Métro Belgique n°4261 18 nov 2020
Métro Belgique n°4261 18 nov 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4261 de 18 nov 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,4 Mo

  • Dans ce numéro : un musée en plein air.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
2 MARDI 17 NOVEMBRE 2020 COCOONING Et si nous prenions une petite dose de silence ? Depuis quelques semaines, nos interactions sociales tournent à nouveau au ralenti, pour ne pas dire qu’elles sont totalement à l’arrêt, à cause du coronavirus. Pourquoi donc ne pas en profiter, lorsque c’est possible, pour être à l’écoute du silence ? « La parole est d’argent mais le silence est d’or ». Cette expression, probablement une des plus connues au monde, pourrait difficilement être plus juste. De nombreux chercheurs, qui ont étudié le bruit, mais aussi le silence donc, l’ont prouvé. Parmi ceux-ci, Imke Kirste, une chercheuse américaine qui a étudié l’effet de la musique, du bruit, et du silence sur le cerveau des souris. Au point de revoir totalement son rapport personnel au bruit. « Quand j’utilise ma voiture, je n’allume presque plus la radio. Si je choisis de mettre de la musique, c’est une action volontaire », explique-telle. Et pour cause, la chercheuse a récemment découvert que le silence est associé au développement de nouvelles cellules dans la région du cerveau associée à l’apprentissage et à la mémoire. LE SILENCE, « UN LUXE » Luciano Bernardi, un chercheur italien qui s’est intéressé aux effets du silence et de la musique, a pointé un autre bienfait du silence. D’après ses recherches, deux minutes de silence entre des morceaux de musique stabilisent les systèmes cardiovasculaires et respiratoires, même si la musique utilisée est catégorisée comme « relaxante ». Ce dernier estime d’ailleurs que la place accordée au silence dans nos vies n’est plus assez grande. « Il y a quelques siècles, la société c'était beaucoup de silence et quelques moments plus bruyants. Maintenant, c'est l'inverse. Au point que le silence est presque devenu un luxe », affirme-t-il. Et ce n’est que Ph. Unsplash - w._.._le début. Cela a été prouvé par plusieurs études, le silence impacte positivement la créativité, la concentration, et nous permet par exemple de nous projeter plus facilement dans le futur. Il favorise également les sentiments de bien-être et d’apaisement. Quand on voit tous ces bienfaits, il n’est pas étonnant que de plus en plus de personnes partent à la recherche du silence. Les casques antibruit ont ainsi de plus en plus de succès au travail, notamment dans les open-spaces. Le yoga et la méditation, qui font tous les deux la part belle au silence et donc à la déconnexion, sont également très en vogue actuellement. Et, sans surprise, les bienfaits prouvés de ces deux pratiques rejoignent ceux du silence. LES MÉFAITS DU BRUIT À l’inverse du silence, le bruit est une nuisance connue pour ses nombreuses conséquences négatives sur Place de la Bourse le 23 mars 2016 Ph. AFP/K. Tribouillard la santé. Il causerait d’ailleurs par année environ 12.000 décès prématurés en Europe et, rien que pour la partie occidentale européenne de l’OMS, il entraînerait « la perte de plus de 1 million d’années de vie en bonne santé ». Parmi ses méfaits reconnus, notons dans le désordre des troubles du sommeil, une augmentation du stress, ou encore la baisse de performances cognitives. Des chercheurs ont également démontré que vivre dans une zone bruyante augmentait le risque d’AVC de 30%. En comparaison, ils avaient trouvé que les sujets qui vivaient près d’un parc réduisaient leur risque d’AVC grave de 25%. C’est sans parler des risques de surdité liés à une surexposition au bruit, et ce dès le plus jeune âge. Une étude a en effet montré que les bruits riches en basses fréquences représentent un danger pour le fœtus et donc pour l’audition des enfants à naître. (cd) Ph. D.R. Le silence et le sommeil D Contrairement à ce que l’on pourrait croire, notre corps ne s’habitue jamais vraiment au bruit. Même s’il est régulier et que l’on dort, l’information est toujours transmise à notre cerveau. « On dit souvent que les oreilles n’ont pas de paupières  : elles sont toujours actives, elles analysent en permanence le moindre bruit. C’est notre organe d’alerte depuis la nuit des temps », expliquait d’ailleurs en septembre dernier Marie Poupé, experte sur les questions de bruit à Bruxelles Environnement, au micro de la RTBF. Le silence est donc une condition sine qua non pour profiter d’un sommeil de qualité. Mais il ne doit pas seulement être recherché juste avant le sommeil ! Il a en effet été prouvé que des moments de silence tout au long de la journée améliorent qualitativement notre sommeil. ◀ _..._._._.,_..,_.... Se taire pour se faire entendre Paradoxalement, le silence est aussi un excellent moyen de se faire entendre. Et cela, les sportifs qui soutiennent le mouvement « Black Lives Matter » l’ont bien compris. Lorsqu’ils ploient un genou à terre, que ce soit avant un match de basketball, de football, ou une course d’automobile, c’est souvent dans un silence de cathédrale. Dans le même esprit, les hommages les plus impressionnants, encore plus lorsqu’une foule immense est présente, ne sont-ils pas les minutes de silence ? Souvenez-vous de ce silence assourdissant qui a traversé le pays le 23 mars 2016 à midi, au lendemain des attentats de Bruxelles. Les 25 et 26 septembre derniers, plus récemment donc, c’est également par le silence que plusieurs experts et virologues flamands, dont le très médiatique Marc Van Ranst, ont voulu alerter sur le danger de la deuxième vague qui se profilait chez nous. « Nous voulons envoyer un signal clair aux responsables politiques », affirmaient les experts à l’époque. ◀
COCOONING MARDI 17 NOVEMBRE 2020 Des parfums et des couleurs qui chassent le blues de l’automne Ça y est, nous voilà en plein second confinement de l’année ! Au printemps, c’est évident, nous avons passé beaucoup de temps sur notre terrasse, au parc, ou au jardin, mais maintenant que la fraîcheur de l’automne s’est installée, nous nous réfugions dans nos intérieurs. Toutefois, rester jour après jour à la maison nous démoralise. Raison pour laquelle il est important d’appeler notre intérieur à l’aide. Ces parfums et ces couleurs feront des merveilles sur notre humeur, pour que nous redevenions bien vite le petit soleil de la maison. Des goûts et des couleurs on ne discute pas, mais on sait depuis longtemps que ces deux éléments peuvent avoir une importante influence sur notre humeur. Vous êtes, c’est sûr, les seuls à pouvoir décider du look de vos espaces de vie, mais nous aimerions quand même vous donner quelques conseils. COULEURS En ce qui concerne la couleur, Leatrice Eiseman, directrice exécutive du Pantone Color Institute, nous donne quelques sources d’inspiration. Huile essentiëlle RainPharma 19,50  € JANNE VANDEVELDE Papier peint Arte 195  € le mètre Bougies Hay 25  € (6 bougies) Mocassins Other Stories & HUMS 65  € D’après elle –Leatrice est une solide référence en matière de couleur et de psychologie des couleurs–, ce n’est pas une bonne idée de peindre son living dans une couleur sombre. Cela peut encore renforcer l’impression d’isolement, dont nombre d’entre nous souffrent en ce moment. Un mur tout entier en rouge n’est pas non plus une bonne idée, car cela vous fera devenir agressif ! Les couleurs que Leatrice Eiseman recommande ? Le pêche et le nacre, pour ceux qui ne veulent pas trop prendre de risques. Les autres peuvent en toute tranquillité opter pour le bleu (qui a un effet calmant) ou le vert (qui nous fait penser à la nature et a un effet anti-stress). Le jaune constitue aussi une option car, d’autant plus en automne et en hiver, cette couleur agit comme un soleil placebo et booste notre bonne humeur. Bien que les murs colorés soient un must, d’après une enquête menée par colora & BOSS paints, les Belges n’osent pas expérimenter en la matière. Le blanc, le beige et le gris sont en effet les couleurs les plus utilisées dans nos intérieurs. Même la « pièce de résistance » de nombreuses habitations, c’est-à-dire la master bedroom ou chambre parentale, où l’on s’attendrait à des couleurs plus pimentées, est étonnamment sage. Quand nous Jogging TIE DYE WEEKDAY 40  € Table à café La Redoute 609  € 3 optons pour la couleur, c’est principalement dans la cuisine. De plus, nous aimons aussi recouvrir les murs du living et du w.-c. d’une couleur vive. Sept Belges sur dix affirment aussi être fans du mur d’accent. La palette la plus populaire dans ce cas est constituée de teintes de vert. PARFUMS Après les meilleures couleurs pour oublier notre petite dépression automnale, passons au parfum dans la maison, qui a aussi une influence sur notre humeur. Un diffuseur de parfum répandra les huiles essentielles les plus divines, qui nous emmèneront en voyage, sans que nous ne devions quitter notre chez nous. Si nous devons faire du télétravail et avons des difficultés à nous concentrer, le romarin est le meilleur choix. Cette herbe aromatique a en effet une influence positive sur notre capacité cognitive. La sauge, les agrumes et l’eucalyptus sont aussi recommandés. Les stressés opteront pour la lavande, un parfum qui a un effet relaxant. La menthe poivrée, quant à elle, sera notre meilleure alliée si nous devons faire face à une échéance. Elle nous rendra beaucoup plus actif et boostera notre productivité. ◀ Tapis Axelle Vertommen & BOMBAT 2950  € Thé du soir Pukka 4,49  €



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :