Métro Belgique n°4206 3 jui 2020
Métro Belgique n°4206 3 jui 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4206 de 3 jui 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : n.v. Mass Transit Media

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,4 Mo

  • Dans ce numéro : festival sur barge.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
INFO SNCB sncb De nouveaux noms de produits pour une gamme plus claire. Votre choix sera facilité grâce à des noms faisant référence de manière plus claire aux caractéristiques des produits, ainsi qu’aux voyageurs auxquels ils sont destinés. Découvrez nos principaux produits  : Voyages simples ou allers-retours Jeunes Tous publics Seniors Youth Ticket (Go Pass 1) Kids Ticket (Billet Enfant) Standard Ticket (Billet Standard) Weekend Ticket (Billet Week-end) Group Ticket (Billet Groupe) Discovery Combi (B-Excursion) Senior Ticket (Billet Seniors) Youth Multi (Go Pass 10) Student Multi (Campus) Les produits ne changent pas et les anciens noms accompagneront les nouveaux le temps nécessaire pour vous habituer. Pour plus d’informations, consultez sncb.be Voyages multiples Abonnements Standard Multi (Rail Pass) Local Multi (Key Card) Youth Holidays (Go Unlimited) Student Abonnement (Abo. Scolaire) Standard Abonnement (Abo. Trajet) Unlimited Abonnement (Abo. Réseau)
metrotime.be VENDREDI 3/7/2020 CULTURE 9 BLANCHE SORT SON PREMIER ALBUM « Sans l’Eurovision, je serais en train de faire de la musique toute seule dans mon coin ! » Après avoir connu son baptême du feu à 17 ans à peine lors du plus grand événement musical du monde, devant près de 200 millions de téléspectateurs répartis sur toute la planète, Blanche, alias Ellie Delvaux, a commencé à bâtir son propre empire. Trois années plus tard, son « Empire » est terminé et elle est avec son premier album à la veille de sa Grande Expansion. Metro a été autorisé à pénétrer dans son empire et à dévoiler sa couronne. Pourquoi avez-vous décidé de baptiser votre album « Empire » ? « La chanson-titre résume le mieux l’ensemble. Le disque a été un travail de longue haleine, auquel de nombreuses personnes ont apporté leur contribution. ‘Empire’représente tous les efforts qui ont été faits pour cet album, et symbolise également la puissance de la structure finale. » Le disque a une touche sombre avec des chansons comme « Lonely », « Pain » et « We Had ». Êtes-vous une âme tourmentée, ou avez-vous tout simplement un penchant pour les émotions sombres lors de l’écriture des chansons ? « J’essaie plutôt de créer une atmosphère mélancolique. C’est vrai que le disque contient quelques chansons tristes, mais il n’est jamais exclusivement négatif. ‘Pain’, par exemple, n’est pas seulement une histoire sur dire au revoir et le lâcher-prise, mais aussi sur l’introspection et l’altruisme. ‘Lonely’traite de la solitude, mais appelle aussi à s’ouvrir. Tout le disque est en fait une exploration du monde des émotions. » I Er REVIEWS Le quatrième album de Jessie Ware transpose en 2020 une forme de flamboyance propre aux années 70, un son qui puise sa source dans le disco, la soul sensuelle et les paillettes. Et si l’on rouvrait le mythique Studio 54 de New York en le mettant juste au goût du jour ? Le single « Spotlight » serait parfait pour couper le ruban. Inspiration, certes, mais pas de passéisme pour autant chez la chanteuse britannique. Après l’excellent « DNA » de Cerrone, on assiste peut-être ici au retour d’une forme de plaisir désinvolte immédiat. (pj) ○ Le disque entrouvre-t-il aussi une fenêtre sur votre âme ou puisez-vous votre inspiration ailleurs ? « L’album comporte quelques éléments autobiographiques, mais j’essaie surtout de greffer mes propres sentiments sur des situations qui peuvent parler aux gens qui m’écoutent. Je me suis basée pour ce faire sur mes propres expériences, mais aussi sur l’observation de mon entourage. Le résultat exprime ma vision du monde et des relations humaines, plutôt qu’un reflet littéral de mon état d’esprit. (…) Une autre source d’inspiration est constituée par mes artistes préférés, comme Lorde, Ben Howard, RyX, Beck, Alt-J ou, depuis peu, Billie Eilish, pour n’en citer que quelques-uns. Ils façonnent mon goût musical et influencent mon propre son. Je fais toujours écouter des chansons de mes artistes préférés aux personnes avec lesquelles je collabore pour la première fois. Comme une référence, pour qu’elles puissent avoir une idée du son que je recherche. (…) Ma préférence pour la pop anglaise est d’ailleurs la raison pour laquelle je chante en anglais. Cette langue est la plus naturelle pour moi, j’écoute majoritairement de la musique dans cette langue. En outre, je veux exprimer des sentiments universels dans la langue universelle qu’est l’anglais. » Faites-vous passer un message dans vos chansons ? « Il n’y a pas de message clair dans mes chansons, le disque est davantage une esquisse d’impressions et de sentiments. Les chansons forment ainsi un cadre auquel vous pouvez donner votre propre contenu. Parfois la chanson tourne autour d’un sentiment ou d’un thème particulier, mais je ne dérive jamais trop loin  : l’auditeur doit pouvoir se reconnaître dans le texte et la musique. » En 2017, la RTBF vous a fait sortir de l’anonymat pour vous mettre directement sous les feux des projecteurs internationaux en tant que représentante belge au Concours Eurovision de la chanson. Comment avez-vous évolué depuis en tant qu’artiste ? « L’Eurovision a été un tremblement de terre pour moi. Lors de ma participation, je n’avais pas encore la moindre idée de la direction que prendrait ma carrière et je me laissais mener par les circonstances. Mais il était évident pour moi que je poursuivrais une carrière musicale. L’Eurovision a été une rampe de lancement enrichissante  : après ma participation j’ai rencontré de nombreuses personnes qui m’ont aidée sur cette voie, je me suis mise à écrire mes premières chansons et j’ai ainsi appris à connaître le métier. Et je suis encore loin d’en connaître toutes les facettes ! » Jessie Ware Haim « Women In Music Pt. III » « What’s Your Pleasure ? » Ce qu’il y a de bien avec les sœurs Haim, c’est qu’elles ne sont pas du genre à vivre sur leurs acquis. Elle nous propose en effet ici un plantureux troisième album (16 morceaux) pour lequel elles ne se sont rien refusées en jouant sur toutes les facettes du pop-rock. Un album où règne toutefois un paradoxe qui tient dans ce contraste entre des textes très personnels écrits dans des moments souvent ‘down’et une musique qui semble baigner dans le soleil perpétuel de Los Angeles. Un album assez lumineux. (pj) ○ Ph. M. Wynants Arca « KiCK i » SOUNDCHECK À quoi ressemblerait votre vie si vous n’aviez pas participé à l’Eurovision ? « Je pense que j’aurais fait la même musique que maintenant. Les personnes qui influencent mon style, je les avais déjà rencontrées avant ma participation. Mais, il est évident que l’Eurovision ouvre des portes vers d’autres connexions dans leurs réseaux. Elles sont désormais bien plus vite enclines à collaborer avec moi qu’avec un illustre inconnu. Sans l’Eurovision, je serais probablement encore en train de faire de la musique dans mon coin. Aujourd’hui, j’ai des auditeurs dans le monde entier qui aiment ma musique. » Pour conclure, qu’ambitionnez-vous avec votre premier album ? « J’espère en premier lieu susciter quelque chose chez les auditeurs. Toucher les sentiments et les souvenirs. Qu’ils laissent libre cours à leurs émotions quand ils écoutent. Et qu’ils dansent de temps à autre ! » Quentin Soenens « Empire » est sorti le 29 mai. SOUNDCHECK Il y a toujours eu chez Arca une forme de grandiloquence visuelle et sonore qui pousse à fond le côté arty sans jamais complètement oublier l’auditeur. Ce n’est pas pour rien si elle a déjà collaboré avec Kanye West, Björk ou FKA twigs. On est en effet dans le même registre. De la radicalité, certes, mais pas d’hermétisme. Si on a parfois eu l’impression d’un trop-plein d’idée précédemment, Alejandra Ghersi a mis ici plus de fluidité dans son hétéroclisme, en puisant notamment son inspiration dans son coming out ‘non-binaire’. (pj) ○○



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :