Métro Belgique n°4230 15 sep 2020
Métro Belgique n°4230 15 sep 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4230 de 15 sep 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,4 Mo

  • Dans ce numéro : une reprise dure de la pandémie en Europe.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 NEWS MARDI 15/9/2020 metrotime.be 11 AFP/F. Coffrini Google zéro carbone en 2030 Google vise à être l’une des premières grandes entreprises mondiales à devenir zéro carbone d’ici 2030, a annoncé hier le géant technologique américain. Les engagements pris devraient créer directement plus de 20.000 nouveaux emplois dans le secteur des énergies propres et les industries connexes d’ici 2025, aux États-Unis et dans le monde entier, estime l’entreprise. à II Belga/AFP L’empoisonnement de Navalny confirmé BERLIN Des laboratoires français et suédois ont analysé des « échantillons prélevés » sur l’opposant russe Alexeï Navalny, hospitalisé à Berlin. Ils confirment un empoisonnement par un agent neurotoxique de type Novitchok, a annoncé hier le gouvernement allemand. Un laboratoire militaire allemand avait déjà conclu le 3 septembre à l’empoisonnement de l’opposant russe, âgé de 44 ans, par ce puissant agent neurotoxique, ce que Moscou conteste. « Le gouvernement allemand a également demandé à d’autres partenaires européens, à savoir la France et la Suède, de vérifier de manière indépendante les preuves allemandes sur la base de nouveaux échantillons prélevés sur M. Navalny », indique le porte-parole du gouvernement allemand, Steffen Seibert. « Les résultats de cet examen par des laboratoires spéciaux en France et en Suède sont maintenant disponibles et confirment les preuves allemandes », annonce-t-il. L’utilisation de Novitchok « constitue une grave violation de la Convention sur les armes chimiques », rappelle en outre le porte-parole. DES ÉCLAIRCISSEMENTS ATTENDUS Berlin a « donc sollicité l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) dans l’analyse des preuves dans l’affaire Navalny », ajoute M. Seibert, précisant que la Convention sur les armes chimiques prévoyait notamment « pour tous les États signataires de recevoir une assistance technique de l’OIAC ». L’OIAC a ainsi « prélevé des échantillons de M. Navalny et a pris les mesures nécessaires pour les faire analyser par les laboratoires de référence de l’OIAC », précise M. Seibert. « Nous renouvelons l’appel lancé à la Russie pour qu’elle apporte des éclaircissements à ce qu’il s’est passé », prévient le porte-parole. « Nous AFP/O. Andersen -.%-i." sommes en contact étroit avec nos partenaires européens au sujet des prochaines étapes », conclut-il. SON ÉTAT DE SANTÉ S’AMÉLIORE Hier, l’hôpital berlinois de la Charité, où est soigné Alexeï Navalny, a également affirmé que l’état de santé de l’opposant russe continue de « s’améliorer ». « L’état de santé d’Alexei Nawalny, qui est soigné à la Charité depuis Démission de l’ambassadeur américain en Chine WASHINGTON L’ambassadeur des États-Unis à Pékin, Terry Branstad, a démissionné hier pour une raison encore inconnue. M. Branstand avait été choisi en 2016 par le président Donald Trump pour occuper ce poste en raison de son « expérience et de ses bonnes relations avec la Chine », a tweeté hier matin (heure belge) le secrétaire d’État américain Mike Pompeo. Terry Branstad connaissait en effet le président chinois Xi Jinping depuis 1985. Le chef de la diplomatie américaine a également estimé que l’ambassadeur de 73 ans, en poste à Pékin depuis 2017, avait « contribué à rééquilibrer les relations entre les États-Unis et la Chine afin qu’elles soient davantage basées sur des résultats, bilatérales et équitables ». Gouverneur à deux reprises de l’Iowa, un État du Midwest américain, M. Branstad a représenté Washington à Pékin durant une période de tensions avec la Chine à propos du commerce, de revendications territoriales locales, de la pandémie et des troubles à Hong Kong. En juin, il avait été convoqué par Pékin après la signature par le président américain Donald Trump d’une loi autorisant des sanctions contre les dirigeants hongkongais, proches de la AFP/M. Kappeler Chine. Le ministère chinois des Affaires étrangères avait qualifié cette action de « grossière interférence dans les affaires intérieures chinoises » ◀ Un glacier se fracture Conséquence directe du réchauffement climatique, une masse de glace de 113 km 2 vient de se détacher du plus grand glacier existant encore dans l’Arctique, le glacier 79 N, ont annoncé hier des scientifiques danois. « Si les étés chauds comme ceux que nous avons observés ces deux dernières années se multiplient, ils vont contribuer davantage encore à l’accélération de l’élévation du niveau de la mer », a mis en garde Jason Box, professeur de glaciologie. le 22 août 2020, s’est encore amélioré. Il est de plus en plus réactif et peut déjà quitter temporairement son lit d’hôpital », a précisé l’hôpital. « Le patient pourrait être complètement sevré de la ventilation artificielle », a ajouté cet établissement de pointe, qui n’évoque pas, contrairement aux précédents communiqués, d’éventuelles séquelles dont pourrait souffrir à long terme l’opposant russe. ◀ LOD Un colon israélien a été condamné hier à la prison à perpétuité pour le meurtre d’un bébé palestinien et de ses parents, décédés dans l’incendie criminel de leur maison en 2015, en Cisjordanie occupée. Le tribunal de Lod (centre) avait reconnu en mai dernier Amiram Ben-Ouliel coupable de ces meurtres. Hier, il a condamné le jeune colon juif à un total de « trois peines » de prison à perpétuité, une par meurtre. À la suite du drame, Israël avait été critiqué à l’étranger et par des organisations de défense des droits humains pour son Nouvelles manifestations aux États-Unis AFP/D. Leal-Olivas LANCASTER Plus d’une centaine de personnes ont manifesté dimanche soir dans les rues de Lancaster, dans l’État américain de Pennsylvanie, après la mort d’un jeune homme de 27 ans, tué lors d’une intervention policière, selon les forces de l’ordre locales. Les images de la caméra portée par l’officier qui a ouvert le feu « montrent qu’à l’arrivée de la police, Ricardo Munoz sort immédiatement de la résidence et court en direction de l’agent, brandissant un couteau ». Plus d’une centaine de personnes sont ensuite descendues dans les rues pour manifester, alors que les États-Unis sont encore marqués la protestation contre les violences policières. ◀ Perpétuité pour le meurtre de trois Palestiniens AFP/J. Torres « laxisme » vis-à-vis des groupes radicaux. Les Palestiniens avaient accusé l’État hébreu de « soutien » à l’extrémisme juif. ◀
Participez à une étude clinique  : la recherche a besoin de vous ! Le développement de nouveaux médicaments et vaccins passe nécessairement par des études cliniques. Depuis près de 30 ans, la Belgique joue un rôle essentiel dans ce domaine. Elle accueille Europe. Chaque année, des milliers de citoyens participent à ces études. Pourquoi pas vous ? En 1992, Pfizer a inauguré à Bruxelles son unique unité de recherche clinique en Europe, la Pfizer Clinical Research Unit (PCRU). Installé sur le campus universitaire d’Erasme, cet établissement de recherche de pointe a déjà réalisé plus de 500 études de Phase I grâce à l’aide de plus de 7.000 participants. La Phase I est essentielle au développement de nouveaux médicaments. Elle correspond à la première administration à l’homme d’un médicament. Le but est de mesurer les effets sur le corps. Grâce à ces études, la PCRU a déjà permis la commercialisation en Belgique de médicaments qui améliorent le quotidien de millions de patients à travers le monde. L’IMPORTANCE DES PARTICIPANTS « La recherche clinique, c’est le développement de nouveaux médicaments. Ce domaine est très strict et très régulé. On doit suivre toute une série d’étapes. La Phase I correspond aux premières administrations à l’homme. Elle se fait avec un très petit nombre de participants et à des doses très faibles pour commencer. Le but est de voir comment le médicament est absorbé par le corps », explique le Dr Isabelle Huyghe, conseiller médical et scientifique pour les unités de recherche clinique de Pfizer. Effectuées sur des hommes et des femmes en bonne santé, les études de Phase I visent essentiellement à mieux connaître les propriétés d’un médicament, pas encore son effet thérapeutique. Il s’agit de vérifier comment le médicament passe par l’estomac, le foie, les reins, de connaître la manière dont il est éliminé dans les urines, ou encore ses effets sur le cœur et sur la tension artérielle. « Si on n’a pas de Phase I, on n’a pas d’étude clinique chez les patients, et donc pas de nouveaux médicaments », poursuit le Dr Huyghe. En moyenne, 25 études sont réalisées chaque année à la Pfizer Clinical Research Unit, chacune sur environ 100 participants. Depuis 1992, une quinzaine de médicaments testés à l’unité de Bruxelles sont arrivés sur le marché belge. Des traitements concernant le VIH ou l’hépatiteC, mais aussi des noms plus connus comme l’antidouleur Lyrica ou le célèbre Viagra. Le processus de développement d’un médicament est très long, puisqu’il dure de dix à douze ans. Pfizer estime qu’une seule molécule sur 10.000 trouvées en laboratoire deviendra finalement un médicament commercialisé. UN NIVEAU DE SÉCURITÉ TRÈS ÉLEVÉ Les essais cliniques sont extrêmement encadrés et réglementés. Pfizer étant une entreprise américaine, les études cliniques menées à Bruxelles doivent répondre à la fois aux normes américaines et aux normes européennes. « Mon rôle en tant que ‘medical advisor’est de vérifier que les études soient valides au niveau scientifique et de minimaliser les risques. Les études cliniques sont soumises à un comité d’éthique indépendant, ainsi qu’à l’Agence Fédérale des Médicaments et des Produits de Santé (AFMPS). Ils doivent tous les deux nous donner leur feu vert pour qu’on puisse débuter une étude », déclare le Dr Isabelle Huyghe. « Avant le début de l’étude, nous partageons également toutes les informations dont nous disposons avec nos participants. Nous leur expliquons avec quel type de molécule on travaille, si on a déjà eu une expérience avec Le Dr Isabelle Huyghe Comment participer à une étude clinique ? Envie de participer à une étude clinique et de faire progresser la médecine ? Appelez le numéro de téléphone gratuit 0800/13.13.8 ou surfez sur www.brusselcru.com La compensation financière dépend de plusieurs facteurs, dont la durée du séjour dans l’unité, située à Bruxelles. Elle s’élève à 184 € par jour en moyenne et est considérée comme Ph. Pfizer une aide à la recherche (non soumise à l’impôt). Les frais de déplacement sont également pris en charge. Pour participer, il faut avoir 18 ans et répondre à une série de critères qui varient en fonction de l’étude clinique. Actuellement, la Pfizer Clinical Research Unit est à la recherche d’hommes en bonne santé âgés de 18 à 55 ans, de femmes sans cette molécule-là, si elle ressemble à une molécule déjà présente sur le marché et ce qu’il pourrait y avoir potentiellement comme effets secondaires. À partir de ces informations, ils nous donnent un consentement éclairé. Ils acceptent ou refusent de participer à l’étude en toute connaissance de cause », poursuit le docteur. Lors d’un essai clinique, il peut toujours y avoir des effets secondaires. Les plus fréquents sont des maux de tête, des nausées, des vomissements et de la fatigue. Néanmoins, les candidats peuvent être rassurés  : en bientôt 30 ans d’existence, la Pfizer Clinical Research Unit de Bruxelles n’a jamais eu à déplorer d’effets secondaires graves ou d’incidents tragiques. Et, selon le questionnaire de satisfaction remis à la fin de chaque étude, 99% des participants se disent prêts à renouveler l’expérience ! Envie d’en savoir plus sur le déroulement d’une étude clinique ? Rendez-vous le mois prochain, le 12 octobre, pour la suite de notre dossier ! potentiel de grossesse, de personnes en surpoids, de sujets chinois et japonais, de patients atteints de stéatose hépatique non alcoolique (aussi appelée « maladie du foie gras » ou « maladie du soda ») , de drépanocytose, d’arthrose, d’insuffisance hépatique et de diabète. ◀



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :