Métro Belgique n°4250 20 oct 2020
Métro Belgique n°4250 20 oct 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4250 de 20 oct 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 3,0 Mo

  • Dans ce numéro : la Wallonie en alerte.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Comment vous êtes-vous retrouvé à filmer la grève d’une adolescente encore anonyme ? Nathan Grossman  : « Un ami cinéaste qui connaissait sa famille m’avait parlé d’eux et de leur activisme. Ils l’avaient contacté pour filmer cette petite grève que Greta organisait à la sortie du parlement suédois. Comme il ne réalise que de la fiction, il m’a filé le tuyau et ma curiosité a été piquée. Je me suis dit que j’allais la suivre un jour ou deux, juste pour voir. J’y suis allé, et je l’ai vue assise contre un mur avec sa pancarte. Les passants s’adressaient à elle et j’ai réalisé qu’elle parlait vraiment bien d’écologie. » Quelle relation avez-vous tissé avec elle ? « Le film a été tourné en un peu plus d’un an. C’est donc tout un processus qui s’est mis en place. Quand je lui ai demandé à l’automne 2018 si je pouvais l’accompagner dans son long voyage européen, ce processus s’est accéléré puisqu’on s’est mis à passer beaucoup plus de temps ensemble, notamment durant tous les trajets en train. On a beaucoup parlé et ça a renforcé notre lien. » Il y a un peu de mise en scène, non ? Quand on la voit danser seule par exemple… « Ah non, pas du tout ! C’est une des raisons pour lesquelles j’avais toujours ma caméra sur moi. On ne sait jamais quand une situation intéressante va surgir. J’ai remarqué dès le début qu’elle aimait danser pour se détendre. J’ai simplement eu la chance d’être à côté d’elle à ce moment-là. » culture ‘I AM GRETA’  : UN AN DANS LA VIE D’UNE ADO PAS COMME LES AUTRES « Je pensais la filmer un ou deux jours, pas plus » En juin 2018, personne n’aurait pu prédire le fabuleux destin de Greta Thunberg. Et pourtant, le réalisateur Nathan Grossman l’a suivie dès son premier jour de grève, bien avant qu’elle ne devienne célèbre. Une affaire de chance ou de flair, qui ne l’a pas laissé indifférent… Il y a pas mal de politiciens dans le film. Pourquoi ? « Greta a été critiquée par de nombreux dirigeants et on a voulu montrer que ça avait lieu partout dans le monde. Mais ce sont des scènes difficiles à obtenir. La scène avec Macron à l’Élysée est géniale, mais on nous a refusé Obama, même quand il est passé à Stockholm. Avec le Pape ça avait d’abord été validé, et à la dernière seconde on m’a demandé de les filmer depuis le devant de la foule. » On voit aussi Anuna De Wever, le visage belge de ce combat mondial… « Et pas qu’un peu, vous avez raison. On a tourné avec elle très tôt, et elle a accepté de jouer le jeu dès le début ! » Greta a-t-elle exprimé des attentes quant à votre propre engagement écologique ? « Non. Enfin j’imagine qu’elle a compris dès le début que je m’intéressais au sujet. Mais si je suis honnête, j’ai bel et bien été impacté par Greta. Ne fût-ce qu’en entendant les chiffres qu’elle utilise dans ses prises de parole. Avant, je ne me renseignais pas audelà de la lecture d’un article. Maintenant je vérifie les sources pour voir si c’est scientifiquement cohérent. Disons que Greta m’a aidé à voir à travers le’greenwashing’. » Que dire aux gens qui considèrent votre film comme une propagande ? Ph. Periscoop ‘ADIEU LES CONS’  : ALBERT DUPONTEL EMBARQUE VIRGINIE EFIRA DANS SON UNIVERS DÉJANTÉ Vous êtes à la fois réalisateur et acteur, et vous jouez dans tous vos films… Albert Dupontel  : « Je suis un peu schizophrène, c’est ça que vous voulez dire ? Ce qui me rassure, c’est que Jacques Tati, Woody Allen ou les Monty Python ont fait pareil. Mais sur’Au revoir là-haut’, c’est Bouli Lanners qui devait jouer le rôle principal, pas moi. Or ce lâche m’a planté (rires). Alors oui, c’est fatigant d’être au four et au moulin. Mais c’est pas mal aussi car ça rapproche des acteurs. Je transpire avec eux, je bafouille avec eux. Ça crée de l’entraide. » Contrairement à’Au-revoir là-haut’, ce film-ci n’est pas tiré d’un roman. « J’ai parfaitement conscience d’être un auteur limité et assez redondant. Si on regarde ce film et ‘Bernie’, les histoires se ressemblent quand même furieusement. C’est toujours des parents qui cherchent des enfants ou des enfants qui cherchent des parents. Pourquoi j’ai cette névrose ? Je n’ai même pas l’excuse de mon enfance parce que j’ai été aimé et éduqué. Quand mon père a vu ‘Bernie’, il m’a dit  : ‘Mais qu’est-ce que je t’ai fait ?’C’est pour vous dire (rires) ! » « Que s’il s’agit d’une propagande, alors elle n’est pas vraiment réussie (rires) ! On n’a pas caché la fragilité et les moments de doute de Greta, mais on s’attendait bien sûr à ce type de critique. On vit dans un monde très polarisé, et Greta est une figure qui divise. Mais je dois admettre que je ne comprends toujours pas pourquoi elle dérange autant. » Comment réagit-elle face aux critiques, parfois très agressives ? « Greta a sa façon de gérer tout ça. Dans le film, on la voit exploser de rire face à ce type de commentaires disproportionnés. Elle les trouve trop complotistes pour être douloureux. Son vrai problème, c’est avec la notion d’espoir que le public et le politique lui demandent d’incarner. Quand elle entend qu’une foule se déplace pour elle, elle répond toujours qu’ils sont venus pour eux-mêmes, que la responsabilité doit être collective. » Stanislas Ide stanislas.ide « J’écris toujours la même histoire » Après ‘Neuf mois ferme’et ‘Au revoir là-haut’, Albert Dupontel n’a pas fini de s’interroger avec humour sur les travers de notre société. La preuve avec ‘Adieu les cons’, qui vient de rafler deux prix au dernier Festival du Film Francophone de Namur. Ph. Cinéart MOVIES U Terry Gilliam fait une apparition dans un tout petit rôle… « J’ai d’abord rencontré Terry Jones (un autre membre des Monty Python, NDLR). Il a joué le rôle de Dieu dans mon deuxième film,’Le Créateur’. À la première, il m’a dit qu’il viendrait avec un copain, et le copain c’était Terry Gilliam. Il est resté avec moi jusqu’à une heure du matin pour parler du film. Le mec qui avait tourné’Brazil’me demandait, à moi, comment j’utilisais une caméra ! On s’est revu et il est à l’image de ses films  : généreux, romantique, et abondant. Il a vu le film hier, et il est venu me voir après pour me dire  : ‘Je te déteste’… le meilleur compliment venant de lui ! » Stanislas Ide stanislas.ide t')
metrotime.be MARDI 20/10/2020 CULTURE 11 REVIEWS I AM GRETA Été 2018, Stockholm  : une ado avec un panneau s’assied devant le parlement suédois. Poussée par l’urgence de la crise climatique dont elle connaît les chiffres par cœur, Greta Thunberg a décidé de faire ce que les adultes ne font pas  : agir pour son avenir. Bientôt, des centaines de milliers de jeunes dans le monde lui emboîteront le pas. De la Suède à New York en passant par Bruxelles, son Parlement et ses jeunes motivés (Anuna De Wever en tête), le meilleur atout de ce documentaire, c’est qu’il a suivi Greta avant la célébrité. Grâce à son accès privilégié à son intimité, on voit une ado fragile, tourmentée, imparfaite aussi… mais certainement pas manipulée, comme ses détracteurs disent. Mais n’en attendez pas un exposé chiffré sur le climat, ou une vision critique de Greta,car ce portrait, bien qu’émouvant et inspirant, manque cependant d’un peu de recul sur son sujet. (em) 20 YEARS metro p 21 gor%. morne ●●●○○ ADIEU LES CONS ‘Adieu les cons’  : le dernier cri de JB (Albert Dupontel), informaticien épuisé. Son suicide raté lui fait rencontrer Suze (Virginie Efira), ex-coiffeuse mourante décidée à retrouver l’enfant qu’elle a dû abandonner. Les deux s’embarquent dans une quête improbable, aidés par un archiviste aveugle, ou un médecin amnésique… Après ‘Neuf Mois Ferme’on retrouve avec plaisir l’univers original et fantastique de Dupontel, quelque part entre Jean- Pierre Jeunet et Terry Gilliam (qui fait une mini apparition !). À travers les mésaventures de ses héros abîmés par le travail, évoluant dans une banlieue en déréliction, le cinéaste dresse une critique anticapitaliste pertinente. On est moins convaincus par l’aspect romantique, qui confond dans le rôle d’Adrien harcèlement et dévouement. Bref, on passe un bon moment, même si son côté vieillot nous donne parfois envie de lui retourner le compliment du titre. (em) s n et. e Metro a 20 ans ! Br Nil 20 ans de passion, d’info, de divertissement et d’insolite. 20 ans d’histoires et de moments forts partagés ensemble. à a ●●●○○ THE HONEST THIEF (THE GOOD CRIMINAL) Après avoir semé les autorités pendant des années, un cambrioleur hors pair décide que l’heure de la rédemption a sonné. La raison ? L’amour, pardi ! Pour épouser celle qu’il aime en toute honnêteté, il propose un ‘deal’au FBI  : la clé du butin en échange de son immunité. Sauf que les agents corrompus en charge du dossier préfèrent récupérer le fric, et le piéger… L’honnêteté n’est pas du côté qu’on attendrait dans ce thriller d’action dynamique, mais lisse et sans surprise. Avouonsle, l’intérêt de ce genre de film ne réside pas tant dans le suspense de savoir si le héros va s’en sortir… mais dans le plaisir de voir Liam Neeson faire des Liam-Neesoneries  : parler au téléphone d’un air énervé, faire des cascades, et sauver la fille. Pas d’inquiétude de ce côté, le cahier des charges est rempli. C’est à peu près tout ce qu’on en retiendra, le reste étant vite oublié. (em) rinutc. ●○○○○ Ph. Periscoop Ph. Cinéart Ph. KFD Ph. Disney Participez sur fr.metrotime.be/metro20 CONCOURS Fêtons cet anniversaire ensemble et remportez de superbes cadeaux ! metro Jeudi 3 septembre 2020 – N o 4223 Limited Edition * BeerC. et al. (2014). Le zinc participe à la synthèse normale des protéines (comme la kératine) et au maintien des cheveux normaux. Début des travaux pour le métro 3 AFP/A-C. Poujoulat. Des aliments pour augmenter son taux de fer PP. 10-11 MOVIES SPIES IN DISGUISE (DISNEY+) Et si le meilleur agent secret au monde devenait un… pigeon ? Lance Sterling, agent de la CIA à la gâchette facile, doit passer incognito le jour où un vilain psychopathe le fait passer pour un traître. Manque de bol, la seule personne qui croit en son innocence est un jeune scientifique refusant la violence, bien décidé à le transformer en oiseau. Même si on reste un cran en dessous des ‘Indestructibles’, cet agréable dessin animé surfant sur les codes du film d’espionnage (intro musicale à la James Bond, gadgets en série) tire son épingle du jeu grâce à son discours pacifiste. En court, on devrait sauver le monde avec des paillettes et des vidéos de chatons. Ça se tente, non ? (si) Les regrets de Zwangere Guy BRUXELLES La construction du métro 3 se concrétise dans le centre de Bruxelles. La construction de la station Toots Thielemans et des tunnels qui la relieront au réseau existant débuteront le 19 octobre prochain. Dès lundi, des travaux seront effectués en voirie pour diriger le trafic piéton, cycliste et automobile en surface. Les autorités ont inauguré hier le « Stalingrad village », qui hébergera sept commerces tenus jusqu’ici sous le Palais du Midi et qui ne pourront plus être accessibles durant les travaux. p.2 P.8 À VOS MARQUES ●●●○○ L’inarrêtable Van Aert ! PRIVAS Après avoir montré ses talents de grimpeur mardi, Wout Van Aert s’est illustré dans un autre style hier en remportant à Privas le sprint de la cinquième étape du Tour de France. Le Belge a devancé le Néerlandais Cees Bol et l’Irlandais Sam Bennett. p.20 Nombreuses réductions sur de grandes marques Avec Découvrez une sélection des marques participantes p.x



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :