Métro Belgique n°4258 6 nov 2020
Métro Belgique n°4258 6 nov 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4258 de 6 nov 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 4,6 Mo

  • Dans ce numéro : une longue attente pour le résultat de la présidentielle américaine.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 NEWS VENDREDI 6/11/2020 metrotime.be Belga/V. Lefour Un mois d’octobre record L’Europe a connu son mois d’octobre le plus chaud jamais enregistré, indiquait hier le service européen Copernicus sur le changement climatique. La couverture des glaces de mer n’a, de plus, jamais été aussi réduite depuis le début des mesures. Les températures ont été nettement supérieures à la moyenne dans l’est de l’Europe, mais inférieures dans le sud-ouest du continent, observe le service européen. Belga/E. Lalmand Les consommateurs de plus en plus soucieux de l’environnement BRUXELLES 70% des Belges disent prêter attention aux aspects environnementaux lors de l’achat de détergents ménagers, selon un sondage de Test Achats. Il ressort d’un sondage mené par Test-Achats auprès de plus de 1.000 personnes âgées entre 25 et 79 ans, qu’un répondant sur cinq se dit très influencé par les aspects environnementaux lors de l’achat de détergents ménagers. Il semble pourtant y avoir un manque criant d’informations fiables et correctes sur l’impact environnemental de ces produits, puisqu’à peine 10% des Belges s’estiment bien informés sur la question. À l’inverse, ils sont près de 44% à se sentir mal ou trop peu informés sur les aspects environnementaux liés à ces produits. Le renvoi vers un site web pour obtenir plus d’informations sur un produit est, selon Test Achats, un système inefficace. En outre, 52% des sondés pensent que les allégations écologiques mentionnées sur les détergents ménagers ne sont que des créations marketing destinées à dissimuler l’effet polluant réel de ces produits. La vaste majorité (94%) est d’avis qu’il faudrait uniformiser la présentation de l’impact environnemental des détergents ménagers au moyen d’un logo ou d’une couleur, par exemple. LE PROJET « CLEAN » Afin d’aider les consommateurs à participer à la transition verte, Euroconsumers, la coupole internationale dont Test-Achats fait partie, a développé le projet « Clean ». L’initiative a pour objectifs de sensibiliser et d’informer les consommateurs sur les impacts environnementaux des détergents, en signalant notamment les allégations trompeuses ou non prouvées. Euroconsumers mènera, à Belga/T. Roge travers ce projet, des actions aux niveaux européen et national pour lutter contre ces allégations. Les associations de fabricants et de producteurs partenaires au projet vont, pour atteindre ces objectifs, Les voitures électriques et hybrides ont la cote BRUXELLES Près d’une voiture neuve sur dix (9,9%) vendue dans l’Union européenne au troisième trimestre était soit électrique, soit hybride, annonce la coupole des constructeurs automobiles européens ACEA. Cette proportion était de 3% un an plus tôt. Les voitures diesel ou essence représentaient toujours 75% des véhicules vendus entre juillet et septembre 2020. En Belgique, une voiture neuve sur dix (10,6%, ou 12.434 sur 117.002) était électrique ou hybride au troisième trimestre. Il s’agit d’une hausse de 206% par rapport à la même période l’an dernier. Selon l’ACEA, les mesures AFP/J. Schlueter d’incitation introduites dans de nombreux pays pour soutenir les ventes de voitures pendant la crise du coronavirus ont encouragé les ventes de voitures rechargeables, car ces mesures étaient souvent moins avantageuses pour les voitures à moteur à combustion. Celles-ci ont pesé pour 75,4% des ventes européennes au troisième trimestre, contre 88,6% un an plus tôt. ◀ Les aéroports en péril Les aéroports européens ont réclamé hier à l’Union européenne des mesures de soutien, s’inquiétant de leur situation qui se dégrade avec la crise sanitaire. L’organisation, qui représente 500 aéroports dans 46 pays européens, avait mis en garde fin octobre contre un risque d’insolvabilité pour près de 200 aéroports. Les aéroports demandent notamment que les aides d’État aux entreprises puissent être versées jusqu’à fin 2021. « revoir en profondeur leurs protocoles d’essai sur les produits pour lave-vaisselle, les liquides vaisselle, les détergents tous usages et les nettoyants pour salle de bains », souligne Test Achats. ◀ EN BREF ▶ Des milliers d’agriculteurs ont manifesté et bloqué des routes en Inde hier. Ils protestent contre une série de lois qui, selon eux, réduiront leurs revenus et ne bénéficieront qu’aux grandes entreprises. ▶ L’Union européenne a condamné hier les démolitions à grande échelle de logements palestiniens et d’infrastructures par Israël et a réclamé l’abandon des projets de destruction d’écoles. Des tests Covid à bord des avions Belga/B. Doppagne BRUXELLES La compagnie aérienne Brussels Airlines va lancer un projet pilote de tests rapides à la Covid-19 sur des vols spécifiques, a annoncé son CEO Dieter Vranckx, en marge des résultats trimestriels de l’entreprise. L’objectif est de voir si les tests peuvent être intégrés au fonctionnement de la compagnie aérienne en période de pandémie. « Nous travaillons sur des essais de tests rapides de l’antigène Covid-19 sur des vols spécifiques dans un avenir proche », explique Dieter Vranckx. La crise du coronavirus a paralysé le trafic aérien en mars. Il a depuis lors redémarré, mais il y a encore beaucoup moins de vols que d’habitude en raison des restrictions de voyage. ◀ ▶ Le président roumain Klaus Iohannis a annoncé hier de nouvelles restrictions, dont un couvre-feu nocturne, des cours uniquement en ligne et le port obligatoire du masque en extérieur, alors que le pays approche le cap des 10.000 nouveaux cas de coronavirus par jour.
metrotime.be VENDREDI 6/11/2020 NEWS 7 Une vie nocturne après le coronavirus Qu’est-il advenu de la vie nocturne pendant la crise du coronavirus ? Le secteur événementiel a-t-il encore un avenir ? D’après l’expert en événementiel Peter Decuypere, les choses sont claires et nettes  : « Il n’y a plus de vie nocturne. Mais il y a bien encore un avenir pour le secteur, à condition que les nightclubs se diversifient et se développent en une véritable marque. » Comment la vie nocturne vat-elle se réinventer pour ressusciter après la Covid-19. Le C12 est une célèbre boîte de nuit bruxelloise nichée dans la galerie Horta sous la Gare Centrale. Le club est vide depuis la crise du coronavirus. « Nous avions même pris la décision de fermer », nous explique son gérant, Kevin Huerta. « Nous comprenons bien que notre secteur est le premier à devoir fermer et le dernier à pouvoir ouvrir. Priorité aux hôpitaux. Néanmoins, nous attendons une aide et une protection émanant des autorités publiques et, actuellement, nous ne recevons pas le moindre soutien. » Koen Galle, plus connu en tant que Kong DJ, est une valeur sûre au C12. Du jour au lendemain, le DJ a vu disparaître ses revenus. « Il ne subsiste plus rien de ma vie d’avant. » Koen Galle souligne la grande incertitude qui règne dans le secteur. « La culture du clubbing telle qu’elle est apparue à New York dans les années 70 n’a jamais connu une mise à l’arrêt totale.C’est du jamais vu et personne ne sait comment gérer la chose. » UNE VIE NOCTURNE DIFFÉRENTE Kevin Huerta ne baisse pas les bras et imagine avec son équipe des solutions créatives pour surmonter cette période difficile. « Nous avons organisé un crowdfunding qui nous a permis de réunir 50.000 € . Avec cette somme, le C12 peut survivre jusqu’à l’été prochain. Mais nous travaillons aussi à des protocoles afin de rendre le club covid-friendly. » Jusqu’à présent, les protocoles de Kevin Huerta ont eu peu d’écho auprès des autorités publiques. « Nous n’avons reçu aucune réponse et c’est difficile. C’est la raison pour laquelle nous œuvrons désormais à une fédération pour que notre secteur puisse s’exprimer d’une seule voix. » PORTER DES REVENDICATIONS Peter Decuypere, expert en événementiel et consultant pour Event Flanders, confirme que cela ne se présente pas bien pour le secteur. « Actuellement, il existe peu d’interventions structurelles pour la vie nocturne. » Il conseille aux acteurs du secteur de s’exprimer d’une seule voix et de faire de leur club une marque. « Les clubs qui survivront sont les clubs qui se diversifieront et se transformeront en une marque. Prenez l’exemple du C12 et du Fuse à Bruxelles ou du Kompass à Gand. Ils ont réussi à opérer une conversion et à générer des revenus alternatifs afin de survivre. Après le coronavirus, ces clubs pourront facilement redémarrer. » Comparer les promos ? Inutile, nous le faisons pour vous. Et si besoin est, nous adaptons nos prix. Ainsi, vous profitez toujours des meilleurs prix. Lipton Ice Tea pêche 50 cl Réaction promo concurrent Kevin Huerta Ph. D.R. 1,45 € /L 0,725 € Valable jusqu’au 7/11/2020 inclus. Une bière brassée avec savoir se déguste avec sagesse Les prix peuvent être encore plus bas en magasin. DES SOLUTIONS CRÉATIVES Dans l’intervalle, Kevin Huerta essaie de continuer à assurer l’existence du C12 avec des solutions créatives, comme le merchandising et des ateliers DJ.Le DJ Koen Galle aussi fait preuve de créativité pour quand même encore continuer à exercer sa passion. « J’ai réalisé une mixtape missing the club et j’essaie ainsi de reproduire l’ambiance du club. » « Mais ce sont des solutions à court terme », constate le gérant du C12. « Cela ne sera pas suffisant à long terme. » L’expert Peter Decuypere pointe le fait qu’il sera difficile de relancerla vie nocturne telle que nous la connaissons tant que le virus est présent. « La mesure du social distancing est exactement l’inverse de ce qu’est la vie nocturne. Danser, c’est une question de densité. Cette rencontre proche est centrale. » « Pour moi, il y aura toujours un moyen de continuer à exercer ma passion », ajoute Kong DJ. « Mais pour le clubbing il n’existe pas encore de bonne alternative. Il faut continuer à expérimenter et chercher des façons d’être ensemble, car c’est ça le clubbing. » ◀ Koen Galle Je m’appelle Maxine De Wulf Helskens (21 ans) et je suis originaire de Gand. J’ai obtenu mon master en sciences de la communication en juillet à l’UGent. Je suis maintenant une formation complémentaire en journalisme à la Vrije Universiteit Brussel. Je suis passionné par la presse écrite et je compte déjà pas mal de publications à mon actif. Outre l’écriture, j’aime la boxe et je suis membre d’une association musicale gantoise. ◀ Torre Aldea Reserva D.O.C. Rioja Espagne 75 cl Réaction promo concurrent Notre savoir-faire se déguste avec sagesse col ruyt J’ai écrit cet article dans le cadre de ma participation au concours Belgodyssee 2020. Le 7 octobre dernier, je me suis rendu avec mon binôme francophone Maël Arnoldussen à Anvers pour y interviewer l’expert en événementiel Peter Decuypere. Grâce à mon bénévolat chez StampMedia, nous avons pu utiliser leur studio d’enregistrement à deux pas du site Permeke à Anvers pour l’interview. Nous avons ensuite pris le train pour Bruxelles pour notre rendez-vous avec Kevin Huerta, un des gérants du C12. L’interview s’est déroulée au beau milieu du nightclub et a été suivie d’une démonstration de l’éclairage d’ambiance et d’un chouette shooting photo. Au soir, Maël et moi, nous avons eu un dernier rendez-vous à Schaerbeek dans l’appartement du DJ Koen Galle. Après l’interview, le DJ nous a fait le plaisir de nous montrer sa vaste collection de disques. BELGORYSSEE Le prix, LLe, prix, c’est nous. c'est nous. Jupiler pils 5,2% vol canette 35,5 cl Réaction promo concurrent 2,06 € /L 3,59 € 0,732 € ◀ meilleurs prix



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :