Métro Belgique n°4288 2 fév 2021
Métro Belgique n°4288 2 fév 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4288 de 2 fév 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 3 Mo

  • Dans ce numéro : le Vatican rouvre ses musées.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 CULTURE MARDI 2/2/2021 metrotime.be Le jeu du moment  : Hitman 3 GAMES Ph. IO Interactive Première grosse sortie de l’année, Hitman 3 est disponible depuis ce 20 janvier sur la plupart des plateformes dont les nouvelles PS5 et Xbox SeriesX. Nous l’avons testé. Une Bêta fermée pour Roller Champions Annoncé lors de l’E3 2019, Roller Champions s’était depuis lors fait plutôt discret. Néanmoins, Ubisoft vient de rappeler que les joueurs pourront bel et bien compter sur cette nouvelle licence en 2021. Pour rappel, Roller Champions est un jeu multijoueur free-to-play dans lequel deux équipes de trois joueurs s’affrontent dans des arènes. L’objectif est de récupérer le ballon, de le passer à ses coéquipiers, d’esquiver et de tacler les adversaires pour marquer des buts dans le cerceau lumineux situé au-dessus de la piste. Le jeu sortira en 2021 mais les joueurs européens peuvent d’ores et déjà s’inscrire pour avoir une chance de jouer à la Bêta fermée qui aura lieu du 17 février à 18h jusqu’au 1er mars à 22h. Que vous jouez sur PlayStation, Xbox ou PC, rendez-vous sur www.rollerchampions.com pour vous inscrire. ◀ Quel parcours ! Vingt ans après la sortie du premier épisode, Hitman est devenu un personnage emblématique du jeu vidéo. Avec son crâne rasé, son code-barres tatoué derrière la tête, son costard noir, sa chemise blanche et sa cravate rouge, il ne fait aucun doute que, niveau look, l’agent 47 est reconnaissable entre tous. Un comble pour un tueur à gages ! En 2016, Square Enix décida de donner un nouveau souffle à la licence. Toujours développé par les équipes de IO Interactive, Hitman 3 vient clôturer cette trilogie et signera peut-être le dernier voyage de l’agent 47. Hitman 3 ne fait pas vraiment dans l’originalité. Square Enix et IO Interactive ont décidé de ne pas changer la formule gagnante des deux précédents épisodes. Le tueur à gages est envoyé dans six nouvelles destinations qui se présentent toutes comme un énorme terrain de jeu pour un assassin, rempli de possibilités. Le principe est simple  : vous avez une liste d’une ou de plusieurs cibles à abattre pour terminer la mission. Pour le reste, vous avez la plus grande liberté pour atteindre votre objectif. En explorant les lieux, vous découvrez des indices, vous décelez des opportunités et vous entendez des conversations entre des personnages. Il faut compter environ 1h pour terminer une première fois une mission. Mais en faisant cela, vous ne découvrez qu’environ 10 à 15% des intrigues et des choses à faire dans cette destination. Comme les épisodes Ph. Ubisoft précédents, Hitman 3 mise donc sur la rejouabilité. Elle est énorme et ça marche parfaitement. Après avoir terminé une mission, cela reste un véritable plaisir de la recommencer en adaptant d’autres stratégies. Sorti deux mois après le lancement des Xbox Series X et PS5, Hitman 3 est bien sûr disponible sur ces deux plateformes. Nous y avons joué sur Xbox SeriesX. Le jeu est joli et détaillé mais sans vraiment offrir une claque new-gen. C’est surtout le SSD qui est appréciable en réduisant quasiment à néant les temps de chargement. Dans la lignée des deux épisodes précédents, Hitman 3 est un jeu d’une grande richesse où la liberté est reine. Il perfectionne un peu plus un modèle qui a déjà fait ses preuves et ce troisième opus vient clôturer en beauté la trilogie entamée 2016. ◀ L’AGENDA DES SORTIES 2 février Destruction AllStars (PS5) 4 février Werewolf  : The Apocalypse (PS4, XB1, PC) 11 février Little Nightmares 2 (PS4, XB1, Switch, PC) 26 février Bravely Default II (Switch) Super Mario est de retour sur Switch Ph. Nintendo Ce 12 février, la Nintendo Switch accueillera son premier gros jeu de l’année  : « Super Mario 3D World + Bowser’s Fury ». Annoncé dans le cadre du 35 e anniversaire de Super Mario, « Super Mario 3D World + Bowser’s Fury » sera disponible dans quelques jours sur Nintendo Switch. Nous avons déjà eu l’occasion d’y jouer quelques heures. Alors que nous nous attendions à un portage plutôt fainéant de la version sortie en 2013 sur Wii U, Nintendo a réservé quelques surprises. « Bowser’s Lancé début décembre, la cinquième saison du Chapitre 2 de Fortnite a apporté son lot de nouveautés. Mais Epic Games ne compte bien sûr pas s’arrêter là pour surprendre et conserver les joueurs sur ses serveurs. Rien n’a encore été confirmé mais des rumeurs de plus en plus persistantes laissent penser que le jeu pourrait bientôt intégrer des accessoires sur les véhicules du jeu. Selon Hypex, spécialisé dans les leaks Fortnite et suivi par 1,4 million de personnes sur You- Tube et sur Twitter, les Fury » est en réalité un véritable jeu à part entière qui vient s’ajouter, de manière totalement indépendante, au portage, classique mais de qualité de « Super Mario 3D World ». Ce nouveau jeu n’est pas sans rappeler « Super Mario Sunshine ». Notre plombier moustachu devra nettoyer la pollution venue souillée un archipel paradisiaque. Ici, ce n’est plus des soleils à récupérer pour progresser mais des « astres félins ». Pour l’instant, c’est une excellente surprise dont on vous reparlera plus longuement d’ici le 12 février. Bientôt des grosses nouveautés dans Fortnite ? Ph. Fortnite joueurs pourraient notamment monter des armes sur les voitures. Affaire à suivre ! ◀ ◀
COMMENCEZ VOTRE NOUVELLE SEMAINE DE TRAVAIL AVEC AMBITION METROTIME.BE/START Ph. Unsplash Selon Acerta, la pandémie de coronavirus a paralysé le marché de l’emploi ces dernier mois avec peu d’engagements et de départs. Les recrutements seront timides cette année. Malgré tout, une entreprise sur quatre prévoit d’employer davantage de personnel START en 2021 qu’elle ne le faisait l’an dernier. « Cette croissance, certes faible dans des circonstances normales, est une belle surprise en période de coronavirus. 13% des employeurs s’attendent également à avoir surtout besoin de profils différents », souligne Acerta. FORMER POUR CONTRER LA PÉNURIE Les entreprises qui vont (devoir) engager de nouveaux travailleurs vont cependant se heurter à une pénurie sur le marché de l’emploi. En 2020, six employeurs sur dix disaient ne pas trouver les profils qui correspondent à leurs postes vacants. Ils sont 55% à s’attendre à faire face à cette pénurie également cette année. « Si les entreprises ne parviennent pas à trouver les profils qu’elles recherchent en raison de la pénurie sur le marché de l’emploi, elles se tourneront vers leur propre personnel qui devra acquérir des compétences nouvelles et différentes », explique Benoît Caufriez, directeur d’Acerta Consult. « Le défi des entreprises en 2021 sera d’offrir à leurs propres collaborateurs un parcours d’apprentissage tout au long de leur carrière ». VERS PLUS DE MOBILITÉ SUR LE MARCHÉ DE L’EMPLOI Investir dans les talents des collaborateurs est une évidence pour presque tous les employeurs (93%). Six employeurs sur dix estiment que leur personnel a également compris qu’il CETTE SEMAINE DANS METRO START LE GUIDE CARRIÈRE DE METRO Former ses collaborateurs pour faire face à la pénurie Les trois quarts des entreprises belges ne pourront plus engager de nouveaux travailleurs en 2021. Celles qui souhaitent néanmoins le faire craignent de se heurter à une pénurie sur le marché de l’emploi. Plus de la moitié des entreprises (55%) considèrent cette pénurie comme un véritable obstacle, indiquait le spécialiste RH Acerta dans une enquête. 2 Le nombre de CDI en chute libre, les jeunes particulièrement touchés Une nouvelle convention pour encadrer le télétravail 3 Un nouvel emploi dans le transport public ? ▶ Cefora Des formations étonnantes qui offrent de nouvelles opportunités devra se recycler. Néanmoins, Acerta observe que les employeurs « tiennent encore trop à garder un pouvoir de décision sur les formations ». « Seul un quart des employeurs est favorable à l’idée que leurs travailleurs suivent une formation qui n’est pas liée à leur propre fonction ou entreprise à ses frais. C’est pourtant nécessaire pour créer du mouvement sur le marché de l’emploi, ce qui profiterait à tous les employeurs », souligne Benoît Caufriez. « Parce que l’avenir est là  : des travailleurs aux multiples compétences qu’ils emportent avec eux là où elles constituent une plus-value. À long terme, nous devrons nous orienter vers une mobilité saine sur le marché de l’emploi. » ◀



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :