Métro Belgique n°4242 6 oct 2020
Métro Belgique n°4242 6 oct 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4242 de 6 oct 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,5 Mo

  • Dans ce numéro : la fin du combat de Delphine.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
8 GREEN MARDI 6/10/2020 metrotime.be L’automne, cette saison des plaisirs Prononcez le mot ‘automne’, et voilà que débarquent dans les esprits des images de pluie, de grisaille, de frimas et de rentrée. C’est pourtant la saison la plus pleine de couleurs, la plus riche en dons de la nature. Bon nombre de fruits et légumes sont à leur apogée tandis que les champignons garnissent les étals des marchés. Vous sentez poindre cette petite dépression saisonnière ? C’est pourtant le moment de se faire du bien. LES RACINES Avec un retour en grâce des produits dits de terroir et du cru, les légumes-racine connaissent un nouvel engouement depuis quelques années. Le panais, par exemple, ce légume de la famille des carottes, avait été délaissé pendant des décennies. Aujourd’hui son goût sucré, mais aussi sa richesse en vitamines, en minéraux et en antioxydants en font un produit qui a retrouvé ses lettres de noblesse d’autant qu’on peut varier les plaisirs et le préparer en soupe, en crème, en gratin ou encore en purée. Et dans son sillage, voilà que reviennent également les salsifis, à très haute teneur en fibres, les topinambours, dont le goût fin et sucré peut s’acclimater à toutes les préparations ainsi que se manger cru ou cuit, ou encore les navets, que les Chinois ont même surnommé ‘petit ginseng’pour leur richesse en potassium. Ces derniers ont d’ailleurs occupé une place très centrale dans l’alimentation en Europe avant d’être détrôné par l’arrivée de la pomme de terre. Et enfin, la betterave potagère dont la teneur en sucre est telle qu’elle peut même se préparer en dessert. Si on peut la consommer crue, en salade, elle se prépare traditionnellement cuite à la vapeur, pochée, ou au four. Au rayon couleurs, vous avez le choix entre le violacé, le rose, le blanc, le jaune ou l’orangé. Et vous pouvez même préparer ses fanes comme des épinards. LES CHAMPIGNONS La saison des champignons est ouverte et se prolongera même jusqu’à mai prochain. Ce succulent aliment adore en effet ce petit crachin que vous détestez et cette chute des températures que vous maudissez. Avec l’humus et les écorces, ils parfument l’air ambiant en forêt. Outre les flamboyantes couleurs automnales, le plaisir d’une promenade sylvestre se fait aussi par le nez et par la bouche. Mais la cueillette demande une certaine dose de connaissance, la prudence est de mise. Il est conseillé de ne consommer que les espèces que l’on connaît parfaitement ou que l’on achète chez un marchand spécialisé. Des trompettes-de-la-mort, par exemple… Malgré ce nom trompeur, elles seront délicieuses en omelette ou avec un peu de persil. La girolle, au goût si fin, sera la maîtresse idéale de toutes vos volailles, risottos, et autres ragoûts de gibier. Vous déclinerez le pied de mouton en quiche, en tourte ou avec un poisson. Vous devrez faire l’impasse sur la morille qui débarque plutôt au printemps. Mais, par contre, prenez un beau gros cèpe bien ventru, coupez-le en lamelles pour en faire un carpaccio, arrosez d’un fin filet d’une huile d’olive légèrement citronnée, ponctuez d’une pincée de fleur de sel et d’un tour de moulin à poivre… Plaisir instantané garanti ! LES LÉGUMES Avec les légumes d’automne, c’est la fête ! Au propre comme au figuré puisqu’Halloween est inextricablement liée aux potirons. C’est la grande saison des cucurbitacées avec également les Photos Unsplash courges, les pâtissons et autres butternuts. Besoin d’une idée ? Pourquoi pas un hachis parmentier de potiron. Vous remplacez (ou diminuez la proportion de) la purée de pommes de terre par de la chair de citrouille écrasée pour créer une variante aussi goûtue que diététique. Car nous avons là des légumes particulièrement ‘healthy’qui se préparent aussi bien en gratin qu’en soupe ou en velouté. Si vous vous sentez l’envie de faire un régime, sachez qu’un potiron, par exemple, est composé à 95% d’eau tout en étant riche en protéines, en acides gras essentiels, en potassium et en magnésium. Mais l’autre légume star du moment, c’est évidemment le… chou et ses multiples variantes  : blanc, vert, rave, rouge, frisé, fleur, brocoli, etc. D’octobre à fin mars, c’est le moment de la récolte. Le chou fait en effet partie de la classe des superaliments si riches en nutriments. Rien que dans 100g de chou kale, vous pourrez ainsi trouver près de 447mg de potassium, tandis que le chou rouge sera une mine d’antioxydants. Mais les légumes « verts » ne sont pas en reste malgré la saison. Ainsi, c’est de septembre à mai que le cresson atteint sa pleine maturité. On peut alors le décliner en soupe, en salade, ou en purée. La mâche, et son apport de calcium, viendra parfaitement accompagner poissons et viandes. De son côté, le poireau reste dans l’esprit des gens l’aliment de l’automne par excellence. À l’instar de l’oignon et de l’ail, il fait partie de la famille des liliacées. Pauvre en calorie, il est une grande source en vitamine B et C tout en étant un puissant antioxydant. Enfin, le fenouil, que l’on aime ou que l’on déteste par son odeur anisée, est l’atout calcium et fibre de cette saison et sera donc le grand ami de votre transit intestinal. Parfait avec des poissons et des fruits de mer, en risotto ou en soupe, cru ou cuit. LES FRUITS Après l’été, l’automne est l’autre grande saison des fruits au premier rang desquels trône notamment le raisin. Il ne vous aura pas échappé que l’époque des vendanges se termine doucement. Mais tous les cépages ne se transforment pas en vin. Parmi les raisins dits « de table », le rouge est une excellente source de minéraux, de vitamines et d’antioxydants ainsi que de flavonoïdes qui permettent de s’attaquer au cholestérol et à la tension élevée. La Belgique est en outre un grand pays de poire. Il y a un peu plus de 100 ans, on en comptait près de 2.000 variétés. Aujourd’hui, malheureusement, sa consommation est souvent réduite à trois types  : la Doyenne du Comice, la Conférence et la Durondeau. Et pourtant, nous devrions nous rappeler des Louise Bonne d’Avranches, des Beurré Hardy et autre Triomphe de Vienne. Retenons surtout qu’à la consommation, il y a deux types de poires  : au couteau (que l’on mange tel quel, crue) et à cuire. Et enfin, c’est jusqu’à la pointe de l’hiver que l’on peut profiter des châtaignes qui ne se dégustent pas seulement grillées au coin d’une aubette, même si c’est délicieux. On peut aussi les apprécier en purée avec des Saint-Jacques, en soupe, en velouté ou même entière. Et même en… cappuccino. Faites ainsi bouillir 1,5L d’eau dans une casserole, ajoutez 2 cubes de bouillon de volaille et 900g de châtaignes. Faites cuire pendant une demi-heure et refroidir ensuite pendant 10 minutes. Mixez bien, et remettez 10 minutes sur le feu avec 10cl de crème liquide et un tour de moulin à poivre. Pendant ce temps, montez 15cl de crème en chantilly. Versez la soupe dans un bol, déposez-y une quenelle de chantilly, et décorez de petits morceaux de châtaignes émiettées. Tout le plaisir d’un cocooning d’automne… ◀
1 ci metrotime.be MARDI 6/10/2020 GREEN 9 Du cinéma pour un retour à la terre Le festival Alimenterre installe ses quartiers à l’espace See U. Pendant quatre jours à Bruxelles, puis jusqu’à fin octobre en Wallonie, 12 films et plusieurs débats se penchent sur ce qui compose notre système alimentaire. Une question qui trouve un écho particulier, alors que la crise sanitaire a poussé nombre de consommateurs à se tourner vers les circuits courts pour leur nourriture. À l’heure où la civilisation industrielle se confronte à l’épuisement de ses ressources énergétiques et à la réalité du changement climatique, le film « Une fois que tu sais » pose une question dérangeante  : si l’effondrement est certain, comment le vivre le mieux possible, le plus humainement possible ? Le film sera projeté en ouverture du festival Alimenterre demain au Kinograph, le cinéma pop-up du See U. Il résume à lui seul tous les enjeux qui sont liés à notre alimentation. Chaque année, le festival Alimenterre se penche sur la longue chaîne de production destinée à remplir nos assiettes. En toile de fond, on retrouve toujours quelques constats interpellants  : comment expliquer que l’on produise toujours plus de nourriture, et qu’entre 800 millions et un milliard d’individus ne mangent pas à leur faim ? Comment estil possible que les agriculteurs, ceux qui produisent notre nourriture, soient les premiers à en souffrir ? La dizaine de films présentés cette année apporte des éléments de réponse. À chaque fois, c’est le modèle de l’agriculture familiale qui est mis en avant comme réponse, face à une agro-industrie accusée de détruire tant les revenus des petits exploitants que la planète. « En cette période de pandémie, il est plus que jamais essentiel d’interroger nos modèles agricoles et alimentaires », soulignent les organisateurs, alors que l’épidémie a poussé de nombreux Quand les tomates rencontrent Wagner Ph. D.R. DESCRIPTION DE LA FONCTION  : En tant que Deputy Chief Executive Officer (DCEO) de la STIB, vous assistez le CEO pour l’élaboration et la définition de la stratégie de l’entreprise. Par ailleurs, vous assurez le suivi et le contrôle de sa mise en œuvre et, dans ce cadre, négociez le contrat de gestion liant l’entreprise à la Région et le traduisez en plan d’entreprise. Vous mobilisez l’ensemble du personnel de la STIB afin de contribuer durablement à l’atteinte des objectifs de l’entreprise et de la Région. VOUS ASSISTEZ LE CEO DANS LES DOMAINES CLÉS ET RESPONSABILITÉS SUIVANTES  : 1. Stratégie  : Développer la vision et les politiques stratégiques de l’entreprise et négocier le contrat de gestion avec la Région 2. Gestion des organes de gestion  : Examiner les dossiers pour les matières qui relèvent des compétences définies dans les statuts et exécuter les décisions des organes de gestion 3. Direction générale  : Présider l’Executive Committee en l’absence du CEO Garantir la cohérence entre les différentes entités de l’entreprise et mettre en place les structures permanentes de coordination interne 4. Gestion journalière  : Optimiser le fonctionnement de l’entreprise et veiller au bon fonctionnement des structures, systèmes et processus 5. Gestion de projets  : Assurer un suivi étroit des projets transversaux et stratégiques 6. Gestion de l’équipe  : Coacher, motiver, évaluer et développer les collaborateurrices DEPUTY CHIEF EXECUTIVE OFFICER (DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT (M/F/X)) consommateurs à se tourner vers les circuits courts pour leurs achats alimentaires. « Il y a urgence de se reconnecter au local, à offrir des alternatives à l’agrobusiness », plaident encore les organisateurs. Une fois ce constat posé, reste à mettre en avant les solutions. C’est ce que fait un film comme « Sur le champ », en observant le choix de trois agriculteurs de se tourner vers l’agriculture familiale  : l’un en Belgique, l’autre au Pérou, la dernière au Burkina. Cette réflexion amène aussi à redéfinir le métier. « Un paysan, c’est quelqu’un qui est en connexion avec la terre et les consommateurs », souligne Cédric Saccone, maraîcher biologique à Liège, en ouverture de ce documentaire. Si lui a trouvé un équilibre afin de produire sainement et gagner sa vie, il insiste toutefois sur le besoin non pas d’agrandir son exploitation, aussi vertueuse soit-elle, mais bien de « faire en sorte que de telles initiatives se multiplient ». L’ensemble de la programmation du festival montre justement que de nombreuses alternatives se développent un peu partout sur la planète, et ne demandent qu’à être soutenues par les consommateurs. ◀ Pratique Le festival a lieu chaque année autour de la journée de l’alimentation, le 16 octobre. L’édition 2020 se déroule du 7 au 11 octobre à Bruxelles, au See U, un site qui regorge de projets porteurs de créations et d’innovations sociétales. Le festival prendra ensuite la direction de la Wallonie, du 13 au 29 octobre (Arlon, Charleroi, Liège, Mons, Namur, Ottignies et Louvain-la-Neuve). Outre les films, des débats et des ateliers sont organisés afin d’échanger avec le public. 7. Gestion des relations sociales  : Construire une relation à long terme avec les partenaires sociaux, piloter les négociations sociales au « niveau corporate » et approuver les conventions collectives de travail 8. Représentation et relations internes et externes Représenter l’organisation auprès des autorités politiques et des organisations internationales Informer régulièrement et exhaustivement la Région et la Ministre de la Mobilité de l’évolution des affaires de l’entreprise VOTRE PROFIL  : Diplôme de Master Expérience avérée d’au moins 5 ans dans une fonction dirigeante aux sein d’une grande entreprise ; une connaissance du domaine du transport et/ou de la logistique constitue un atout. Connaissances et expériences multidisciplinaires liées à la fonction Bonne compréhension du monde des entreprises publiques Très bonne connaissance active du néerlandais, du français et de l’anglais Compétences clés  : leadership, gestion du changement, prise de décision, vision, résistance au stress, communication, orientation clients et résultats INTÉRESSÉ.E ? Faites-nous parvenir votre CV et lettre d’accompagnement avant le 25 octobre 2020 à minuit via SelDCEO@stib-mivb.brussels jobs.stib.be



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :