Métro Belgique n°4293 19 fév 2021
Métro Belgique n°4293 19 fév 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4293 de 19 fév 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : une montagne de neige !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
INFO SNCB sncb #MoveSafe sncb.be Le journal terminé, c’est aller simple dans la poubelle jaune On se bouge aussi pour la propreté.
metrotime.be VENDREDI 19/2/2021 FEELGOOD 11 Trois plantes communes pour une détox de printemps Toxines, calories et kilos se sont accumulés pendant l’hiver. Le printemps a lieu dans quelques semaines, et le changement de saison est le moment idéal pour une bonne petite cure détox et remettre ses émonctoires (foie, intestins, reins, poumons) à niveau. Mais pour cela, il n’est pas toujours indispensable de se fatiguer à élaborer des cocktails exotiques. De simples plantes communes feront déjà parfaitement l’affaire. LE BOULEAU C’est dans les premiers jours de redoux que la sève monte dans le bouleau. Riche en oligo-éléments, minéraux et vitamines, l’eau de bouleau, comme on l’appelle plus communément, recèle également en elle des phytohormones de croissance aux propriétés diurétiques qui permettent de filtrer foie et reins. C’est donc l’idéal pour ceux qui souhaitent éliminer toutes ces toxines accumulées pendant l’hiver. Grâce à ses propriétés drainantes, cette eau miracle favorise l’élimination des déchets organiques comme les acides urique et biliaire, et atténue les effets des rhumatismes. On y trouve en outre du magnésium et du lithium qui remontent le moral, du phosphore et du calcium pour les os, du potassium pour la circulation sanguine, du silicium pour les articulations, et de la vitamine C ainsi que du sélénium qui sont deux excellents antioxydants naturels. En plus, elle favorise l’éclat de la peau. Si la sève est appelée ‘eau de bouleau’, c’est parce qu’elle est fluide et incolore lors de sa récolte qui doit se faire avant l’apparition des jeunes feuilles. Elle n’est pratiquement pas calorique puisqu’elle elle est composée à 99% d’eau. Après la récolte, elle ne se conserve que quelques jours au frais et de la consommer avant qu’elle ne s’oxyde. L’eau de bouleau ne doit, par contre, par être confondue avec le ‘jus de bouleau’qui est une décoction des feuilles. QU’EST-CE QUE C’EST ? Du latin silva, signifiant forêt, la sylvothérapie nous vient du Japon. Également appelée « bains de forêt » (« shinrin-yoku ») , elle était, à l’origine, principalement destinée aux malades souffrant de problèmes pulmonaires afin de leur faire respirer un air sain en les faisant se promener dans les bois. Mais la pratique a évolué. La sylvothérapie permettrait aussi de sensiblement diminuer notre stress, de mieux dormir et de booster notre immunité. COMMENT ÇA MARCHE ? La pratique commence à devenir en vogue chez nous. S’il s’agit simplement de réduire le stress, un bain de forêt d’une demi-journée est déjà efficace. Des études ont en effet déjà montré qu’une balade en forêt faisait baisser le taux de cortisol, l’hormone du stress, dans le sang. Le bain de forêt permet de s’oxygéner, de s’imprégner de l’atmosphère et de s’éloigner de l’effervescence urbaine. Mais cette marche, prolongée sur un week-end, peut aussi booster notre système immunitaire et aider à lutter contre l’hypertension et la dépression. Si l’on prête attention aux sensations qui nous entourent, cette balade peut également s’apparenter à de la méditation. Dans cet esprit, vous pouvez toucher et enlacer un arbre pour éveiller tous vos sens. La sylvothérapie ne s’arrête pas aux simples bains de forêt. Il existe une approche plus surprenante  : la sylvothérapie énergétique. Elle part du principe que les arbres émettent des vibrations énergétiques bénéfiques pour notre corps et notre esprit. La pratique consiste à « syntoniser » avec l’arbre, c’est-à-dire se mettre à la même fréquence que lui. Il s’agit de choisir un arbre en bonne santé, grand et majestueux, de l’enlacer, de fermer les yeux et de respirer profondément. Il faut sentir sa force d’enracinement et toute la lumière qu’il emmagasine afin de se mettre à sa place LE PISSENLIT Qu’y a-t-il de plus commun qu’un pissenlit ? Egalement appelée dent-de-lion ou taraxacum officinale, cette plante est souvent considérée comme une mauvaise herbe. Et pourtant, ses propriétés dépuratives sont connues depuis longtemps. Certains l’appellent même le « grand nettoyeur de l’organisme ». C’est surtout le foie, les reins et la vésicule biliaire qui pourraient lui dire merci grâce à ses vertus hépatoprotectrices. Son action est ainsi dépurative et diurétique en éliminant les toxines, tout en favorisant une bonne digestion en améliorant la sécrétion de bile. Sa grande teneur en fer lui permet en outre de combattre l’anémie, tandis qu’elle est également gorgée de vitamines A, B, C et d’acide folique. LE RADIS NOIR On l’aura compris, une bonne détox post-hivernale commence par un nettoyage en profondeur du foie pour se débarrasser des toxines. Et en cela, le radis noir est l’allié indispensable. Malgré son aspect peu ragoûtant, ce légume originaire d’Asie est une fontaine à vitamines C et B9, à calcium et à potassium. Le Raphanus sativus niger stimule en effet la sécrétion de bile et facilite son évacuation vers l’intestin. Ce qui en fait un moteur d’élimination des déchets et des toxines, ainsi que de l’alcool. Et cela tombe bien puisque le radis noir est un légume qui se récolte en hiver. Sa teneur en antioxydants lui donne également des vertus réparatrices des cellules du foie, tandis que sa richesse en fibres favorise le transit intestinal. On le consomme ainsi cru en salade ou sous forme de graines germées, en sirop, mais aussi en jus associé à une eau de citron tiède. Cerise sur le gâteau, il nettoie en outre bronches via ses propriétés antibactériennes. Il doit par contre être évité en cas de calculs urinaires. Pierre Jacobs Le bouleau Ph. Unsplash Le Pissenlit Ph. Unsplash Le radis noir Ph. Pixabay La sylvothérapie, le retour à la nature La pratique est de plus en plus en vogue chez nous. La sylvothérapie permet de réduire le stress, de mieux dormir et de booster notre immunité. Alors, partant pour un bain de forêt ce week-end ? Ph. Rosemarie Gearhart Istock.com pour trouver la paix intérieure. On lâche prise et des émotions peuvent ressurgir. Chacun réagit différemment. OÙ LA PRATIQUER ? Si le temps vous manque, vous pouvez bien sûr pratiquer la sylvothérapie dans votre jardin ou dans un parc. Mais l’idéal est vraiment d’aller en forêt, et en particulier loin de toute présence humaine. Les heures les plus propices à la déconnexion sont entre 6h et 10h du matin et entre 16h à 19h. Et surtout, laissez votre smartphone à la maison ! N’hésitez pas à emmener vos enfants pour les déconnecter des écrans. Pour encore plus de communion avec la nature, vous pouvez aussi vous balader à pieds nus ! (mb)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :