Métro Belgique n°4261 18 nov 2020
Métro Belgique n°4261 18 nov 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4261 de 18 nov 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,4 Mo

  • Dans ce numéro : un musée en plein air.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
INFO SNCB sncb @Mn, La direction Stations de la SNCB est propriétaire et gestionnaire de 550 gares. Plus de 200 millions d’euros sont investis chaque année dans les gares, leurs environs et les autres biens immobiliers. -T-'&1111 411 Nous sommes à la recherche de nouveaux collaborateurs pour la construction, la rénovation et pour tous les aspects de la gestion de l’ensemble des bâtiments et terrains (exploitation, spacemanagement, entretien, réparations, propreté, etc.). Envie de nous rejoindre ? Postulez dès maintenant via sncb.be/jobs
COMMENCEZ VOTRE NOUVELLE SEMAINE DE TRAVAIL AVEC AMBITION METROTIME.BE/START Ph. Unsplash Dans le cas du budget mobilité, vous recevez en tant qu’employé une somme d’argent que vous pouvez consacrer à différents moyens de transport. Si vous disposez d’un budget mobilité, vous n’avez plus droit à une voiture de société. Les employés peuvent ainsi choisir un véhicule plus respectueux de l’environnement : une voiture électrique ou, tout simplement, une voiture plus petite émettant moins de particules nocives. « Le budget correspond à ce qu’on appelle le Total Cost of Ownership (coût total de possession) de la voiture, si bien que, dans la pratique, il n’est souvent pas facile de trouver un véhicule électrique START dans la même catégorie de prix qu’une voiture de société ordinaire », a expliqué Yves Labeeu, legal consultant chez Attentia, à Jobat. Une autre option consiste à utiliser votre budget pour un autre moyen de transport (un vélo électrique, un abonnement de bus ou de train) ou même pour financer la location d’un appartement près de votre travail. Le budget mobilité est donc la seule forme d’indemnité de déplacement qui profite à l’employé qui habite à un jet de pierre de son bureau. Dans ce cas, l’employé n’a pas à payer de cotisations ONSS ni d’impôt. « L’argent qui reste peut être payé cash, le solde étant uniquement soumis à une cotisation ONSS personnelle de 38,07% », indique Yves Labeeu. MAL CONNU OU MAL-AIMÉ ? Le budget mobilité n’est pas encore vraiment entré dans les mœurs à l’heure actuelle. D’une part, c’est dû au fait que le système n’est pas encore connu partout, et d’autre part, c’est (pour l’employeur et l’employé) tout simplement beaucoup plus intéressant d’inclure la mobilité dans un plan de rémunération flexible, ce que l’on appelle le plan cafétéria. Un des principaux inconvénients du budget mobilité est notamment qu’il est actuellement uniquement d’application pour les collaborateurs qui ont un véhicule de société ou entrent en considération pour en avoir un. Le budget débloqué doit aussi être consacré à une option de mobilité. Yves Labeeu d’Attentia voit dans la rémunération flexible une alternative plus intéressante dans de nombreux cas. « Un employé qui CETTE SEMAINE DANS METRO START LE GUIDE CARRIÈRE DE METRO 2 ▶ La pause café au travail, cette institution ▶ Cinq applis pour se simplifier le télétravail ▶ Une réunion au musée ? Le budget mobilité est plus avantageux pour les personnes qui habitent près de leur travail La voiture ou le vélo de société est un facteur de plus en plus important dans notre package salarial. Un véhicule ou un abonnement aux transports en commun vous est imposé ? Ou vous choisissez vous-même comment vous utilisez l’indemnité de déplacement de votre employeur ? Ce que l’on appelle le budget mobilité est petit à petit en train de gagner du terrain. Cette rémunération flexible offre beaucoup d’avantages, surtout pour les personnes qui habitent près de leur lieu de travail. n’a aucun intérêt pour la mobilité, parce qu’il habite près de son travail par exemple, aimera pouvoir choisir parmi d’autres avantages, comme un bonus, des jours de vacances extralégaux ou une assurance hospitalisation complémentaire. » TÉLÉTRAVAIL Depuis la crise du coronavirus, le navettage diminue à cause de l’augmentation du télétravail. « Il est probable qu’après le coronavirus le télétravail subsistera, même si nous combinerons le travail à la maison et au bureau », avance Yves Labeeu. « Cela signifie aussi qu’une rémunération de mobilité n’est pas absolument obligatoire, et certainement pas pour les personnes qui habitent à deux pas de leur travail. Nous constatons déjà maintenant que les employeurs demandent d’échanger le budget débloqué contre un écran supplémentaire ou une chaise de bureau ergonomique pour la maison par exemple », conclut-il. ◀



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :