, la Nouvel enlèvement au Nigeria AFP/B. Yakusak KANO Des élèves et des enseignants, dont le nombre exact reste à déterminer, ont été enlevés dans une école primaire de l’État de Kaduna, dans la localité de Rema, lors d’une nouvelle attaque dans le nord du Nigeria, ont indiqué hier les autorités locales. Les autorités « sont en train de recueillir des détails sur le nombre d’élèves et d’enseignants enlevés » et les communiqueront sous peu, a précisé le ministre local aux Affaires intérieures, Samuel Aruwan. Il s’agit de la sixième attaque ou tentative d’attaque d’école en moins de trois mois dans le nord-ouest et le centre du Nigeria, où des groupes criminels, appelés « bandits » par les autorités, attaquent des villages, volent du bétail et pratiquent des enlèvements contre rançon. ◀ En Libye, Abdelhamid Dbeibah a prêté serment AFP/M. El Shaikhy sécurité et l’intégrité » de la Libye. Plusieurs ambassadeurs ainsi que le président du Parlement Aguila Saleh ont assisté à la cérémonie. ◀
EQ c’est le label électrifié de Mercedes. Il y avait déjà le EQC, lancé il y a plus d’un an. Mais aussi le EQV, version à batterie sur « minibus » Classe V, dans les starting-blocks et voici maintenant le plus petit de la bande (pour le moment du moins), le SUV compact EQA. En matière de voitures électriques, il y a ceux qui proposent une version à batterie d’un modèle existant, sans toucher à son look (Peugeot e-208 par exemple), et il y a ceux qui optent pour un modèle totalement indépendant (Renault Zoé ou Nissan Leaf). Chez Mercedes, on choisit la voie du milieu, en retouchant de façon très perceptible le look du modèle de base, tout en maintenant un lien esthétique évident. On a donc affaire à un GLA qui se veut plus « original », et surtout plus lissé, comme poli par le vent, histoire d’optimiser l’aérodynamique, évidemment. En revanche à l’intérieur, pas la moindre transformation. On retrouve l’habitacle bien connu du GLA, qui n’avait en fait pas besoin d’être rafraichi. Avec ses deux énormes écrans, l’ambiance à bord avait déjà largement le côté technologique qui sied à une voiture électrique. En quoi l’EQA est-elle plus raisonnable ? Dans le fait qu’elle affiche des caractéristiques techniques « normales », contrairement à la version de lancement de l’EQC, ou de son concurrent direct Volvo XC40, dont la version électrique revendique quelque… 400 ch ! L’EQA n’annonce « que » 190 ch, tirés d’un moteur électrique qui n’entraine que les roues avant. E'metrotime.be MARDI 16/3/2021 ON THE ROAD 7 MERCEDES EQA 100% électrique mais plus raisonnable Quelque chose nous dit qu’en 2021, les nouveautés 100% électriques vont débouler en masse. Dès le premier mois de l’année, Mercedes a par exemple présenté son deuxième modèle de la famille EQ. INCONVÉNIENTS Coffre amputé par rapport au GLA Pas encore l’électrique abordable qu’on attend Pourquoi un SUV et pas une compacte ? Qualités dynamiques à vérifier AVANTAGES Photos D.R. Pas de surenchère technique Autonomie à priori réaliste Adaptations esthétiques bien dosées Confort de très haut niveau EN QUELQUES CHIFFRES UN CONFORT REMARQUABLE C’est une puissance déjà certes sérieuse, mais finalement assez normale pour une Mercedes. Quant aux batteries de 66,5 kWh (logées sous le plancher), elles offrent une autonomie officielle de 426 km WLTP et permettent surtout de contenir le poids à un niveau raisonnable, à un peu plus de 2 tonnes. OK, c’est 400 kg de plus qu’un GLA normal, mais bref. Enfin, le prix aussi est normal, même si tout est relatif. La version de lancement EQA 250 démarre à 49.973, soit à peine plus qu’un GLA plug-in. Et à ce prix, on a tout l’équipement qu’on attend d’une Mercedes, du système multimédia à intelligence artificielle, jusqu’à une belle liste d’aides à la conduite, en passant par la climatisation, les sièges similicuir, le hayon à ouverture motorisée, etc. Dans une voiture à l’étoile, on peut toujours en vouloir plus, et plus encore mais alors, pas de surprise, la facture peut exploser. Pour tout vous dire, nous n’avons pris le volant de l’EQA que très brièvement, quelques jours avant son officialisation. Bref, et autant que nous puissions en juger, une autonomie en ville de 400 km réels est jouable. Il y a toutefois une conclusion définitive que nous pouvons déjà tirer  : l’EQA atteint un niveau de confort particulièrement élevé. Au volant de l’EQA, on se sent comme dans une bulle cosy, sécurisante, apaisante. À reprendre à l’essai plus longtemps pour en connaître davantage concernant sa recharge et son autonomie réelle. Laurent Zilli Moteur.électrique ; 190ch ; 375Nm Transmission...aux roues avant Boîte...auto 1 rapport L/l/h.4.463/1.834/1.620 mm Poids à vide...2.040 kg Volume du coffre 340 – 1.320 l Batteries.. 66,5 kWh 0 à 100 km/h. 8,9 sec Vitesse maxi 160 km/h Autonomie WLTP..426 km Prix.49.973 €



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :