Métro Belgique n°4271 10 déc 2020
Métro Belgique n°4271 10 déc 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4271 de 10 déc 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : les enfants pas directement responsables du covid.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
INFO SNCB sncb #MoveSafe Ensemble, pour voyager en toute sécurité. sncb.be Voyagez avec un titre de transport valable r Gardez vos distances dans les gares et sur les quais Achetez votre ticket en ligne via notre appou sur sncb.be Masque obligatoire dans les gares, sur les quais et dans les trains... sncb Dès le 13 décembre Nouveau plan de transport SNCB Davantage de trains en semaine et le week-end ; De nouvelles relations ; Ouverture d’une nouvelle gare à Anderlecht ; Adaptation des horaires de certains trains. Découvrez ce qui change pour vous via l’appSNCB ou sncb.be
LE BLOCUS EN PÉRIODE DE CORONAVIRUS Déjà qu’étudier n’est pas évident, mais quand en plus la crise du coronavirus vous met la tête à l’envers. Sous la devise « Au royaume des aveugles… », vous trouverez ci-dessous les conseils d’experts de quelques bloqueurs avertis. 1. BLOCUS NUMÉRIQUE À PLUSIEURS En raison de la distanciation sociale, les places dans les bibliothèques sont limitées. Si vous n’êtes pas le type d’étudiant qui va faire la file pendant une heure à 7 h du matin pour avoir sa place, Justine (22 ans) a un hack de vie pratique pour vous  : « De temps en temps, je fais un Skype avec une copine pendant la bloque. Ce qui permet de ressentir un peu la pression sociale que vous auriez eue à la bib ». Sans autres étudiants en train de bloquer autour de vous, vous pourriez bien avoir tendance à multiplier les ragots, ce qui pourrait déboucher sur un bavardage de plusieurs heures. Justine y a aussi trouvé la parade  : « Nous nous mettons en mode mute  : la présence visuelle suffit ». 2. SILENCE DANS LA PIÈCE OU MUSIQUE DANS LES OREILLES ? Un étudiant ne peut absolument pas travailler en musique, l’autre se languit sans son casque sur les oreilles. Si vous faites partie du dernier groupe, la question est de savoir quel type de musique vaut-il mieux écouter. Rani (22 ans) opte pleinement pour le classique, Audrey (20 ans) préfère des contrées plus chaudes  : « Moi, il me faut des sons de la nature, comme les vagues. Et là, je me retrouve sur un transat à Bali », rêve-t-elle. Avec un cours ou un cocktail ? Nous ne tenterons pas de le savoir. La musique et les sons n’aident pas seulement à se concentrer, ils peuvent aussi filtrer les bruits de fond gênants. « Pour ne pas entendre les appels de mon père, je préfère les bouchons d’oreilles », soupire Jolien (19 ans). 3. COMMENCEZ LA JOURNÉE AVEC UN… RÉVEIL En plus de la pression sociale, étudier ensemble permet aussi d’établir ensemble une routine quotidienne. Tant Justine que Jarne (23 ans) veulent quand même essayer de maintenir cette routine. « Deux heures à bien bosser, puis une pause, c’est faisable », espère ce dernier. Pour s’y tenir, Annelies (21 ans) a un petit truc pratique. « Je règle sur mon iPhone le mode avion. Je ne reçois alors plus aucune notification à partir de 23 h et mon réveil sonne à 8h. Cela me permet d’avoir un rythme normal. » Un rythme, c’est sûr, mais « normal », beaucoup d’étudiants ne le qualifieraient pas ainsi. Cela peut paraître le plan idéal, mais cela ne marche pas avec tout le monde. Wolf (23 ans) a une autre méthode  : « Je postpose jusqu’au tout dernier jour, puis je bosse toute la nuit. Beaucoup de stress et d’inconfort physique garantis ! » feelgood Des conseils pour gérer au mieux son blocus De nombreux étudiants vont bientôt entrer dans la période la plus dure et la plus horrible de l’année  : le blocus ! Et comme si ce n’était pas encore assez pénible, ils doivent aussi faire avec ce foutu confinement. Place à la solidarité pendant cette crise  : quelques étudiants partagent leurs trucs et astuces pour supporter la période de bloque. Ph. Unsplash 4. FAITES-VOUS PLAISIR Heureusement qu’à la fin d’une journée aussi stricte vous pouvez vous gâter. Comment ? Selon Jarne, avec une petite bière le soir, mais d’autres n’attendent pas la fin de la journée pour penser à eux. « Après dix pages étudiées, je fume un petit joint  : c’est de la bonne motivation », assure un anonyme (23 ans) avec les yeux qui brillent. Celui qui préfère être un peu plus éveillé pendant la pause utilise ses mains, d’après un autre anonyme (23 ans), mais pour autre chose. « Se masturber est la base d’une bonne pause ! », révèle-t-il. 5. PLAN DE SORTIE Vous en avez marre et vous voulez fermer vos bouquins ? Le tip ultime de Nena (23 ans)  : « Vous désinscrire de tous vos cours et passer délicieusement en mode chill » ! On ne vous garantit pas une réaction positive de votre entourage, mais on ne peut pas plaire à tout le monde. Une remarque bien sentie de votre famille peut aussi se transformer en coup de pouce. « Quand mon père a lâché du tac au tac que les usines sont toujours à la recherche de main-d’œuvre, j’ai fait profil bas », raconte Wout (22 ans). « Après ma crise de panique, j’ai séché mes larmes et je me suis remis à étudier. » 6. YOU DO YOU « Franchement, il ne faut parfois pas trop réfléchir ni chercher une motivation, mais tout simplement agir », conclut la sage Audrey. Blague à part  : bonne m… à tous les bloqueurs. Faites ce qui marche pour vous et soutenez-vous régulièrement les uns les autres. ◀



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :