Métro Belgique n°4278 22 déc 2020
Métro Belgique n°4278 22 déc 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4278 de 22 déc 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : un Père Noël cascadeur.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 CULTURE MARDI 22/12/2020 metrotime.be ‘THE MIDNIGHT SKY’  : GEORGE CLOONEY TENTE DE SAUVER L’HUMANITÉ « C’est le film le plus difficile que j’ai jamais fait » Tous les trois ans, George Clooney ressent une forte envie de s’installer derrière la caméra. Et cela donne des films très différents. Après des comédies telles ‘Confessions of a Dangerous Mind’, des drames tels ‘Good Night and Good Luck’et des thrillers tels ‘The Ides of March’, il s’attaque avec le film pour Netflix ‘The Midnight Sky’, à la sciencefiction. Il y joue lui-même un scientifique esseulé qui veut avertir des astronautes revenant sur Terre que la fin du monde a commencé. ‘The Midnight Sky’parle de la fin du monde, mais vous n’expliquez jamais ce qui se passe exactement. Pourquoi ? George Clooney  : « Parce que votre imagination est, par définition, beaucoup plus puissante que ce que je pourrais montrer. Vous pouvez décider vous-même de ce qui a été finalement la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Le climat a-t-il fait un trou dans la couche d’ozone ? Une guerre nucléaire a-t-elle éclaté ? Mais cela ne change rien. Nous savons tous que la fin du monde n’est pas totalement inimaginable en soi. Dans 30 ans, époque où se passe l’histoire, on peut vraiment en REVIEWS THE MIDNIGHT SKY (Netflix) En 2049, un seul humain vit sur la Terre, dévastée par un événement apocalyptique  : Augustine Lofthouse, un scientifique. Au même moment où une équipe d’astronautes revenant d’une mission tente de le contacter, Augustine découvre qu’il n’est pas aussi seul qu’il le croyait… Pour son septième opus derrière la caméra (‘Les Marches du pouvoir’, ‘Suburbicon’), George Clooney, barbu et isolé, nous emmène dans un voyage cosmique. Hautement cinématographique (ses scènes dans l’espace seront plus impressionnantes sur grand écran) et questionnant notre capacité à communiquer, ce récit mélancolique sur des humains isolés résonne particulièrement en temps de pandémie. N’attendez pas de grosse baston  : on est davantage dans la méditation spatiale que dans le film d’action. (em) ●●●○○ A Él Ph. Netflix être arrivé là. La question est alors  : estce que ça vaut la peine de se battre pour l’humanité ? Et la réponse du film est ‘Oui’. Cela me donne de l’espoir. » Vous avez déjà bien entamé la réalisation du film quand votre actrice principale, Felicity Jones, vous a annoncé tout d’un coup qu’elle était enceinte. Vous avez décidé finalement que son personnage aurait aussi le ventre rond. Une décision facile à prendre ? « Je peux vous dire en tous les cas que cela a été une grande surprise quand I’M YOUR WOMAN (Amazon Prime) Dans le lot des créations originales Amazon, on trouve cette jolie surprise, qui revisite le film de gangsters des 70’s avec un angle original  : celui de l’épouse délaissée. Quand Eddie, son criminel de mari, disparaît en lui laissant un bébé inconnu à garder, Jean (Rachel Brosnahan de ‘House of Cards’et ‘Mrs Maisel’) passe de ménagère de banlieue esseulée à mère célibataire en cavale. Livrée à ellemême (ou presque), elle se découvre un sens de la débrouille insoupçonné… Bon, ça a un peu de mal à démarrer, mais une fois que Jean est sur la route, ‘I’m Your Woman’prend de l’ampleur. Enveloppé dans une esthétique rétro, ce filmentre thriller et voyage émancipateur aborde au passage subtilement des questions sociales (racisme, maternité). Entre le biberon et le flingue, pas besoin de trancher. (em) ●●●○○ MOVIES Felicity nous a annoncé la nouvelle. Mais en y réfléchissant un peu, j’ai réalisé que c’était un cadeau du ciel pour le film. L’histoire parle, en fin de compte, de l’avenir de l’humanité, et son ventre rond vous le rappelle sans arrêt. En fait, j’aurais dû avoir cette idée beaucoup plus tôt. Merci, Felicity ! (rires) » Avec tant d’action et tous ces effets spéciaux, ‘The Midnight Sky’a dû être un fameux défi. J’imagine que vous en avez vu de toutes les couleurs, tant pour les scènes sur Terre que dans l’espace… « C’est certainement le film le plus SOUL(Disney+) Il y a mille et une façons de donner du sens à sa vie ! Pour Joe (Jamie Foxx), ça a toujours été le jazz. Et après des années de galère, un club lui donne enfin sa chance. Manquerait plus qu’un accident fatal ne l’empêche d’accomplir son rêve… Tombé dans une bouche d’égout new-yorkaise, Joe atterrit dans une dimension où nos âmes sont personnifiées. Et pour revenir sur Terre, il lui faudra trouver son ‘étincelle’avec l’aide de Twenty-Two (Tina Fey), une petite âme en herbe, déjà blasée à l’idée de prendre corps. Droit dans la lignée de ‘Vice- Versa’et sa mise en images de nos émotions, le nouvel opus de Pixar parvient à matérialiser des enjeux philosophiques abstraits dans une aventure compréhensible et colorée. Avec un poil de charme en moins, mais quelques notes d’élégance en plus. (si) ●●●●○ Ph. Netflix Ph. Amazon Studios Ph. Disney Ph. D.R. difficile que j’ai jamais fait, en tant qu’acteur et en tant que réalisateur. Je n’étais pas certain de pouvoir y arriver, pour être honnête. Heureusement, beaucoup de gens m’ont aidé, d’abord et surtout mon grand ami et coproducteur Grant Heslov. Nous nous connaissons depuis 40 ans. Nous étions dans la même classe d’art dramatique. En 1982, il m’a prêté 100 $ pour que je puisse faire faire mes premiers portraits. D’ailleurs, ces photos, je les utilise toujours. Elles sont superbes ! (rires) » Comment vivez-vous cette pandémie de Covid ? « Comme tout le monde, je m’occupe de la lessive et du ménage. Je fais la vaisselle. Je change des langes. Pas les miens, j’ai des jumeaux en bas âge (rires) ! De manière générale, j’ai constaté que je parviens encore à me débrouiller. À l’époque où je vivais seul dans un appartement, je devais parfois réparer des trucs, et j’arrive toujours à le faire. Je peux installer une nouvelle lampe. Je peux démonter l’évier et le remonter. Je suis très heureux de ne pas avoir oublié comment faire ces choses. » Ruben Nollet @rubennollet THE WEDDING GUEST (Proximus Pickx) Que veut cet homme ? La question nous hante dans toute la première partie de ‘The Wedding Guest’. Nous voyons le personnage principal s’envoler de Londres pour le Pakistan avec quatre passeports en poche, louer une voiture à deux reprises sous des noms différents, acheter deux armes à feu et rouler jusqu’à un petit village isolé pour assister à un mariage. Ce qu’il fait là-bas, est une surprise totale. ‘The Wedding Guest’n’est pas le premier voyage du polyvalent cinéaste britannique Michael Winterbottom au Moyen-Orient (pensez à ‘The Road to Guantanamo’). Winterbottom a un flair incroyable pour les lieux et atmosphères, et ces atouts renforcent aussi le thriller-film noir sinueux qu’il déploie ici. Dans le rôle principal, Dev Patel montre une fois encore son immense talent. (rn) ●●●●○
INFO SNCB sncb tout ce que nous voulons pour noël, c’est vous ! Postulez maintenant via sncb.be/jobs



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :