Métro Belgique n°4280 5 jan 2021
Métro Belgique n°4280 5 jan 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4280 de 5 jan 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 3,7 Mo

  • Dans ce numéro : Tel Aviv dans les nuages.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 CULTURE MARDI 5/1/2021 metrotime.be L’ACTEUR CLAES BANG À PROPOS DE L’ART, DE MICK JAGGER ET DE ‘THE BURNT ORANGE HERESY’« L’art véritable vous ouvre les yeux » En 2016, Claes Bang était encore un acteur danois inconnu, qui faisait du théâtre et de la télévision. Grâce à son rôle principal dans la Palme d’or ‘The Square’, il a pu entre-temps déposer un European Film Award sur sa cheminée, décrocher le premier rôle de la série ‘Dracula’de la BBC et jouer aux côtés de Donald Sutherland et Mick Jagger dans le thriller ‘The Burnt Orange Heresy’. Il était temps de le rencontrer. ‘The Square’et ‘The Burnt Orange Heresy’se passent tous les deux dans le milieu de l’art. Voyez-vous des parallèles ? Claes Bang  : « Ce n’est qu’en me préparant vraiment à ce film que j’ai vu à quel point mes personnages sont proches. C’est comme si le Christian de ‘The Square’avait mal tourné. Comme s’il avait reçu quelque part un job important, avait détourné des fonds, s’était fait prendre et voyageait maintenant pour donner ici et là des conférences sur l’art. La grande différence toutefois, c’est que James, l’homme que je joue dans ‘The Burnt Orange Heresy’, est nettement plus froid et cruel. Son énorme ambition détruit tout. » REVIEW THE BURNT ORANGE HERESY (Proximus Pickx, Sooner, MyLum.TV, VOO) Le critique d’art James Figueras (Claes Bang) ne l’espérait plus quand il se voit soudain offrir la chance de sa vie. Un collectionneur lui propose d’interviewer un peintre célèbre qui vit reclus depuis un demi-siècle. Mais il y a anguille sous roche  : en contrepartie, James devra convaincre l’artiste de vendre une œuvre, et cela ne s’avère pas aussi simple. ‘The Burnt Orange Heresy’parle dès la première scène de tromperie, de doubles-fonds et d’intentions secrètes. Autour de cela, le réalisateur Giuseppe Capotondi commence par tisser un drame romantique léger, mais après un temps, les nuages noirs s’accumulent et le ton change complètement. Ainsi se déploie un thriller retors, amer et surprenant, avec des personnages qui découvrent une facette d’eux-mêmes, qu’ils ont eux-mêmes en horreur. (rn) Ph. Jose Haro ●●●●○ Les deux films s’en prennent très durement au monde de l’art, qui semble très cynique et faux. Est-il vraiment ainsi, à votre avis ? « Je n’irais pas jusque là. Le monde de l’art a aussi beaucoup de belles choses à offrir. J’aime bien me rendre à la Biennale de Venise, par exemple. J’ai énormément de plaisir à découvrir dans chaque pavillon un art totalement différent. Tantôt je le trouve fantastique, tantôt ce n’est pas mon truc. L’art véritable vous ouvre les yeux et vous donne une nouvelle perspective sur le monde. Mais dans ce film, c’est tout de même le cynisme qui domine. Le message est ‘Ne vous fiez pas toujours au hype. Faites-vous votre propre opinion’. Cela me fait penser à ce conte de mon compatriote Hans Christian Andersen, ‘Les habits neufs de l’empereur’. Personne n’ose dire que l’empereur ne porte pas d’habits du tout. » PIECES OF A WOMAN (Netflix) Au dernier Festival de Venise -un des rares à avoir eu lieu en vrai cette année, ‘Pieces of a Woman’a gagné le prix d’interprétation féminine. Un avant-goût d’Oscars ? En tout cas, on comprend pourquoi  : Vanessa Kirby (‘The Crown’, ‘Mission  : Impossible’) est déchirante dans ce portrait d’une femme « en morceaux » suite à un accouchement à domicile qui a mal tourné. Comment ce drame va affecter sa relation avec son copain, son job ou sa famille ? De septembre à mars, on suit six moments de sa vie. Dans ce premier opus outre-Atlantique du hongrois Kornél Mundruczó (‘White God’, ‘La Lune de Jupiter’), les prestations sont fortes, mais la narration aurait gagné à être épurée. La multiplication des enjeux, et une mise en scène (trop ?) maniérée, alourdissent parfois ce drame bourgeois soigné. (em) Ph. Netflix ●●●○○ Ph. Jose Haro Comment était-ce de tourner avec Mick Jagger ? « Formidable. C’est un homme très gentil et très facile. Un Anglais très simple en fait. Très modeste aussi. Pour ‘The Square’, il y avait beaucoup d’acteurs non-professionnels, et Mick s’est comporté exactement de la même manière. Il a dit carrément que la comédie n’était pas son biotope et que toute aide serait la bienvenue. Cela a donné un bel esprit collectif sur le plateau. Je dois avouer que j’étais nerveux au départ, surtout quand j’ai appris que Mick Jagger et Donald Sutherland seraient mes partenaires de jeu. Je me suis demandé combien d’icônes ils pouvaient mettre dans un seul film. Mais Mick et Donald m’ont très vite mis à l’aise. » ‘The Square’a complètement changé votre carrière. Comment vivez-vous cela ? « Tout d’un coup, j’ai reçu plein de SYLVIE’S LOVE (POUR L’AMOUR DE SYLVIE) (Amazon Prime) Parfois, la bonne personne arrive au mauvais moment. À l’été 1957, Sylvie rencontre Robert, un saxophoniste embauché dans le magasin de vinyles de son père. Le coup de foudre est quasi immédiat, et ils vivent une romance passionnée. Le hic ? Elle est fiancée, et lui part bientôt avec son groupe de jazz en tournée… Mais au fil des années, leurs chemins n’auront de cesse de se croiser… Avec ses clubs enfumés et sa B.O. très (très) riche en mélodies jazzy, ce chassé-croisé amoureux nous plonge dans le New York des sixties. Portée par une Tessa Thompson (‘Thor’) lumineuse, voici une romance délicieusement rétro, avec ses décors et costumes soignés, mais aussi infusée de modernité à travers ses héroïnes (parmi lesquelles on croise Eva Longoria). Parfait pour démarrer l’année en douceur. (em) Ph. Amaeon Prime ●●●●○ propositions dont je n’avais jamais osé rêver avant. À ce moment-là, j’ai décidé d’en profiter au maximum. Un bon scénario se reconnaît tout de suite, et je saisis tout simplement toutes les occasions qui se présentent. Cinéma, télévision, théâtre, peu importe. Si je trouve que c’est bon et que cela cadre dans mon emploi du temps, alors je fonce. Le résultat, c’est que depuis’The Square’, je n’ai pas arrêté une seconde, mais cela en vaut la peine. Je veux que la machine ne s’arrête pas. Qui sait, je n’aurai peutêtre plus ces possibilités demain. » Ruben Nollet @rubennollet THE LAST SHIFT (Proximus Pickx) Stanley travaille depuis 38 ans pour un fast-food perdu au milieu des USA. Un job ingrat, mais qu’il affectionne beaucoup, et qu’il va devoir enseigner en quelques jours à son jeune remplaçant. Celui-ci sort tout juste de prison, et n’a clairement pas l’intention d’en faire plus que le strict minimum… ‘The Last Shift’commence comme mille autres films sur l’amitié paternaliste entre un vieil homme blanc et un jeune Afro-Américain. Mais à l’opposé de ‘Green Book’et consorts, ce drame est bien ancré dans les années Trump, et zappe tout effet feelgood pour mieux montrer l’incapacité du vieillard blanc à se remettre en question. Un constat fataliste mais bienvenu sur les effets clivants de la précarité sociale, qui méritait des dialogues moins banals et une mise en scène plus inspirée. (si) Ph. Sony ●●○○○
COMMENCEZ VOTRE NOUVELLE SEMAINE DE TRAVAIL AVEC AMBITION METROTIME.BE/START Ph. PeopleImages istockphoto.com START mmulfflIMOI Débutez l’année 2021 dans les meilleures conditions de travail Une nouvelle année est synonyme de nouveau départ et de bonnes résolutions. Plus que jamais, 2021 n’échappe pas à la règle. Pour bien commencer l’année, voici quelques astuces pour améliorer votre quotidien au bureau. DES PLANTES POUR BOOSTER VOTRE PRODUCTIVITÉ Et si en 2021 vous mettiez des plantes sur votre bureau ? D’après des recherches scientifiques, nous sommes plus heureux, mais aussi plus efficaces en positionnant simplement quelques plantes vertes près de son poste de travail. Notre productivité au travail serait augmentée de 15%. Les plantes ont des bienfaits différents. Ainsi, le jasmin peut vous aider à réduire votre anxiété. D’après des recherches scientifiques publiées dans le Journal of Biological Chemistry, le parfum diffusé par le jasmin agirait sur les cellules nerveuses et favoriserait le repos. Ce serait même plus efficace que d’avaler des médicaments contre l’anxiété. Pour réduire votre stress, d’autres choix s’offrent à vous  : de la lavande, un pot de basilic ou de menthe, ou même un palmier Areca pour ceux qui ont l’espace suffisant dans leur bureau. Pourquoi ne pas adopter un plant d’aloe vera ? Cette espèce originaire de contrées tropicales est considérée comme une plante dépolluante. Elle absorberait 90% des formaldéhydes présents dans l’air. Enfin, très facile à soigner, la sansevière - que l’on appelle plus communément langue de belle-mère - serait un formidable allié pour purifier l’air de votre bureau. De façon générale, les plantes grasses sont des partenaires de choix pour éliminer les toxines de l’air. Si on n’est pas fan de leur esthétique, on peut préférer une fougère qui saura éliminer les moisissures de l’air. UNE CHAISE ERGONOMIQUE POUR TRAVAILLER EFFICACEMENT Que ce soit en télétravail ou au bureau, il est indispensable d’être bien installé et de travailler sur une chaise bien adaptée. Leur prix ne les rend pas accessible à tout le monde mais il existe une nouvelle génération de chaises ergonomiques. Vous faites partie de ces salariés qui luttent contre l’envie de s’assoir les jambes croisées sur la chaise de votre bureau ? Désormais, vous pouvez tenir vos réunions dans votre position préférée, et ce sans avoir mal au dos grâce à une chaise, baptisée Soul Seat, d’un nouveau genre conçue par l’atelier américain Ikaria Design Company. Une plus petite assise au centre permet de positionner le bassin légèrement sur l’avant, d’installer les hanches confortablement et d’aligner la colonne vertébrale sans craindre de maux de dos à la fin de la journée. D’après la marque, s’assoir en tailleur pour travailler améliorerait la digestion et aiderait à se tenir dans une meilleure position pour le dos. Car, non, il n’y pas de dossier. Vous voilà prévenus si vous comptiez vous affaler. Vous avez la bougeotte quand vous travaillez ? Il vous faut un fauteuil de bureau avec un dossier intelligent qui suit tous vos mouvements. C’est le cas de TNK Flex. Imaginé par Marcelo Alegre pour la marque espagnole Actiu et vainqueur du German Design Award en 2018, cette chaise est entièrement personnalisable depuis la position du repose-tête jusqu’à l’inclinaison. Et surtout, si le dossier épouse les formes du dos pour accompagner le moindre geste, l’assise est elle aussi ergonomique et prolonge le mouvement du bassin lorsque l’on s’avance ou lorsque l’on bouge de droite à gauche grâce à un système de coussin d’air. Pour le prix, comptez environ 800 € pour ces deux modèles. CETTE SEMAINE DANS METRO START LE GUIDE CARRIÈRE DE METRO 2 ▶ Adaptez votre style à votre recruteur ▶ Employés avec handicap mieux accompagnés TENEZ UN JOURNAL DE GRATITUDE ! Dans certains contextes, l’ambiance au travail peut s’avérer toxique  : commérages, impolitesses, attitudes discriminatoires, etc. Des relations tendues encore plus susceptibles de se produire par les temps qui courent, entre les risques sanitaires et l’incertitude économique. Pour apaiser ces tensions, des chercheuses américaines ont exploré une méthode qui a porté ses fruits  : inviter les salariés à se focaliser sur la psychologie positive en tenant un « journal de gratitude ». Après des mois de télétravail, reprendre le chemin du bureau et à nouveau s’acclimater au « travailler ensemble » pourrait s’avérer difficile. Pour limiter les accrochages entre collègues ou les attitudes un brin mesquines consistant à colporter des bruits de couloir au bureau, des chercheuses américaines de l’Université de Floride centrale ont testé la technique du « journal de gratitude ». Méthode axée autour du développement personnel, un journal de gratitude (également appelé journal de reconnaissance) consiste à coucher sur papier à un moment précis de la journée, par exemple le soir avant d’aller se coucher, les petites choses du quotidien qui nous ont apporté du réconfort. Un compliment ou une petite attention de la part d’un proche (ou même d’un inconnu), une bonne nouvelle, un événement qui nous a procuré du plaisir... peu importe l’ampleur de l’émotion, pourvu qu’elle ait égayé notre journée. Selon les autrices de cette étude parue dans le Journal of Applied Psychology, cette sorte de journal intime basé sur la psychologie positive « peut changer votre façon de voir les choses, votre approche du travail et la façon dont vos collègues vous perçoivent ». ◀



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :