Métro Belgique n°4243 8 oct 2020
Métro Belgique n°4243 8 oct 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4243 de 8 oct 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : bars et cafés fermés pour un mois !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 Cil FEELGOOD JEUDI 8/10/2020 1 metrotime.be Ces Instagrameuses qui cassent les clichés beauté Vous en avez marre de ces photos de femmes au teint parfait, à la peau lisse, au ventre plat et à la silhouette sans défaut ? Sur Instagram, de plus en plus d’influenceuses s’attaquent aux stéréotypes de la beauté. Avec humour, bienveillance et authenticité, ces influenceuses sont parfaites à suivre pour bodypositiver, décomplexer, s’accepter et apprendre à s’aimer telle que l’on est. Acné, cicatrices, rondeurs, poils, cellulite ou encore les fameuses vergetures. Tous font partie de nos vies et de nos corps. Pourtant on les voit rarement s’afficher sur Instagram, royaume des diktats de la beauté. À contre-courant des images retouchées et des corps parfaits, de nouvelles tendances creusent leur sillon sur le réseau social. L’idée ? Face à une société ultra-normée, représenter les corps dans toute leur diversité et apprendre à les accepter, les aimer et les regarder avec bienveillance. Se libérer des normes, ça passe avant tout par changer son propre regard sur soi. Ainsi, de plus en plus d’influenceuses postent des photos de leur corps. De leur vrai corps. Sans retouche ni filtre, avec toutes leurs imperfections qui les rendent si parfaits. Accompagnés de messages inspirants prônant l’acceptation et l’appréciation de soi -et de son corps. Zoom sur huit comptes à intégrer dans son feed pour recevoir une bonne dose d’énergie positive et se faire du bien ! AVEC HUMOUR Avec ses sept millions d’abonnés, les posts de Celeste Barber font le buzz aux quatre coins du globe. Son créneau ? Parodier des photos de stars et mannequins pour en dénoncer le caractère superficiel et surréaliste (et en passant, le culte de la minceur et autres standards beauté inatteignables). Celeste Barber nous fait rire mais surtout, elle nous fait du bien en rappelant à quel point ces images sont éloignées de la réalité. @celestebarber L’humour, c’est aussi son rayon. Engagée, pleine de peps et d’autodérision, Juliette Katz affiche et assume son corps nu et ses formes. « Le problème n’est pas que je sois une femme, grosse, cernée, blonde. Le problème est que ça pose problème aux gens », lance la Youtubeuse. Avec ses 530.000 abonnés Instagram, elle diffuse une joie de vivre incroyable. Surtout, elle nous apprend à nous regarder avec amour et bienveillance. @Coucoulesgirls LA « BODY POSITIVE ATTITUDE » Après avoir fait le yoyo entre les tailles Ph. Instagram/@ely_killeuse Ph. Instagram/@bodyposipanda Ph. Instagram/@douzefevrier 36 et 46, avoir testé une multitude de régimes et connu la boulimie, Yasmine, alias Ely Killeuse sur Instagram a fini par faire la paix avec son corps. En se détachant de son obsession pour la minceur, elle est même parvenue à l’aimer. @Ely_Killeuse lise sa position d’influenceuse afin de porter des causes qui lui tiennent à cœur, en particulier pour promouvoir le mouvement Black Lives Matter. @bodyposipanda AIMER LA DIFFÉRENCE On peut encore épingler @lafillequiadestaches, le compte de Julie Bullier qui a des angiomes (taches de naissance) sur 70% de son corps. Moqueries, cyber harcèlement, insultes… Julie Bullier a beaucoup enduré (toujours d’ailleurs) avant d’accepter sa différence physique et d’en faire une force. Citons encore Julie Bourges, @douzefevrier sur Instagram. Grande brûlée après un accident en 2013, elle en porte et assume aujourd’hui de nombreuses cicatrices. Sur Instagram, elle raconte son quotidien, son combat, et encourage sa communauté à ne jamais baisser les bras. À l’image de ces jeunes femmes, les influenceuses qui portent ce type de mes- L’ENVERS DU DÉCOR Pour briser les codes d’Instagram, la journaliste Danae Mercer joue la carte de la transparence. Après s’être battue contre l’anorexie, elle dévoile des photos non-retouchées, sous le slogan « Instagram VS. Réalité ». La jeune femme est pourtant bien consciente qu’elle correspond tout à fait aux standards de beauté de notre société. Elle les a côtoyés de près, pour avoir travaillé dans la presse mode et voyage. Pour la même raison, Danae Maercer est habituée aux séances photos qui durent deux heures pour obtenir la pose parfaite. Aussi, elle en dévoile toutes les astuces  : comment avec telle ou telle pose on peut gommer sa cellulite ou aplatir un ventre arrondi… Son unique objectif  : que les femmes se sentent bien dans leur peau. @danaemercer À l’instar de Danae Mercer, Megan Jayne Crabbe a souffert d’anorexie par le passé. C’est en découvrant le mouvement body positivisme qu’elle parvient à en sortir. Depuis lors, « tout mon monde a changé. J’accepte mes bourrelets, je célèbre ma cellulite et j’encourage chacun à faire de même », écrit Megan, alias Body Posi Panda. Surtout, elle profite pleinement de la vie, rayonnante et fière de ses courbes ! De plus, elle utisage sont légion sur Instagram. Difficile d’en dresser une liste exhaustive. Toutefois, le compte @onveutduvrai a spécifiquement pour objet de recenser ces initiatives « bodypositive », avec un mot d’ordre  : que les réseaux sociaux nous fassent du bien ! (or) Ph. Instagram/@celestebarber C’est aussi acceptable de ne pas accepter Si les adeptes du mouvement « bodypositiv » affichent leurs corps sans complexe, ce n’est pas si simple pour tout le monde. L’acceptation de soi est progressive et parfois compliquée. C’est le message du mouvement « body neutrality », qui voit dans le bodypositiv une injonction à aimer son corps, soit une nouvelle pression exercée sur les femmes. Le Body Neutrality est notamment incarné par des influenceuses qui parlent de, voire exposent, leurs complexes. L’idée est davantage d’apprendre à accepter et gérer la frustration, l’insatisfaction, ce qui nous rend mal à l’aise de notre physique… comme une étape sur le chemin de l’acceptation, voire l’amour de soi et de son corps. #bodyneutrality
metrotime.be JEUDI 8/10/2020 FEELGOOD 11 Comment distinguer une intolérance alimentaire du syndrome de l’intestin irritable ? De nombreuses personnes souffrent du syndrome de l’intestin irritable, également appelé côlon irritable et colopathie fonctionnelle. Mais les causes comme les symptômes peuvent être multiples et le diagnostic n’est pas toujours évident. Vous souffrez de douleurs abdominales et de selles anormales, voici quelques pistes pour distinguer une intolérance alimentaire du syndrome de l’intestin irritable. Avant de commencer, voici un rapide cours d’anatomie. Lorsque nous mangeons, l’estomac reçoit la nourriture et la malaxe. Ensuite, l’intestin grêle digère et absorbe les aliments. Après un long voyage dans cet intestin, les parties non digestibles s’accumulent dans le gros intestin, également appelé côlon, jusqu’à la défécation. Habituellement, le rythme normal de défécation varie entre trois fois par jours et trois fois par semaine. Mais parfois tout ne se passe pas comme prévu et le fonctionnement de l’intestin peut être perturbé. Si vous souffrez de douleurs abdominales, de ballonnements, de flatulences ou de selles anormales avec de la diarrhée ou de la constipation, voire les deux en alternance, vous souffrez peut-être du syndrome de l’intestin irritable. LES SYMPTÔMES DES INTOLÉRANCES ALIMENTAIRES Néanmoins, certaines intolérances alimentaires peuvent se caractériser par les mêmes symptômes. Une intolérance alimentaire peut notamment être due à une diminution de la capacité ou une impossibilité à digérer une substance spécifique. L’intolérance au lactose, par exemple, est un trouble digestif provoqué par l’absence ou l’insuffisance de lactase, cette enzyme intestinale qui permet de décomposer et donc de digérer le lactose. Il est caractérisé par une accélération du transit intestinal avec diarrhées, gaz et douleurs abdominales. Parmi les principaux symptômes de l’intolérance au gluten, on retrouve également des troubles intestinaux comme des diarrhées, des ballonnements et des douleurs au ventre. COMMENT LES DISTINGUER ? Qu’il s’agisse d’intolérance alimentaire ou du syndrome de l’intestin irritable, les symptômes sont donc similaires dans de nombreux cas. Il est donc important de faire la distinction entre les symptômes pouvant survenir lorsque l’on ingère un aliment 2020_ALF_GRP_014 contenant un composant auquel la personne est intolérante et le syndrome de l’intestin irritable, maladie fonctionnelle des intestins. La principale différence est que les symptômes du côlon irritable apparaissent sans cause spécifique, même si le stress ou encore l’alimentation sont souvent pointés du doigt, et qu’ils reviennent de façon récurrente. 11111111› alflorex pour le SCI est un dispositif médical. SYMBIOSYS r alflorex Mise en évidence de la diminution des symptômes du syndrome du côlon irritable y compris: ballonnements et gaz douleurs abdominales diarrhée et constipation SYMBI OSYS alfiorex e. à rH, 5 » soin S'ill.erg.- err30119r5L.matui, (". ? WB. LES DIAGNOSTICS Votre médecin peut néanmoins diagnostiquer le syndrome de l’intestin irritable à partir de votre histoire, d’un examen physique et d’éventuels tests supplémentaires. Pour pouvoir distinguer une intolérance alimentaire du syndrome de l’intestin irritable, les personnes concernées peuvent également passer des examens pour diagnostiquer l’une ou l’autre intolérance. Enfin, il est également possible qu’une même personne cumule une intolérance alimentaire avec un syndrome de l’intestin irritable. Dans ce cas, la prise de probiotique combinée avec une adaptation de l’alimentation peut donner des résultats très positifs sur la diminution des symptômes et des périodes de crise. LE MICROBIOTE POUR LA VIE pour le SCI POUR VOTRE SANTÉ INTESTINALE POUR LE MICROBIOTE I airyy, M ? gigan Découvrez toute la gamme Symbiosys sur www.SYMBIOSYS.com slocop,pm ◀



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :