Métro Belgique n°4222 1er sep 2020
Métro Belgique n°4222 1er sep 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4222 de 1er sep 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 8,2 Mo

  • Dans ce numéro : les écoliers en danger sur la route.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 NEWS MARDI 1/9/2020 metrotime.be Le procès des attentats de Paris n’est pas celui des « petites mains » PARIS Le procureur national antiterroriste a contesté hier sur France Info l’idée selon laquelle le procès des attentats de janvier 2015 serait celui des « petites mains » et aurait moins d’intérêt faute de présence des assaillants, tous trois tués après les attaques. Pour Jean-François Ricard, le procès, qui s’ouvre demain à Paris, a « un double intérêt »  : « approcher la vérité » et être « un moment d’expression » pour les victimes. É4 r ENERGIE à POSITIVEet j Vous ne vouiez voulez pois pas vendre vos biens ? Le Mont-de-Piété Mont-de-.Piété est votre solution. sotutioil Déposez un objet (en gage) et recevez un prêt. 141 « C’est tout à fait nouveau  : les premières semaines de ce procès vont être consacrées à la parole des victimes », s’est-il félicité. « Elles vont pouvoir expliquer, demander, tenter de comprendre et ça, c’est fondamental. » Remplacez votre ancienne chaudière au gaz et obtenez  € 500 gas.be/energiepositive Mont-de-Piété Caisse Publique de Prêt DES ABSENCES « FRUSTRANTES » Évoquant les frères Kouachi et Amédy Coulibaly, tués après les attaques de Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher, le procureur a reconnu que leur absence était « une source de frustration », tout en invitant à la « relativiser » au vu des précédents. « On attribue beaucoup trop de poids à la présence indispensable des auteurs directs dans le box des accusés », a souligné le magistrat. « Prenons d’expérience ce qu’il se passe quand nous avons les auteurs directs d’attentats dans le box des accusés  : ils restent soit silencieux, soit se bornent à des dénégations, soit font des provocations », a estimé Jean-François Ricard. « C’est souvent encore plus MINSK Le président bélarusse Alexandre Loukachenko a évoqué hier l’idée d’un référendum constitutionnel pour apaiser le vaste mouvement de contestation inédit auquel il fait face, sans toutefois donner plus de précision. Dimanche, l’opposition a rassemblé dans les rues de Minsk des dizaines de milliers de partisans pour le troisième weekend consécutif afin de dénoncer la réélection, jugée frauduleuse, du chef de l’État le 9 août. Selon le président, cité par l’agence de presse étatique Belta, des « spécialistes » dont des juges de la Cour suprême travaillent actuellement sur une révision de la loi fondamentale qui sera ensuite soumise « au référendum ». « Je voudrais que ces changements fassent avancer notre société. Nous insisterons sur ces changements et les proposerons à notre peuple », a déclaré Contact  : Mont-de-Piété rue Saint-Ghislain 19-23 - 1000 BRUXELLES/Mont-de-Piété - Tél.  : 02 512 13 85 - info@montdepiete.frustrant car il y a parfois de véritables provocations à l’égard des victimes », a-t-il ajouté. DES RÔLES « INDISPENSABLES » Quatorze accusés, dont trois manquent à l’appel, doivent être jugés par la cour d’assises spéciale. « Je récuse l’idée qu’il s’agit de petites mains, de gens sans intérêts, c’est une erreur d’appréciation », a poursuivi le procureur. Selon lui, « il s’agit d’individus qui sont dans la logistique, AFP/Tut.By Alexandre Loukachenko lors d’une réunion de travail. UN « SYSTÈME QUELQUE PEU AUTORITAIRE » Le président n’a donné aucun détail concret sur ce projet de révision constitutionnelle, qu’il avait déjà évoqué par le passé et que Moscou a qualifié de piste prometteuse pour sortir de la crise. Il a reconnu que le Bélarus était régi par un « système quelque peu autoritaire » et évoqué une possible réforme judiciaire. Selon lui, il s’agit de s’assurer à terme que AFP/P. Hertzog dans la préparation des faits, qui ont fourni des moyens de financement, du matériel opérationnel, des armes, un domicile… Tout ça est indispensable à l’action terroriste ». ◀ Vers un référendum constitutionnel au Bélarus ? « le système fonctionne sans qu’il ne soit lié à un individu, y compris Loukachenko ». Alexandre Loukachenko, 66 ans dont 26 à la tête du Bélarus, fait face à un mouvement de contestation inédit depuis sa réélection controversée le 9 août. Le président a jusqu’à présent refusé toute concession et dénonce un complot occidental. Un de ses conseillers a encore exclu que la réforme constitutionnelle puisse donner lieu à des négociations avec l’opposition. ◀ Unique en Belgique ! ! Nous prenons en gage Bijoux, Metaux précieux, Petit mobilier Vintage, Bracelet-montres, Vélos, Céramiques Sculptures en bronze, Cristal, Fourrures, Tableaux, Lithographies, BD, Vins, Outils, Maroquinerie de luxe... Attention emprunter de l’argent coûte aussi de l’argent Plus d’informations sur www.montdepiete.be
BACK TO COLLEGE Les cours en ligne  : phénomène fugace lié au coronavirus ou nouvelle norme ? La crise du coronavirus a accéléré la propulsion de l’enseignement en Flandre dans l’ère numérique. Tant les élèves et les étudiants que les parents et les décideurs ont découvert les joies de l’apprentissage à distance, et ne veulent plus les lâcher ! La révolution numérique que le coronavirus a entraînée dans le secteur semble désormais irréversible. Les cours en ligne ont-ils définitivement leur place dans l’enseignement en Flandre ? Le coronavirus a forcé l’enseignement à adopter pleinement la pédagogie numérique. Cette forte progression marque une étape importante dans le secteur, car là où l’enseignement à distance avant la crise du coronavirus était davantage l’exception que la règle, la frilosité à l’égard des cours en ligne a depuis fondu comme neige au soleil. Dans l’enseignement supérieur, les cours en ligne se pratiquent depuis longtemps déjà. Les universités et les hautes écoles envisagent également de donner un rôle plus important aux cours numériques. Davantage de cours suivis à distance signifie une meilleure répartition du flux d’étudiants sur les campus et moins d’auditoires pleins à craquer, ce qui n’est pas négligeable en ces temps de coronavirus. Pourtant, ce scénario ne ravit pas les étudiants ! ABANDONNÉS À LEUR SORT Dans une pétition qui a été lancée en mai et a depuis déjà recueilli plus de 25.000 signatures, les étudiants se plaignent notamment de la qualité des cours numériques. En Flandre, sur Twitter, le hashtag #GeefOnsEenStem (« donnez-nous une voix ») est devenu tendance. Il est clair que les enseignants ont dû s’habituer à cette nouvelle réalité. Tous les cours n’ont pas été numérisés avec le même soin et le même dévouement, si bien que certains étudiants se sont sentis abandonnés à leur sort. Des témoins racontent comment des séquences audio et vidéo ont été balancées sur les plateformes d’apprentissage, souvent sans aperçu clair de la matière. De fastidieux PowerPoints élaborés avec une surabondance d’informations ont suscité le mécontentement des étudiants. « Certains profs ont balancé leurs slides en ligne et considéré le reste comme de l’étude en autodidacte », a dénoncé Dylan Couck de la Vlaamse Vereniging van Studenten (VVS, association flamande des étudiants) fin mai dans les colonnes du Standaard. « D’autres ont, du jour au lendemain, donné beaucoup plus de travaux. Il y a un besoin criant de coordination ! » Les derniers mois de l’année académique 2019-2020 ont laissé un sentiment amer chez une majorité des étudiants. Un peu plus de la moitié ne veulent plus, après la pandémie de coronavirus, suivre des cours numériques, comme l’a pointé une enquête de la maison d’édition Pour les meilleurs prix et, en plus, les meilleures promos, comptez sur nous. colruyt.be/comptezsurnous Acco, qui a sondé le ressenti de plus de 1.000 professeurs et étudiants à propos de l’enseignement à distance. Mais tout revers a sa médaille  : 72% des étudiants sont d’avis que les exercices, les tests et les vidéos en ligne accompagnés d’une explication supplémentaire constituent une grande plusvalue pour la maîtrise de la matière. La possibilité de poser des questions supplémentaires au professeur via une plateforme d’apprentissage en ligne a aussi été fort appréciée. colruyt meilleurs prix



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :