Métro Belgique n°4233 21 sep 2020
Métro Belgique n°4233 21 sep 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4233 de 21 sep 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : Tadej Pogacar vainqueur du Tour.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 NEWS LUNDI 21/9/2020 metrotime.be SARAH SCHLITZ, ECOLO Mobilité  : « Il ne faut pas imposer la conflictualité aux usagers » BRUXELLES A l’heure où de plus en plus de Belges enfourchent leur vélo, il reste à faire pour booster durablement cette pratique, estime la députée fédérale Sarah Schlitz (Ecolo). Comment envisagez-vous le partage de l’espace public ? « Il est essentiel d’opérer un rééquilibrage de l’occupation de l’espace public entre les différents modes. Actuellement, 70% de l’espace public en milieu urbain est occupé par la voiture. Pendant le confinement, des citoyens se sont remis à la marche et au vélo parce qu’ils se sentaient plus en sécurité sur les routes, c’était plus agréable. Le confinement a été une bonne opportunité  : ça a ouvert de nouvelles manières d’envisager l’espace public. » Quels sont les autres éléments qui freinent les potentiels cyclistes ? « Le sentiment d’insécurité et la conflictualité avec les automobilistes sont très dissuasifs pour les cyclistes, en particulier les plus faibles. Par exemple, les femmes ne conduiront pas leurs enfants à l’école à vélo s’il n’y a pas des pistes cyclables sécurisées. La répartition inégalitaire des tâches est aussi un frein. Les femmes (ou les hommes) qui assument tous les déplacements liés aux enfants, aux courses… vont plutôt favoriser l’utilisation de la voiture. Pour contrer cet obstacle-là, il y a des solutions  : la prime aux vélos-cargos, ou leur mise en location et la sécurisation des itinéraires. La remise en selle aussi est très importante, notamment à travers le développement de formations vélo-trafic. » Le vol de vélo aussi est dissuasif. Comment lutter contre ce phénomène ? « L’utilisation de vélos appâts peut permettre aux zones de police de démanteler les réseaux. On aimerait que le gouvernement clarifie les règles par rapport à leur usage. Cependant, il ne faut pas uniquement miser sur le répressif, mais aussi faire de la prévention. Cela passe par des campagnes de sensibilisation pour l’achat d’un Le Tram’Ardent ? Pour l’instant, « un bazar sans nom » « En tant que Liégeoise, ce qui me sidère avec l’arrivée du tram à Liège, c’est le manque d’anticipation dans les travaux. C’est un bazar sans nom ! Les piétons ne sont pas contents, les cyclistes ne sont pas contents, les automobilistes ne sont pas contents. Et les PMR, n’en parlons pas ! La situation est dangereuse et accidentogène. Pourtant, le projet du tram est nécessaire. Aujourd’hui à Liège, tous ceux qui en ont les moyens désertent les transports en commun. Il Editeur  : n.v. Mass Transit Media Galerie Ravenstein 4 1000 Bruxelles metro@metromedia.be Directeur général  : Monique Raaffels mraaffels@metromedia.be Central desk  : Tél. (02) 227 93 43 Advertising (pub et jobs)  : Tél. (02) 227 93 44 advertise@metromedia.be y a un inconfort terrible. Les bus qui circulent sur l’axe central sont complètent bloqués en heure de pointe. Ils ne sont pas compétitifs. Or, ceux qui empruntent les transports en commun méritent d’être à l’heure et de pouvoir circuler de façon fluide dans la ville. Ce sera déjà amélioré avec le tram et la réorganisation des lignes de bus. Et puis, c’est aussi l’opportunité de réorganiser les voiries, notamment avec l’implémentation de pistes cyclables. » ◀ Metro’s content room  : Xavier Vuylsteke de Laps (news director NL), Maïté Hamouchi (news director FR), Clément Dormal, Pierre Jacobs, Thomas Wallemacq, Marie Bruyaux, Camille Goret, Aaron Verbrugghe, Janne Vandevelde, Silke Vandenbroeck, Camille Van Puymbroeck, Quentin Soenens, Nina van den Broek bon cadenas, et la création de boxs vélos sécurisés. » On entend souvent les automobilistes se plaindre des cyclistes qui « ont tous les droits ». Faut-il faire évoluer la législation ? « Ce qui crée des conflits dans l’espace public, en l’occurrence entre cyclistes et automobilistes, c’est le manque d’infrastructures. Quand des cyclistes se retrouvent en mixité avec des voitures, il y a de l’agacement et une envie de dépasser. Or, il faut 1,5 m pour dépasser, et souvent, on ne l’a pas. Ça crée des tensions. C’est pareil entre cyclistes et piétons sur les Ravels. Imposer la mixité vélospiétons, c’est imposer la conflictualité aux usagers. Les cyclistes sont mécontents de devoir rouler entre des promeneurs. Du côté des piétons, il y a un sentiment d’insécurité. Créer des espaces spécifiques pour chacun peut vraiment réduire les tensions. » Comment envisagez-vous de gérer cette coexistante dans le cas des piétonniers ? « Sur le piétonnier, interdire les vélos me paraît contre-productif, car c’est les reporter sur des voiries avec des voitures, et c’est dangereux. Sur ces zoneslà, il faut sensibiliser sur le fait que ce sont des espaces partagés et sur les règles de vivre ensemble. Et je ne serais pas contre que l’on crée une zone délimitée à certains endroits pour les vélos. Lorsque l’on crée un piétonnier, il faut réfléchir à ne pas d’emblée exclure le cycliste. » Est-ce que les PMR ne sont pas les « oubliés » de cette mobilité réinventée ? « Complètement. Aujourd’hui, il faut travailler à la création d’une mobilité beaucoup plus inclusive. Cela passe, non pas par la création d’aménagements spécifiques pour les personnes à mobilité réduite, mais par des aménagements pour Lay-out  : Afrodite Trevlopoulos (Art Director), Sarah Tilley, Elise Buntinx Content director  : Stefan Van Reeth Production  : Tél. (02) 227 93 87 Distribution  : Tél. (02) 227 93 85 distri@metromedia.be Belga/E. Lalmand tous qui soient aussi adaptés aux PMR. Ce qui convient au plus faible convient au plus grand nombre. C’est la vision que je défends, notamment au niveau de la SNCB. Les PMR doivent, comme tout le monde, pouvoir entrer dans la gare sans obstacle et monter dans le train. » L’espace public est clairement masculin et cela impacte la mobilité des femmes, qui se sentent souvent en insécurité. Que mettre en place ? « Plusieurs choses. D’abord agir sur l’éclairage public. Au niveau de l’urbanisme, éviter de créer des coupe-gorges ou des angles morts. Ensuite, maintenir des pièces de vie, et donc de la lumière, au rez-de-chaussée. Du côté des transports en commun, nous portons le concept d’arrêt à la demande en soirée. Par ailleurs, beaucoup de femmes évoquent le vélo comme une stratégie d’évitement des dangers de l’espace public. Le sentiment de sécurité Marketing  : Tél. (02) 227 93 79 metromarketing @metromedia.be Le contenu marqué de ce logo ne relève pas de la responsabilité de la rédaction. Metro a été créé en collaboration avec Belga, AP, AFP Relaxnews. Les droits des photos appartiennent à Belga, AP et AFP sauf indications explicites est plus grand, car elles tracent la route. » On prône souvent la multimodalité. Pourtant l’infrastructure ne suit pas toujours. Comment mieux combiner les trains et vélos ? « Le manque de wagons qui peuvent accueillir des vélos est un gros problème. Le règlement européen des voyageurs impose un minimum de huit places vélo adaptées et disponibles par train. Et ça, on n’y est pas du tout. La demande pour « Ce qui crée des conflits dans l’espace public, c’est le manque d’infrastructures » Sarah Schlitz, députée fédérale Ecolo transporter un vélo classique est assez faible. Néanmoins, elle existe et l’offre doit exister aussi. Huit places par train, ce n’est pas une demande irréaliste. Surtout pour le cyclotourisme  : on a un secteur touristique local florissant qui a besoin d’être soutenu. Encourager le fait de pouvoir prendre un vélo dans le train, ce n’est pas un caprice, c’est aussi soutenir les opérateurs touristiques du pays. » Oriane Renette E.r.  : M. Raaffels, Galerie Ravenstein 4, 1000 Bruxelles Tirage Metro  : 210.000 ex Emportez Metro à votre travail ou à la maison, mais ne l’abandonnez surtout pas sur la voie publique. www.metrotime.be
metrotime.be LUNDI 21/9/2020 NEWS 3 EN BREF [1101,1RE SOS VOIiilRE h1A15 AVEC LE GOLDEN SEAFOOD Moules de Zélande fraîches « Super » (2.10/kg) - 40% 6.99 4.19 2 kg ▶ Quelque 30.000 mégots et 30 sacs poubelles de déchets ont été ramassés, hier après-midi, lors de la première Clean walk organisée sur le piétonnier bruxellois. MMFFFF P1MFFF ! MMFFF (*) Livraison fraîche dans votre magasin tous les jours. Promotion valable jusqu’à épuisement des stocks. (*) CEST BON TOUT CET AiR FRAIS ▶ La 32 e édition des Journées du Patrimoine à Bruxelles a attiré 25.000 personnes ces 19 et 20 septembre. Moules à gogo ! saviez-1°139:73 Belge sur cl_u,sète ses moules achète du put fraîches cbez ALOI Belga/B. Doppagne LUNDI 21/09 - SAMEDI 26/09 Saviez-vous… qu'1 Belge sur 3 achète ses moules fraîches du jour chez ALDI ? Journée clé pour la coalition Vivaldi BRUXELLES Les discussions en plénière entre les sept partis engagés dans des négociations pour former une coalition fédérale baptisée Vivaldi ont été interrompues hier après-midi, mais se poursuivaient dans d’autres « formats », a-t-on appris de sources concordantes. L’attitude du président du MR, Georges Louis Bouchez, est pointée du doigt par plusieurs protagonistes qui l’accusent d’être revenu sur plusieurs points du projet d’accord, comme l’institutionnel, l’énergie et l’immigration. Ces mêmes sources lui reprochent de vouloir repartir du gouvernement actuel, dirigé par la Première ministre Sophie Wilmès, qui serait Découvrez toutes nos promotions sur les produits frais en magasin, dans le dépliant et sur aldi.be. Pour que chaque jour soit particulier - ALDI, tout simplement élargi autour d’un programme de relance. M. Bouchez a toutefois contesté ces accusations, affirmant hier après-midi qu’aucun accord n’avait été trouvé depuis la reprise physique des négociations à sept, vendredi. Les deux préformateurs, les présidents de l’Open Vld et du sp.a, Egbert Lachaert et Conner Rousseau, sont attendus aujourd’hui au palais royal pour rendre au roi Philippe le rapport final de leur mission, entamée le 4 septembre. L’intention de la coalition envisagée et baptisée Vivaldi était que le souverain nomme, sur proposition de MM. Lachaert et Rousseau, un formateur, appelé à devenir Premier ministre. ◀



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :