Métro Belgique n°4208 10 jui 2020
Métro Belgique n°4208 10 jui 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4208 de 10 jui 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : retour à Dubaï.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 CULTURE VENDREDI 10/7/2020 1 metrotime.be ROBERTO BENIGNI RETROUVE SON BIEN-AIMÉ ‘PINOCCHIO’« La vie est une fable » Roberto Benigni et Pinocchio, c’est une longue histoire. Quand Roberto était petit, sa mère l’appelait ‘Pinocchietto’(‘Petit Pinocchio’) tant il aimait inventer n’importe quoi. De grands maîtres comme Federico Fellini et Francis Ford Coppola ont voulu porter le livre à l’écran avec Benigni dans le rôle principal. En 2002, Benigni l’a finalement fait lui-même, à la fois devant et derrière la caméra. Et aujourd’hui, on le retrouve encore dans le nouveau ‘Pinocchio’, dans le rôle de Gepetto, le pauvre menuisier au grand cœur qui voit sa marionnette prendre vie. Comment était-ce de jouer Gepetto après avoir joué Pinocchio ? Roberto Benigni  : « Formidable ! C’est un cadeau pour un acteur de pouvoir être d’abord Pinocchio et plus tard dans sa vie Gepetto. Mais, en réalité, j’ai connu aussi un stade intermédiaire. Dans ‘La vita è bella’[la tragicomédie sur l’Holocauste qui lui a valu deux Oscars en 1999,ndlr], je jouais un père qui était à moitié Gepetto et à moitié Pinocchio. Il mentait constamment à son fils, mais s’il inventait des histoires, c’était pour protéger le gamin de l’horreur. » ‘Pinocchio’est un conte. Notre monde a-t-il besoin de ce genre d’histoires ? « Peut-être plus que jamais. Ces histoires classiques représentent la REVIEWS Que peut-on encore ajouter à ‘Pinocchio’, une histoire déjà maintes fois racontée et adaptée au cinéma ? La réponse du réalisateur italien Matteo Garrone (‘Gomorra’) est de revenir au livre original de Carlo Collodi et de le peindre à l’écran avec autant d’imagination visuelle que possible. Son ‘Pinocchio’est en effet un vrai plaisir pour les yeux, avec des décors et des personnages hauts en couleurs, et une version qui, en tous les cas, souvent vous surprend. De suspense, en revanche, il est peu question, vu qu’on connaît déjà les grandes lignes de l’histoire et que l’intrigue est extrêmement décousue. Alors, laissezvous enchanter par ce ‘Pinocchio’(et son humour burlesque italien). (rn) ○○ vie, car la vie en soi est incompréhensible. La vie est une fable, en fait ! Mais ‘Pinocchio’c’est plus que ça. C’est aussi une histoire d’amour pour tous les âges. Nous pouvons tous l’apprécier. Elle enseigne beaucoup de choses au spectateur, non pas d’une manière ennuyeuse comme un professeur, mais par des images et des émotions. C’est la raison pour laquelle je trouve que ce film est si merveilleux. Il parle des dangers et des miracles de la vie, avec au milieu un personnage magnifique qui recherche toujours le plaisir et le bonheur. » Vous avez connu vous-même la pauvreté de Gepetto quand vous étiez jeune. Y avez-vous puisé le courage de faire quelque chose de votre vie ? « Peut-être bien. Comme je devais Ph. D.R.commencer au bas de l’échelle, je voyais en tout une opportunité, déjà. J’avais le sentiment que tout était possible. J’étais pauvre certes, mais c’était comme le dénuement de Pinocchio La Bonne Epouse Tout simplement noir Monos Pour apprendre à vos filles à cuisiner, repriser les chaussettes et céder au devoir conjugal, une seule adresse  : l’école ménagère de Paulette Van Der Beck (Juliette Binoche), dans le Nord de la France. Aidée de Sœur Marie- Thérèse (Noémie Lvovsky) et de sa belle-sœur Gilberte (Yolande Moreau), Paulette accueille une nouvelle fournée d’étudiantes. Mais le souffle de la libération sexuelle de Mai’68 va bousculer cette maisonnée ordonnée… Martin Provost professe une nouvelle fois son amour des femmes (‘Séraphine’Sage-Femme’), cette fois dans le registre comique. Binoche et ses copines pas-encore-libérées s’en donnent à cœurjoie dans cette caricature assumée au ton enjoué. (em) ○○ À l’heure où l’héritage de notre passé colonial revient à l’ordre du jour, cette comédie plus subtile qu’elle n’en a l’air arrive à point nommé pour dépasser les idées reçues ! Jean-Pascal Zadi y interprète un comédien organisant une marche des hommes noirs pour dénoncer les relents racistes de la société française. Pour marquer le coup, il fait le tour des célébrités qu’il connaît et les convainc de suivre le mouvement. JoeyStarr, Omar Sy, Eric et Ramzy (la liste est aussi longue qu’enthousiasmante) jouent leur propre rôle, mais dans une version caricaturale d’eux-mêmes débordant de mauvaise foi. Un film à sketches faisant penser au ‘Bal des actrices’de Maïwenn, la portée sociale en plus. (si) ○○ Ph. D.R. Ph. D.R. Ph. @athena Ph. D.R. MOVIES Saint-François, une sorte de pauvreté qui enrichit. C’est comme si le monde entier vous appartenait ! » Ruben Nollet flir @rubennollet Dans les plaines d’une montagne brumeuse en Amérique latine, huit adolescents armés sont chargés par une mystérieuse ‘Organisation’de garder une prisonnière américaine et une vache à lait nommée Shakira. Ce petit chef-d’œuvre venu de Colombie séduit dès les premières secondes par sa beauté chromatique et son ton décalé. Au-delà du mystère liant ces huit mercenaires en culottes courtes, sortes d’enfants perdus dans un pays imaginaire en pleine guerre civile, c’est le talent d’immersion de la réalisation qui nous scotche au bord du siège. Une expérience aussi tendre que violente, déjà comparée à ‘Apocalypse Now’de Coppola pour son questionnement des effets psychologiques des conflits armés. (si)
2 Grâce au suivi des contacts, vos proches seront mieux protégés PARTAGEZ LES BONS RÉFLEXES, PAS LE VIRUS. WWW.INFO-CORONAVIRUS.BE 1 Positif au Pensez à la solidarité Une initiative des autorités belges



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :