Métro Belgique n°4299 12 mar 2021
Métro Belgique n°4299 12 mar 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4299 de 12 mar 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,9 Mo

  • Dans ce numéro : le train gratuit pour aller se faire vacciner.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
4 VENDREDI 12 MARS 2021 DOSSIER OUTDOOR CUISINER AVEC LES MAUVAISES HERBES DU JARDIN Et la limonade au pissenlit ? Cultiver leurs légumes, beaucoup en rêvent. Malheureusement, l’entretien d’un potager demande pas mal de temps et la main verte. Mais même si vous laissez le champ libre à la nature, il y a pas mal de choses délicieuses qui poussent dans votre jardin. Là où les uns ne verront que des mauvaises herbes, les autres auront les ingrédients de base d’un plat savoureux ! De nombreuses plantes que nous qualifions de mauvaises herbes peuvent être consommées sans le moindre problème. Considérez-les comme des légumes sauvages pour lesquels vous ne devez pas lever le petit doigt. La seule chose à laquelle vous devez faire attention, c’est de ne pas vous tromper de plante. Car sans vous en rendre compte, vous serez peut-être en train de manger quelque chose qui n’est pas comestible. Redoublez donc d’attention au moment de la cueillette, mais ne vous privez surtout pas de goûter et d’apprécier ces plantes. LE PISSENLIT Le pissenlit est sans conteste une des plantes sauvages les plus connues en Belgique et ailleurs. Malgré tous vos efforts pour les éliminer de vos plates-bandes et Vous loger avec toutes vos affaires dans 24 m² ? D’après le mouvement des micro-maisons (tiny house movement), nous n’avons pas besoin d’avoir une villa pour être heureux. Pourquoi le micro-habitat est-il aussi populaire ? Le terme micro-habitat est on ne peut plus clair, il signifie se loger à petite échelle. Une micro-maison est une petite maison d’une surface de 48 m² maximum. Les premières micro-maisons sont nées aux États-Unis, lorsque la crise du marché de l’immobilier a obligé une frange de la population à rechercher de nouvelles alternatives de logement. Et les citoyens américains n’ont pas manqué de créativité en la matière ! Ils ont construit des maisonnettes complètes sur des remorques mobiles, ce qui leur permettait de contourner certaines règles en matière de surface habitable. Dans les années qui ont suivi, il est apparu que le micro-habitat offrait aussi pas mal d’autres avantages. RESPECTUEUX DE L’ENVIRONNEMENT Un des grands avantages du microhabitat est que vous travaillez activement à votre empreinte écologique. Votre impact sur l’environnement est moindre que si vous habitez dans une grande villa avec de nombreuses pièces que vous voulez chauffer. Tant la durée de construction que la consommation Ph. Wikimedia Commons de votre gazon, rien n’y fait ! Alors chérissez désormais cette petite fleur jaune et utilisez-la en légume. Ses feuilles vertes sont bourrées de vitamines et leur goût et leur utilisation sont proches de ceux de la roquette. Plus les feuilles sont vieilles, plus elles sont amères, tenez-en dès lors compte. Avec ses pétales jaunes vous pouvez préparer de la gelée ou de la limonade. Vous voyez, quelques pissenlits dans votre jardin, ce n’est vraiment pas la mer à boire… LE LIERRE TERRESTRE Cette magnifique plante aux fleurs mauves est plus difficile à trouver, mais cela ne signifie pas pour autant qu’elle est moins utilisable. Ses petites fleurs mauves Ph. Unsplash d’énergie et d’eau de ces petites maisons sont nettement moins importantes. Une micro-maison de 48 m² maximum occupe aussi moins de place, si bien qu’il faut automatiquement y vivre avec peu de choses. De ce fait aussi, vous contribuez à un meilleur environnement. BON MARCHÉ Autre avantage non négligeable, vous économisez pas mal d’argent en vous logeant à une aussi petite échelle. Vous avez en effet besoin de moins de meubles et vous ne pouvez pas bourrer votre maison de livres ou de vêtements. Bien entendu, la construction d’une micro-maison coûte aussi nettement moins cher que celle d’une maison unifamiliale standard. Et peut-être que du coup vous pouvez mettre de l’argent de côté pour faire le tour du monde ? ◀ ont une saveur sucrée et vous pouvez dès lors non seulement les utiliser dans des salades mais aussi dans des desserts pour y ajouter de la couleur. Ses feuilles vertbrun ont un goût de noisette et vous pouvez les ajouter en petite dose à vos salades, omelettes et autres plats salés pour leur donner plus de piquant. Attention, les novices confondent souvent lierre terrestre et lamier pourpre, mais ces deux plantes sont très différentes ! metro L’ORTIE L’ortie est considérée comme une mauvaise herbe tenace, pas seulement parce qu’elle prolifère rapidement, mais aussi parce qu’elle pique. Néanmoins, vous pouvez parfaitement l’utiliser en légume, notamment à la place de l’épinard. Veillez -bien entendu- à porter des gants lors de la cueillette, mais une fois que vous l’aurez cuite à l’eau ou à la vapeur, elle constituera une addition super délicieuse et saine à vos plats. Que diriez-vous par exemple d’une crème d’orties ou de raviolis aux orties ? Laissez libre cours à votre imagination ! L’AIL DES OURS Vous trouverez principalement cette plante à l’ombre dans votre jardin. Malheureusement, l’ail des ours ressemble beaucoup au muguet de mai, qui est lui toxique, voire mortel, mais leur parfum est totalement différent. Dès que vous cueillerez ses feuilles, vous sentirez une forte odeur d’ail et vous saurez dès lors que vous avez sélectionné la bonne plante. Préparez par exemple un pesto à l’ail des ours ou mélangez quelques feuilles à votre salade pour une agréable saveur aillée. Ces « mauvaises herbes » sont une formidable addition à vos plats, mais elles plaisent aussi aux insectes et à la faune qui fréquentent votre jardin. Leurs fleurs sont une source de nourriture idéale pour les abeilles et les papillons et si vous laissez ces plantes s’épanouir dans un coin de votre jardin, elles serviront d’abris aux petits animaux. Petits plaisirs partagés ! ◀ Petit mais agréable à vivre Besoin d’espace supplémentaire ? Achetez un module YourSpace et recevez un poêle à bois* gratuit ! Découvrez nos différents modules sur jumatt.be/yourspace *Photo poêle à bois non contractuel, entre 4 et 7kw. 085 82 33 33 jumatt.be
metro 5 DOSSIER OUTDOOR VENDREDI 12 MARS 2021 DORMIR SOUS TENTE EN BELGIQUE  : Bivouac sauvage ou camping pratique ? Photo Unsplash Le bivouac ou camping sauvage est un concept peu reconnu dans notre pays. Les fervents voyageurs le regrettent plus que probablement, car le phénomène offre pas mal d’avantages. Au cours des randonnées pédestres de plusieurs jours il n’y a en effet rien de plus pratique -ou de meilleur pour le portemonnaie- que de planter sa tente là où on veut. Bien que les choses soient un peu plus compliquées en Belgique, il est aussi possible chez nous, moyennant un minimum de préparation, de passer gratuitement la nuit en pleine nature. Explication. CAMILLE VAN PUYMBROECK De nombreux campings n’avalisent pas l’idée de passer la nuit gratuitement dans leurs installations. Toutefois, sur bivakzone.be, vous trouvez un aperçu de tous les endroits en Wallonie et en Flandre où vous pouvez passer la nuit gratuitement sous votre propre tente. Cela a l’air tentant, mais il y a des règles à respecter. C’est ainsi que dans de nombreux endroits on ne peut occuper le bivouac qu’entre 16 h et 10h, ailleurs c’est une durée maximum de 48 heures qui s’applique. En outre, le confort est minimal et vous devez vous-même nettoyer votre emplacement. De plus, vous ne pouvez y accéder qu’à pied, à vélo ou à cheval -les véhicules à moteur sont interdits. Nous voulions essayer au moins une fois dans notre vie le bivouac dans notre propre pays. Nous sommes donc partis bottines de marche aux pieds et sac au dos. Nous avons visité l’emplacement de camping Les Tailles dans la région de Houffalize. Soyons honnêtes  : le concept est formidable mais ce sont les campeurs eux-mêmes qui nous ont gâché notre plaisir ! LES TAILLES Un rapide coup d’œil sur la carte nous apprend d’emblée que la zone de bivouac Les Tailles pourrait bien être beaucoup moins isolée qu’espéré. Elle se situe bien sur un magnifique itinéraire de randonnée, mais est aussi voisine d’une route qu’on peut parfaitement emprunter en voiture. Pendant les 10 kilomètres qui mènent au bivouac, je chéris l’espoir obstiné que l’endroit sera aussi beau que dans mon imagination. Un jour de pluie, il n’y a pas âme qui vive… Sur papier, nous devrions être seuls aux Tailles. À notre arrivée, une première déception nous attend  : il y a d’autres campeurs, qui se sont appropriés le meilleur emplacement. Une petite parcelle de terrain sous les feuillus, ce n’est pas si grave, et un beau feu de bois apporte la chaleur et l’ambiance de mise. Il arrête lentement mais sûrement de pleuvoir -hourra- mais soudain d’autres amateurs de la nature pointent leur nez. Ceux-ci prennent leurs aises avec les règles et débarquent en masse avec leurs autos, leurs caissettes de supermarché orange débordant de nourriture et leur musique. J’avoue, leurs FotoC. Van Puymbroeck Foto Unsplash brochettes fraîches sont bien plus attirantes que nos nouilles lyophilisées, mais nous nous en tenons à nos principes. Le vacarme des autres bivouaqueurs s’éteint en même temps que leur feu de bois et nous rêvons toujours de passer une nuit calme. Mais à 23 h je dois y renoncer  : deux débiles absolus viennent de débarquer, décident de couper du bois pendant une petite demiheure pour leur barbecue et ensuite rejoignent leur tente de façon pas trop subtile. Pour le calme idyllique, on repassera ! Au matin, tout en savourant notre porridge à l’avoine maison, nous arrivons toutefois à en rire. L’expérience a été amusante malgré tout, et elle nous a appris une chose  : la prochaine fois, nous nous éloignerons bien davantage du monde habité. CONSEILS POUR FAIRE DU CAMPING SAUVAGE Vous avez envie d’essayer la variante belge du camping sauvage ? Voici quelques conseils qui peuvent vous aider à en faire une chouette expérience. Le tout est que vous arriviez à pied, à vélo ou à cheval et cela signifie donc qu’une randonnée précède votre aventure sous tente. Bien entendu, vous pouvez faire appel à l’office du tourisme de la commune où vous allez passer la nuit, mais cela inclut souvent que vous ne serez pas les seuls sur place. Pour une rando plus solitaire, il est dès lors conseillé de consulter une carte détaillée et de planifier votre propre itinéraire -le risque de tomber sur une autoroute de randonnée est quand même plus réduit. Pour vous procurer des cartes, allez dans une bonne librairie, à l’office du tourisme ou utilisez une appcomme MapOut. L’avantage de la carte numérique est que vous pouvez établir facilement vous-même à l’avance votre itinéraire de randonnée et que vous savez combien précisément vous avez parcouru de kilomètres. C’est pratique pour les personnes qui n’ont pas le sens de l’orientation  : vous voyez où vous êtes. Pour que l’expérience soit la plus agréable possible pour vous, veillez à disposer d’un bon équipement. Cela commence par de bonnes chaussures, mais n’oubliez pas non plus d’emporter une bonne tente, un matelas confortable, du papier de toilette et de la vaisselle. Bivouaquer signifie en effet que vous préparez votre repas et pour ce faire vous avez besoin de plus de choses que vous ne le penseriez à première vue. Des casseroles au réchaud à gaz en passant par le filtre à eau  : faites des recherches à l’avance et emballez le tout soigneusement dans votre sac à dos. Enfin, ayez bien conscience que vous n’allez pas dans un camping. Beaucoup de bivouaqueurs recherchent un peu de calme bien mérité et veulent dès lors profiter de la nature. Respectez les gens et la faune autour de vous et ne faites pas trop de bruit. Emportez vos déchets quand vous partez et laissez le bivouac dans un état impeccable. Si vous n’êtes pas vraiment fan de la pleine nature et vous avez besoin d’un peu plus de divertissement, il vaut mieux dans ce cas louer un emplacement dans un camping traditionnel. ◀



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :