Métro Belgique n°4263 24 nov 2020
Métro Belgique n°4263 24 nov 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4263 de 24 nov 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 3,4 Mo

  • Dans ce numéro : covid, des malades de longue durée.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 NEWS MARDI 24/11/2020 metrotime.be la Un vaccin bientôt validé dans l’UE DPA/H. Schmidt AMSTERDAM L’Agence européenne des médicaments (EMA) pourrait approuver les premiers vaccins contre le Covid-19 d’ici la fin de l’année ou début 2021. Basé à Amsterdam, cet organisme a pour mission d’autoriser et contrôler les médicaments dans l’Union Européenne. Le feu vert final, donné par la Commission européenne, permet à des laboratoires de commercialiser leur médicament dans toute l’UE. La déclaration de l’EMA intervient après que la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a affirmé la semaine dernière que l’Agence pourrait approuver les vaccins testés par Pfizer-BioNTech et Moderna dans « la deuxième moitié de décembre ». L’EMA a mis sur pied une procédure accélérée, qui lui permet d’examiner les données des vaccins avant même qu’une demande formelle d’autorisation soit déposée par le fabricant. ◀ Le classement des vaccins potentiels BRUXELLES Face à la Covid-19, 48 candidats vaccins sont actuellement en essais cliniques sur l’homme. Onze sont entrés dans la phase 3, la dernière avant l’homologation des autorités, selon l’Organisation mondiale de la santé. Le point sur ces candidats susceptibles d’arriver sur le marché les premiers. « L’ARN MESSAGER »  : Les vaccins utilisant cette technique semblent les plus avancés. Il s’agit d’une innovation  : la technique consiste à injecter dans nos cellules des brins d’instructions génétiques appelées ARN messager, pour leur faire fabriquer des protéines ou « antigènes » spécifiques du coronavirus. Ces protéines vont être livrées au système immunitaire, qui va alors produire des anticorps. Le géant américain Pfizer et son partenaire allemand BioNTech ont présenté récemment des résultats de la phase 3 montrant une efficacité de leur candidat vaccin de 95%. Elles ont demandé vendredi à l’Administration américaine des médicaments d’autoriser leur vaccin. La société de biotechnologie américaine Moderna a, elle, annoncé que son vaccin était efficace à 94,5%. Elle compte en fabriquer 20 millions de doses d’ici à la fin de l’année. LA TECHNOLOGIE DU VIRUS INACTIVÉ  : Plusieurs vaccins misent sur cette technologie bien connue  : les agents infectieux du SARS-CoV-2 sont traités pour perdre leur nocivité, tout en gardant leur capacité de provoquer une réponse immunitaire. C’est la forme la plus traditionnelle de vaccination. La biotech chinoise Sinovac a lancé un essai de phase 3 pour le CoronaVac sur des milliers de volontaires, notamment au Brésil. Sinopharm, autre laboratoire chinois, a lancé deux projets de vaccins. La Chine prévoit d’être en capacité d’ici à la fin de l’année de produire 610 millions de doses par an de plusieurs vaccins contre le Covid-19, et a déjà donné le feu vert à une utilisation d’urgence de certains d’entre eux. Enfin, la société indienne Bharat Biotech a lancé le recrutement de près de 26.000 personnes pour son Covaxin, et mise sur un vaccin disponible au premier semestre 2021. DES VACCINS À VECTEURS VIRAUX  : Les vaccins à « vecteur viral » utilisent comme support un autre virus peu virulent, transformé pour y ajouter une partie du virus responsable du Covid-19. AFP/J. Nilsson Le virus modifié pénètre dans les cellules des personnes vaccinées, qui fabriquent alors une protéine typique du SARS-CoV-2, éduquant leur système immunitaire à le reconnaître. Le vaccin d’AstraZeneca, groupe anglo-suédois, utilise comme vecteur viral un adénovirus. Selon des résultats intermédiaires, il est efficace à 70% en moyenne, voire à 90% dans certains cas. AstraZeneca dit avancer rapidement dans la fabrication prévue de trois milliards de doses, qui seront disponibles en 2021. L’américain Johnson & Johnson a, lui, lancé deux essais cliniques. À travers le monde, 90.000 participants vont y prendre part au total. Les résultats sont attendus au premier trimestre 2021. La société chinoise CanSino Biological a développé Ad5- nCoV, conjointement avec Envoyez l’une de nos cartes de vœux aux personnes qui vous sont chères ! Ainsi, vous soutiendrez les actions de la Fondation Prince Laurent. Contactez-nous par message privé sur notre page Facebook ou via mail@sfprlaurent.be 5 € pour 5 cartes (frais de port excl., enveloppes incl.) l’armée. Les essais de phase 3 sont lancés. Enfin, Spoutnik V, développé par le Centre de recherches en épidémiologie Gamaleïa, avec le ministère russe de la Défense, repose sur deux adénovirus. Les Russes ont annoncé il y a quelques jours une efficacité à 92%. UN VACCIN À PROTÉINE RECOMBINANTE  : La biotech américaine Novavax développe un vaccin dit « sous-unitaire » recombinant. Le coronavirus possède à sa surface des pointes pour entrer en contact avec les cellules à infecter. Ces protéines peuvent être reproduites et présentées ensuite au système immunitaire pour le faire réagir. Novavax a lancé en septembre son essai de phase 3. Des données préliminaires sont attendues au premier trimestre 2021. ◀ I EN BREF ▶ Les syndicats policiers envisagent de déposer un préavis de grève en raison de la réduction du télétravail au sein des services de police et du manque d’ordinateurs portables. Ils réclament également une application plus rigoureuse des mesures sanitaires. ▶ En matière de vaccination, la Belgique « a une guerre de retard », dénonçait hier le président du cdH, Maxime Prévot. « Cela fait des mois qu’on aurait pu anticiper la préparation, et c’est seulement au mois de novembre qu’on met sur pied un groupe de travail. Ça devient affligeant. »
1 El metrotime.be MARDI 24/11/2020 NEWS 5 La mort de Mawda devant la justice MONS Le procès de la mort de la petite Mawda, tuée par un tir policier, a débuté hier devant le tribunal du Hainaut. Un policier est poursuivi pour homicide involontaire et deux hommes pour entrave méchante à la circulation avec la circonstance aggravante de décès. Le docteur Grégory Schmit a été le premier à être auditionné. Le médecin légiste a procédé à l’autopsie de la petite Kurde âgée de deux ans, tuée d’un coup de feu lors de la course-poursuite entre la police et un véhicule transportant des migrants sur l’autoroute E42, en mai 2018. Selon lui, l’enfant se trouvait à l’avant du véhicule, en regardant vers la vitre avant gauche, en direction du véhicule de police. « D’un point de vue médicolégal, nous avons des lésions à la face avant du visage qui s’expliquent par l’explosion des NOS FÊTES, CHIC ET PAS CHÈRES Fêter la fin d’année avec l’un des meilleurs vins de l’année ? Luca Maroni a attribué un score de 93 sur 100 à notre vin blanc italien Baccolo Veneto grâce à son goût plein et riche. Un score exceptionnellement élevé pour un prix étonnamment bas. Bianco Veneto IGT ‘Baccolo’* 5.99 75 cl Belga/B. Doppagne fragments des vitres latérales gauche et droite. Ceci indique que l’enfant se trouvait à l’avant », a déclaré le médecin légiste. Ce placement dans le véhicule est toutefois contesté par les parents de l’enfant. Après le médecin légiste, le tribunal a auditionné lundi l’expert en balistique désigné par le juge d’instruction. Selon l’expert, Mawda se trouvait bien à l’avant du véhicule comme l’a déclaré plus tôt le * Notre savoir-faire se déguste avec sagesse. Jusqu’à épuisement des stocks. médecin légiste. Il a aussi déclaré que la thèse d’un coup de feu « par crispation ou par réflexe » était plausible. L’expert est incapable de dire si le tir du policier est volontaire ou pas. La famille de la petite fille kurde, qui tentait de rejoindre le Royaume-Uni après avoir fui son pays d’origine et la guerre, est soutenue par de nombreux collectifs qui militent contre les violences policières et le racisme. ◀ Alain Maron défend la stratégie d’achat de terres agricoles BRUXELLES Le ministre bruxellois de l’Environnement Alain Maron (Ecolo), a annoncé hier sur LN24 que la Région bruxelloise achètera, « dans les mois et les années à venir », des terres agricoles dans les Brabants wallon et flamand. Cela doit permettre de préserver la biodiversité et de favoriser une agriculture locale. « Cette mesure était contenue dans la Stratégie GoodFood, adoptée par le précédent gouvernement bruxellois », a rappelé hier Alain Maron après que des critiques ont suivi son annonce. ◀ Les agriculteurs s’opposent à l’achat de terres par Bruxelles Pour que chaque jour soit particulier – ALDI, tout simplement Ph. Pexels BRUXELLES La Fédération Wallonne de l’Agriculture s’est dite « surprise et choquée » par le projet du ministre bruxellois Alain Maron d’acheter des terres agricoles en Brabant afin de favoriser un circuit court et de qualité dans l’approvisionnement de la capitale. La Fédération unie de Groupements d’Éleveurs et d’Agriculteurs (FUGEA) s’inquiète, elle aussi, de ce projet. Elle redoute que l’initiative n’aggrave encore les difficultés d’accès à la terre des agriculteurs. Elle demande une concertation avec le ministre sur le sujet. ◀



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :